110
Commentaires

Oussama Ben Lapsus

Dix ans de notre vie. Dix ans sous son portrait, son effigie, sa barbe, ses vidéos, sa menace.

Derniers commentaires

Question d'un responsable étazunien :
"Vous arrivez dans une maison, c'est la maison de Ben Laden, vous le voyez dans une pièce et il n'obéit pas, que faites vous?"
Aaaah, donc il n'a pas été abattu froidement comme certains anti-américains primaires l'affirmaient. Il a eu droit aux sommations d'usage.
J'imagine la scène avec le Navy Seal, lorsque ce dernier a fait irruption dans la cuisine où Ben Laden préparait son frichti.
- "Rends toi Oba... euh... Osama, tu es fait comme un rat !"
Ben Laden surpris, cessant de touiller sa paella :
- "Plutôt crever, chien d'infidèle !"
Puis se jetant sur le courageux Marine, armé de sa poêle brûlante :
- "Qu'Allah te précipite en enfer !"
Et là, forcément, il se prend une bastos entre les deux yeux.
Bah oui, vous auriez fait quoi, vous, bande de nases ?
Et à présent au tour du Mollah Omar, avec la mise en place de l'opération Sitting Bull.
Le plus beau lapsus c'est Roland Dumas qui le fait a deux reprises à l'instant dans "Face aux français",
"qui a vu Woody Allen mort?"
Et c'est tellement gros que personne n'ose le reprendre.
Le grand correspondant Robert Fisk écrit "If Ben Laden 's burial was carried out according to Islamic rights..." (au lieu de rites)
(ici:http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-if-this-is-a-us-victory-does-that-mean-its-forces-should-go-home-now-2278508.html)
Même chose sur France-Culture, que j'écoutais au réveil lundi matin : j'ai eu moi aussi l'impression pendant quelques secondes d'hésitation du journaliste que c'est d'Obama dont il allait annoncer la mort... sommes-nous tous (journalistes et auditeurs) à ce point conditionnés par la crainte qu'Obama soit un jour assassiné, ou étions-nous seulement tous très mal réveillés après un 1er mai trop court car tombé un dimanche ?
un lapsus qui prend son origine lors de l'intevention armée au Pakistan, au moment du tir, dans l'enregistrement validé médiapart, on peut entendre celui qui a tiré dire : "Oups ! ça m'a ....... échappé"
J'en ai une autre de raison possible :
Obama, tuant son double, et se vantant que pour l'Amérique, tout était possible à la suite de cette évacuation vers la dechetterie circulez, pas de procès - ce que justifient des citoyens jusqu'ici, mais d'abord nos experts stratèges et autres contre-terroristes sur les multiplateaux media - s'est tué lui-même, a tué les espoirs naïfs que l'on fondait sur lui lorsqu'on assistait, béatement au fait historique de son accession inouïe à la Maison-Blanche. Lapsus complexus toysareus.

Politicus humus.


Et sans photo (ça va être simple, encore...)
Luke Rudkowski, de We Are Change, juste après l'annonce de la mort d'Oussama Bin Laden à la Maison Blanche interview des gens afin de démontrer l'ignorance et la stupidité d'un peuple
C'est au delà du lapsus...

La stupidité d'un peuple désinformé...

SEMIR
Il est tout de même glaçant de constater comment les plus grossières manipulations US modifient nos comportement les plus contrôlés. Se retrouver d'une manière ou d'une autre forcé de se positionner par rapport à leur "narrative" est absolument totalitaire. Et ceci à l'insu de notre plein gré. Orwell n'en aurait pas cru ses yeux.
http://www.lemonde.fr/mort-de-ben-laden/article/2011/05/04/ben-laden-le-nom-de-code-geronimo-offense-les-indiens-d-amerique_1517043_1515627.html

On ne peut pas dire qu'il y ait eu beaucoup de réactions dans nos médias (un Vite dit sur @si et c'est tout, à ma connaissance)

Les Amérindiens protestent ? Cette protestation va être traité avec autant de considération que dans Tintin en Amérique, page 29
Juste au passage pendant la première conférence de presse à la Maison Blanche après l'événement (lien), le porte-parole Jay Carney et il me semble deux journalistes font le lapsus. Ca fait beaucoup en 50 minutes.
On peut penser que le porte-parole n'est pas du même bois que les intervenants de la Fox, et un des deux journalistes est noir par ailleurs.

