20
Commentaires

Notre jeu : feuilletons ensemble Libération du 10 juin

Devinette du jour : une anomalie s'est glissée dans l'édition du vendredi 10 juin de Libération. Saurez-vous la détecter ? Pour jouer, c'est simple, il suffit de feuilleter le journal des pages 1 à 31. Suivez le guide ! (Et on ne triche pas, la réponse se trouve tout en bas).

Derniers commentaires

Je réponds tout de go après 1re lecture raisonnablement rapide de l'article de Séb. + examen rapproché de la photo illustrant l'article sur PSA poissé par la CGT, et promis juré craché!!… non sans avoir zappé tout le fil du Forum (non mais sans blague!!… ;-)) eh ben selon moi, l'anomalie , c'est d'enluminer cette page 7 par un pic de chauffeurs de bus RENAULT appartenant me semble-t-il à une compagnie de transports collectifs d'Ile de France nommée Kéolis ¿ …… C'est pas vrai, ça…? J'ai pas faux?¿? Youpee !! Merci ¿
Pas trop de noirs non plus (ah si des futurs ouvriers chomeurs), ni de jeunes (ah si dans le programme télé et dans le rock ).... Quoi ?! Libé ne serait pas vraiment représentatif de la société française ???? WTF ? pardon, MAIS COMMENT DONC ? Arrêtons de faire des raccourcis démagogiques, siouplé, c'est trop facile!
Attoseur/Arrosé, paille/poutre
Juste une petite remarque, il y a beaucoup d'émissions d'Arrêt sur Images où il n'y a que des hommes,
ou, tout au plus une femme sur le plateau... Là aussi, un effort à faire!
Merci.

A quand des quotas pour les informations aussi.
En même temps il faut remonter à la cause principale au lieu de vouloir forcément ouvrir une chasse aux sorcières.

Les premières pages traitent de politique nationale et le résultat est représentatif de ce que c'est en france. On en peut pas forcer les gens à voter pour des femmes. On a probablement du retard sur les autres pays mais y'a pas de solution miracle.

Ensuite politique internationale : les sujets impersonnels par excellence vu qu'on traite de nations dans leur ensemble. A l'exception de batisti, aucune personnalité masculine ne sort du lot.

Retour sur la france : colonna, hortefeux et DSK. Pas de bol, si les hommes tirent aussi la couverture de leur coté quand il est question de délinquance et criminalité. Mais je pense que les femmes ne s'en plaignent pas.

Puis a nouveau des sujets impersonnels : PSA, taxe tobin, sécheresse...

Sports : A l'exception de certaines niches particulières le sport féminin suscite peu d'intérêt. A commencer par les femmes elles mêmes.

Ensuite, article sur la lutte des classes, là encore unisexe.

Et ainsi de suite....

Bref j'aurai deux critiques sur cet article :

- la dramatisation, la mise en scène qui force le trait. Certes on ne parle pas beaucoup des femmes mais on ne parle pas non plus énormément d'hommes non plus. Et quand on en parle c'est pas très flatteur. Entre sarko et sa troupe de maniganceurs et la brochette de inculpés, délinquants et criminels c'est pas folichon

- accuser les journalistes alors que le problème,a mon avis, ne vient pas d'eux au départ
Ben non, elle a tord la madame du colloque, il n'y a pas que la madame zàpoil dans les pages 1 et 31.

Page 30, la pochette du disque comprends le visage d'une femme. Eh ouais.

En fait, j'ai perdu au jeu (ça, je suppose que vous pouvez me croire) : j'avais plutôt été frappé par le nombre de pubs dans Libé concernant... le journal Libé lui-même. Avec mes petits yeux, j'en ai compté six. Je trouve que c'est beaucoup.
- gros pâté page 5
- enoôrme pavé à biscotto page 13
- pub pour abonnement page 15
- gros paté page 23 sur Libé food
- encadré autour de l'évènement promu page 25
- application iProut page 27
On peut aussi jouer à trouver les énormes coquilles dans l'article : "Tranquillement installez dans votre fauteuil, vous lisez le journal Libération comme tous les jours." ;-)
Demain il enlève le bas du maillot !!
Bah, le problème c'est que c'est PAS une anomalie. On parle que de mecs, et quand ya une femme, elle est à poil. Comme dans les musées, où il est plus facile d'entrer en peinture qu'en artiste, quand on est une femme. Comme dans mon conseil général, 52 mecs et 8 nanas (heureusement elles sont pas à poil, mais quid du comportement de ces messieurs avec elles, puisqu'on sait qu'elles n'en parlent pas?). Comme chez les Schtroumpfs, tiens!

