95
Commentaires

Peillon contre Chabot : voyous, pièges et dispositifs

"Méthodes de voyou !" aurait dit la rédactrice en chef de l'émission "A vous de juger", Nathalie Saint-Cricq

Derniers commentaires

Peillon a [s]peut-être[/s] certainement raison sur le fond…
Chabot a [s]certainement[/s] peut-être tort sur la forme…

Mais est-ce une raison, si l’on pense que l’on a sa conscience pour soi (de se prendre pour Dieu) et de jouer au Zorro à visage découvert en se démasquant.

Ceux qui donnent raison à Peillon, sont les mêmes qui approuvent SUR LA FORME les poseurs de bombes dans les cliniques d’avortement, ou les assassinats de médecin avorteurs, parce qu’il sont d’accord SUR LE FOND avec une politique anti-avortement.

Alors :
Résistant ou Terroriste ?
Bah, arrêtons de nous tripatouiller les neurones... Et si en fin de compte la Chaboterie de jeudi soir n'avait été qu'un énième avatar de la mode des commémorations? Mais oui, voyons: il y a cinquante ans tout rond qu'Albert Camus a séché sa plume contre un platane! Alors bon sang mais c'est bien sûr: c'était pour rendre hommage à l'auteur de L'Etranger que France 2 avait invité Eric Besson et Marine Le Pen à débattre... Ne jetons pas la pierre à M'ame Arlette, que diable... ;-)
Le scandale vient surtout du fait qu'un homme politique pose un lapin à un journaliste TV. La réaction en chaine des duhamel and co montre bien qu'ils vivent ça comme un crime de lèse majesté. Que nous populace imbécile, on trouve exagéré le temps de parole d'un con comme besson sur une chaine plublic et qu'on fasse autre chose que ce coltiner ce "debat". Passe, mais qu'un politic qui devrait dire merci à chabot de son invitation trouve mieux à faire et en plus le dise. Ou va t'on ! Pour voir la conivence des politiques et des journalistes et pour comprendre le divorce que represente le comportement de peillon, je vous invite à regarder "Pas vu, Pas pris" de Pierres Carles. En tout cas les voir se chamailler m'amuse beaucoup et on n'a pas besoin de se taper l'émission de chabot pour apprécier. Le spectacle d'après est largement plus interessant. Merci M. Peillon !

Sylvie
Tout ce cirque simplement pour faire oublier que le PS n'a rien à dire sur l'identité nationale, parce qu'ils ne savent pas quoi dire. Peut-être même qu'ils trouvent que ce préoccuper de l'identité nationale se justifie tout à fait mais ils savent que ça, ils ne peuvent pas le dire en public. Minables !
Voir Duhamel et Apathie pousser des cris indignés ca ne peut que faire plaisir même si on ne partage pas les idées de Peillon ("philosophe" pour journaliste passé de Merleau-Ponty à BHL...). Que les relations entre journalistes et politiques se tendent un peu à l'occasion de cet épisode je trouve cela plutôt salutaire. De là à dire que c'est un "événement d'une importance majeure dans les médias de masse" c'est peu être un peu exagéré. C'est certainement une rupture dans le train-train politico-médiatique. Certains y voit un symptôme de la perte d'influence de la télévision: Affaire Peillon, France 2 a perdu le pouvoir
Il semble en effet que Peillon ait pris à contre pied les animateurs de france 2 et les personnels politique de l'UMP. Il n'y a qu'à entendre leurs cris d'orffraie pour constater combien ils ont été chamboulés.
Quant à la lettre sévère que M. Carolis a adressé au PS, elle me semble bien faire preuve d'une audace dont il ne nous a pas accoutumé quand la presse, sa chaîne et Mme Cabot sont attaqués de manière injurieuse par M. Sarkozy.
Bien au contraire, jusqu'alors le président de France télévision et son animatrice du service de l'information mettaient la tête dans le sable.
Interessant!
Encore aurait-il fallu qu'on le laissât s'exprimer! Les questions oiseuses (comme d'habitude)de la Massenet,les interruptions constantes de Duhamel et d'Apathie ont empêché e pauvre téléspectateur de suivre l'explication de Peillon. Observer la violence avec laquelle les collègues défendaient Chabot et sa supercherie demandait des trésors de patience mais valait le coup. Plus jamais je ne regarderai les deux gugusses de la même façon. Merci au troisième dont j'ai oublié le nom et qui a sauvé l'honneur de la profession.Cependant Peillon a fini par dire sa vérité.... Mention spéciale à Denisot pour l'organisation lamentable de la séquence.
Peillon a parachevé son opération d'alerte sur l'indignité du "débat" sur l'identité nationale et sur le dévoiement d'une TV de service public se comportant en serveur de soupe du pouvoir sarkozyste (à 2 ans de la prochaine campagne présidentielle ce n'est pas précaution inutile), avec son passage sur Canal+ : http://www.canalplus.fr/pid3349.html
Quoi ??? Jospin a été "trotskyste" ??? Quelle horreur !!! Mais pourquoi n'a-t-il pas trempé dans quelque affaire foireuse, comme les autres, au lieu de perdre son âme en défendant une telle doctrine ???
Franchement, une bonne fois pour toutes : on s'en tape, que Jospin ait été trotskyste et qu'il ait fait de l' "entrisme". C'est interdit ? Il y a une loi contre ça ?
Je viens faire une supplique : que les journalistes d'Arrêt sur Images enquêtent sur cette affaire et que l'on retrouve sur votre site toutes les positions de chacun des acteurs, ainsi que l'évolution des faits heure par heure, car je pense que l'on assite ici à un événement d'importance majeure dans les médias de masse.

