41
Commentaires

Pas frêche, mon information ?

Plus le contexte s'éclaire, plus la citation de la phrase de Frêche sur Fabius

Derniers commentaires

Et pourquoi "pas tres catholique" ne pourrait pas etre simplement une expression courante ?

La justification de Freche comme quoi Fabius ne lui inspire pas confiance n'est pas si surrealiste. N'oublions pas l'affaire du sang contamine...

Je peux dire "Dieu merci" sans etre croyante. Je peux dire d'une personne qu'elle n'est "pas tres catholique" sans penser une seconde a ses convictions religieuses !

Apres tout, Luis Bunuel a dit sur son lit de mort...

"Je meurs en athee. Dieu merci."
On le connaît bien le phénomène de l'emballement, à @si : Daniel a écrit dessus il y a quelques années, et malgré toutes nos (vos) préventions parfois on s'emballe aussi un peu, des fois, sur @si. Tant observer les médias ça nous fait leur ressembler, aussi.

Alors pourquoi s'arrêter ici autant maintenant ? On sait qu'Aubry veut être la patronne, on sait que Frêche n'est pas sa tasse de thé, on sait que le PS est depuis longtemps un panier de crabes - comme tous les partis, à des degrés divers, à des étapes diverses.

Pour ma part, je ne regrette pas : le patron de Septimanie ne m'emballait guère...
Je me demande pourquoi Mr Frêche attire-t-il tant de réactions dès qu'il dit quelque chose. Je précise tout de suite que je n'habite pas sa région et pense être de la vraie gauche.
J'ai recherché sur internet les précédentes affaires qui ont défrayé la chronique:
- l'histoire des harkis. Voici l'extrait du Midi Libre relatant les faits:
"Le président de la communauté d'agglomération de Montpellier s'en était pris à des harkis qui avaient assisté le même jour à une manifestation similaire de l'UMP. « Vous êtes allés avec les gaullistes (...) Ils ont massacré les vôtres en Algérie (...). Ils les ont égorgés comme des porcs. Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps (...). Vous êtes des sous-hommes, vous êtes sans honneur ».


Certains sont allés chercher que le terme sous-homme était employé par les nazis!
A-t-il été employé avec cette intention?

L'histoire de l'équipe de France de foot: Extrait du journal:

Dans cette équipe, il y a neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre. Ce serait le reflet de la société. Mais là, s'il y en a autant, c'est parce que les Blancs sont nuls (...). J'ai honte pour ce pays. Bientôt, il y aura onze Blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine", a déclaré Georges Frêche, selon le quotidien Midi libre dans son édition du jeudi 16 novembre.

La première partie, pour moi, n'est qu'un constat purement statistique.Il a bien dit que les blancs devaient être moins bons pour ne pas faire partie de l'équipe.C'est comme les sprinters américains qui sont tous de couleur. Est-ce être raciste d'énoncer ce constat? Des spécialistes ont avancé que c'était dû à la morphologie, à la masse musculaire des sportifs de couleur.
Après, pour la deuxième partie, avoir honte et avoir de la peine..... Parce que les joueurs blancs sont nuls?... Ce n'est pas clair et mériterait des explications de la part de l'intéressé.


Pour l'affaire avec Fabius, c'était en réponse à ce dernier qui n'avait pas été très amical avec lui. Il lui a répondu sur le même ton; l'expression "pas très catholique" étant une expression de la langue française qui peut s'appliquer à tout individu quelque soit sa philosophie et son appartenance religieuse.

Je pense que Mr Frêche , d'après les images que j'ai pu voir, est quelqu'un qui ne pratique pas la langue de bois, il dit ce qu'il pense et maintenant c'est mal vu dans le milieu politique où l'on a une bande de faux-culs; devant les caméras, on fait attention à ce que l'on dit; mais dès qu'ils ont le dos tourné, ces messieurs dames se lâchent;( voir Sarkosy, Hortefeu, Morano, des maires et des députés UMP ) . Les exemples foisonnent.
http://www.montpellier-journal.fr/2010/02/acrimed-et-arret-sur-images-reviennent-sur-laffaire-freche-fabius.html
Et ...euh... à l'Express ils en pensent quoi? (je demande parce que bon, ya Mettout qui râle sur Twitter)
Alors je vous propose de lire le dernier édito de Bernard Langlois sur Politis (qui s'en va, quelque peu las)... et dont je partage les opinions (que je mets en gras).