J'étais toujours choqué d'entendre ce glissement mais ces deux occurrences m'ont un peu rassuré.
Ils l'ont tué, puis, Ils ont emporté le corps sur le porte-avions, ils ont fait des prélèvements d'ADN pour avoir confirmation de l'identité.
J'ose pas imaginer la tronche qu'ils auraient fait si ... ?
Si ça se trouve, c'est la trente-huitième opération du même genre qu'ils mènent.
Et cette fois, ils ont pu dire : "Enfin! C'est le bon !"
L'incontinence médiatique du meurtre d'Oussama ben Laden, des lapsus oussama/obama des " evènement historique dont on ne mesure pas encore la portée" (Yves Calvi) me semble traduire un décalage certain entre la réalité... ce que pèsait le terroriste effectivement aujourd'hui et l'écho médiatique. Il y a un écart qui devrait interroger les médias...?

Oussama/obama, le lapsus traduit autant la confusion entre des noms non chrétiens dès qu'il y a une syllabe "ama". Faut-il y voir la figure du double? Abel et Caïn, l'affrontement biblique du bien et le mal... qui d'ailleurs dans l'apocalypse finit en partie sa course effectivement dans la mer. Les néoconservateurs avaient pour la guerre en Irak particulièrement repris des images bibliques... pas très surprenant en rapport au poids de la religion, de la foi aux US... un peu en miroir d'ailleurs de certains religieux musulmans... L'autre serait-il toujours un peu en soi-même...?

Et puis, il y a certainement, ce dans quoi nous baignons, la postmodernité, son besoin de tragédie, d'imaginaire, d'émotion, de répétition, avant de passer à autre chose. Le spectateur est comblé entre le tsunami, l'apocalypse nucléaire et les politiciens véreux, la boite de pandore retrouvé du Rio-Paris, les révolutions contre le, les dictateurs pervers et fous, le joli mariage princier britannique... et des journalistes hystériques face à L'Evènement historique...qui finit par se noyer dans la masse...
Comme Marushah plus haut, je suis assez étonnée de lire sous votre plume, Daniel, que la mort de Ben Laden ferait vaciller en nous dix ans de représentations, d'automatismes etc.... J'ai été, comme beaucoup d'autres, scandalisée et choquée par le 11 septembre 2001, mais je n'ai ni le sentiment d'avoir vécu depuis 10 ans sous la menace de Ben Laden, ni surtout le sentiment de penser que tout va être réglé à présent... Les choses me paraissent un peu plus compliquées... (bon sans doute qu'à vous aussi, hein, je me doute...)... C'était d'ailleurs assez savoureux d'entendre dans les émissions d'info (je schématise) : "hourrah, le grand vilain a été tué, la paix est sauvée ; on annonce un renforcement des mesures de sécurité dans tous les lieux sensibles, etc. !" (excellent courrier d'ailleurs que celui sur la peur et le hoquet qui a été publié en une d'ASI hier)

En fait, ce qui m'intéresserait davantage venant d'ASI, ce serait un décryptage de cet immense story telling que nous ont concocté les Américains. Quelles sont les sources du Monde qui nous propose un feuilleton en bonne et due forme ? c'est-à-dire découpé en épisodes avec des titres évocateurs : 15 ans de duel, la traque......... Que penser de cette photo évoquée par Gilles Klein où l'on voit le staff présidentiel américain assister en direct à l'opération commando contre Ben Laden ? D'un point de vue médiatique, il s'agit d'une savoureuse mise en abyme du story telling dont je parle : nous ne voyons pas ce que les spectateurs voient (nous attendrons les films d'archives dans 50 ans), mais le dispositif nous engage à nous identifier à Hillary Clinton la main sur la bouche ("impressionnée comme n'importe quel spectateur" écrit Gilles Klein......) D'un point de vue politique, qui décide de prendre cela en photo, de le diffuser ensuite, si ce n''est le staff présidentiel lui-même ? C'est troublant, car quelle vérité des images alors ? Hillary Clinton peut-elle faire autrement que de prendre cette mine horrifiée ?
Cela pourrait faire un bon sujet à creuser, me semble-t-il.

Camarlette
J'ai bien une idée : une question en fait : si osama était toujours aussi vivant qu'Obama ? Osa(ma) in Excelsis Deo
Pour le lapsus qui illustre la chronique, il est encore plus facile en anglais, puisqu'il n'y a qu'un son (ou lettre à l'écrit) de différence: Obama/Osama.

