73
Commentaires

Offensive groupée (et désordonnée) des sites de presse contre les bloqueurs de pub

Du contenu flouté aux articles bloqués en passant par un abonnement cadeau d’un mois si vous acceptez de voir de la pub : les sites de presse comme Le Monde, Le Figaro et Le Parisien oscillent aujourd'hui entre carotte et baton pour contrer l’utilisation en constante augmentation des bloqueurs de publicité en ligne, comme Adblock Plus. Une action d'une semaine, coordonnée par le syndicat des éditeurs de contenus en ligne, mais où chaque site a choisi une stratégie bien à lui. Revue de presse des tactiques anti-Adblock… et de la contre-attaque qui se met (déjà) en place.

Derniers commentaires

Rahan, vous pêchez par puritanisme. N'apercevez-vous pas la noblesse discrète du porte-monnaie ? Je vous invite, si vous passez par la Bresse, à découvrir l'impressionnante série de cet anonyme du XVIIème siècle: " Christ descendant la poubelle", " La vaisselle de Marie-Magdeleine", " La Vierge poussant le saint caddy" sont les plus connus. L'épaisseur mystique de la pub vous échappe provisoirement. Mais le jour viendra ou, avec tous, vous hurlerez " Kiwiii !" " Qui ? Ouiii, Kiwiii !"
Je n'arrive pas à verser une seule larme sur ces médias jumeaux qui squattent la presse,la télévision, les ondes et qui nous pourrissent la liberté d'information en remplaçant leur métier par de la communication commerciale et l'abrutissement éhonté qui s'ensuit.

S'il m'arrive parfois de les lire en ligne, je suis sidéré de voir qu'ils se ressemblent tous et qu'ils disent tous la même chose ! Pour quelle raison à votre avis ?

- Ils vont tous faire leurs courses au Supermarché du coin de l'information : l'AFP
- Ils emploient tous des stagiaires non rémunérés qu'ils exploitent jusqu'aux trognons et qu'ils jettent après, lorsqu'ils n'en ont plus besoin.
- Les CDD explosent et une main d’œuvre sous-payées doit mettre en forme le panier de la ménagère ( le Pure Player ) qui a trouvé son information déjà formatée à l'AFP
- Les journaux ne sont plus des supports d'informations dignes de ce nom, ce sont des supports commerciaux qui n'existent que pour recevoir de la publicité et de l'argent des sponsors - La dite information " low-coast " n'est là que pour attirer le gogo. Imaginerait t-on un site entièrement com- mercial où les personnes viendraient s'abrutir en ne regardant que des spots publicitaires ? Il y a bien quelques centaines d'idiots qui vont à la "nuit des publivores " mais c'est passé de mode et le public maintenant âgé n'est plus le bon cœur de cible pour les marchands monomaniaques.

Quand je vois la tête du directeur du Monde qui chiale en essayant de me culpabiliser par sa photo qui me regarde droit dans les yeux, je me dis qu'il n'a pas honte.

Ce journal qui a muté en vingt ans de la gauche à la droite et qui promeut l' ultra-liberalisme éhonté, non seulement refuse que les citoyens s'arment de solutions pratiques pour ne plus être les principales cibles de l'abrutissement marchand mais en plus, le type oublie que nous le finançons déjà à hauteur de plusieurs Millions d'euros puisqu'il est une entreprise d'idéologie néolibérale mais subventionnée avec l'argent des contribuables !!!

Le directeur du Monde, Jérôme Fenoglio, ne manque pas de culot !

Dois-je oui, lui rappeler que sa feuille de choux libérale nous prends déjà dans les poches plusieurs millions d'euros ?

13 MILLIONS D'EUROS en 2014 ! Pour connaître les chiffres de 2016, il faudra aller chercher l'information sur le site du ministère de la culture & de la..«communication».