Ce qui c'est passé au Grand Journal (emission enregistrée) ce vendredi soir, était aussi un grand moment d'altercation entre journalistes sur ce sujet !

C'est pour cela que je vous demande de prendre les devants car j'aime pas aller trouver des infos sur "morendyny.com"...
IL y a quelques années j'avais été tres choqué par Elkabach , alors haut personnage d'antenne 2 ,qui avait dit en substance sur l'ambition de son média...
" iI faut creer l'évènement" Les années passent et cette phrase me revient comme une ritournelle à chaque émission politique..
Et bien pour une fois C'est Peillon qui crée l'évènement par un phénoménal "Ca suffiit".
Nous pouvons toujours ergoter sur la finesse du procédé qui au final aura crispé surtout les... journalistes comme on vient de le voir sur Canal avec Duhamel et jean michel s'érigeant en gardiens du temple. La lettre de Carolis n'est pas mal non plus avec ses accents mégalomaniaques de chef de sevice publique ou de la nation ?
L'évenement Hier c'était un portrait de "réhabilitation "politique de Besson par le service publique !!!!!
débat, vous avez dit débat?
bien vu Peillon ! cautionner une telle émission aurait été une erreur politique...
NB: un débat suppose que deux personnes soient face à face et démarrent ensemble l'émission.
Tout communiquant vous expliquera que Besson arrivant avant, bénéficiant d'un reportage de présentation, était forcément au départ en posture de supériorité psychologique...; alors le contrer en fin d'émision, quand tout le monde est couché....
À voir, pour une fois, le Grand Journal de Canal+ avec Vincent Peillon, Alain Duhamel, Joseph Macé-Scarron, Jean-Michel Apathie
ou
la guerre entre le politique et les journalistes.
A mon avis, Peillon, qui n'est pourtant pas vraiment ma tasse de thé, a eu raison de leur cracher à la figure. Les syndicats de journalistes avaient déploré la veille qu'une pareille comédie puisse avoir lieu sur le service public.

