204
Commentaires

"Noam, c'est un outil !"

Il serait "l'intellectuel le plus célèbre du monde". Pourtant, Noam Chomsky vient de passer quatre jours à Paris, et la couverture de cette visite par les grands médias a été plutôt chiche, et relativement atypique (comme nous l'avons remarqué). Est-ce parce que l'Américain, linguiste et penseur politique de la gauche radicale, se montre très critique sur le mode de fabrication de l'information, et sur les liens entre les grands médias et le pouvoir ? Parce que sa pensée est trop complexe pour pouvoir être simplifiée et réduite dans le moule médiatique classique ? Ou bien parce que des intellectuels français ont dressé autour de lui une sorte de barrière de protection ?

Derniers commentaires

Cher Fred B,

Vous avez raison de citer l'avertissement du site Acrimed qui se termine par : "C’est pour que chacune et chacun puissent librement se faire une opinion." .

J'ai lu l'ensemble des documents et je me suis donc fais librement une opinion.

Mais voilà, pour vous cette opinion que je me suis faite librement cela correspond à, je vous cites : "Vous avez le droit de prendre pour argent comptant les propos de ceux qui attaquent Mermet", "vous vous permettez de juger alors que vous n'avez ni les éléments ni la fonction", "vous faites du commérage et vous jugez" etc, etc.. Pire, non seulement vous ne m'autoriser pas à me faire une librement une opinion et l'exposer publiquement ici mais en plus vous avez le culot d'écrire en arguement de votre propre opinion qui de toute évidence semble valoir mieux que la mienne : "Et vous ne permettez pas à chacun de se faire librement une opinion", un diction s'applique parfaitement : "c'est l'hôpital qui se moque de la charité...".

Or, donc, je me suis fais une opinion sur les informations produites par Acrimed (que j'ai ajouté à d'autres informations issus de salariés de Radio France de ma connaissance), je l'exprime librement et publiquement, et j'ai bien peur que quelque soit le petit procureur auto-proclamé détenteur du droit de décider qui peut exprimer une opinion, je n'en changerai pas tant que de nouveaux éléments à décharge de Mermet n'apparaissent.
Et les tracts syndicaux ? Les réponses de deux collaborateurs éjectés ?

Bien entendu, eux mentent alors que Mermet lui bien entendu ne peut en aucun cas se défendre de façon mensongère ? Ce qui est incroyable c'est que sitôt que quiconque essaye de critiquer Mermet d'une manière ou d'une autre, il y a une sorte de barrière défensive qui s'élève d'un coup. Une nana tente de suicider dans les locaux de Radio France ? Elle était fragile psychologiquement ! Le problème est qu'elle explique l'origine de cette fragilité => Mermet..

Mais bon, j'imagine qu'il est normal de résumer cette tentative de suicide à une fragilité psychologique pour dédouaner d'autres causes liées au travail, Orange nous a montré la voie....

Deux ex collaborateurs donnent une autre version que celle de Mermet, guide suprême du prolétariat, sur leur renvoi ? J'imagine qu'il faut bien évidement mettre ces témoignages ainsi que le soutien de ce syndicat de jaunes vendu au grand capital qu'est la CGT, sur le compte d'une manipulation de la Direction de France Inter destinée à nuire à Mermet, le phare de la pensée altermondialiste....

Et bien oui, j'ai fais mon choix. Après avoir adulé pendant des années Mermet, les témoignages de salariés qui n'ont objectivement aucune raison de chercher à nuire à Mermet, génie des carpates parisien, et que j'ai pu entendre depuis que je fréquente des salariés de Radio France (à Paris et en province) ont radicalement changé ma vision de cet animateur. Bien sur, on me rétorquera : "rumeurs", "calomnies", etc... Le problème est que lorsqu'une rumeur correspond à des faits qui plus tard se vérifient, ce n'est plus une rumeur, idem pour la calomnie.
Bonjour,

Émission très décevante, j'y ai vu essentiellement un panégyrique de Chomsky.

Et puis, il y avait Mermet que je ne supporte plus ou plutôt dont je ne supporte plus l'hypocrisie de gourou radiophonique de l'altermondialisme. Tiens d'ailleurs, à quand un reportage d'@si sur celui qui malgré toutes les casseroles qu'il traîne (harcèlement moral vis à vis de ceux qui travaillent POUR lui par exemple) arrive chaque année à rester en place ?

Quant à ce pauvre Pica, tout émotionné de se retrouver sur le plateau, visiblement pas très à l'aise s'est englué dans des démonstrations professorales qui finalement n'apportait rien au débat sinon faire savoir combien il aimait Chomsky.
Excellente émission ! je commande tous les bouquins de Chomsky !
Mermet toujours brillant. Vraiment que vive ASI, merci encore je ne regrette pas mon abonnement :-))
Je lis le texte de Lepage.
Et je bondis en lisant une citation de Condorcet (décidément mon philosophe préféré), datant de 1792 :

"Attention, si vous vous contentez de faire de l?'instruction des enfants, vous allez simplement reproduire une société dont les inégalités seront désormais basées sur les savoirs ! ».

Voilà Daniel, pourquoi les élites sont si conformistes, si délavées - elles sont le meilleur espace où s'exprime (quelle ironie) le vide politique total - instruites, mais dépolitisées, de vrais moutons de panurge.
Ce qui a poussé Condorcet, une fois passé le constat de l'insuffisance de l'instruction, à plaider pour l'éducation politique.

Education absente de nos écoles, définitivement, désespérément absente...
Déçue aussi... Je l'ai regardée comme j'aurais mangé une friandise mais je dois dire que je reste sur ma faim.
Je comprends bien le thème de l'émission, qui ne concerne pas les travaux de Chomsky mais bien les raisons du silence médiatique sur sa venue.