En fait outre les 13 Millions que nous lui versons généreusement, M.Fenoglio nous demande de payer une seconde fois en acceptant de devenir la cible et l'objet des communicants commerciaux voire même de ne pas se défendre contre les publicités cachées. Je rappelle déjà à M.Fenoglio que le Monde – notamment celui de cette semaine – fait à l'intérieur même de son journal, deux pages intérieures de communication commerciale, ce qui est proprement hallucinant au vu de l'éthique journalistique tandis qu'un lecteur non averti peut prendre cela pour de l'information véritable. Ces pages à l'intérieur du journal le Monde doivent valoir son pesant d'or, il faudra que M.Feneglio, les yeux dans les yeux nous en parle aussi un jour...

Il serait intéressant d'ailleurs si l'on suivait et acceptait la logique de M.Feneglio, puisqu'il nous demande de participer trois fois au financement de son journal – en l'achetant en kiosque, en devenant la cible des publicitaires en ligne et en tant que contribuable qui subventionne son entreprise sans pour autant être actionnaire du quotidien – qu'il nous donne le montant de son salaire, ceux de ses collaborateurs et le nombre de stagiaires qu'il exploite et la rétribution des actionnaires du journal ...sans compter le tableau des subventions allouées par l' Etat via les contribuables et à quoi celle-ci servent réellement, voire aussi le récapitulatif de tous les fonds qu'il reçoit de la part des agences de communication commerciale ou autres.

M.Feneglio nous demande de poser "cartes sur table" ? Qu'il commence par lui-même.
Nous, les contribuables subventionneurs des "Pures Players" qui font les mêmes courses au supermarché AFP, on a déjà payé ! Beaucoup payé!

Merci AD - BLOCK !
Ma petite contribution, pour le site de Canal + qui bloque les vidéos si on ne désactive pas le bloqueur de pub il suffit de récupérer l'URL de la vidéo dans le code de partage et de l'ouvrir dans un nouvel onglet.
:)
Pour ceux que ça intéresse, sous Firefox : Lightbeam (https://www.mozilla.org/fr/lightbeam/) vous permettra de visualiser les liens entre les sites.
Et pour ceux qui souhaitent choisir à quels autres sites le site que vous utilisez accède : umatrix (https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/addon/umatrix/)

Refusez le modèle economique publicitaire et souvenez vous que : si c'est gratuit, c'est vous le produit.

Al
A chaque sujet sur la pub sur ASI, on a droit aux mêmes commentaires dans le genre "la pub c'est le mal, qu'ils passent à un modèle par abonnement ou qu'ils crèvent, je m'en fout".

Je n'ai pas beaucoup de sympathie pour le Figaro, le Monde, Libération, etc. ni pour leur propriétaires, mais il y reste encore énormément de journalistes qui y essaient de faire leur boulot, et qui sur de nombreux sujets y arrivent même. Agir pour que ces journaux ferment en pariant que sur leurs ruines une meilleure presse resurgira, me parait un pari ... hasardeux, d'autant que vu la solidité financière de chaque journal, la potentielle hécatombe commencera probablement par la gauche (l'Humanité).

Quand au modèle du tout payant, la solution n'est pas idéale non plus, à moins qu'on veuille réserver aux non-pauvres le droit de s'informer correctement en payant ses 50 € d'abonnement mensuels à ASI, Mediapart, son quotidien généraliste, son magazine de loisir, son mensuel, etc. Les pauvres pourront s'informer en lisant des sites à clics, qui ont déjà trouvé la solution à tous les bloqueurs de pub : le "native".

En l'absence d'une alternative globale, les perspectives ne sont pas réjouissantes.
Faudrait que ces braves gens de la presse comprennent que trop de pub tue la pub.
Trop de magazines sont plus financés par la pub que par leurs abonnés. Une preuve? A quelques exceptions près: achetez un magazine papier. Vous avez payé le prix du magazine. Pourtant vous avez droit à au moins 10% de pages de pub dans le magazine. Question: qui est le client? Vous ou le pubard?

