139
Commentaires

On a toujours besoin d'un Gattaz chez soi

De l'utilité d'avoir toujours un Pierre Gattaz sur soi.

Derniers commentaires

Je voudrais proposer qu'@si ouvre un forum de pronostic sur le 9h15 du matinaute. Là par exemple, il est 9h09 et je suis prêt à parier 1 million de dollars qu'il y aura le mot chaussures dans celui du jour.
:)

Bonne journée à tous
Remarquez que les gens de france inter sont très prévoyants: quand vous regardez http://www.dailymotion.com/user/franceinter/1 la liste des videos, la seule pour laquelle ils ont désactivés les commentaires est celle de Frédéric Lordon. (ceci dit aucune video n'a de commentaire)
Bon heureusement qu'il y a Hanouna qui avait promis en décembre dernier une cagnotte pour les plus démunis après des propos sur ses fins de mois difficiles :
"Ça m'a fait réfléchir, ça fait longtemps que je cherchais une idée. C'est vrai qu'il y a des gens qui ont du mal à terminer les fins de mois. Il y a plein de jeunes qui nous regardent à qui il manque 1 000 ou 2 000 euros, qui ont peut-être emprunté à un pote 5 000 euros... Il y a aussi des familles qui ont du mal, qui vont acheter des cadeaux de Noël et qui vont peut-être se retrouver mal en janvier..."
"Je vais mettre en place une nouvelle cagnotte dans Touche pas à mon poste !. On va vous donner un coup de pouce, je vais relever chaque semaine un défi pour vous. Je mettrai de l'argent dans une cagnotte chaque semaine, on verra vos dossiers, on mettra ça en place pour janvier.»"

D'ailleurs je me pose une question : ce projet s'est-il finalement concrétisé ?

Quelqu'un peut-il confirmer ?
Confirmez ou dites-moi si ma mémoire vacille. Je crois avoir entendu plusieurs fois des invités de Patrick Cohen, dépasser l'horaire fixé, ... Ce ne devait pas être le menu fretin de la pensée économique et politique, comme Frédéric Lordon, invitée ces matins-là... Ne tirez-pas sur ce brave et adverbial Guetta qui est le seul à m'avoir fait comprendre, à l'insu de son plein gré, ce qu'était le pragmatisme, essence précieuse utile à la charpente des langues de bois : une femme ou un homme politique de Gauche qui fait une politique de Droite... La réalité de l'exigence et des besoins sociaux n'est pas dans le champ d'application du pragmatisme ?
On avait Daladier, la SFIO, François de Wendel, le Comité des Forges et Berlin, on a Hollande, le PS, Gattaz, le MEDEF... et Berlin. Le changement c'est ... pour que rien ne change.
Mr Frédéric Lordon participe, avec de nombreux éditorialistes comme François Ruffin, (pseudo journaliste local qui a du faire ses études dans un kolkhoze coréen) ou des économistes irresponsables comme l'incorrigible Jacques Généreux, un patronyme qui en dit long sur son idéologie dépensière, à l'entreprise de déstabilisation et de décrédibilisation des réformes courageuses menées par un gouvernement socialiste qui semble être enfin sur la voie de la raison.
Merci également à Mr Guetta d'avoir posé trois pertinentes questions qui ont cloué le bec à ce vaniteux personnage qui ferait mieux d'aller distiller ses idées dangereuses chez les Grecs.
Félicitations aux deux auditeurs qui ont également recadré Mr Lordon. Il est rassurant de constater que France Inter, station qui n'hésite pas parfois à faire la propagande gauchiste et inciter nos concitoyens à la paresse, donne la parole à des auditeurs qui peuvent s'exprimer librement sur tous les sujets qui fâchent comment dans l'excellente émission de Mr Brunet sur RMC Infos, Mr Brunet qui s'échine depuis de longs mois à faire entendre raison à nos gouvernants semble enfin récompensé par ailleurs.
Certes les décisions sont encore timides, mais elles vont dans le bon sens et comme le soulignaient à juste titre et avec raison Yves Calvi et ses invités, hier soir, souhaitons que les syndicats français, dont il inutile de rappeler ici l'archaïsme dogmatique, fassent preuve de raison en n'incitant pas nos amis les fonctionnaires privilégiés à paralyser le pays, comme ils le font chaque jour dans les hôpitaux, les écoles et les différentes administrations.


