63
Commentaires

Panthéon : Malraux 1, Hollande 0.

Drôle d'idée, la panthéonisation par fournée de quatre.

Derniers commentaires

Résistants d'aujourd'hui:

Procès le 17 juin pour 9 des opposants à la ferme des mille vaches.

http://www.confederationpaysanne.fr/gen_article.php?id=3528

Mortalité élevée des animaux dans cette ferme. Bon appétit!

http://www.courrier-picard.fr/region/drucat-80-le-cheptel-des-mille-vaches-sous-surveillance-ia0b0n559207
Merci Daniel.
Moi qui m'exprime rarement sur les forums, je voudrais vous dire que la lecture de votre Brève du matin m'enchante de plus en plus; Je suis très souvent d'accord avec votre (vos) analyse(s), et je me surprends à dire à haute voix "merci Daniel !". Mais oui ! de l'intelligence, de la finesse, de l'acuité, moi, franchement, je kiffe comme disent mes enfants !
Et ce que nous constatons tous, aujourd'hui, c'est que le peuple est beaucoup plus intelligent que ses élites. Et ça fait du bien, vraiment, ça fait un bien fou.
Continuez, je ne sais pas à quoi vous carburez, j'espère pour vous que c'est à l'amour, c'est vraiment la meilleure drogue !
Très bonne soirée à tous,
Françoise
On attendait un discours avec du souffle, peut-être pas aussi inspiré que celui de Malraux, mais son équivalent moderne.
Et, pour ce que j'ai écouté, on a eu un devoir d'entrée à l'ENA inspiré par wikipedia.

Le problème de Hollande, c'est qu'il confond normalité et médiocrité.

Et pendant ce temps-là, les socialos votent pour le traité transatlantique.

Cata ! Ils nous auront tout fait.
A propos du Vite-Dit sur Umberto Eco, son texte est trouvable facilement:
(Pour les néophytes, MS-DOS est l'ancêtre de Windows)

"Une attention trop faible a été accordée à la nouvelle guerre religieuse souterraine qui transforme le monde moderne. C'est une de mes vielles idées, mais je découvre qu'à chaque fois que j'en parle aux gens, ils sont d'accord avec moi.

Le fait est que le monde est divisé entre les utilisateurs d'ordinateurs Mac et les utilisateurs d'ordinateurs compatibles MS-DOS. Je suis entièrement convaincu que le Mac est Catholique et le DOS Protestant. En effet, le Mac est contre-réformiste et a été influencé par le "ratio studiorum" des Jésuites. C'est un système gai, convivial, amical, il dit au croyant comment il doit procéder étape par étape pour atteindre - sinon le Royaume des Cieux - le moment où le document est imprimé. C'est une forme de cathéchisme : l'essence de la révélation est abordée au moyen de formules simples et d'icônes somptueuses. Chacun a droit au Salut.

DOS est Protestant, voire Calviniste. Il permet la libre interprétation des écritures, réclame des décisions personnelles difficiles, impose une herméneutique subtile àl'utilisateur et tient pour acquis que tout le monde ne peut pas atteindre le Salut. Afin de faire fonctionner le système, il faut interpréter soi-même le programme : loin de la communauté baroque des fêtards, l'utilisateur est enfermé à l'intérieur de la solitude de ses propres tourments.

On pourrait répondre que, avec le passage à Windows, l'univers DOS finit par ressembler davantage à la tolérance contre-réformiste du Macintosh. C'est vrai : Windows représente un schisme de type Anglican, avec cérémonies en grandes pompes dans la Cathédrale, mais il reste toujours une possibilité d'un retour au Dos pour changer les choses en accord avec les décisions étranges; quand c'est le cas, vous pouvez décider d'autoriser les femmes et les homos à être ministre du culte si vous le souhaitez.

Et le code machine, qui est la clé des deux systèmes (ou environnements, si vous préférez) ? Ah, il est lié a l'Ancien Testament et il est talmudique et cabalistique...»
En plus, dans sa fournée, Hollande s'est bien gardé de mettre le moindre communiste... Il aurait été pourtant symboliquement fort de panthéoniser un des 23 étrangers et nos frères pourtant de la MOI.
Une petite phrase dans le discours de François Hollande: " En finir avec la stigmatisation de l'échec"...