Cela étant dit, on ne comprend pas le silence des médias sur Chomsky si on n'a pas lu La fabrication du consentement, dont vous n'avez pas exposé les thèses !!!

Chomsky y démontre magistralement les mécaniques qui empêchent toute indépendance journalistique. Le silence des médias ne réside-t-il pas essentiellement dans ces travaux de recherche (qui comportent certes une composante militante, mais être chercheurs en sciences humaines et sociales c'est aussi ça) ? Pourquoi n'avoir pas exploré le propos du livre ?

En ce qui concerne le formatage des esprits de "l'élite", j'ai souri en regardant l'émission : j'ai fait passer un grand oral d'IEP pendant deux jours la semaine dernière, et le lavage de cerveau est manifeste chez les étudiants, c'est à se demander ce qu'ils apprennent en classe, ou plutôt quelles forces motrices sont à l'œuvre pour générer une pensée aussi délavée. Des jeunes gens intelligents, pour la plupart, manifestement, incapables pourtant de s'interroger, de raisonner, de questionner les concepts et mots des médias.

Sont revenus, en boucle, comme un mantra, une décoction qui assure la bonne note, les expressions "développement durable" (l'écologie c'est indispensable hein, faut être écolo - mais partir en vacance à bali et s'acheter une grosse caisse quand même - et puis bon ça coûte cher à l'Etat), "croissance" (condition de ce même développement), "performance" (crucial dans le monde d'aujourd'hui, très "compétitif", "utilité" (ah ben les sciences sociales on pas su faire la preuve de leur "utilité"), "droits de l'homme" (ah ben oui c'est important. mais totalement compatible avec la lutte contre le terrorisme).

Au secours. La moindre interrogation sur le sens profond de ces expressions, leur sens passé, présent et à venir, donnait lieu à un spectacle semi comique, entre le "ah ben tiens je m'étais jamais posé la question" et le "vous pouvez répéter la question".

J'ajoute que nos futures élites, moyenne d'âge 22 ans, et toutes leurs dents, sont persuadées que la presse est effectivement indépendante, n'ont jamais ou presque entendu parler de critique des médias, pensent que les juges sont pas gentils avec les hommes politiques et leur font trop de procès (hein quand même les procès c'est méchant) et estiment que oui la discrimination positive à l'entrée des écoles c'est la solution sociale à l'intégration. Ils croient enfin que oui, les juges du conseil constitutionnel empêchent l'action gouvernementale, et que bon, les experts, en gros, ils font chier. Hum hum. A la question "et à l'aune de quel texte les juges censurent-ils les lois", je n'obtins qu'un plat "ben la constitution", comme si celle-ci n'était qu'un morceau de papier inutile, qui ne dit rien du régime dans lequel nous vivons. La démocratie réduite aux procédures, et le régime oublié...

Enfin oui, la justice, selon que vous êtes puissant ou misérable, "s'attaque" à vous de la même manière.

Ben voyons, et moi j'm'appelle Maurice.

Bref, quand on pousse, bouscule, ça décoiffe un peu (toujours autant de plaisir à torturer intellectuellement les étudiants), mais pas des masses, et c'est effrayant. de quoi s'interroger justement sur le formatage des esprits dits cultivés, éduqués... Peut-être leur manque-t-il ce bon sens populaire, cette common decency dont parle Orwell, oubliée dans les ors et l'illusion d'une naissance privilégiée.

Une petite vidéo pour détendre l'atmosphère, parfaite illustration de ce grand oral qui fera date dans mon esprit.

ps : il y a quand même des gens vraiment brillants...
Bonsoir à tous,

en début d'émission, est dit une remarque que j'ai l'impression d'entendre de plus en plus souvent mais que je n'arrive pas vraiment à intégrer ni à me représenter...
Il est dit "c'est ce qu'on apprend dans les écoles de journalisme".

J'entends régulièrement des propos de ce type, que ça soit chez vous ou même chez des connaissances qui connaissent un cousin dont la soeur de la petite amie du grand frère a commencé puis quitté une école de journalisme pour des raisons qui me sont encore obscures...

Peut être serait il envisageable de faire une émission justement sur ce sujet afin de nous éclairer (j'ose espérer que je ne suis pas seul dans l'ignorance ;-)) sur ce qu'on apprend dans les écoles de journalisme, sur les critères de réussites ou d'échec, sur la renommée de telle ou telle école et de ses débouchés... Cela permettrait justement de répondre à une question simple qui est de savoir comment peut on proposer sur les grands médias autant de sujets aussi peu interessants et si peu pertinents.

Merci à ASI pour son existence,
Cordialement,

Nicolas.
Je suis agréablement surpris par l'émission, après avoir fait l'erreur de regarder le forum avant. On ne m'y reprendra plus. C'est un plaisir de voir le vieux briscard Mermet dans ce cadre là, alors bien sur ça souffre un peu d'un manque de contradiction, mais personnellement je ne vais pas bouder mon plaisir.

Il en ressort quand même une info intéressante : ce n'est pas tant les médias qui boudent Chomsky, que l"entourage" de Chomsky qui dresse un drôle de cordon sanitaire autour de lui. A ce titre, Pierre Pica n'est pas bien clair (à d'autres titres d'ailleurs aussi)
Émission qui à commencé à être intéressante vers la fin.

Enfin @si commence à creuser les sujets de critique. Dommage que l'émission s'arrête au moment où cela devenait intéressant.