Et je tire vraiment mon chapeau à tous ceux, les malheureux, qui se sont tapé ce "débat" à la gloire de Besson et de sa politique de merde.
Oh merci!J'y ai aussi pensé aux gants de boxe d'Amar.Mais ils n'étaient pas nécessaires car c'était au plus un entraînement entre deux pélerins qui courent dans la même catégorie!
En tous cas, bravo Peillon quand même, car son plan com' a carrément occulté le "débat" en lui-même, dont on ne sait rien, et dont je ne veux rien savoir. Peillon a gagné, Besson et France2 passent à la trappe avec ce plan com' raté, normal qu'ils l'aient mauvaise.
Quasiment aucun commentaire dans les médias (pardon pour la graphie!) sur le dispositif, justement, dans cette affaire. On ne parle que de Peillon, pour ou contre.
L'annonce de cette émission (que je n'ai pas vue) m'a fait penser aux fameux gants de boxe de Paul Amar - c'est sûr que c'était moins subtil que le dispositif Chabot - à l'époque, il en avait perdu son poste.
Aujourd'hui, on peut annoncer un pugilat débile, et tout le monde fait semblant de croire que ce sera une émission politique !
Après avoir pesté sur arretsurimages.net contre les méthodes de communication de Ségolène Royal qui empêche le débat par ses postures, ce qui est vrai, M. Peillon fait... la même chose, la goujaterie et la muflerie en prime. Pauvre type. Bonne chance, amis du PS, vous en aurez besoin avec ces boulets que vous vous trainez.
Loin d'être un fan de la "Chabot" je trouve que Peillon est un sans c....es .
Quel courage de baisser son froc à la dernière minute pour un homme politique
présenté "d'envergure". Refuser le débat même face à ses pires ennemis c'est
nullissime !! Peillon , illustration du socialisme qui n'en ai plus vraiment et qui
rivalise d'ingéniosité pour scier la branche sur laquelle il est assis (non pas @si) !
Ah mais au fait , votre manque d'objectivité , Daniel vient peut être du fait que
Peillon est un de vos récents invité (très langue de bois d'ailleurs) et donc vous
ne voulez pas froisser votre fond de commerce !
On peut aussi se demander si Peillon n'a pas fait cela pour donner une bonne image de Besson qui, face a la seule Marine Le Pen, comme contradictrice, ne peut, par definition, que redorer son blason.

A-t-il refuse le debat a la demande de Sarkozy ? ( Peillon prochain ministre d'ouverture ? ), de Besson ? ( ils sont peut-etre toujours potes apres tout ) ...
PFFF Que c'est beau la politique en France .... voila le niveau, une fois le faux débat posé, il suffit d'en discuter. Je pense que ce site nous ferait du bien en n'aidant à la pandémie de conneries qui se propagent toujours.
Meme si je n aime pas Peillon je lui dis" Bravo",Chabot avec son air de teckel battu m enerve au plus haut point .C est quelq un de tordu avec ses airs de pas y toucher et de de droitre. Je dis comme melenchon "CHABOT ALLEZ AU DIABLE "
Cré Vains Dieux on nous mentirait ? Tous les jours de l'année, de jour comme de nuit, en nous affirmant que les services publics (que, pour ma part, j'appelle “sévices publics”) sont la panacée, le Graal, la seule solution, la plus économique, la seule impartiale et digne…

D'ailleurs la communauté Internet mondiale attend avec de plus en plus d'agacement la création d'un service public d'Information sur le Net, pour court-circuiter les irresponsables du privé qui font courir les bruits les plus loufoques sur la toile !

En réalité les deux émissions politiques successives proposées par France 2 hier – et que j'ai regardées in-extenso – étaient totalement lamentables !

La première, heureusement torpillée par Vincent Peillon, consistait à faire l'apologie du très répugnant Besson sous couvert d'oser lui poser les questions qui fâchent tout en lui offrant tous les moyens de se disculper et de se montrer sous un jour délicatement flatteur, à mille lieues des petites infamies quotidiennement perpétrées par son ministère et ses fonctionnaires (en voilà encore qui démontrent la qualité de la fonction publique !)

En l'absence du prochain récipiendaire des largesses de Pierre Bergé nous avons pu assister à un show extrême-droite versus extrême-droite, chacun reprochant tout et n'importe quoi à l'autre, à tout hasard pour tenter de se démarquer ou d'exister.

Peillon n'avait rien à gagner à se mêler à ce match de catch dans une fosse à purin, c'est évident, et il n'a pas eu tort de torpiller cette mascarade honteuse : est-il réellement nécessaire de donner la parole à des vermines de ce niveau ? Le silence ne serait-il pas mieux venu pour ensevelir ces remugles répugnants ?

Pour ce qui concerne le niveau de voyoucratie qui s'étend sur notre pays il faudrait être bien naïfs pour s'en étonner lorsqu'on est affublés d'un “président” qui traite les citoyens de “pov'cons”

Enfin la seconde, le show jospinien atteignait des sommets de ridicule dans l'infatuation et conduisait à ce demander si, vraiment, ce genre de gens – qui nous coûtent si cher – servent à quelque chose, et s'ils apportent réellement quelque chose à la collectivité en échange de ce qu'ils dépensent sans compter.