Pour l'annonce orale sur Fox News (celle qui était hier dans un vite-dit), cela va plus loin, puisqu'il y a même ajout d'un mot: le présentateur dit: "President Obama is dead".
1) Je ne bois pas d'alcool.
2) Il y avait un témoin, Dan Israël.
3) Le poulet était correct.
4) Daniel a payé l'addition dans notre troquet habituel (à vue de nez une quarantaine d'euros à trois, non pas à Troyes, hein, à trois).
5) J'en dis des conneries. Et parfois j'en écris, donc. Mais heureusement, je ne les dis pas forcément publiquement ;-)
6) La version vidéo de cette conversation est à la disposition de Mediapart.
Euh, pour le lapsus lui-même et pour son asymétrie, ça peut aussi être dû au fait que vous avez très très souvent à dire "obama" (et que le chemin de vos synapses est tout foulé dans cette direction) alors que vous avez beaucoup plus rarement à parler du très voisin "osama". Outre que des gens qui ne croient pas tellement à l'assassinat d'Obama sont parfaitement capables de frôler le lapsus, celui-ci peut se produire avec des tas de mots et noms trop proches de mots et noms trop familiers...

Enfin, si vous êtes persuadés qu'Obama finira lui aussi tout hâché par une escouade de dingues super-motivés par leur bon droit, c'est sans doute un facteur (surtout si vous balancez du "obama" même quand le nom de l'assassiné n'a rien à voir). Mais je ne pense pas que le lapsus asymétrique obama/osama soit directement systématiquement universellement témoin de cette croyance-là. Et j'ai le sentiment que ces dernières années se sont plus déroulées sous le portrait envahissant de Barack que sous celui de Ben Laden.
Pour enregistrer les débats de haut vol entre deux ailerons de poulet avec 2 iPhones vous devriez y arriver les gars encore un effort, entre la fonction magnétophone et la fonction camescope pour nous fournir paroles et images (il faudrait que nous puissions juger si les ailerons sont tentants, et vérifier si vous prenez un dessert !)

Obama vs Oussama, ce ne sont pas des noms ou prénoms très courants en Ile de France, on peut s'y tromper sans malice particulière et sans penser que Barak se fera buter comme les frères Kennedy ou Martin Luther King. Quoique dans un pays aussi violent et dans lequel il est de bon ton d'offrir un Colt 45 ou à défaut - surtout au Texas - un Colt Frontier aux nouveaux nés de sexe mâle le jour de leur baptême, en assortissant le don d'un viril : "Fais-en bon usage mon fils !"... On peut effectivement craindre le pire sans grand risque de se tromper !

Ce qui en américain (langue que je maîtrise à la perfection) signifie très exactement : "Ne néglige jamais de balancer la purée sur quiconque te déplaît, et n'oublie pas de tirer le premier, il est bien temps de discuter ensuite !"
Bonjour,

Je n'ai pas le sentiment que l'interprétation de Guy soit la bonne. A mon sens, ces lapsus répétitifs rappellent surtout qu'Obama est noir, d'origines "suspectes" (il est peut-être musulman !), illégitime, potentiellement lui-même un terroriste, à chasser tout comme Oussama devait être chassé, bref, ce genre de connerie. Bien entendu, le fait de commettre ce lapsus ne signifie pas que l'on pense cela, mais seulement que ce type d'idée, ou l'idée que d'autres aient cette idée, d'idée d'idée donc, trotte quelque part... comment dire... dans le fond de son âme...

Il serait d'ailleurs intéressant de déterminer si beaucoup de journalistes "de couleur" ont commis ce type de lapsus, ou s'il est réservé aux blancs.
Ha bon ! Obama va être assassiné ?
C'était dans le marc de café de fin de déjeuner ?

Moi qui n'en bois jamais, je sais maintenant qu'on peut y savoir l'avenir, il ne reste plus qu'à lui demander ce que va devenir Sarko.

Trêve de plaisanterie ! Je connaissais le lapsus pour des raisons inconscientes pour un individu, mais je ne pensais pas qu'il existât dans l'inconscient collectif et qu'il ressorte avec une signification générale dans des bouches différentes.

Moi je dirais que chacun est avec ses valeurs et son inconscient individuel, et les lapsus qui vont avec.

Mais que ça n'a aucune signification collective.