"Mais tu dis aussi souhaiter « que [je] me reprenne ». Or, cela, vois-tu, est tout simplement impossible. J’ai pas mal de défauts, mais je ne suis pas un tricheur. J’exprime ce que je ressens. Notamment (ce qui te heurte le plus apparemment) à l’égard, non pas des syndicats – bien sûr indispensables, nous sommes d’accord –, mais de leurs directions faillies, dont le comportement « responsable » sied tant à Sarkozy, ça t’aurait-il échappé ? Ou vis-à-vis de ces hiérarques du PS, que je me refuse à appeler « socialistes » tant je trouve cet adjectif usurpé, et dont on ne sait plus ce qui les motive le plus de leur carrière, de la gloriole ou de l’argent – bien secondairement en tout cas le sort du pauvre peuple. Et même hélas cette « gauche de la gauche » qui, malgré l’apparence de quelques progrès (au détriment des composantes les moins structurées, qui ne sont pourtant pas les moins novatrices), ne parvient pas à dépasser ses querelles boutiquières (je ne parle même pas des écologistes, qui ont, paraît-il, le vent en poupe, mais dont l’opportunisme congénital me laisse songeur…). Tout cela, que je pense vraiment, et bien d’autres choses encore, pas plus réjouissantes, sur l’état de la planète (en voie de déliquescence angoissante) comme sur ce qu’on appelle la « démocratie » (un paravent masquant au peuple la réalité des ploutocraties), sur la corruption omniprésente (et pas seulement dans le tiers monde ou en Russie, où on la montre volontiers du doigt pour mieux faire silence sur la nôtre), sur la médiocrité de la presse en général et la servilité de l’audiovisuel en particulier (sur le fond, sinon la méthode, Peillon n’a pas tort), sur l’hypocrisie des rapports sociaux (ah, Séguin, quelle grande perte !), sur l’impuissance des associations empêtrées dans des débats abscons (la sodomisation des drosophiles comme un des beaux-arts), sur l’omniprésence d’un « politiquement correct » qui gomme la gauloise de Sartre ou la pipe de M. Hulot sur les affiches et remplace la clope de Lucky Luke par un brin d’herbe (qui de façon générale passe la verdeur de la langue et le franc-parler populaires au rabot de la bien-pensance), sur l’hébétude de masses droguées (à la potion télévisuelle pour les aînés, aux jeux vidéo et autres systèmes de messagerie moderne pour les plus jeunes, au foot pour tous…), je?m’arrête. Je pense cela, et je devrais ne pas le dire. Pour ne pas désespérer Billancourt, peut-être ?"
Ça me fait penser à l'affaire Rouillan (l'Express aussi il me semble), dont rien dans l'interview ne justifiait la remise en prison, mais utilisé en son temps pour discréditer Besancenot et le NPA.
Il y a un truc que je saisis pas.
Quand Frêche dit que Fabius n'a pas une tronche fort catholique (c'est à dire qu'on peut le soupçonner de manigancer des trucs en douce sans rien dire en face), il se prend une accusation d'antisémitisme. Mais, quelque temps auparavant, ayant engueulé je ne sais plus quel protestant à propos de l'implantation d'une société isréaélienne dont on raconte qu'elle fait son gras sur les terres des Palestiniens expropriés, on l'a carrément acusé d'être ennemi de la Palestine, ami des Juifs, et anti-protestant. C'est à dire qu'ici on lui reproche d'être prosémite, et là d'être antisémite.
J'ai demandé sur Rue89 quelques explications sur cette histoire de harkis sous-hommes, et je me suis vu répondre qu'encore une fois, c'était une phrase extraite de son contexte. "C'était également bidon" me répond Liger.

Franchement, est-ce ainsi qu'on se débarrasse d'un gêneur ?
Que l'Express se fende d'une petite saloperie en douce, "pas catholique" mais certainement fort chrétienne, on ne s'en étonnera pas. Mais pour le reste, je trouve ça un peu bas. Ou alors il ne reste plus que ce moyen, pour le PS, de purifier la frêcherie ? Monsieur a des dossiers sur tout le monde ?