Peut-être vaut-il mieux ne pas répondre à cette question, pour garder un peu de moral…

***
« A nous de juger » : insupportable émission, insupportable dispositif de « pièges à cons » maintes fois constatés que cette émission effectivement indigne du service public. Le panégyrique Besson (style Dati) : ma vie, mon parcours, mes blessures était proprement irregardable, suivi d’un débat de caniveau rythmé par les incessantes coupures de parole d’une Arlette Chabot inlassablement apparatchik. Alors l’hôpital se moque t-elle de la charité ou la charité se moque t-elle de l’hôpital : le premier qui rira aura une tapette. N’empêche que les accusations de lâcheté à l’égard de Peillon résultent d’une analyse au premier degré et de courte vue, mensonge ou pas mensonge, buzz ou pas buzz. Personne n’avait strictement rien à faire dans cette galère. Dire non, enfin dire non.
Il a jamais fait dans la dentelle semble t il Peillon, mais il a eut raison, à voir le temps accordé au débat, par rapport eu lèche botte.


Identité Nationale, Peillon, Chabot, Sarkozy, Apathie Le Pen France2 Télévision Politique (des petits problèmes de compression ont mangé les fins de phrase.... peut être que j'y reviendrai)
Bonjour Daniel,

vous dites que, "de Saint-Cricq ou de Peillon, l'un des deux ment".
Je crois que l'on peut aller plus loin, et affirmer que Peillon ment.
Au moment où Peillon assure aux journalistes de France 2 qu'il participera à l'émission, avait-il l'intention d'y participer ?
S'il n'avait pas l'intention d'y participer, alors il ment aux journalistes de France 2.
S'il avait l'intention d'y participer, alors il ment aux français dans son blog, où il affirme : "on m’a demandé ... de venir cautionner cet exercice d’abaissement national ... C’est bien mal me connaître ... que de penser que je pouvais accepter de me prêter à une telle comédie"

Peillon est considéré comme un menteur, par de nombreux socialistes.
Hollande le surnomme "le serpent".
Les militants du courant "Espoir à Gauche" de Royal, estiment qu'il leur a menti en organisant le "rassemblement" avec les moyens humains, financiers, politiques, médiatiques, de leur courant. Ségolène aurait-elle pu accepter un allié qui lui aurait annoncé qu'il allait utiliser son courant, pour organiser un meeting de lancement d'un mouvement politique nommé "rassemblement", qui l'excluerait par principe ? Ne lui a-t-il pas caché ses intentions en organisant peu à peu ce "rassemblement", d'abord par l'université d'été du courant "Espoir à Gauche" ?
Peillon est aussi l'auteur de plusieurs "baratins suspects".
Lors de l'affaire de la "psychiatrie lourde", Peillon a sorti un baratin suspect, au sujet de "poissons volants", qu'il n'a pas assumé lors de votre émission,
Et là encore, nouveau baratin suspect. C'est la deuxième fois qu'il donne après coup une explication qui, comme par hasard, mais de manière toujours un peu compliquée, explique comment il s'est comporté de manière honête sans être en contradiction avec les faits connus du public. Explications tortueuses comme des serpents de mers, se faufilant entre les rochers de ces faits connus du public, non ?
Peillon ressemble à l'homme politique soupçonné de malhonnêteté, de la révolution française, qu'était Barère de Vieuzac. "Barère, que caches tu encore dans ton vieux sac ?", lui demande Desmoulins dans un article du journal "le Vieux Cordelier".

On peut par ailleurs reprocher aux journalistes de France 2, de faire de l'information à la télé, avec tous les défauts de ce médias pour faire de l'information. On peut leur repprocher d'essayer d'être accessibles à un large public, quitte à ne pas donner à voir des émissions très approfondies. On peut leur repprocher de faire de l'information institutionnelle, qui ne dit pas les vérités qui fachent, qui semeraient la discorde, ou qui dérangeraient trop le pouvoir. Mais peut-on soupçonner les journalistes de France 2 de malhonêteté ? Ce serait pousser le bouchon un peu loin, non ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Donc ce type, il a tout compris,
de la com' à l'ancienne et du buzz,
de qui parle-t-on ce matin, du Besson ou de son jumeau (oups, j'ai pas résisté),

donc à l'économie, Peillon est resté en famille et a réussi à faire parler de ce mauvais débat, parce qu'enfin ce débat est pourri de chez pourri, écoutez Sonia Kronlund sur France culture, hier à 13h30, débat sur l'identité nationale au Raincy,émission Les Pieds sur Terre là Besson s'est fait porter pâle.