La pub aujourd'hui j'en reçois:
- dans la rue: panneau de 4*3, affichettes collées, types qui tractent, etc.
- à la radio
- à la télé
- sur le net
- dans mes courriels (spams!)
- dans les journaux
- etc.

Après les spams, celle des journaux en ligne est la pire: ça clignote, ça flash, ça lance un film sur la vie sexuelle de Rambo en mettant le volume à fond, ça m'ouvre des fenêtres et des onglets supplémentaires... Y a des fois j'ai envie de prendre le fusil! (Tiens, ça serait marrant de faire un adblock ludique avec une mire: à chaque clic de souris, la pub visée exploserait)

En fait, la pub télé finit par être la moins pire: comme dit Moustic de Groland au moment de lancer la pub télé: "Allez, c'est le moment d'aller faire un beau caca".
https://www.youtube.com/watch?v=KSKTima498Q

Etape1 :

Greasemonkey pour Firefox : http://tinyurl.com/greasemonkeyfirefoxplayzare
Tampermonkey pour Chrome : http://tinyurl.com/tampermonkeychromeplayzare

Etape 2:
https://greasyfork.org/scripts/735-anti-adblock-killer-reek
Oui le tuto est simple et ça marche très bien.
Eric Mettout veut faire passer un deuxième message : "Les adblockers ne sont pas des anges. Ils laissent passer certaines bannières ou lèvent les barrières sur certains sites moyennant rétribution, tout ça dans la plus grande opacité"
Pas totalement faux mais... le critère principal avancé par certains adblockers était de laisser passer la publicité "tolérable" (encarts publicitaires de petite taille, non animés) et de bloquer le reste (pop-up, vidéos qui se lancent toutes seules, machins qui clignotent tellement qu'on croirait qu'ils cherchent à vous filer une crise d'épilepsie).
Bref, comme dit le proverbe, qui [E. Mettout] veut tuer son chien, [il] l'accuse de la rage... :D
merci pour cet article, ou l on voie que les lecteurs n ont jamais aime la pub .... et que tout le delire culture pub, c etait du pipo , le vrai titre aurais du etre, "comment le capitalisme vous a envahi, par nos ecrans par les riches , par la bourgeoisie , aucune petit boite n a les moeyns de faire des pubs. et oui le journalisme est payant, on est d accord pour payer mais pas payer pour faire gagner de l argent aux riche, mais pour nous instruire. je garde mon adblock.
Au lieu de se demander pourquoi autant d'internaute ont recours à des bloqueurs ... les nigauds se lancent dans une aventure suicidaire :
- nombre d'entre-nous n'iront plus sur les sites en question... de toute façon la plupart ne valent pas le détour.
- les développeurs ont déjà trouver les moyens de déjouer les anti-anti-pub... et il y a bien plus d'internautes motivés que de développeurs au sein des rédactions ou des régies publicitaires

Les organes de presses ont laissé croire que le contenu en ligne était gratuit (une sorte de vitrine de leurs éditions papiers) et ont au fur et à mesure crée de vastes zones illisibles (sans bloqueur) où le contenu rédactionnel (écrit souvent au lance-stagiaire) laisse de plus en plus de place à des pubs invasives et indiscrètes (niveau vie privée).