Il serait intéressant de présenter les pensés d'intellectuel comme Bourdieu, Chomsky, Badiou...etc et de l'opposé à une critique objective. Peut-on vraiment changer la société et les rapports de domination ? Quels sont les contres pouvoirs à mettre en place ?

Les vidéos de Bourdieu du collège de France sur le champ journalistique était très intéressante...

Invité plus d'intellectuel. Présentez leur pensé.

C'est peut-être ce qu'on attend aussi d'@si.
(re)voir "la sociologie est un sport de combat" de PCarles avec bourdieu.... on y retrouve le besoin de certains intellectuels tel Chomsky de s'adresser directement au gens du peuple...
Sur les conflits théorique en linguistique, en réaction aux propos de Pierre Pica.
Je voudrais faire un point sur un extrait de l'émission pour faire justice à ma paroisse scientifique. Voici l'extrait en question (De 21'27 à à 22'11) :
PP : La théorie de la transformation – qui est un type de règle tout à fait particulière qui est linguistique. Un certain nombre de travaux en France par des intellectuels très connus, ont dit « la transformation linguistique et la transformation sociale, c'est la même chose »
DS: Et qu'est-ce qui l'a heurté lui là-dedans
PP: Ben ce qui l'a heurté c'est que c'est tout simplement aberrant de dire ça.
DS : C'est faux. C'est la même chose que si je vous dis – euh – je ne sais pas moi – vous aimez euh – imaginons vous allez au jardin des plantes, euh vous aimez les fleurs et vous aimez les oiseaux et moi je vous dis, bon ben c'est évident il y a une relation scientifique entre les oiseaux et les fleurs et vous me l'avez démontré »


Pour éviter de rentrer dans une dissertation épistémologique je reprendrais point par point les propos de Pierre Pica. Les spécialistes me pardonnerons d'aller vite et de ne pas rentrer dans le détail.

PP : La théorie de la transformation
(Ou plutôt la théorie de la variation)
qui est un type de règle tout à fait particulière
(Considérée par les sociolinguistiques, non pas comme une particularité mais comme l'usage le plus courant du langage : chacun d'entre nous adapte son lexique, sa syntaxe, sa prononciation selon qu'il se trouve avec sa famille, ses amis, ses collègues, ses supérieurs hierarchiques, sur le champ public ou privé etc... De même lorsque nous écoutons quelqu'un parler il nous livre des informations sur son appartenance sociologique (ou plutôt nous lui attribuons des caractéristiques sociologiques) )
qui est linguistique. Un certain nombre de travaux en France par des intellectuels très connus,
(et aux États-Unis avec une forte présence dès la fin des années 60 et dans bon nombre de pays. Quelques auteurs pour ceux que cela intéresse : Labov, Gumperz, Calvet, Marcellesi, et bien-sur Bourdieu pour ce qui est des contributions des sociologues)
ont dit « la transformation linguistique et la transformation sociale, c'est la même chose »
(pas tout à fait : variation linguistique et contexte sociologique sont liés et interdépendant)
DS: Et qu'est-ce qui l'a heurté lu là-dedans
(bonne question!)
PP: Ben ce qui l'a heurté c'est que c'est tout simplement aberrant de dire ça.
DS: Pourquoi ?
(toujours une bonne question)
PP: C'est faux. C'est la même chose que si je vous dis – euh – je ne sais pas moi – vous aimez euh – imaginons vous allez au jardin des plantes, euh vous aimez les fleurs et vous aimez les oiseaux et moi je vous dis, bon ben c'est évident il y a une relation scientifique entre les oiseaux et les fleurs et vous me l'avez démontré »
(à moins que je n'ai pas compris, il me semble que Pierre Pica utilise ici un sophisme qui n'a ni lien, ni pertinence argumentaire. Il ne me semble pas que les fleurs soient utilisés pour rentrer en contact avec les oiseaux ou inversement.
Les linguistes ont pu observer que les locuteurs de langues mettaient en place certaines stratégies communicationnelle différentes selon les divers groupes sociologiques avec lesquels ils rentrent en contact. D'où le lien entre le changement linguistique (exemple en français : apparition du verlan, disparition progressive de l'imparfait du subjonctif dans certains milieu et/ou contexte) et changement social.
Que savoir mettre en place des stratégies communicationnelles fait partie de l'apprentissage linguistique.
L'idée est de voir que les locuteurs d'une langue, sont également des êtres sociaux. Les codes sociaux évoluent, ou plutôt varient, la langue fait partie de ces codes.
Cette guéguerre scientifique dure depuis les fondement de la linguistique, lorsque Saussure voulut isoler langue (comme entité homogène) et parole (pratique de la langue).
Les linguistes générativiste ont choisi de travailler sur le fonctionnement interne des langues. Chacun son travail, ok.
Cependant je ne vois pas l'utilité de nier l'évidence d'un lien entre le monde social et la pratique linguistique, que Saussure lui-même n'a jamais démentis! Et de discréditer toute une discipline qui a assis la scientificité de ses découvertes par un simple sophisme qui ne tient pas la route. Dire que quelque chose n'existe pas ne suffit pas à le rendre invisible.

La coexistence de deux modèles théoriques en linguistique ne peut-elle pas être envisagée !?
En tout cas il est regrettable que chacun nie l'existence de l'autre, car il me semble impossible qu'une des deux n'aient aucune pertinence dès lors que leurs scientificité à toute les deux sont reconnus sur le plan international.