On va scier l'arbre pour faire descendre le singe ?
Tiens, entre les 2 copies d'écran (20 heures d'écart), aucun nouveau commentaire ni aucun nouveau vote sur l'article de l'Express. Pas très participatif leur site !
Y a pas qu'Apathie et le PS hien. Ce matin sur France Inter Pierre Weil a cuisiné Cécile Duflot sur Frêche pendant presque 10 minutes (sur 30 d'entretien). J'en ai presque éteint ma radio.
une ènième réplique du thème sur le forum...et une ènième réplique des arguments des uns et des autres....C'est un peu fatiguant il faut absolument s'arranger pour qu'il n'y ait qu'un seul fil dans le forum qui puisse correspondre à tous les articles qui parlent du même thème.
un seul fil de discussion sur Frèche dans le forum aurait largement suffi.
Je remercie Danièle qui hier , a été la seule à citer des faits , leur chronologie et les citations exactes .
Arrêtez de citer l'express , vous entrez ds le suivisme des tv et journalisme sans recul ...
Fâchée ...
J'avais donné un avis sur la chronique d'hier ICI, je suis très surpris que ce non-sujet (il y a vingt ans que le PS aurait du virer cet abruti s'il avait la moindre dignité) revienne encore aujourd'hui.

Et pour ne rien dire de neuf (ou alors je n'ai pas compris... Méchant Express ? Et puis quoi encore ?)

J'espère vivement que les Matinautes des 11 prochains mois de 2010 ne seront pas consacrées à ce vide absolu... Non plus que l'émission de cette semaine !

AU SECOURS, DÉBARASSEZ-NOUS DE FRÊCHE !

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Je profite du fait que DS mette à son tour en lumière le travail de Jacques-Olivier Teyssier avec Montpellier-Journal pour vous inviter à jeter un œil sur la page où il explique son modèle économique plus que précaire (et encore plus aléatoire que celui d'@si). Peut-être que certains d’entre vous lui donnerons un petit coup de main pour que l’information indépendante perdure également dans les régions, et que son site ne suive pas le même chemin que son ancienne publication papier L'accroche.
Communiqué ce matin en provenance de l'équipe de nuit de la "Cellule de Veille des propos de Georges Frêche" - cet organisme qui a été créé par un pool de medias pour mettre en commun les moyens de surveillance des paroles et écrits du président de la région Languedoc - , je cite:

« Ce matin 2 février à 8 heures, l’équipe de nuit n’a noté aucun dérapage de Monsieur Frêche depuis hier soir 20 heures. Sauf peut-être que, à un moment donné, Monsieur Frêche, alors attablé pour le diner, a dit à son épouse d’un ton suspect : « tiens, Georgette, passe-moi le SEL ». Nos équipes sont en train de rechercher la signification exacte de ces propos inhabituels. Des équipes de talmudistes ont été sollicitées et travaillent activement au décodage de cette phrase ambigüe. Nous avons également communiqué à l’équipe du matin, lors de la relève, la liste des associations correspondant au sigle SEL afin de lancer les recherches qui s’imposent. Tous les medias doivent rester en alerte pour réagir dès que nous aurons de nouvelles précisions»
Cher Daniel , je comprends bien cette fois et votre parti est clair et limpide. En revanche , je ne comprends pas ce que vous voulez démontrer par l'alignement du titre de l'article du site de l'Express avec celui du journal papier.
Ouais, si on compte sur de si piètres tacticiens que les socialos pour nous sortir du sarkozysme en 2012, autant resigner tout de suite pour 5 ans avec le talonné. Même DS s'est aperçu de la manoeuvre et pas eux..... :-)))))))))

Mamma mia.
L'accusation d'antisémitisme, c'est l'artillerie lourde. On ne débat plus avec son contradicteur, on le traite d'antisémite pour le sortir du débat.

Les acteurs de cette forme de guerre, qui a pris sa vitesse de croisière après la seconde Intifada et le 11 septembre,s'appellent Val, Alder, Finkielkraut, BHL, Askolovitch Le Crif, etc. On notera aussi la présence de soutiens mous et de circonstance à la manœuvre comme Caroline Fourest ou Joseph Macé-Scaron.

