9
Commentaires

"Normalement, on y entre plutôt les pieds devant"

Le Panthéon, quelle drôle d'idée ! Pourquoi donc François Mitterrand, en 1981, a-t-il choisi d'y célébrer son entrée en fonction ? Idée d'autant plus surprenante, selon Mathilde Larrère, que nombre de dignitaires napoléoniens y sont enterrés, même si s'y touvent aussi nombre de figures de la gauche et du Panthéon.

Derniers commentaires

Suite : Sur l’entrée au Panthéon de Martin Nadaud, voici le texte que l'on peut lire sur le site des amis de martin Nadaud :

« Dès le 16 septembre 2013, l’association a transmis un dossier à Philippe Bélaval, Président du Centre des Monuments Nationaux pour solliciter l’inscription du nom de Martin Nadaud sur la liste des personnalités susceptibles de bénéficier d’un transfert au Panthéon.
Cette « candidature » a donné lieu à diverses initiatives : vote du Conseil d’Administration, conférence de presse à destination des quotidiens régionaux, France bleu Creuse et FR3 Limousin, collecte de signatures auprès des visiteurs de la Maison Martin Nadaud.
Christian Vigouroux vice-président de section au Conseil d’État et membre de l’association à qui revient le mérite de la proposition initiale a mobilisé ses nombreuses relations.
Dans le même temps les membres du Comité du bicentenaire sont intervenus pour apporter leur appui à notre démarche.
L’association quant à elle, a exposé ses arguments en faveur de la « Panthéonisation » d’un enfant du peuple, figure symbolique du monde ouvrier, auprès du Président de l’Assemblée Nationale et du Président de la République.
Cette proposition n'a pas été retenue.
»

http://lesamisdemartinnadaud.com/
Bonjour,
Oui toujours très intéressantes vos chroniques.
Pendant l’émission sur Mitterrand vous avez évoqué à propos des tenues des députés, le personne de Martin Nadaud qui s’est présenté avec sa blouse d’ouvrier à l’assemblée. Martin Nadaud passé du statut d’ouvrier maçon à celui de député de la Creuse (élu le 13 mai 1849) et préfet de la Creuse un peu plus tard. Il raconte d’ailleurs son expérience, et notamment la résistance de sa mère et de ses grand parents lorsque son père voulu qu’il aille à l’école, dans un livre « Mémoires de Léonard, maçon de la Creuse (Ed. Vendemiaire). On sait moins aussi que c’est lui qui est à l’origine de la fameuse expression : «Quand le bâtiment va tout va », en fait l’expression exacte est : «]Vous le savez, à Paris, lorsque le bâtiment va, tout profite de son activité.] » (Discours à l'Assemblée nationale le 5 mai 1850).
Il est dommage que lorsque fut évoqué le Panthéon vous n’ayez pas fait remarquer qu’il n’y avait pas d’ouvriers au Panthéon : Martin Nadeaud y aurait toute sa place.
Voir à ce sujet l’excellente chronique matutinale de Philippe Meyer sur France Culture le 20 novembre 2013 :
[url=http://www.franceculture.fr/emissions/la-chronique-de-philippe-meyer-13-14/chronique-de-philippe-meyer-150]
merci encore
eh bien madame Mathilde Larrère
vous avez réussi une nouvelle fois à m'époustiffouillonné, à m'enmerveillé
votre rubrique est tout simplement magnifique

Comme vous, j'aurais aimé le Mur des Fédérés
comme vous ce monument gigantesque m'est étrange comme le sont dans les cimetières ces chapelles funéraires qui écrasent de leur poids thurifaire les petites tombes voisines
dans ce quartier latin où il fait bon vivre, cette bâtisse lugubre sans fenêtre
déjà que la mort c'est angoissant, mais se trouver dans un empilement de quatre murs à l'infini comme les poupées russes...

De toute façon je trouve désolant ces cimetières d'ici faits de marbre poli et noirs de préférence
où le gravier est préféré à la pelouse
il y a des cimetières musulmans en Bosnie aux tombes riant de blancheur, et sur l'autre colline des cimetières chrétiens aux tombes de pierre noire comme des souliers du dimanche
et puis des cimetières plantés de rose aux tombes de calcaire comme celui de Cookham dans le Berkshire
que l'on voit dans le tableau The Resurrection de s. Stanley Spencer
mais comment feront ceux du Panthéon pour sortir de cet empilement de boîtes?

Pour ce qui est du Mur des Fédérés, la question est de savoir si Mathilde Larrère aurait préféré l'endroit du cimetière où il se trouvait et où est accroché une grosse dalle commémorative où ces pierres du mur qui reçurent les balles qui tuèrent les Communards et servirent à construire un monument dans le square voisin. Peu importe, le symbole aurait été impérieux

Quand je pense qu'ils ont voulu tué deux fois les Fédérés, en les tuant dans un cimetière.

Merci pour cette fulgurante chronique en ce jour d'août resplendissant de vie
video non disponible pour android, cela commence a etre embetant.
" même si s'y trouvent aussi nombre de figures de la gauche et du Panthéon.
" Pauvres grands disparus gisant au Panthéon
" Pauvres cendres de conséquence ... "

Un très bon ami ( un tantinet anarchiste ) m'a demandé, après sa mort et son incinération ( si je lui survis -- je fais mon possible --... ), de récupérer une très petite partie de ses cendres et de les répandre dans les travées du Panthéon.
Il m'a dit que sa satisfaction sera grande d'être ainsi enseveli ( en partie ) au Panthéon : la classe !
Est-il nécessaire de préciser, que je suis horrifié de ce sacrilège ....
Ben magnifique, what else ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.