Je profite du forum pour féliciter Pascale Clark, qui a bien fait de rappeler ce matin le peu d'assiduité de Mr Mélenchon à Strasbourg. Ses photos sont magnifiques et sont à son image, humbles, profondes. Elles nous invitent, comme une chanson de Florent Pagny ou Pascla Obispo, ou comme les questions qu'elle pose chaque jour à ses invités, à la réflexion et au voyage
Cette chronique ainsi que l'interview de Lordon sur FI nous rappellent à quel point ASI ne fait pas son travail...
Il faut que ce soit Mélenchon qui aille dire à ces médiacrates les vils propagandistes qu'ils sont, quand ceux ci viennent sur les plateaux d'ASI en toute tranquillité...
Je ne comprendrai jamais comment un site de critique des médias peut trouver désuets de revenir encore et encore sur ce dont ces trois questions de Guetta, et la minute pour y répondre, est le nom...
Rembourser le bouclier fiscal octroyé aux riches par Sarko voilà une piste qui ne ferait pas grand mal aux intéressés ....
Une autre analyse de ces attaques sur le smic :

Pour ceux qui seraient naïfs.... D'abord il y a Monsieur Lamy (un "ami") qui parle des jobs à 500 euros, puis quelques jours plus tard monsieur le président qui a un agenda pas chargé comme on sait reçoit des économistes favorables à la suppression du smic. Le lendemain monsieur Gattaz est invité à la radio et demande cette suppression. Voila comme on s'y prend, sans doute avec je ne sais quel gourou de la com (fouks sans doute ?) pour créer "une séquence". Les Unes des journaux mettent la question à l'ordre du jour, les réactions vont se multiplier, on va faire des talk shows avec des "experts" neutres libéraux (comme la monnaie tiens) pour expliquer que quand même bosser pour que dalle c mieux que tenir le mur, les sondages genre "preferes tu mourir torturé que baisser le smic ?" vont venir, et puis on va créer cette idée que quelque chose d'inconcevable (comme la retraite à 67 ans) est finalement à portée de main, très facile. Au passage, on a vu qui s'est coordonné pour organiser la séquence. N'importe qui qui a bossé dans un cabinet deux jours sait très bien que Gattaz a passé des coups de fil avant de faire ses déclarations. Evidemment que oui. Il y a un deal sur le pacte de compèt (un deal débile mais in deal) et jamais il ne se serait permis si ce n'était pas une strat coordonnée.
Personne ne s'étonne ni s'indigne que l'ancien ministre des finances du gouvernement Ayrault, l'ami du Medef, l'homme du "ras-le-bol fiscal" soit pressenti pour être envoyé à Bruxelles comme commissaire européen par le bon président Hollande.

Il y aurait pourtant à redire, ne serait-ce que sur la forme de la désignation-nomination totalement a-démocratique. Et si on demandait une autre façon de faire ?
[quote=Daniel Schneidermann]Il sait que ce gag attrape-medias qui s'appelle "les députés de la gauche du PS", et qui va apprendre les détails du plan à la télé, va aussitôt se précipiter devant les caméras pour clamer son mécontentement (avant, évidemment, de voter tout ce qu'on lui demandera)

Et c'est bien probable en effet que ces aimables députés pantins ne rentrent bien vite dans leur tanière, surtout si j'en crois cette dépêche AFP d'hier, lue sur lepoint.fr, et qui prête ces mots à S. Royal :

Mme Royal a jugé "très important que les parlementaires de la majorité ne prennent pas de posture pour essayer de se démarquer d'un effort collectif, parce qu'on a besoin de tout le monde". "Au sein de la majorité, pas une voix ne doit manquer pour apporter au gouvernement la force dont il a besoin pour réussir"

Je ne crois pas qu'il y ait besoin de se livrer à une explication de texte très poussée pour vous faire entendre tout l'inconscient politique qui s'exprime dans ce propos. Et le pire dans tout ça ce n'est même pas le réflexe despotique de Mme Royal, qui après tout se dit qu'elle est enfin du côté du manche, mais c'est le recul tristement prévisible de ces députés supposés de gauche qui vont s'empresser d'aller à Canossa après s'être pourtant fait insulter publiquement (car oui, je considère que, vu le degré de violence politique de S. Royal, on peut parler d'insulte, ou au moins de camouflet).