Siné, Mermet, Badiou, Morin peuvent en témoigner. Récemment Péan. On peut se faire accuser d'antisémitisme pour a peu près tout. Deja, pour avoir apposé les noms précités dans le précédent paragraphe. Sinon, dénonciation de l'islamophobie (qui n'existe pas selon Val et Fourest), critique du néolibéralisme et, bien sur, critique d'Israël.

Et peu importe que l'on soit critique ET juif, on est alors un "traitre", tel Brauman, affublé de cette insulte par Adler.

Un autre "traitre" Gideon Levy, journaliste à Haaretz, racontait comment il avait été censuré par TF1 pour des propos sévère contre son pays.

On ne s'étalera pas sur l'impunité des milices comme le Betar ou la LDJ.

Mais on s'arrêtera sur l'appel de MAM dans le procès Halimi. La peur de faire traiter d'ennemi des juifs s'est estompée et on a vu de grandes figures juives et non juives prendre la parole pour dénoncer la manœuvre.

C'est dans cette ambiance de fin de chape de plomb que Frèche se voit accuser d'antisémitisme. Pas sur que ca passe. D'autant que le bonhomme peut compter sur des soutiens chez les juifs communautaires qui ne manqueront pas de louer son intégrité.

"L'Express" n'est pas le relais de BHL & co. Il a pourtant joué de ce ressort pour enfoncer un politique. C'est bas et vain, cela prouve une fois de plus que ces magazines naviguent a vu, sans boussole idéologique.

Pour autant, le PS a eu raison de larguer Frèche. Tard, très tard mais qu'importe finalement. Il l a fait.
"On ne s'étalera pas sur l'impunité des milices comme le Betar ou la LDJ."
Cà y est, vous avez franchi la ligne jaune : "le mot "milice" accolé au mot "juif, ce n'est pas un oxymore, c'est une honte" selon Yann Moix dans Le Figaro du 18 août 2009. Cela peut vous mener au tribunal, mon gaillard!
Moix est un agressif poussé par la trouille de son prochain. Je l'avais oublié dans mon inventaire.

Mais il ne faut pas avoir peur de ces petits roquets, il faut les combattre.

Son texte est le parfait exemple de ce que je dénonçais au dessus : un film critique sur Israel, ue chronique de Moix, brutale, agressive, parler fort, crier, éructer... puis deux procès pour exterminer la contestation.

. Pour autant, le PS a eu raison de larguer Frèche. Tard, très tard mais qu'importe finalement. Il l a fait. par Olivier.


Si les autres accusations portées contre Frèche se mesurent à l'aune de celle-ci on peut se poser des questions !

N'est-ce pas plutôt un billard à x bandes pour faire tomber une fédération un peu trop éloignée du Solférino du moment ?

ça me laisse perplexe quant à la sincérité de ces cris d'offraie.


Mais je ne suis pas du sud et je ne connais pas grand chose de ce qu'il a vraiment dit ou fait dans ce qui lui est reproché.
Oui, l'expression a aussi été utilisée par Mélenchon, c'est tout a fait ça.
bon écoute c'est simple la situation politique en languedoc roussillon. Il y a eu X mandants de Jacques Blanc(UMP) comme président de région jusqu'au jour ou Frèche a enfin gagné, il a alors cédé la mairie de montpellier qu'il tenait depuis une éternité à sa dauphine. Pour conquérir la région la gauche a passé l'éponge sur les nombreux dérapages du cas frèche qui a tout du tyran imbu de sa personne. un seul exemple, son entêtement à vouloir renommer la région "Septimanie" en traitant de débiles tous ceux qui ne comprenaient pas que c'était le vrai nom originel de la région....on a payé sur nos impôts une immense campagne de pub pour renommer la région et qu'en reste-t-il aujourd'hui à part les milliers ou millions d'euros payés par le contribuable pour le délire d'un homme totalement isolé sur cette question? il n'en reste rien du tout. Frèche reste l'unique septimaniaque.
Depuis qu'il est président de région, l'âge avançant et la tête enflant, il y a eu de plus en plus de dérapages de ce type.
Tout le monde ici sait très bien que Montpellier et Nimes se sont toujours tiré la bourre sur les délires mégalomaniaques de Frèche et de fournier. Ce mégalo de Frèche rêve d'une mégapole régionale dont il serait évidemment le chef, un genre de Los Angeles à la française...
les projets mégalos à Montpellier n'ont jamais manqué, comme celui d'un port de plaisance à côté du centre ville, alors que la mer se trouve à plusieurs kilomètres, projet qui finalement se terminera en "port marianne" à Lattes....Ha la gauche caviar c'est beau, et les cocos qui roulent avec le mégalo....la pomme démocratique est vraiment pourrie jusqu'au trognon.