Une question reste : Mermet à beau dire qu'il y a "deux Chomsky", un chercheur et un philosophe engagé, son positionnement politique et philosophique et son positionnement scientifique me paraissent difficilement compatible. Mais peut-être que d'autre pourrons me l'expliquer.
Voici une modeste réflexion que je me suis faite sur Chomski, le langage et ce qui le différencie des intellectuels français.
Tout d'abord, en le lisant et en écoutant quelques interventions qu'il a pu faire lors de son séjour en France, je trouve que ses discours sont littérairement « pauvres ». En effet, en le comparant à certains penseurs français, il me semble que Chomsky utilise toujours un langage simple et qu'il emploie avec beaucoup de circonspection certaines figures rhétoriques ou poétiques, là où l'homme de lettres français tend à les multiplier. On trouve chez lui peu d'euphémismes, d'hyperboles, d'anaphores ou de questions rhétoriques – d'où aussi l'impression, comme le dit Mermet, que le discours de Chomsky n'a peut-être pas vocation à convaincre. Mais, cette « pauvreté » est aussi séduisante car elle semble plus rigoureuse (elle conduit moins souvent à l'amalgame et à la caricature) et accueillante (elle évite de disqualifier trop facilement une opinion contraire).
Ensuite, il me semble que cette méfiance pour les outils langagiers se reflète aussi dans sa manière de considérer l'interlocuteur. Alors que l'intellectuel français – comme un politique aguerri à l'exercice du plateau – introduit sa réponse, jusqu'au moment où il reformulera la question qu'il a cru entendre et à laquelle il a envie de répondre, Chomsky répond sans détour, prenant note des éventuelles remarques qui lui sont adressées, et considère son interviewer comme un être à part entière et non comme un médium, un outil par lequel sa pensée doit transiter ou se propager.
L'impression que j'en garde, c'est donc que s'il y a chez Chomsky une méfiance de l'« Intellectuel », c'est aussi et surtout parce que celui-ci est le détenteur de la langue et qu'il sait à ce titre l'asservir à ses fins pour persuader, discréditer, manipuler, bref fabriquer du consentement.
En réponse à :

@ Pierre Pica

Il y a aussi un petit passage peu clair : lorsque vous parlez du "&" dans (si j'ai bien compris) l'article du Monde Le savant et le militant, un petit "&" énigmatique, vous dites notamment :

"S'il n'est pas capable de comprendre ça, de mon point de vue on est vraiment dans le cadre de la manipulation médiatique."

Il m'a semblé que là vous parliez de Jean Birnbaum, or l'article en question est signé Patrice Maniglier (mais peut-être j'ai mal compris).
_____________________

C est correct en effet, et je vous remercie d avoir souligné cette erreur; qui me permet de poser une question :

Pourquoi et comment deux auteurs distincts 'disent-ils' la 'même chose', (le même jour) sur la même page du Monde :
(i)
que Platon et Orwell, ce n est pas très différent chez Chomsky
(ii)
et semblent dire que les jugements de Noam Chomsky mettent Foucault et Derrida sur le même plan

Ce qui est absurde

Cordialement
Pierre Pica
Je ne comprends pas le questionnement sur le fait que N Choamsky utiliserait sa renommé internationale scientifique pour venir soutenir des postions...
C'est vraiment de la démagogie.
Fait on la même reflexion à des personnes comme A Kahn, A jacquart, etc....
Poser cette question en soi pose déjà problème !
Je me permets d'ajouter mon commentaire.

J'ai trouvé cette émission sur de nombreux points très éclairante, sur d'autres extrêmement décevantes. J'ai beaucoup apprécié que vous soyiez partis dans des directions multiples pour trouver les raisons du traitement médiatique et plus globalement du désintérêt assez massif pour Chomsky en France. Par exemple, quand le plateau ne se limite pas aux questions immédiates (boycott de la part des intellectuels) mais va peut-être se rendre compte qu'avec Bourdieu, en France, la messe est dite (sur le fond du message), et qu'il ne reste chez Chomsky que la forme, à savoir l'idée que tout le monde est intellectuel.

Mais quelque chose m'a posé énormément problème, c'est l'attitude de Daniel Mermet. Ce que ce gars produit quotidiennement sur france inter m'a intéressé pendant un temps très restreint, jusqu'au moment où je me suisrapidement rendu compte qu'il s'agissait de la pire forme de caressage populiste dans le sens du poil de tout le côté un peu révolté de la gauche qui se limite au bout de son nez. Je suis de gauche, mais je n'estime pas pour autant que des émissions de l'acabit de là-bas si j'y suis font avancer le débat ; j'ai plutôt l'impression qu'elles servent à auto-satisfaire le gauchisme primaire dans son point de vue soi-disant critique de "tous des pourris".
Alors que l'émission de Mermet avait commencé à m'intéresser par la possibilité qu'il donnait à une certaine forme d'expression, j'ai rapidement revu mon jugement en me rendant compte que c'est le rabâchement sans cesse du même discours, qui ne va pas chercher très loin ses idées. Du populisme.