En attendant profitez en : voici un petit portail alternatif de qualité et sans pub : http://rezo.net/
Vous parlez tout le temps de adblock plus, certes le bloqueur le plus populaire, mais dont la déontologie reste très floue, puisqu'il revend ses listes.
Je préfère utiliser ublock origin, bien plus efficace, moins connu, et qui surtout ne revend pas ses listes.
Certains médias en ligne sont affolants... Plus de 50-60 trackers bloqués. Le Point, L'Express, Le Monde sont parmi les pires. Libération n'est pas mal situé non plus.
Mais bon, je ne fait que picorer quelques informations sur ce genre de sites.
Mes références sont ASI (of course), Mediapart auquel je suis également abonné, et puis des sites comme Reporterre, Bastamag, OrientXXI, Acrimed, et d'autres dans cet esprit. TOUS CES SITES FONT DE LA VRAIE INFORMATION, et ne vous proposent pas des tonnes de gadgets pour bouffer leurs pub. Qu'ils réfléchissent donc à leur modèle économique et leurs choix éditoriaux : engranger du fric ou choisir la liberté d'information !
J'ai toujours pensé que la " gauche" se fourvoyait en considérant le problème de la publicité comme secondaire, voire futile. La critique de la pub cumule celle du gaspillage capitaliste ( Que les lessiviers US, qui vendent un produit chimiquement homogène, l'aient inventée est lourd de sens) et celle de la totalité des stéréotypes idéologiques, en quelque sorte condensés en une véritable propagande qui doit faire saliver les dirigeants nord-coréens ( La Corée du Nord intervient obligatoirement dans tout débat d'une certaine tenue, faut pas déconner).
"sans publicité, il n’y a pas de contenus gratuits", vive les oxymores.

Quelques chiffres sur le marché publicitaire : au plus haut, en 2000, il représentait 2,08% du PIB, 1,44% en 2014. Ca fait pas mal de milliards, reste à savoir ce qu'en récupère la presse.
Plus de détails pour 2015 : dans les 700 millions d'euro en affichage de pub sur le web.

Mais comme dit une étude de 2014 : "Dans cet écosystème complexe, il devient pratiquement impossible de décomposer la chaîne de valeur, et de reconstituer la part des dépenses publicitaires qui est captée par chacun des intervenants (data, outils technologiques,
conseil...) [...] un récent rapport du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) signale la faible part des investissements des annonceurs qui revient aux supports : sur un euro investi dans la publicité numérique, seuls 20 centimes tout au plus reviennent aux médias numériques.
"

De manière générale, je crains que la presse historique n'intègre toujours pas que dans un contexte multimédia, elle est désormais en concurrence avec l'information venue de tous les supports, dont la télévision ou la radio. Pour une information de base, on peut se contenter des contenus en ligne des tv-radio publiques, "gratuits" (= payés notamment par la redevance), accessibles sur son téléphone : il n'y a plus de privilège "matériel" au papier, l'info tient dans la poche.

Contrairement à la prétention (à la mode) d'un journalisme "neutre", "objectif", c'est sans doute plutôt l'élément idéologique, de presse d'opinion qui motivera la dépense du lecteur : on paie pour @si ou Mediapart pour une orientation, une ligne éditoriale, une originalité, on ne paie pas pour des Figaro, Libération etc. qui se contentent de faire des compte-rendus ou en restent au discours mainstream qu'on retrouve ailleurs.

P.S. pour le Figaro sur Firefox : clic droit, "examiner l'élément", sélectionner l'élément flouté, dans le code source supprimer "color: transparent; text-shadow: 0px 0px 5px rgb(0, 0, 0);" dans la balise
, et hop !, c'est plus flouté.
Leur astuce ne va pas tenir longtemps, un script comme l'extension pour @si se programmerait rapidement pour faire le boulot...
Certains sites commencent à bloquer leur contenu quand ils détectent un bloqueur de pub ? Qu'à cela ne tienne : il y aura bientôt des bloqueurs de pub furtifs !

Actuellement, le fonctionnement des bloqueurs de pub est assez basique, mais il est très facile de les rendre plus futé pour ne pas être repérable.

A l'image des protections numériques qui sont toutes contournées les unes après les autres, le combat est perdu d'avance !

PatriceNoDRM
Ainsi, les sites d’info, au lieu de questionner leurs pratiques, culpabilisent leurs lecteurs, et bien tant pis pour eux.

J’ai installé un bloqueur de pubs car d’être soumis à leur déferlement est pénible et lassant, d’autant que tout ces médias reçoivent pas mal de subventions de la part de l’État.