Ce n'est pas avec l'échec qu'il veut en finir, c'est avec sa stigmatisation! Il s'agissait bien sûr de la " réforme" des collèges, dont on mesure là l'ambition...
Hollande n'a qu'un soucis: sa réélection en 2017.
Si la justice fait correctement son travail, le président précédent sera hors course.
Juppé a déjà été condamné.
Reste le FN.
La solution rééditer le coup de Chirac en 2002.
On va donc avoir droit, pendant 2 ans, à une déferlante de communication sur le nazisme, la résistance, etc...
Pour être plus sur, il est question de rendre le vote obligatoire.

Trop de communication tue la communication. Ces sujets méritent mieux que de sombres calculs électoraux.
Préférer le grandiloquent et ridicule "Enenenentre iciiiiiiiiiii Jeaeananann Mouououliiiiiiiiiin, etc" à ce qui s'est dit hier, c'est soit d'une mauvaise foi qui me laisse pantoise
10 000 bravos !
N'est pas Malraux qui veut !
Nous sommes avec Hollande à des années lumière.
Nous avons un président schizophrène qui exalte les valeurs qu'il combat avec ardeur et succès jour après jour.
Pour ma pat, j'aurais imaginé panthéoniser Gingouin. Il a été un des premiers à avoir le courage de prendre les armes.
Quand Daniel Schneidermann aiguise sa plume, le lecteur jubile face à la médiocrité de ceux qui prétendent nous offrir un cap, un horizon...
DS a raison de dire que tout n'est pas compatible avec tout, et qu'il y a donc des fois où, entre 2 choses, il faut en choisir une et renoncer à l'autre. Il échappe ainsi à cette manière d'être immature qu'est la croyance qu'on vit dans l'âge d'Or.
N'y a-t-il pas, pour autant, un moment où son discours pourrait encore gagner en maturité ? On pourrait croire qu'il y en a un : quand il dit que l'une des fois où on ne peut pas tout avoir, où il faut choisir une chose et renoncer à l'autre, ce serait le moment où il faudrait choisir entre être moral, et se préserver (ne pas donner la nationalité française à quiconque la demande, avoir une politique migratoire qui respecte des choses importantes dans notre société). DS fait ici preuve de 2 formes d'immaturité.
Premièrement, c'est immature de concevoir la moralité comme quelque chose qui interdit de se préserver. C'est nier la possibilité, pour les hommes, d'accéder à la moralité. Si on n'est pas convaincu de cela, on peut s'en convaincre de maniere ludique en lisant ce roman de Hornby : La bonté, mode d'emploi (sur l'arrière de la couverture, il est dit que le roman aborde cette question : "À partir de quand est-on quelqu'un de bon et jusqu'ou peut-on aller pour le rester ?").
Deuxième forme d'immaturité : croire qu'il y a, concernant les limites que nous devrions poser à notre générosité, une vérité universelle qui nous dit l'endroit exact où nous devrions poser cette limite ; et se croire détenteur de cette vérité ; c'est à dire, prendre pour une vérité universelle, sa croyance subjective que la limite devrait se situer à cet endroit plutot qu'a tel autre ; être conduit, par cette manière de confondre son petit ego avec l'universel, à placer son petit ego au dessus de celui des autres, et au dessus de la volonté générale de la société dont on est membre ; mettre ainsi ce qui est plus petit (son ego) au dessus de ce qui est plus grand (la volonté générale d'une société), en croyant mettre ce qui est plus grand (l'universel, qu'on confond avec son ego), au dessus de ce qui est plus petit (la volonté générale d'une société) ; c'est à dire, avoir la certitude que la société est immorale, des lors qu'elle place la limite de la generosité qu'elle croit devoir avoir, à un autre endroit que là où on la placerait soi-meme.
Je partage entièrement votre analyse de la nullité du discours "électoraliste de Hollande, qui le désavoue un peu plus dans sa "récupération" des héroïnes et héros de la Résistance, récupération aussi honteuse que celle de Sarkozy exaltant Guy Môquet pour promouvoir sa politique de destruction des acquis du CNR.