Tout ça pour dire que j'ai entendu le même Daniel Mermet. Pas qu'il soit globalement inintéressant, il a parfois des choses très pertinentes à dire. Mais j'ai extrêmement mal digéré (ça m'a gâché le reste de l'émission) le passage où Mermet-Le-Populiste engage un discours se résumant à dire que la sphère médiatico-intellectuelle française a boycotté Chomsky. Le fait qu'il utilise ce genre de termes "boycott" comme il se plaît à le faire dans son prêche quotidien pour expliquer à la France d'En-Bas que l'élite leur veut du mal, ça ne m'a pas gêné per se. C'est plutôt le fait que la question était à approfondir, et ça n'a pas été fait. Ça devient trop compliqué d'entrer en profondeur dans une complexité, quand on a un discours manichéen, je suppose. Il a beau lui être rétorqué que Le Monde a voulu une interview, que Chomsky soit pour des raisons médicales soit par auto-censure a refusé... on continue gentiment l'émission sur "bouu les intellectuels français tout méchants qui ne veulent pas entendre de Chomsky". La question PRIMORDIALE qui se pose est : "Pourquoi l'Huma, Libération, La Croix, la Monde Diplo, Là-Bas... et pourquoi pas Le Monde ? Est-ce que Chomsky ne sélectionne pas lui-même son public histoire que, bien qu'il ne le dise pas, reste dans l'air une vague (et fausse) impression de "Les intellos l'ont censuré" ? Histoire que son discours puissent survivre, et que Mermet puisse utiliser sans se poser de questions le terme de "boycott" ?". Mais bon. Cette question n'a pas été posée.

C'est tellement mieux de dire que c'est l'élite qui veut le mal du peuple. Je ne dis pas que l'élites n'a pas ses vices (soulignés sans cesse ici) de confort qui biaise le jugement. Mais bon, l'objectif semble rester la démolition sans états-d'âme d'un monde de pensée qui, vu du bas (c'est de ça dont il s'agit) est une belle cible pour populistes.


NB : Chomsky, un très bon journaliste... parce qu'il cite toutes ses sources ? Laissez-moi rire, la critique gauchiste a tellement cherché à avoir une attitude a-scientifique et anti-intellectuelle qu'elle ne sait plus que, en science aussi on cite toutes ses sources pour que son travail ait une validité ? Ce n'est pas propre au journalisme.
Je suis satisfait de cette émission. Pourquoi? Parce qu'@si est une émission d'analyse des médias et que c'est ce qu'elle a fait en analysant le traitement médiatique de Chomsky par les médias francais pendant son passage an France.

Je pense que beaucoup de "décus" de cette émission ont oublié ceci, surexcités qu'ils étaient peut-etre de voir que le sujet traitait de leur idole Chomsky. @si n'a pas pour vocation premiere de vulgariser et d'analyser uniquement les théories chomskiennes, d'autres dont Mermet s'en chargent tres bien.
Je viens de finir le visionnage de cette émission passionnante. Merci à DS pour les efforts méritoires qui sont les siens pour faire "accoucher" les deux invités de ce qu'ils ont à dire, leur faire préciser leur pensée, se mettre à la place de l'internaute lambda etc. etc.
Une raison simple, et qui me parait évidente, pour expliquer la théorie de Chomsky sur les élites et le conditionemment, cher Daniel, ne serait-elle pas que les élites s'enferment dans leur mode de pensée, car elles le considèrent comme bon, précisemment car elles se definissent comme élite, et ne se remettent pas de ce fait en question. Alors que les masses savent que leur mode de pensée est mauvais (genre "je sais, tf1, c est de la merde mais je regarde quand même...") et auront donc plus facilement tendance à se remettre en question et a sortir du moule?
D'autant plus que les élites encouragent les masses à modifier leur fonctionnement (ou devrait le faire), alors que rien ne tend à modifier les élites...

De plus, du simple fait du nombre, les échanges, qui favorisent de fait la diversité et la tolérance, est plus aisée dans les masses que dans une élite.
Wouai, vachement sympa la conclusion de cette émission, mais en attendant, on se fout de notre gueule.

Ce matin, j'ai pris un Chomsky dans ma bibliothèque, j'en ai toujours un à disposition, là, c'était "Deux heures de lucidité", un entretien avec Denis Robert et Weronika Zarachowicz (2001), on me l'a vendu à l'époque comme le couteau suisse de la pensée altermondialiste, et bien, vous me croirez ou pas, je ne suis pas arrivé avec à ouvrir une boîte de conserve, à tailler ma haie, à me coiffer, à regarder un papillon ou à couper mon rosbif.

Alors, là, question outil vous repasserez, enfin pas avec, car, même ça, il n'est pas foutu de le "fer."

:P yG
@ arnaud romain
"quelqu'un qui verrait cette émission sans connaître Chomsky n'aurait quasiment rien appris de sa pensée."

effectivement, pour ça il faudrait faire une autre émission. Dont le sujet serait non pas "la visite de Chomsky en France et sa bizarre "médiatisation"", mais : "les analyses politiques de Chomsky", ou mieux : "Chomsky et sa critique de médias".

ça demanderait un certain boulot, mais pas tant que ça : en effet il me semble que Chomsky répète souvent (et patiemment) les mêmes idées (comme s'il fallait les faire entrer dans la tête de types pas forcément très rapides d'esprit), mais appliquées à différents cas, avec différents exemples ou illustrations.

Sur ces sujets un contributeur anonyme avait posté ce commentaire instructif :



Les 3 volumes de Comprendre le pouvoir de Chomsky (10€ pièce) paraissent indispensables (je suis dans le 1). En plus ça se lit très facilement, c’est construit à partir d’entretiens. Même si Chomsky traite en particulier des USA, ce qui concerne les médias et les techniques d’enfumage est universel.

Je commence tout juste à m’apercevoir de l’importance de ce Chomsky, de l’extrême pertinence (et en même temps rareté) de ce qu’il raconte. Il est incroyable qu’il soit encore peu connu ici en France, et d’ailleurs plus ou moins considéré comme un type un peu "suspect" - c’est ce qui semble ressortir de propos signés BHL et autres "éditocrates" français (il faudrait étudier ça en détail). Mais bon il est logique que les "faiseurs d’opinions" s’efforcent de discréditer le principal et plus glorieux critique de médias, au monde on peut dire.