Enfin, à côté de cela, je suis abonné à plusieurs sites, donc les autres peuvent braire, j’en ai cure...
Internaute lambda, voire même plutôt très achats en ligne, je n'avais pas jusqu'ici mis de bloqueur de pub. Un côté flemmard de pas la peine, un côté OK, ils ont besoin de ça.
Mais franchement, je passais plus de temps à fermer les onglets quand une pub était trop intrusive (la moitié du temps) ou à essayer de recharger la page, ou bien même à attendre que ça passe ...
Là c'est trop. Que les éditeurs ne se rendent même pas compte à quel point la navigation est pénible, lente, submergée d'informations qui n'ont aucun intérêt...c'est trop
Du coup, ca y est, j'ai franchi le pas, je viens d'installer Ghostery.
Et tant pis pour la dernière pub de Chopard qui prenait toute la place...

Zut, j'en ai marre d'être un pigeon (dommage, il faudrait changer d'animal, vu ce qu'ils en ont fait...)
De toute façon, il fallait s'y attendre. La presse papier ne vend que très mal, et doit recourir à la publicité.
Le Magazine de Le Monde version papier inonde ces lecteurs chaque semaine de publicités pour des montres Suisses à remonter toutes les 48 heures (au prix de la montre, plusieurs RMI Suisses, on peut se payer un préposé remonteur de montre à temps partiel) et de publicités pour des voitures qui ont autant d'enflures dans toutes les dimensions qu'un hippopotame.
Comment pouvait survivre le site du journal numérique Le Monde sans publicité et avec des lecteurs activant leur ABP ?

Le passage de Windows 7 à Windows 10 a été gratuit (merci MS, bien que l'on se méfie d'un cadeau gratuit venant de MS) mais s'est accompagné entre autres de la disparition du Solitaire. Pour le retrouver, il faut passer par une version truffée de pubs ou payer cash.
Personnellement, je m'adonne au solitaire à la moindre montée d'adrénaline comme aujourd'hui lorsque je pressens avec mon premier sens commun que Bismuth va encore s'en tirer, à la grande gloire de notre ripoublique.
Les pubs du nouveau Solitaire sont dans une petite fenêtre. Il suffit de les ignorer.
Comme disait un @sinaute, de toutes façons les pubs sont pour les cons. Et il y a suffisamment de cons pour faire survivre un journal, même Le Monde. Bien que les montres Suisses sont souvent aux poignets de ceux qui nous dirigent ou y aspirent. Comme quoi il y a toujours un con qui sommeille même chez ceux qu'on ne pourrait traiter ainsi.
 
Au lieu de pleurnicher, qu'ils mettent en place un modèle économique basé sur l'abonnement, comme @si par exemple.
Pendant combien de temps nous ont-ils vanté leurs sites de copier/coller de dépêches AFP comme accès gratuit à l'information ? Alors, c'est gratuit ou c'est pas gratuit ?

Il y a aussi des sites d'information, qui se refusent encore à cette logique d'abonnement, qui ne jouent pas la carte de la pleurnicherie:
Comme Numerama

Et ça donne beaucoup plus envie de désactiver AB le temps de cliquer sur deux ou trois pubs (surtout quand il s'agit, comme ici, d'un site suffisamment responsable pour ne pas laisser des pubs flash vérolées infecter le navigateur de leurs lecteurs)

En résumé: le GESTE, arrêtez de nous prendre pour des idiots/vaches à lait, et prenez-en de la graine.
Bof, ils se plantent et mènent un combat contre-productif et d'arrière-garde.

Contre-productif, parce qu'ils vont y perdre des plumes et des lecteurs.

D'arrière-garde parce que leurs barrières anti-block, ou plutôt anti-adblock (quasi-spécifiquement), sont faciles à contourner... Les bloqueurs de pub auront toujours un train d'avance : leur "combat" est perdu avant même d'être entamé.