Vous vous êtes planté, DS, n'allez pas chercher autre chose qu'une bourde due à la fatigue. Voilà ce qui arrive quand on ne prend pas ses vacances de Pâques.
Des lappe-suce pareils (merci Docteur Freud) ça révèle surtout l'implantation profonde d'un antiaméricanisme viscéral qui est le produit de cinquante ans de désinformation (fortement aidée par des conneries américaines, certes). Etant de la génération qui reçut des chewing-gum lancés par les GI's sur le bord des routes conduisant de la Normandie à l'Allemagne profonde je suis viscéralement de leur côté. C'est pas à mon âge que je vais changer. Et que le Bin Laden ait été jeté à l'eau comme un chien crevé, c'est pas pour me déplaire. Maintenant, comme racontent les habitants d'Ouessant en expliquant pourquoi les crabes sont bien remplis : "c'est qu'ils ont bouffé plein de naufragés anglais"... je pense que les insulaires d'Océan Indien vont se régaler avec du requin bien gras (surtout en golfe d'Oman). Ma gouvernante (si si), qu'aime bien la morue, m'a dit hier qu'elle ne mangerait plus de poisson pendant un temps vu le risque de se faire empoisonner.
A entendre certains commentaires (et à en lire d'autres) je me demande si leurs zoteurs n'auraient pas été indignés de la mort du moustachu de Berlin et de la non-production de son cadavre et de celui de sa femelle par les Ivan Stalinovitch qui se disaient que ç'aurait pu servir aux nazes de lieu de pélerinage. Tiens, on n'a pas entendu Hessel et son indignation !
Allez, a ciao. Daniel, buvez pas trop dans vos bistrots. Surtout le matin avant dix heures. Tsss Des fois je me demande pourquoi le TGV de 9.15 est en retard... Maintenant, je sais.
"Et Guy, entre deux bouchées d'ailerons de poulet: "c'est parce que tout le monde, au fond, est certain qu'Obama finira assassiné". L'explication est brutale. Elle est même glaçante. Mais je n'en vois pas d'autre. Il est vrai que je ne suis pas psychanalyste."

Elle est trop évidente peut-être pour se confirmer un jour ou sinon parce que le lapsus vient plutôt de la confusion entre deux chefs de bandes, deux chefs de clans qui ont des noms de même consonance. Donc Obama a eu la peau de l'autre chef de bande mais un autre aura peut-être sa peau. Kennedy c'était peut-être déjà ça ...
Tiens, Schneidermann est sous l'influence de ce subversif de Birenbaum…
Oh merde...
Et Guy, entre deux bouchées d'ailerons de poulet: "c'est parce que tout le monde, au fond, est certain qu'Obama finira assassiné". L'explication est brutale. Elle est même glaçante. Mais je n'en vois pas d'autre. Il est vrai que je ne suis pas psychanalyste.
oulala pour en arriver à de telles psychanalytico-journalistico-internationalo-politico-vespérales conclusions, perso ce qui m'intéresse c'est ce que vous buvez pour accompagner votre poulet......
:)

en ce qui concerne les hésitations de l'administration américaine à montrer les photos de l'exécution de Ben Laden, ça m'étonne un peu de leur part vu qu'ils n'en ont guère lorsqu'il s'agit de passage à l'acte (pour rester dans la psychanalyse !) de leurs subordonnés : Abu Ghraib..
Ben Laden mort, Obama pourra peut-être enfin tenir sa promesse de fermer Guantanamo : http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Securite/Actualites/Guantanamo-Dossiers-divulgues-proces-equitables-et-rendre-des-comptes-2476

nb : et pour ceux qui se demandent où est passé le mollah Omar, entendu hier dans C dans l'air par le brillantissme Adler : il vit tranquille protégé par les services secrets pakistanais en attendant de futures mais très proches (c'est-à-dire quand les américians décideront de quitter l'Afghanistan !) négociations avec Karzaï !!
bon ben voilà c'est- dit !
et nous, depuis 2011 on se bat pour que les Talibans ne reviennent jamais opprimer les femmes et les petites filles afghanes !!.....
perso je jette l'éponge....mon cerveau ne peut plus rien intégrer de ce qu'ils appellent la real-politik !
euh quand on vous dit que leurs guerres ne sont pas nos guerres !!
Tout à fait d'accord sur la mort d'Obama. C'est ce à quoi, dès l'annonce de sa victoire à l'élection présidentielle, beaucoup ont pensé.

Et dans les auteurs du lapsus, deux catégories même : ceux qui dans leur inconscient l'appellent de leurs vœux (Rupert Murdoch avec Fox News) et ceux qui la redoutent (par exemple, les autres cités dans votre chronique).

Je serai curieuse de savoir dans quel camp se situe la majorité.
« On en parlait hier avec Guy Birenbaum, avec qui nous préparions la Ligne j@une sur le foot, que nous allons tourner cet après-midi, en échangeant comme d'habitude des propos de très haute tenue (quel dommage que nos déjeuners de travail ne soient pas enregistrés par une taupe, et publiés sur les sites d'investigation. La réflexion sur le journalisme mondial y gagnerait). »

Je serais curieuse de savoir lequel des deux coupe le plus la parole à l’autre.
Chez les chrétiens "born again", ""qui ont reçu la grâce, la hantise, c'est la fin des temps. Ils attendent le sauveur, mais avant doit venir l'Antechrist, annoncé par les prophètes. Tout fait signe, chaque fois qu'un homme prend une posture un peu trop "maître du monde", on interprète.