Enfin, tout cela est pour la bonne cause puisque la toujours inénarrable Mme Royal nous explique, sans rire, qu'elle voit ainsi sa nouvelle mission :

comment faire mieux avec moins de dépenses, c'est un challenge formidable. Ce principe qui va nous guider nous oblige à remettre en cause un certain nombre de méthodes, bousculer un certain nombre de certitudes

Et oui, il suffisait d'y penser, une politique d'austérité, c'est juste le jeu politique en difficulté very-hard, et tous les joueurs chevronnés savent ici comme moi que c'est toujours plus agréable de monter la difficulté : le triomphe n'en est que plus beau, la défaite est déjà excusée.
Gattaz ? Un leurre pour le gouvernement...
Mais transformer Lordon en leurre de F.Inter/La Matinale-la-plus-écoutée-de-France-et-de-Navarre qui contredirait le courant principal, là c'est trop.
Nous sommes plusieurs à avoir demandé à Inter de bien vouloir piger Lordon comme chroniqueur...
Bonjour
Quelle photo !!! Une véritable fiche anthropométrique de police présenté aux citoyens pour qu'il désigne un coupable, mais ici en l'occurrence il y a un coupable et ses complices. A leur place je ne serai pas fier.
Mouais, le problème avec Lordon, c'est qu'il a réponse à tout et sait contourner les questions pièges ! alors on lâche Guetta une minute avant la fin de l'émission et on le laisse enchaîner une suite de questions pendant 50" pour être sûr d'avoir le dernier mot...
Quoiqu'il en soit, Lordon à la Matinale de FI, ça met la banane pour la journée...
Oui, l'intervention de Frédéric Lordon sur France Inter est un évènement qui, jusqu'à 8h50 a été une lumineuse surprise :
Pas d'interruption intempestive, questions pertinentes d'un Patrick Cohen qui semblait avoir consciencieusement lu le livre, choix intelligent des 2 questions des auditeurs.
Mais quel gachis quand l'innénarrable Bernard Guetta s'est cru obligé de poser une triple question de 5mn (il a même dit au milieu n'ayez pas peur, ce ne sera pas long)
Quand on lui a dit qu'il ne restait que 10 secondes pour répondre Lordon a du alors se rappeler pourquoi il refusait d'intervenir sur les mass-médias.
Même Patrick Cohen a compris et surtout admis l'aspect sabotage et censure de ce genre d'intervention mais le mal était fait et je pense qu'on est pas prêt de revoir (réentendre) F. Lordon sur Inter.
Tant pis, on écoutera (pas) Guetta à la place et j'espère qu'on verra F. Lordon sur Arrêt sur image ou sur Hors série.
Mais c'est alors qu'intervient Pierre Gattaz, chef des patrons, qui lance l'idée d'un SMIC au rabais pour certains jeunes. Il n'est pas seul. Il a été précédé par l'ancien directeur général de l'OMC, Pascal Lamy. En tournée de promo pour son livre, ce dernier a fait la même proposition.

Lamy? Celui qui réclamait pour sa pomme, plus de 30% d'augmentation de salaire!!!

Sinon si ces messieurs vivaient dans le monde réel, ils sauraient que les emplois au rabais existent déjà. Suffit de lire les annonces Apec et Pôle Emploi. A moins, qu'ils n'osent pas encore réclamer le travail à titre gratuit bien qu'ils le pensent très fortement.
Comment ça, "acculé par Bruxelles à réaliser 50 milliards d'économies" ?

Si il y a 50 milliards à trouver c'est parce que c'est le montant des cadeaux au Medef sous prétexte d'une sacro-sainte compétitivité dont on n'a toujours pas très bien compris contre qui elle devait être exercée. Il y a certes un petit bonus déficit pour rester sous 3% mais c'est loin de représenter la totalité du montant.

Comme Rue89 hier et son "jeu", j'ai l'impression que vous prenez pour acquis qu'il faut aller chercher ces 50 milliards sans comprendre que la racine du "problème" peut légitimement être remise en cause.
On est pas sur une politique d'austérité là, on est sur comment transférer 50 milliards des salariés vers les patrons. Evidemment que Gattaz va venir donner le petit coup de main qui va faire passer la pilule.
Ben parce que le plan marketing d'@si passe par les antieuropéens de tous bords, c'est ça leur segment, donc si on peut mettre un peu d'eurobashing gratos de temps en temps, c'est bien aussi.
@Freudqo
Une justification de l'Eurobashing :
La "nécessaire"* amélioration de la compétitivité économique (le fameux choc de compétitivité dont on nous rabat les oreilles à longueur de journée), recherchée par les gouvernements qui se succèdent, se fait par l'introduction de cadeaux au "patronnat"** tel que la baisse des charges patronnales, ou une baisse des charges salariales (qui revient à une diminution de salaire) alors qu'elle pourrait se faire via une dévaluation monnétaire adequat. Or le carcan européen nous empêche de faire cette dévaluation. Les cadeaux au patronnat sont donc indirectement induits par les règlements européens.