Alors, moi j'approuve Peillon de tenter de trouver une position correcte dans ce paysage détestable (et pour le mensonge, dans le monde des menteurs, c'est être adapté).

http://anthropia.blogg.org
Peillon avait un autre choix : il aurait pu venir et commencer son intervention par la description que fait DS du piège et de dire qu'il avait de gros doutes sur l'impartialité des journalistes qui organisaient cette émission : Chabot se serait sentie outragée et y'aurait eu du sport (je peux pas la sacquer mais c'est une contradictrice pugnace quand elle veut). Ensuite il dit qu'il refuse de participer ce débat qui a été mal lancé, et surtout qui sert de fumigène pour détourner les gens de la crise. Et là il se barre en direct.

En passant j'en profite pour partager mon dégoût de Chabot, dont j'ai découvert la servilité à l'égard de Sarko pendant la présidentielle. Ce légendaire débat pendant lequel elle ne perdait pas une occaze de casser Ségo et lui réservait ses questions les plus vaches, pendant qu'elle minaudait à l'intention de Sarko en lui posant des questions terriblement agressives (comment faites-vous pour proposer autant d'idées innovantes ? C'est pas trop dur d'être aussi brillant ?). Un grand moment de télé.
Bonjour,
N. Saint-Cricq: "Méthodes de voyou"… C'est l'hôpital qui se fout de la charité.
Je pense que Peillon a cherché tous les moyens pour stigmatiser cette émission indigne. Le recours au mensonge ne me choque pas plus que ça. Mentir n'est pas une tare autant que vous semblez le penser Daniel, on pourrait débattre longtemps sur ce sujet. Et à la fin ,quel choix avait-il : dire au dernier moment je ne viens pas , c'est renoncer publiquement et se faire hara-kiri politiquement . Semer le doute en disant que la télé est manipulatrice : est-ce vraiment un mensonge ? L'existence même de ce site donne la réponse.
Politique ne rime pas avec politesse, mais avec comique !
C'est gentillesse qui rime avec politesse, mais est-ce une faiblesse ?



Nos politiques nous ont habitués à leur communication.



PS :
Les Pièfes des politiques est-ce le piége des fieffés menteurs ?
J'apprécie le coup de Peillon parce que le début de l'émission que j'ai eu le malheur de regarder (pommade et portrait pour Besson) m'a donné la nausée.

Ensuite, le pauvre Jospin, pourquoi ne pas le laisser tranquille sur le trotskisme ? il me paraîtrait plus intéressant d'interroger le lien conflictuel entre socialisme et mitterrandisme, de le questionner sur ses renoncements au pouvoir pendant la gauche plurielle (y compris le droit de vote des étrangers, mais aussi la politique fiscale, sans parler du refus de parler d'adoption ou mariage pour les homosexuels...). Je ne sais pas si le documentaire de Rotman le fait.
Je n'ai pas regardé cette émission construite autour du-ministre-qui-monte-parce-que-les-medias-ont-décidé-que..... Mais ce genre de piège n'est évidemment pas le premier. Dans un autre registre, il y a peu de temps, Guillaume Durand a coincé Mathieu Kassovitz et Bigard sur son plateau, lors d'une émission consacrée au 11 septembre 2001, dans un réquisitoire mené par un journaliste (autrefois respectable) et après leur avoir promis d'inviter un expert de leur choix qui n'a pas pu s'expliquer. L'excuse était de ne pas donner la parole à des "conspirationnistes". N'empêche que le procédé était et reste dégueulasse....
Ce qu'il faut savoir c'est que Vincent Peillon ne sait vraisemblablement pas ce qu'un blog ou ce qu'une discussion veut dire. Il est resté dans la bonne tradition de communication unidirectionnelle.
Tous les commentaires (aucun a charge) sur son blog ne veulent pas dire grand chose, les commentaires qui ne vont pas dans le sens de son billet NE SONT PAS ACCEPTES.