Au lieu de pleurnicher en accusant les bloqueurs de pub d'être responsables de leurs abyssales pertes et du foirage complet de leur modèle économique datant des années 50, ils feraient mieux de faire leur introspection, par exemple en se demandant pourquoi les organes de presse sans pub, comme Le Canard enchaîné ou Mediapart, sont ceux qui génèrent du profit (si on excepte le redressement fiscal inique pour le second nommé, évidemment...).
Cette initiative du GESTE aurait pu être une bonne chose, pour que les gens se rendent compte que l'info a un prix, et qu'il faut donc la payer, soit directement (via un abonnement), soit indirectement (via la pub). Mais pour être efficace, il aurait fallu qu'elle soit mieux coordonnées, et surtout, qu'elle s'accompagne d'une sérieuse réduction de la quantité de pub sur ces sites. En l'état, même les meilleures volontés qui désactivent leurs bloqueurs ne vont pas le faire longtemps...
Je relève dans l'article, à propos du Figaro : Pas assez (flouté) pour empêcher la lecture, mais suffisamment pour la rendre très pénible.
Même sans floutage, c'est pénible, la lecture du Figaro.
De toute façon adblock plus ou pas ses sites n'ont aucun intérêt vu qu'ils sont juste des outils de propagande de l'oligarchie financière.

Leurs propriétaires peuvent largement les subventionner à perte vu que ceux sont juste des outils de pouvoir médiatiques.

Donc tant mieux s'ils se bloquent eux-mêmes car les internautes trouveront bien mieux ailleurs niveau liberté d'idée et d'expression !
Emmanuel Parody, contacté par @si. "Ca permet de remettre sur la table que sans publicité, il n’y a pas de contenus gratuits. C’est un contrat de lecture que beaucoup de gens ont oublié,[...]
Visiblement E. Parody a aussi oublié quelque chose : nous payons la publicité, qu'on consulte ou non ces sites, qu'on regarde ou non la télévision, qu'on écoute ou non la radio, qu'on lise ou non des journaux. Son coût est incorporé au prix des produits que nous achetons, et peut en représenter une part très importante, parfois même majoritaire.
La publicité est un impôt privé : personne ne peut s'y soustraire. En France, elle nous a coûté près de 30 milliards en 2014, soit une moyenne de plus de 1.000 euros par ménage et par an.

Quant au prétendu contrat, il nous est imposé et il ne s'agit aucunement d'un contrat social.
Il n'existe pas (encore) d'article 13bis de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui dise « Pour l'entretien des actionnaires, et pour les dépenses des rentiers, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs consommations. ».
Je viens de visiter l'ensemble des sites concernés avec l'extension Ghostery pour Chrome (existe aussi pour Firefox et mobile), aucune pub, aucun message ni floutage (sauf Canal + qui a détecté et refuse de lancer les vidéos). Comme quoi pas besoin de contre-attaque, il suffit d'utiliser les bons outils :)
Le Monde a gagné : il vient de quitter mes marques-pages, et je n'ai pas l'intention de l'y remettre dans une semaine. Je suis tout à fait prêt à payer pour m'abonner à un journal en ligne : je l'ai fait avec @si, Hors-Série, Mediapart, et je pense m'abonner à d'autres. Mais le message infantilisant que j'ai pu lire sur Le Monde m'a fait hurler : on nous prend vraiment pour des cons. A aucun moment, par exemple, on ne va nous demander pourquoi nous n'avons pas mis Le Monde sans Adblock, comme le fait depuis quelques temps Deezer. Pourtant, je n'hésite pas à le faire avec certains sites lorsqu'ils ont une véritable démarche de limitation de la publicité. Mais Le Monde, c'est une atroce, point de vue publicité. Et pire, le contenu qu'ils produisent n'est pas d'une super valeur ajoutée comme peut le faire Mediapart. De plus, ils ne garantissent absolument pas le retrait de la publicité en cas d'abonnement. C'est un signe que le site est complètement shooté à la pub, et donc qu'il n'est pas en mesure d'assurer une certaine indépendance vis-à-vis des annonceurs. J'ai vraiment été sidéré par ce message. Mais bon, il m'a rappelé que, finalement, vu la médiocrité de son contenu, on peut s'en passer facilement. Ma production vient d'augmenter grâce à ça, je devrais peut être les remercier, après-tout !
si ça pouvait opérer une "sélection naturelle" et faire couler les sites nuisibles qui n'offrent aucun contenu de qualité, ce serait un plus. On a la preuve entre autre sous les yeux que les gens sont prêts à payer pour des contenu de qualité, que ce soit par un site à péage ou du financement participatif. on verra qui a le plus besoin de qui.
En plus des mouchards, la publicité est aussi un vecteur d'infection des ordinateurs avec régulièrement des alertes à ce sujet.