* les guillemets pour dire que de mon point de vu, cette nécessité est très discutable, mais c'est un autre débat
** les guillemets pour souligner que le terme générique "patronnat" ne fait pas ici l'amalgame entre petits patrons artisans ou de pme et ceux du cac40
Vous dîtes ça comme si les "cadeaux"* aux patrons et la dévaluation étaient les seules alternatives, dans un pays donc les problèmes de chômage et de compétitivité datent de bien avant l'euro. Les règlements européens, acceptés démocratiquement, dans une Union dont la France est l'un des principaux moteurs, me semblent une bien piètre excuse employée par nos gouvernants pour se soustraire à leurs responsabilités et nier leur couardise.

*Je mets des guillemets à cadeaux en réponse à vos guillemets à nécessaire. Cette notion de "cadeaux" lorsqu'on baisse les charges des entreprises m'a toujours paru un chouille simpliste en ce qu'elle participe de la grande illusion que quand une entreprise paie l'impôt, ce n'est pas vous ou moi qui le payons.**

** Je ne dis pas que l'impôt ne doit pas être réparti entre les différentes composantes de la société, et que supprimer toute taxe et impôt spécifique aux entreprises et un remède miracle. Simplement qu'interdire tout débat sur la proportion que doit prendre tel ou tel impôt dans une recette au prétexte que tout ce qui baisserait l'impôt payé par l'entreprise serait un cadeau au patron est disproportionné.
@freudqo
citation "dans un pays dont les problèmes de chômage et de compétitivité datent de bien avant l'euro."
C'est certain mais rappelez vous de la politique du Franc fort déjà à l'époque, pour se préparer au passage à l'Euro.

citation"Les règlements européens, acceptés démocratiquement,"
depuis 2005 je m'interroge sur la valeur "démocratique" de ces règlements, pas vous ?

citation "une bien piètre excuse employée par nos gouvernants pour se soustraire à leurs responsabilités et nier leur couardise"
vous m'avez mal compris ; je ne dédouane pas nos gouvernants derrière le paravent des réglements européens. C'est eux-mêmes qui les ont mis en place de façon à leur servir à la fois d'alibi et de cadre institutionnel à la politique économique qu'ils ont choisie : le néolibéralisme.
Je ne pense pas qu'il s'agisse de leur part d'une volonté de se soustraire à leurs reponsabilités, pas plus qu'un problème de couardise : ils mènent la politique que l'oligarchie (dont ils font partie) veut voir à l'oeuvre.

Concernant le terme de "cadeau", effectivement je suis d'accord avec vous sur l'impôt payé par l'entreprise (=payé par le travail de tous les acteurs de l'entreprise, donc par vous et moi). Mais le terme de cadeau au patronnat s'applique bien et sans guillemets, car dans un cas, la marge tirée des exonérations de charges ira directement dans la poche des dirigeants et des actionnaires au lieu d'être redistribuée au commun via le prélèvement de l'impôt et dans un autre cas la marge partira en fumée dans les effets néfastes de la concurrence à tout crin. Dans tous les cas, vous et moi n'en verrons pas la couleur.
C'est certain mais rappelez vous de la politique du Franc fort déjà à l'époque, pour se préparer au passage à l'Euro.


Oui, on peut dire ça, mais enfin l'inflation n'est pas une fin en soi.

depuis 2005 je m'interroge sur la valeur "démocratique" de ces règlements, pas vous ?


Les gens qui ont voté non en 2005 ont mis Sarko au pouvoir 2 ans plus tard face à Ségo, deux européistes notoires, dont le premier n'a jamais caché ses intentions pour Lisbonne. Ok, on n'a pas refait un référendum, mais on peut s'interroger sur la cohérence des nonistes...

vous m'avez mal compris ; je ne dédouane pas nos gouvernants derrière le paravent des réglements européens. C'est eux-mêmes qui les ont mis en place de façon à leur servir à la fois d'alibi et de cadre institutionnel à la politique économique qu'ils ont choisie : le néolibéralisme.


Attendez. Si l'UE est libérale parce que les états le sont, il n'y a aucun sens à parler de carcan européen. Il semblerait même assez cohérent que l'UE soit libérale dans ce cas là.

Mais le terme de cadeau au patronnat s'applique bien et sans guillemets, car dans un cas, la marge tirée des exonérations de charges ira directement dans la poche des dirigeants et des actionnaires au lieu d'être redistribuée au commun via le prélèvement de l'impôt et dans un autre cas la marge partira en fumée dans les effets néfastes de la concurrence à tout crin. Dans tous les cas, vous et moi n'en verrons pas la couleur.