On est tellement habituées que c'est lassant, on pourrait plus parler d'autre chose, on aurait plus ni le temps, ni la place. Heureusement qu'il y a quelques femmes qui se spécialisent dans le job. Merci à elles! Et merci aux mecs qui relaient (un pluriel un peu singulier, disons "merci, Sébastien Rochat!")
Merci à @si de s'intéresser (enfin!) un peu au sujet...il a fallu que l'affaire DSK passe par là, mais bon, mieux vaut tard que jamais.
Dans un autre registre, la langue (française en particulier) est aussi tristement révélatrice au niveau de la représentativité des femmes; voilà un mail que j'avais reçu il y quelques temps; c'est d'autant plus déprimant que l'on ne se rend même pas compte au quotidien de l'impact des mots :

"C'est quand même pas compliqué , le français :
> >
> > * Un gars: c'est un jeune homme
> > * Une garce: c'est une pute
> > * Un courtisan: c'est un proche du roi
> > * Une courtisane: c'est une pute
> > * Un masseur: c'est un kinésithérapeute
> > * Une masseuse: c'est une pute
> > * Un coureur: c'est un joggeur
> > * Une coureuse: c'est une pute
> > * Un professionnel: c'est un sportif de haut niveau
> > * Une professionnelle: c'est une pute
> > * Un homme sans moralité: c'est un politicien
> > * Une femme sans moralité: c'est une pute
> > * Un entraîneur: c'est un homme qui entraîne une équipe sportive
> > * Une entraîneuse: c'est une pute
> > * Un homme à femmes: c'est un séducteur
> > * Une femme à hommes: c'est une pute
> > * Un homme public: c'est un homme connu
> > * Une femme publique: c'est une pute
> > * Un homme facile: c'est un homme agréable à vivre
> > * Une femme facile: c'est une pute
> > * Un homme qui fait Le trottoir: c'est un paveur
> > * Une femme qui fait Le trottoir: c'est une pute
> > * Un péripatéticien: c'est un élève d'Aristote
> > * Une péripatéticienne: c'est une pute
> >
> > Non, le français, vraiment, c'est pas compliqué!"
> >
>

Merci à @si de s'intéresser (enfin!) un peu au sujet...il a fallu que l'affaire DSK passe par là, mais bon, mieux vaut tard que jamais. Dans un autre registre, la langue (française en particulier) est aussi tristement révélatrice au niveau de la représentativité des femmes; voilà un mail que j'avais reçu il y quelques temps; c'est d'autant plus déprimant que l'on ne se rend même pas compte au quotidien de l'impact des mots : "C'est quand même pas compliqué , le français : > > > > * Un gars: c'est un jeune homme > > * Une garce: c'est une pute > > * Un courtisan: c'est un proche du roi > > * Une courtisane: c'est une pute > > * Un masseur: c'est un kinésithérapeute > > * Une masseuse: c'est une pute > > * Un coureur: c'est un joggeur > > * Une coureuse: c'est une pute > > * Un professionnel: c'est un sportif de haut niveau > > * Une professionnelle: c'est une pute > > * Un homme sans moralité: c'est un politicien > > * Une femme sans moralité: c'est une pute > > * Un entraîneur: c'est un homme qui entraîne une équipe sportive > > * Une entraîneuse: c'est une pute > > * Un homme à femmes: c'est un séducteur > > * Une femme à hommes: c'est une pute > > * Un homme public: c'est un homme connu > > * Une femme publique: c'est une pute > > * Un homme facile: c'est un homme agréable à vivre > > * Une femme facile: c'est une pute > > * Un homme qui fait Le trottoir: c'est un paveur > > * Une femme qui fait Le trottoir: c'est une pute > > * Un péripatéticien: c'est un élève d'Aristote > > * Une péripatéticienne: c'est une pute > > > > Non, le français, vraiment, c'est pas compliqué!" > > >
Excellent...et affligeant.
Pour le moment, je n'ai lu que le No smoking de Marcelle.

Son ex-ami Cambadélis en ressort confortablement habillé pour plusieurs hivers.
Heu Sebastien : peut-etre que dans le costume de la vache tabassee par une banane ....

Mais bon ca rendrait le truc encore pire en fait ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.