maintenant la droite pour reprendre la région a intérêt à ce que al gauche soit divisée, la drite a donc intérêt à faire enfler la polémique. Le PS quant à lui avait intérêt à rester unie derrière Frèche, celui ci se sentant fort il surveille encore moins ses paroles, il sait que même les cocos ici pour tenir quelques mandants de conseillers généraux et régionaux ont aussi intérêt à rouler avec Frèche.

autrement dit la droite alimente un buzz sur cette remarque pseudo antisémite, la gauche piégée par le buzz est obligée de lacher Frèche, la gauche va présenter 2 listes et la droite va reprendre le languedoc roussillon.

on sent bien que c'est cela qui se joue quand Bartolone dit "il vaut mieux perdre une élection que perdre son âme"
Merci pour l'explication, très instructif
pour être encore plus complet sur la politique locale on a la particularité d'avoir à certains endroits (surtout dans la gard) 2 partis socialistes différents, la scission s'est jouée sur les relations locales entre le PS et le PC

un peu d'histoire: le languedoc roussillon a été pendant longtemps une zone très très rouge, par exemple dans le gard c'était grand chelem communiste à presque toutes les élections municipales,cantonales, régionales et législatives. Dans la deuxième ville gardoise un socialiste a donc choisi comme priorité numéro 1 de faire chutter le maire communiste à tout prix....il s'est donc allié avec la droite et l'extrême droite,l'union sacrée face à la vermine bolchevique (il faut savoir qu'à l'époque tout ce que la ville comportait de notables de droites, votait pour le maire communiste, un résistant notoire aimé de tous) ce fut chose faite, le coco tomba (enfin son dauphin après une paire de mandats) et le numéro 2 de ce maire socialiste est aujourd'hui député maire UMP.
La méthode ayant fait ses preuves les communes ont fini par tomber les unes après les autres dans les mains de ces socialistes là.
j'ai eu comme collègues de travail 2 de ces maires socialistes sui se sont unis y compris avec l'extrême droite locale pour faire tomber les cocos. Et lorsque Sarkozy a lancé "l'ouverture" j'ai entendu de mes propres oreilles l'un des deux dire, "c'est nous ici qui avons inventé cette méthode pour baiser les communistes".
toujours est-il que dans le coin il y a souvent 2 cellules du PS par ville, une qui joue l'union de la gauche et l'autre qui fait cavalier seul ou s"allie parfois avec la droite.
il ne s'est pas passé la même chose dans tous les départements de la région, et la droite fortement implantée en Lozère a pu maintenir à la tête de la région le lozérien Jacques Blanc qui faisait chaque fois dans les 78% sur la lozère. puis ça s'est un peu panaché le rouge s'est d'abord rabougri pour se recentrer sur le gard et l'ouest montpelliérain et le reste a rosi peu à peu...désormais je ne sais pas trop ce qu'il adviendra. Mais une chose est sure le bleu à désormais beaucoup plus de chances que le rouge, et le gard est de moins en moins rouge et pour le rester un peu il a besoin de listes communes avec le reste de la gauche ce qui fait que le jeu est de moins en moins clair, à tel point que l'UMP peut remporter une élection partielle malgré un flagrant délit de fraude à la chaussette ayant causé l'annulation du premier scrutin.

la démocratie à besoin d'air, on a besoin de clarté, on a besoin de sincérité dans les projets politiques, on a besoin que les types fassent 1 seul mandat sans cumul et soient obligés ensuite de passer la main.
Comme je le faisais remarquer hier, cette histoire n'est pas très catholique pour des journalistes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.