Ben non, justement. Si la marge part en fumée à cause de la concurrence, ça veut dire que vous et moi paieront nos produits moins chers. Seulement, l'idée ici devrait être de favoriser le mécanisme de concurrence plutôt que celui qui mène les actionnaires à se mettre le fric dans les poches. Et je suis d'accord que la baisse de charge n'est pas forcément le meilleur choix dans ce cas là, simplement que c'est un peu plus complexe qu'un simple cadeau aux actionnaires tout de même.
Où ai-je dit que l'inflation est une fin en soi ? J'ai dit que le carcan européen et l'euro monnaie unique, nous prive (parmi ceux existants) d'un outil qui peut s'avèrer utile dans le contexte actuel : la dévaluation. Rien d'autre. Et c'est pour cela (entre autre) que l'on peut critiquer les règlements européens (assimilé à de l'eurobashing pour vous).

Que des nonistes votent pour des candidats pro-européens aux élections présidentielles n'enlève rien au fait que la façon dont le résultat du référendum de 2005 a été pris en compte n'est ni plus ni moins qu'un déni de démocratie. Voter pour quelqu'un ne veut pas dire signer un blanc-seing pour tout ce qu'il fait (surtout lorsqu'il fait le contraire de ce qu'il a dit pendant la campagne). D'autre part, l'électeur peu politisé sera facilement détourné des questions cruciales (économiques) par les écrans de fumée classiquement lancés par les politiques et fortement relayés par la médiasphère mainstream (je pense à toutes ces polémiques sociétales par exemple ou même les faits divers quand ils arrivent à point nommé d'une campagne électorale).

vous dîtes "Si l'UE est libérale parce que les états le sont, il n'y a aucun sens à parler de carcan européen"
Je parle de carcan européen dans le sens ou des marges de manoeuvres possibles ont été verrouillées par les traités, pas pour des raisons de politiques libérales. Les US sont des libéraux et n'ont pas pour autant gravé dans leur constitution le blocage de l'inflation ou la limitation du déficit à 3%.

citation "Si la marge part en fumée à cause de la concurrence, ça veut dire que vous et moi paieront nos produits moins chers". ça, c'est le poncif habituel : "plus forte est la concurrence mieux c'est car on paiera les produits moins chers". Les relations entre acteurs économiques s'organisent souvent de manière pyramidale. Si vous êtes en bas de la pyramide de production vous êtes laminés par la concurrence et les produits finis qui vous sont proposés à la vente en tant que consommateur ne seront pas moins cher pour autant. cf prix de l'énergie depuis mise en concurrence, cf grande distribution versus producteurs, cf grands donneurs d'ordres et leurs cascades de sous-traitants dans le BTP par exemple....
D'ailleurs, vous avez le sentiment que la vie est moins chère depuis que la concurrence à tout crin nous lance les uns contre les autres ?
[quote=Bandeau au dessus de @si]En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d intérêt.
C 'est normal que je trouve ce bandeau installé (ce matin) au dessus du site, gênant ma navigation, gênant aussi mon identification en tant qu'abonnée (sans l'empêcher toutefois, mais il faut que je cherche, que j'attende, etc....) tant que je n'ai pas "accepté"? Or, je ne souhaite absolument pas recevoir des services et des offres "adaptées à mes centres d'intérêt". Mes "centres d'intérêt" ne regardent que moi. J'ignorais d'ailleurs que @si mangeait de ce pain là. Il me semble que, payant mon abonnement, j'ai le droit de ne pas me faire soutirer sournoisement des infos que je ne souhaite pas donner.
Des explications?
Effectivement poser 3 questions en laissant 10 secondes à l'invité pour y répondre relève d'une nouvelle pratique journalistique. France Inter comme d'autres médias l'utilise sans complexe. Le soir dans les clubs de pouvoir, ils doivent bien rigoler ces journalistes lorsqu'ils se racontent leurs dernières "p'tites victoires" sur tel ou tel invité. Un vrai championnat...de.. ? Je ne trouve pas le qualificatif.
Tout ceci n'enlève rien à l'éclairage que donne Lordon sur la situation économique et politique de l'Europe, n'en déplaise à Guetta!
On pouvait ausi écouter, avant Lordon, la dameTouraine nous demander de mettre un cran supplémentaire à nos ceintures - du haut de son ISF.
Donc c’est bien ça, c’est Pierre Gattaz le vrai président de la République...
Jugez sur pièce: Lordon/ Inter 10mn22. Sans les questions mentionnées.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.