Un grand courage politique, citoyen. C'est une attitude qui n'est pas digne d'un personnage politique.
Au moins, grâce à son "coup", Vincent Peillon nous a évité des unes avec la face de Marine Le Pen ce matin. Et rien que pour ça, je pense qu'il mérite un grand merci.
la vraie question est : "qui regarde encore Arlette Chabot à la télévision ?"

et ensuite quand on aura les noms des derniers survivants de cette télé de tartuffes, réfléchir éventuellement à l'intérêt pour une télévision publique de faire l'apologie d'un traître à son parti, oh et puis non allons-y carrément :de traître à cette nation qui avait un jour écrit le mot FRATERNITE sur tous les frontispices de la république ; traître parce qu'il y prône une politique raciste et de rejet d'êtres humains dans le plus grand dénuement !!

à voir le 7' pour une vie du Magazine de la Santé consacré toute cette semaine aux Afghans venus chercher refuge en france et qui tombe sur [s]une république prête à accueillir les populations migrantes les plus déshéritées[/s] Besson !!
http://www.france5.fr/magazinesante/W00443/4/118178.cfm

à mon avis Molière se régalerait à regarder la télévision aujourd'hui......
D'un poste d'observation de l'autre côté de la frontière - en dehors donc des a priori partisans -, difficile quand même de résister à l'impression tenace du (au moins) manque de panache de Vincent Peillon.
Quand on apprend de surcroît, d'après rue 89, qu'il aurait soigneusement préparé son incident à l'avance, l'image qu'il projette de lui me semble encore plus lamentable.
Mais pourquoi n'est-il pas venu exprimer ce qu'il avait à dire sur le plateau ?


Mais au fait, cette émission, qui avait envie de la regarder, de toute façon ?

Par exemple moi, ne serait-ce que pour évaluer - à mon échelle - le degré d'objectivité des commentaires de la presse du lendemain.
Et parce que le spectacle de la politique en France est vachement bien orchestré. Bon public, moi.
Je suis toute prête à adhérer aux reproches généralement formulés à Besson (même si tout le monde s'en fout, je ne suis pas française), n'empêche, en terme d'image, il a de la maîtrise, de l'esprit et j'oserais même préciser de la classe. Et un petit quelque chose de minéral assez hypnotisant et inquiétant.
(A propos de la tribune qui lui est offerte par France 2, est-ce la règle du jeu pour les invités "ténor" de cette émission en général ?)
Je me suis forcée à regarder la chose. Tout d'abord,on permet à Besson de se justifier,on le conduit à faire des confidences dignes de le rendre plus sympafhique. Ensuite on lui oppose quelqu'un de pire et l'opération doit s'achever par l'aumône d'un espace au PS pour dire ce qu'il en pense....Merci à Peillon de ne pas avoir participé à la farce!
Le plus atroce, dans cette soirée, c'était l'épouvantable "débat" le Pen-Besson, où c'était carrément Marine le Pen qui lui faisait la leçon sur la "République" et la "Constitution". On mesure l'état de décomposition politique du pays... Le coup de poker de Peillon a au moins le mérite de mettre ça en lumière.

La rétrospective Jospin permettait de constater qu'à une autre époque, c'était des duels Jospin-Marchais qui animaient la télé... aujourd'hui ça fait rêver.

Je vous trouve dur contre Jospin, j'ai été assez convaincu par son explication du "passé trotskiste". En effet, il ne m'a jamais semblé crédible qu'un véritable "trotskiste" (même "ancien") signe le traité d'Amsterdam. Mais Jospin l'explique très bien par un "retour à la réalité" après quelques vestes mémorables (comme l'énorme boulette politique de la réforme de l'école) et par le fait que la politique de nationalisations de 1981, "la seule qui vaille", dit-il encore aujourd'hui (je suis bien d'accord avec lui), était à contre-pied des autres pays industrialisés et de la montée du chômage. A l'époque, malheureusement, l'alternative se faisait entre Thatcher et l'URSS... ça laisse peu de marge.
Si on a bien tout suivi, Peillon avait préparé sa sortie quelques jours avant, histoire, dixit himself, de taper un scandale. Visiblement, ce type aime bien brasser l'air, sans doute histoire de montrer qu'il a du souffle. C'est aussi l'histoire de Chabot qui voulait piéger Peillon qui a voulu piéger Chabot. Mais au fait, cette émission, qui avait envie de la regarder, de toute façon ? Pas moi, en tout cas.
l'un des deux ment.

Allez, ne soyez pas chiche, les deux mentent!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.