Mais le plus frustrant, c'est quand un site auquel je suis abonné se permet de me dire que la production de contenu journaliste n'est pas gratuite...
Je teste un script anti-adblock killer, ça à l’air de fonctionner https://openuserjs.org/scripts/reek/Anti-Adblock_Killer_Reek (il faut d’abord installer l’extension Greasemonkey dans firefox, et entrer le script)
Ça fait plus de dix ans que j'utilise le blocage de la publicité, mais adblock n'est plus l'outil de mon choix il y a plus performant désormais.(uBlock).

Au départ j'en ai trouvé l'utilité pas vraiment contre la publicité mais pour accélérer la vitesse de chargement des pages et de ma navigation en général.

On oublie mais les publicités sont gourmandes en ressources et quand on a une connexion de faible/moyen débit c'est handicapant.

Et j'ai l'impression qu'en dix ans la quantité a explosé, je le vois quand je dois mettre à jour mon programme et que je fais un petit tour sur internet explorer en attendant.

Je ne crois pas changer mes habitudes avec le chantage.

Si on regarde le fond on se rend compte que la course au clic a déjà pollué le contenu des articles de presse, même sans la publicité la qualité du travail des journalistes est déjà en chute libre.

Plus rien de justifie de prendre un abonnement, sauf pour les médias qui ont construit leur ligne éditoriale en dehors de la publicité dès le départ.
Merci pour cet article... je ne comprenais pas très bien bon nombre de tweets aujourd'hui, parce que je n'avais pas remarqué ladite "offensive", vu qu'elle n'a absolument aucun effet sur l'utilisateur de Ghostery que je suis (qui ne fait pas que "lister" les trackers, loin de là).
Non.
Rien.
Ca me rappelle simplement un truc de très mauvais goût, mais oh combien juste : "Coca-cola, fournisseur officiel de la guerre du Golfe".
Parce que maintenant dans chaque acte de notre vie, pour chaque institution, il faut courber l'échine devant les communicants pour avoir le droit de respirer.
J'attends avec impatience le "message d'information" qui nous dira que les pieds de Vanuel Malls ou ceux de Macron suent dans les chaussettes...les chaussettes...

merde ! Jai oublié le nom.
Et le bloqueur de pub devint un bloqueur de bêtise quotidiennement rabâchée ?
Le problème de la pub existe, mais du coup aujourd'hui j'ai désactivé Adblock et sur Léquipe.fr c'est la cata...
Entre les contenus Outbrain (sur la plus belle des femmes de footballeurs, sur les plus beaux seins des sportives, etc.), les vidéos qui se lancent sans notre autorisation, les pop-up, c'est une vraie purge.

Bon après L'équipe.fr propose un contenu payant sans pub.
Mais j'aime aussi l'idée de certains sites qui ne proposent qu'une pub par page. C'est plus honnête.

Et sinon si vous voulez lutter contre les trackers, je vous conseille Ghostery. (seulement 2 mouchards sur ASI : les boutons pour partager sur Twitter & Facebook).
Quand les médias feront leur boulot, c'est-à-dire de l'information et pas de la communication, je m'abonnerai comme je suis abonnée à ASI ou a Mediapart, mais en attendant, je préfère encore me passer de ces "journaux en ligne"....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.