Un truc étonnant chez ce type, est que lorsque quelqu’un lui dit "là quand même c’est difficile à croire", ou "là je ne suis pas d’accord avec vous", Chomsky aussitôt sort tels et tels cas concrets pour appuyer ce qu’il raconte, et documents à l’appui : tout ce qu’il raconte découle de l’étude de myriades de documents, il ne s’agit pas du tout de paroles en l’air (singulier contraste avec un certain nombre d'imprécateurs français ! - au hasard BHL ou Fink). A l’inverse, à tel moment il va dire : "je soupçonne fortement, bien que je ne sache pas comment le démontrer, (...)" (Comprendre le pouvoir, Tome 1, p. 99). Je trouve ce mec parfait, il est scandaleux qu’il ne soit pas davantage connu et donc écouté ici (quand des BHL et autres marchands de soupe ont tous les pignons sur rue). Il y a du boulot à faire sur ce sujet...

Avant de s’attaquer à ses bouquins on peut visionner le documentaire Manufacturing Consent - Noam Chomsky et les médias (1992), ça peut se télécharger ou visionner ici ou là assez facilement, y compris sous-titré en français.


Effectivement les 3 volumes de Comprendre le pouvoir paraissent parfaits pour s'initier à Chomsky-le politique, et vraiment c'est pas dur à lire (là je finis le tome 2) ; et le documentaire cité ci-dessus (Manufacturing Consent) constitue une parfaite introduction, assez centrée sur sa critique de médias qui est comme la base de sa pensée politique. On peut dire que Chomsky pratique avant tout et principalement le désenfumage (discipline rendue hautement nécessaire en France depuis 2007 et l'élection de qui l'on sait) : il devrait être immensément populaire ici. Or il est inconnu du grand public ! A l'occasion de sa venue en France de larges extraits de ses bouquins politiques auraient du être publiés dans les magazines ! Mais non il faut continuer à se taper la prose moisie des Alain Duhamel (celui-là jusque dans Libération !) et compagnie...

Bref il faut faire mieux connaître Chomsky. Je m'étonne que Acrimed ou @rrêt sur images n'en parlent jamais. Certes ce ne serait pas à proprement parler du "décryptage" (@si) ou de la "critique de médias" (Acrimed) : ce serait de la pédagogie. Cela ne me semble pas infamant (d'ailleurs Chomsky lui-même ne fait rien d'autre, avec toutes ses conférences et bouquins politiques) : je pense que @si, avec les moyens que Acrimed n'a pas (en personnel rémunéré tandis que chez Acrimed ce sont des bénévoles pas forcément très disponibles), je pense que @si devrait un peu s'y coltiner. D'ailleurs à la lecture des commentaires il semble y avoir une demande de la part des abonnés (mais sur ce point après tout peu importe : faire connaître Chomsky est de toute façon une mission de service public).

Diverses références (avec des liens où l'on peut trouver des extraits de ses bouquins politiques) sont réunies à la fin de :

Noam Chomsky, encore quasi inconnu en France : à qui la faute ?

(dans "Pour se familiariser avec Noam Chomsky")
Le problème de cette émission est son sujet principal (Chomsky est venu à Paris et peu de médias en ont parlé ou profité), appuyé sur une hypothèse (Chomsy est boycoté par les médias et l'intelligentsia français, critiqués vertement par Chomsky) qui s'avère rapidement pour partie fausse (Chomsky a donné peu d'itv parce qu'il n'est resté que quatre jours, et qu'il est malade + il en a quand même donné à des médias pas minoritaires : France Télé, France Inter, Le Monde).

Une fois ceci établi, l'émission s'écroule un poil : de quoi qu'on cause ? C'est sympathique, la voix de Mermet est toujours un régal, mais bon... on a l'impression qu'on ne peut pas aller beaucoup plus loin, tout simplement parce que DS n'a pas (ou a peu) lu Chomsky.
Emission décevante...
C'est très utile d'avoir le temps de détailler jusque dans les moindres recoins, et là en particulier tout ce que précise Pierre Pica à propos de l'article de Jean Birnbaum (Le Monde) c'était très nécessaire (ce pourrait d'ailleurs être une façon (un "dispositif") pour faire de la critique de médias : inviter tel spécialiste de tel sujet pour démonter un article publié dans un "média dominant").