Non Monsieur Hollande et Monsieur Sarkozy, la Résistance n'est en rien comparable avec vos "politiques" de collaboration avec des dictateurs ou des esclavagistes (naguère Le lybien accueilli en grande pompe par l'un, aujourd'hui la bande des affreux qui défilaient dans une rue parallèle le 11 janvier ou les émirs à qui on vend des rafales ).
Et le travail du CNR qui, lui, appliquait strictement la devise de la République (liberté, égalité, fraternité) d'abord en luttant pour la liberté, puis en créant une vraie solidarité sociale est à l'opposé exact de vos lois "Cazeneuve" liberticide" ou "Macron" qui sera l'achèvement de celles qui ont détruit en 8 ans tous les acquis sociaux du CNR.
Quand le CNR nationalisait Renault, les banques, la SNCF, vous, Président, collaborez avec le business que votre premier ministre "love" et pour cela privatisez à tout va et vendez les aéroports et bientôt les gares. sans doute.
Quand le CNR assurait la protection des travailleurs et des chômeurs et des retraités, vous, Président, les dépouillez peu à peu en collaborant avec le MEDEF.
Quand le CNR créait la Sécurité Sociale, vous Président, soutenez son remplacement en collaborant avec les systèmes d'assurances privées
Quand le CNR faisait diminuer la pauvreté, vous, Président, l'augmentez.en collaborant avec les "appétits" des actionnaires des Multinationales, et des banques.

Ne comparez pas "l'esprit du 11 janvier" (dont la "réalité" a été si bien analysée par Todd et Badiou), avec celui de la Résistance. Traduit dans vos lois et vos "fichiers de renseignement" il en devient l'exact contraire.

Au nom de la lutte contre le terrorisme, on a vu refleurir les délations et les accusations d'apologie du terrorisme fondée sur de simples comportements de "Résistance" à la propagande idéologique imposée par votre gouvernement. On a vu aussi refleurir les bonnes vieilles fiches d'identification d"islamistes. (dès novembre 2014 au rectorat de Poitiers), fondées sur des "barbes" ou des "jupes" trop longues.
La loi Cazeneuve outre qu'elle autorise toute intervention dans la vie privée sans contrôle des juges, limite la liberté d'opinion, de manifestation, ce qui rappelle davantage les pratiques de ceux que combattait la Résistance, que les valeurs de celle-ci.

Non Monsieur Hollande, non seulement vous n'avez pas le talent de Malraux, mais vous n'avez pas les mêmes "valeurs" que la Résistance,
Hollande, Valls, Pellerin et Vallaud-Belkacem sont les exacts contraires de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Pierre Brossolette, et Jean Zay.

Le seul socialiste qui aurait pu être à la hauteur de ces héroïnes et héros, était Pierre Joxe qui a défendu ici et sur Médiapart et dans ses derniers ouvrages, les valeurs du CNR et s'est dit effrayé par votre politique, dont la loi Macron affirme haut et fort votre mépris de l'oeuvre de la Résistance.
Alors Monsieur le Président, votre manipulation d'hier ne nous rend pas dupes de votre vraie valeur :
Vous et votre cour, en face des ces 4 géants, vous êtes des nains !
En fait je ne sais même pas qui sont les quatres. Un lien aurait aidé à savoir de quoi il s'agissait.

Il s'agit, merci Google, de

Pierre Brossolette (journaliste et homme politique socialiste français), Germaine Tillion (résistante et une ethnologue), Geneviève De Gaulle-Anthonioz (résistante française, déportée en 1944 au camp de Ravensbrück, puis militante des droits de l'homme et de la lutte contre la pauvreté, présidente d'ATD Quart Monde de 1964 à 1998) et Jean Zay (avocat et homme politique de gauche).

Voilà voilà.
la panthéonisation par fournée de quatre

Deux mecs, deux meufs.
La parité parfaite, rien à redire sur ce plan-là.
A défaut de savoir s'occuper correctement des vivants, Hollande fait pompe funèbre 7/7 jours sur simple appel téléphonique. Il est préoccupé d'enterrer des gens qui s'engageaient pour les pauvres, alors que lui ce serait plutôt pour les riches.
On doit reconnaître que la tâche était difficile.
Il fallait oser!
Prétendre exalter les valeurs de la Résistance alors que, jour après jour, méthodiquement, il s'emploie à détruire ce qu'elle avait porté pour l'avenir, c'est-à-dire le programme du CNR, il a vraiment pas honte.
Paul et Mick Hector décevants.
La "fournée" du matin d'hier n'est point à votre goût ?
Passez votre chemin, choisissez d'autres viennoiseries.
Bonjour
Vue l'insipidité des discours de l'usurpateur (il ne croit même pas à ce qu'il dit), le match Daniel était joué d'avance
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.