Jusqu'à présent l'Antechrist, c'était Ben Laden, il allait dominer le monde par ses actes de terreur. Mais depuis son élection, Obama tenait la corde, n'était-on pas face au fameux Antechrist annoncé par Jean et ses confrères ?

Alors, là, y a collapsus, l'Antechrist a tué l'Antechrist, ça secoue dur dans le monde des symboles. Qui c'est le méchant ?

http://anthropia.blogg.org
//Et Guy, entre deux bouchées d'ailerons de poulet: "c'est parce que tout le monde, au fond, est certain qu'Obama finira assassiné". //

J'avais même, amusé par votre lapsus (mon âge est sans pitié), écrit "dallassé"...
Ce qu'on peut trouver de sidérant c'est que les Etats Unis ont dépensé 3000 milliards de dollars en Irak et autant voire plus en Afghanistan pour finalement trouver Ben Laden et offrir son corps aux requins !!

Mais à ce prix-là, on le met dans une vitrine comme Ramsès II et on l'exhibe... non ? bon d'accord, je blague... enfin, à moitié...

Cette histoire de corps débarrassé je n'y crois pas, tant que je n'ai pas vu. Soyons comme Saint Thomas, voyons et touchons...

source : Coût Guerre en Irak...

Selon le Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, « C'est la seule guerre connue financée par l'emprunt ». L'administration Bush a, dans le même temps, procédé à deux baisses d'impôt successives, et a empruntée « plus de 800 milliards de dollars au reste du monde » (la dette publique des États-Unis est aujourd'hui, avec la crise des subprimes, à plus de 9 000 milliards de dollars).
Selon J. Stiglitz,
« Aujourd'hui [fin novembre 2008], après une enquête indépendante, j'évalue le coût global de la guerre en Irak à 3000 milliards de dollars. (…) Larry Kingsley, “chief economic adviser”, disait qu'elle coûterait 200 milliards de dollars : il a été renvoyé par Bush. L'administration prétendait que la guerre ne coûterait pas plus de 50 à 60 milliards de dollars, et qu'il n'y aurait pas plus de trois mois de combats sur le front. »


SEMIR
Peut être que le jour où on commence à chroniquer à partir de ses discussions de cafet c'est que l'on chronique trop.
Moi j'dis que si on confond Oussama et Obama , c'est qu'y en a un qu'est un bougnoule et l'autre un nègre. C'est des mecs qui appartiennent à des ethnies inférieures. Des bronzés, quoi.

En plus, le bamboula il s'appelle Hussein, comme second prénom. D'ailleurs, un tas d'Américains disent qu'il est musulman. Et je me demande bien.
Je me pose une question depuis lundi : est-qu'on a le droit d'en n'avoir ABSOLUMENT RIEN A FOUTRE de la mort de Ben Laden ?
Le droit de considérer, par exemple, que son idéologie lui survivra ? Que ses conquêtes idéologiques ont été pour une bonne part alimentées par les néocons américains et aujourd'hui par les populismes européens ? Que son réseau terroriste est une forme de franchise qui n'a plus besoin de lui depuis longtemps ?
Qu'on n'est pas obligé de se réjouir de la mort d'un homme, même si c'est une saloperie absolue ?
Avec son nom complet le lapsus devient Barack Hussein Oussama, et ça commence à faire beaucoup...
j'aurais mis "évoquait" et non "évoquais". Mais je pinaille...
Selon Libé, la Maison Blanche dit hésiter à publier la photo du cadavre d'Ob... de Ben Laden, car l'image est "atroce".
Quelles chochottes ces Amerlocains !
De la bouillie humaine, du hachis de victime, on en déguste à longueur de jités, à pleines pages de journaux.
"Avec le sang monde, on fait du boudin d'information", comme ils disaient sur CNL international.
Alors c'est pas la vision d'un Ben Laden en charpie qui risque de nous émouvoir.
Ou peut-être que cette histoire sent tellement mauvais ... quel que soit le bout par lequel on la prend ...

(Respect de justice internationale .... ( des attentats ont eu lieu en Espagne, au Pakistan, en Grande Bretagne .... etc ... pas d'aveu, pas de Procès ....) Quel contraste avec les arrestations de Sadam Hussein ou Bongo ...

Absence de preuves crédibles ....


etc....)

qu'elle va " tuer " Obama ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.