Ce que dit Pica sur l'article de Birnbaum est regroupé dans "Mise à jour 05/06/2010" là : Noam Chomsky, encore quasi inconnu en France : à qui la faute ?
Bonne émission, avec un Mermet qui démarre comme un diesel,
s'excusant une seule fois de ne pas laisser parler Pica qui tente par diverses stratégies d'en placer une...
Bon... En temps qu'inconditionnel de Mermet et ayant suivi les émissions Chomsky et compagnie, vu ( financé ) le film et lu quelques bouquins, bééé, j'ai pas appris grand chose.
Comme j'ai lu plus haut, la césure avec Acrimed se fait de plus en plus ténue... Mais j'apprécie vraiment la volonté journalistique ( au sens non-Mélenchonien du terme ).
Sinon, un passage rigolo où le réalisateur tente de cadrer l'image, d'Obama de la même manière derrière Pica et Mermet en y revenant plusieurs fois.
Une Anne-Sophie in-dis-pen-sable aux interventions fines et délectables, un Dan Israël non moins parfait, Lucie Desvaux de plus en plus indispensable aussi et Daniel Schneiderman qui est Daniel Schneiderman
Pour revenir à Chomsky, que certains paraissent assez fier d'appeler Noam négligemment; si il ne fait pas payer de droits d'auteurs,
que c'est un outil et que tout le monde peut se l'approprier... Ben, c'est un philosophe open-source, un freeware de la pensée, j'attends donc avec impatience son intégration sur la framakey du site framasoft qui fonctionne par souscription, comme ASI ou le film de Mermet, la boucle est bouclée.
Bon ben je suis bien forcée de me joindre aux avis négatifs : je reste sur ma faim (enfin là, avec la chaleur écrasante qu'il fait, "soif" serait plus approprié) et je crois que la discussion s'est enlisée dans des questions certes non inintéressantes, en soi, mais très annexes au regard de l'apport de Chomsky au débat d'idées. (Ceci dit par une quasi néophyte du Chomsky-activiste-et-critique-radical, qui l'a découvert au cours de séminaires universitaires sur la philosophie du langage).
Intéressante question, si on la rattache au style pédagogue de Chomsky, qui si l'on suit Mermet, ne chercherait pas à convaincre qu'il détient une vérité, mais à susciter une pensée... De ce point de vue, ma première pensée serait la suivante : il est fort à parier que ce n'est pas en tant qu'élite, mais plutôt en tant que classe dominante que les plus éduqués se complaisent dans un conditionnement conformiste... Concédons qu'un état d'esprit du type "Pourquoi changer un monde qui me favorise ?" est d'une triste veulerie, surtout en ces temps de crises et d'inégalités criantes, mais qu'il est dramatiquement répandu ! Que cet état d'esprit n'épargne pas les classes éduquées, implique en toute logique qu'il s'y trouve le mieux représenté, dans la mesure où cette catégorie sociale est majoritairement la mieux lotie...
Technique pour ne pas perdre de temps sur @si....avant de regarder ........lire le forum....instructif...
Après Lordon,Chomsky...on retrouve beaucoup du Monde Diplomatique....d'ailleurs un @sinaute ,il me semble,demande Serge Halimi maintenant.........
Je propose une émission d'actualité j'ai même le titre " Intouchables parrains du football mondial".....
Je vois déjà le forum ....Ah! les brigands!!!! Oh!!!Zut j'oubliais le sport,c'est fédérateur ,mauvaise langue que je suis.....puis cela va devenir obligatoire l'après midi...Au secour!!! je hais le sport.....
Je rigole tout est dit :cf page 27 du "Le Monde Diplomatique " juin 2010 plus émission d'Arte je ne sais plus quelques jours.
Cela me semble très "@sitendance" comme futur émission......

Quant à Chomsky je le lis après ...Il faut être prudent dans l'analyse ... c'est comme l'économie ,"lémarchés"...

Je ne reconnais plus @si....sauf le décor ne change pas ni la musique du générique....Quand j'ai vu Mermet ce fut le coup de grâce ,il a quand même une tribune depuis des années sur France Inter(qui a je vous dis pas comme responsables) ,certes intéressantes...mais bon...Il aurait pu refuser....

L'avantage d'un journal c'est que l'on paie si on l'achète ,l'abonnement est un acte de fidélisation...Il faudra un jour y penser ......

Je ne regarderai pas .......plus...... cela vient doucement..
Voilà 1 heure et 21 minutes riches et utiles! Je retiendrai l'idée qu'il faille interroger le pouvoir sur "ses actes de pouvoir". Tout un programme lourd et inépuisable en France aujourd'hui. Mais le pouvoir a-t-il lui-même des réponses avouables ? On peut sans erreur penser qu'il n'en a pas.
J'aurai tendance à rejoindre Jack94 en moins radical. Le plus regrettable c'est à mon sens qu'on ait pas eu Chomsky lui-même sur le plateau pour y parler d'un truc comme de la fabrique du consentement. Par contre je remarque que la césure qui persistait il y a encore peu entre certains radicaux comme Acrimed ou Là-bas si j'y suis semble s'estomper. L'affaire Pierre Carles semble se cicatriser et les divergences s'entendrent un peu. A quand maintenant Peter Watkins sur le plateau? Cet été ptete avec les cartes blanches qu'on a connues l'été dernier?
Je commente, tu commentes, il commente, nous commentons, vous commentez, ils commentent...

Emission de pur bavardage sans grand intérêt.
L'unique "outil" fournit par l'émission est un rasoir... jetable.
On apprend rien d'utile.

Traiter de la non médiatisation de Chomsky en France aurait pu être une bonne manière d'introduire sa pensée et plus largement sa filiation et les courants connexes de la gauche radicale qui iraient des anarchistes aux marxistes en passant par les situationnistes, qui en s'appuyant notamment sur l'Histoire s'attacherait à développer les forces et faiblesses de ces modes de pensée et de vie dans le contexte qui est le notre aujourd'hui, quels en sont les obstacles historiques, quelles formes prennent-ils, sont-ils infranchissables, comment s'en affranchir ou les détruire.

