25
Commentaires

Obama et les handicapés : histoire d'une gaffe en deux temps

Derniers commentaires

Cette "blague" d'Obama ne me choque pas et je suis le premier à vouloir me moquer des handicapés que ça leur fasse plaisir ou non...mais je trouve juste que ce trait d'humour est un peu naze...et en fait je commence à vaguement douter de la capacité de jugement d'Obama que ce soit dans ses choix humoristiques ou quand il arbitre entre les membres de son administration pour decider de l'orientation de sa politique. Pour un exemple de "poor judgement" voir cet article d'Arianna Huffington: Take the Steering Wheel out of Geithner's Hands.
Comme l'ont dit d'autres avant moi, une gaffe et une blague (de mauvais goût, certes), c'est différent. Quand on parle de "bravitude", c'est pas une blague : c'est une faute. Bref, il ne faut pas confondre le tout, Royal et Obama ne sont pas comparables.

Les handicapés ne s'offusquent pas que ceux qui les aident se moquent d'eux. Ils sont souvent le premier à le faire, quand ils se sentent en confiance avec les gens devant eux... J'ai organisé une journée de sensibilisation au handicap récemment, et tous les handicapés présents avaient énormément d'humour, et nous racontaient leurs meilleurs blagues.

Obama doit sûrement faire partie de ces gens qui aiment et aident les handicapés. Sa blague ne lui paraissait donc pas méchante.

En faire un business, c'est juste me donner encore plus envie de le soutenir. Écoutez le reste de l'émission, et laissez-vous tenter par cet humour, et cette faculté à raconter les anecdotes de façon drôle. Ca change d'un autre pays...
Tiens, pas un mot de parallèle avec les gaffes de Royal ?

A propos je me demande si l'affaire Heulliez n'est pas un moyen pour l'Elysée de remettre puissamment en selle la baronne du Poitou, face à Martine qui doit ronger son frein de ne pas avoir l'équivalent à Lille.

Des fonds publics hésitants, l'Etat bureaucratique, un repreneur indien qui se désiste, un conseil régional qui s'investit; des salariés courageux : c'est du pain bénit pour faire la com' de Ségolène, non ?
Hahaha...

Ce qu'a fait Obama est tout simplement pitoyable et exécrable. C'est impardonnable et une infamie, tant pour la liberté d'expression que vis à vis de l'humour qu'il déshonore.

Il n'aurais pas dû s'excuser OOoOoO

Note: Au time, ils ont de l'humour au moins.
Je sens comme un "buzz" anti-Obama, et ça depuis maintenant un petit moment.
J'ai idée que se met en place, peu à peu, une "machine à nuire", dirigée contre Obama, un peu à l'égal de celle qui avait été montée contre Clinton...(là, la victime, ce n'est pas "l'épouse bafouée", mais, bien mieux, le "handicapé", ça pardonne pas!)

Tout cela n'est pas fait innocemment...C'est même, à mon avis assez largement préparé.
L' "emballement médiatique", ça paraît tout spontané, tout naturel, mais, en fait, ça se travaille en coulisses...
Une info, au départ inaperçue, est montée en épingle, puis traitée par tous les médias, (qui ne peuvent plus rester en dehors), à toute vitesse, répétée, et martelée, jusqu'à ce que la "cible" finisse par présenter des excuses, se clouant ainsi elle-même au pilori.

En réalité, chaque média sait pertinemment qu'Obama ne méprise pas du tout les handicapés, mais FAIT SEMBLANT de s'en offusquer, et le tour est joué: soit Obama ne s'excuse pas, et c'est un salaud; soit il présente des excuses, et c'est un dégonflé...Du "perdant-perdant", comme dit l'autre.

On a déjà eu, en France, un emballement médiatique, contre Jospin, quand il avait eu le malheur, dans un avion et devant quelques journalistes, de railler la fatigue, et l'usure (réelles), de Chirac.On n'avait plus parlé que de ça pendant des jours...Journaux, télés, radios...tous.
Et le pauvre Jospin s'était littéralement achevé tout seul, en allant sur A2(je crois) pour présenter des excuses.


En politique, on peut tromper, blesser, tuer, tricher, voler...Mais...faut jamais s'excuser !..

Ce que Sarkozy a eu le flair d'éviter quand il y a eu l'affaire du yacht de Bolloré (déclarant, je cite:"je ne m'excuserai pas!").Vaut parfois mieux passer pour un salaud que pour un dégonflé.
Ah le puritanisme anglo-saxon, tellement loin du savoir-vivre a la francaise! Ne laissons pas ce politiquement correct s'installer chez nous, les handicapés ont besoin de rire avec les autres, de tout et d'eux-memes aussi.
En dehors de la gaffe, que dirait-on si Sarko, 2 mois après avoir été élu président, était allé chez Ruquier discuter de la crise tout en plaisantant?
_ Que ce n'est pas sa place.
_ Qu'on poursuit ainsi le processus de peopolisation de la vie politique.
_...


Et on aurait raison...

Le 19 mars, l'interview se passe très bien, le président est très à l'aise, il ne cesse de plaisanter, et parle de choses sérieuses avec une décontraction de bon ton.

...rien de très important....

Gilles il me semble que certains blogs avaient relevé la gaffe dès le vendredi lendemain de l'émission comme celui-ci apparemment tenu par un journaliste d'ABC: http://blogs.abcnews.com/politicalpunch/2009/03/president-ob-15.html
Les excuses d'Obama ne sont donc pas si spontanées que ça. Il les a exprimées juste avant que ce ne soit repris par les grands médias. Mais comme souvent ça a commencé avec les blogs...personnellement j'ai trouvé sa "gaffe" assez surprenante. Ce qui m'a surtout gêné c'est l'aisance avec laquelle il l'a dite tout en contraste avec son image de "class-act". J'imagine qu'on sera moins surpris lorsque surgira un footage de lui en train de jurer copieusement. Allez les médias américains se rendent compte en grande pompe que malgré tout Barry est (ou peut être) comme beaucoup d'américains: arrogant (ou faussement modeste) et grossier. En tout cas son image d'élitiste (à Obama) n'est pas prête de disparaître de sitôt...
Oui, je trouve la blague un peu trash, ou border-line, mais pas non plus scandaleuse... De fait, il n'y a pas eu de réaction outragée sur le plateau ou dans le public au moment où il l'a prononcée. C'est sûr que ce n'est pas politically correct... ça n'en est pas moins drôle.
c´est pas une gaffe, c´est de l´humour noir ....
Oui c'est sûr il n'aurait pas dû :

1) jouer au Bowling,

2) aller au show télévisé,

3) y faire une belle gaffe,

4) s'enfoncer en s'excusant.

Bref, on entre dans une nouvelle criiiiiiiiiiiiise moundiale !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.