Seulement on en est resté à l'introduction, à la surface, aux potins de journalistes, aux backstages de la tournée d'une rock star...
Du Voici pour CSP+ gauchisant en plein "auto-refoulement". Quelle misère !
Si c'est cela l'objectivité journalistique salutaire que vous appelez de vos voeux, rien ne sert de trop s'enorgueillir de cette soupe sans saveur.
On dirait @si... ;-)))
je trouve déplaisant de voir qu'une personne - D.Mermet - prend d'office la parole car la question ne se pose même pas, il fait autorité, alors que l'autre invité (caution ?)est obligé de lever le doigt pour que l'animateur veuille bien lui donner la parole. Ce chercheur s'exprime différemment de l'animateur radio qui a l'habitude de mener les débats et prend donc d'office la parole. Ce manque d'équilibre dans l'expression est dommageable : pourquoi un invité de plus à côté de la vedette... si en fait l'éclairage ne semble devoir être donné que par une seule personne.
Un mot sur les liens entre Chomsky linguiste et Chomsky penseur critique: même si lui-même dit qu'il n'y a pas de rapport entre les deux, il me semble qu'on peut en voir un entre sa conception innéiste de la langue et la position égalitaire qu'il défend face à la pensée politique (tout le monde peut être un intellectuel).
Tout le monde développe une même compétence langagière, tout le monde est capable de penser. Si on accepte cette vision de la "Grammaire Universelle" de Chomsky, on ne peut que critiquer les discours qui expliquent un certain nombre de problèmes sociaux chez les jeunes (violence, échec scolaire) comme une conséquence d'une mauvaise maitrise de la langue. Tout enfant développe une compétence syntaxique dans la langue ou les langues qu'il entend dans son entourage premier. Le problème de la maitrise ne vient pas de sa compétence, mais du rapport entre cette compétence (encore une fois, la même chez tout le monde) et les contextes éducatifs qu'il va fréquenter dès l'âge de 5 ou 6 ans. A cet âge, la syntaxe de ses énoncés n'est pas très différente de celle des adultes qui l'entourent, mais on peut voir l'école comme un lieu qui empêchent certains enfants de déployer cette compétence, parce qu'ils comprennent très vite que c'est en se taisant qu'ils conserveront au mieux leurs intérêts, le rapport de domination étant en général très vite perçu.
Paradoxalement, si l'école était moins "verbocentrée" et moins normatives en matière de langue, on peut penser qu'elle serait plus favorable au "déploiement" de la compétence et, partant, à la maitrise des discours. Maitriser les discours peut servir à contester l'ordre social reproduit par l'école et qui sert l'intérêt des "dominants". Aucun complot dans cette mécanique, juste une logique sociale des rapports de pouvoir, mais on comprend pourquoi l'école à intérêt finalement à "tronçonner" la compétence des "dominés".
Ce n'est pas ce que pensent Bentolila, ni Finkelkraut, certes!
Chomsky enfant a été élève dans une "Ecole Active" où sa parole a été écoutée, où il a pu déployer sa compétence tout à son aise, avec les résultats que l'on connait (oui, c'est un génie!). J'y vois un rapport avec ses conceptions anarcho-libertaires (et on comprend pourquoi les Ecoles Actives style Freinet sont mal vues).
Sur les reportages TF1 et F3, j'avoue que le formatage de la réalisation m'a moins choqué que le discours sur le sujet. Après tout, l'idée est de montrer un fan de foot qui conditionne son quotidien en fonction de sa passion, donc on le voit au stade et à la maison. En revanche, la présentation du sorcier avec ses masques évoquant le tribalisme est un entretien du cliché et de la condescendance, une fabrique du différencialisme bien exaspérante.
Pica : " Noam ceci... Noam cela.... "

Ok, il est l'un de ces amis. Mais j'aurai préféré des " Chomsky ceci.. Chomsky cela....", plus distanciés, plus scientifique, moins affectif, moins "vénératif", moins dévot. J'avais parfois l'impression d'entendre " Jésus ceci... Jésus cela...".
Emission décevante.
L'affiche était pourtant alléchante, surtout avec la présence de Mermet grâce à qui j’ai connu Chomsky il y a quelques années.
Vu certaines mimiques, il semble qu’il y ait des divergences entre Mermet et Pica, c’est peut-être pour ça que j’ai eu presque tout le long une impression de mayonnaise qui ne veut pas prendre.
Petit résumé du passage à la Mutualité http://cercletibetverite.unblog.fr/2010/05/31/3-chomsky-superstar-a-paris-aussi-attendu-que-le-dalai-lama/
Après Mélenchon, Lordon, Mermet/Chomsky, je vous annonce les prochaines émissions :
- Pourquoi les méchants médias ne parlent-ils pas des grandes avancées sociales en cours en Amérique du Sud ?
- Les propositions d'ATTAC n'intéressent pas les méchants médias, pourquoi ?
- Quelle place parmi les méchant médias pour le Monde Diplomatique ?
- Halimi : pourquoi n'est-il pas entendu par les méchants médias ?
Je crois que DS et Dan Israël ont confondu le site du gentil narvic, novövision, avec novopress de l'identitaire Fabrice Robert, à propos duquel j'ai du mal à saisir pourquoi les deux sont revenus sur le qualificatif d'extrême droite pour en faire simplement un site de droite radicale.
Il me semble qu'un site qui, à l'instar de Riposte Laïque, promotionne ce genre d'événement*, qui vaut bien la soupe au cochon du Front national (voir l'interview de l'initiatrice), mérite bien la qualificatif d'extrême droite.

À propos de Fabrice Robert, on en cause ici.


$ mon petit doigt me dit que ce genre de manifestation risque de faire du bruit et pourrait bien dégénérer.
Plouf,

Oui Plouf c'est ce qui me reste à la fin de cette émission, tout y était : un bon sujet, de bons acteurs mais le scénario a été mal écrit !
Oui Daniel M. a raison, "Noam est un outil" et lui l'utilise très bien dans ses émissions pour nous éveiller, nous réveiller.

Moi j'utilise @si comme un outil d'autodéfense intellectuelle, justement un des thèmes soutenus par Chomski.
j'attends qu'@si présente les images qu'on nous fait digérer et m'aide à décrypter les dessous, et souvent cela marche et améliore ma vision et mes réflexions. Mais ici déjà pas d'images de base du sujet (on retire le sujet pouet pouet sur la coupe du monde de foot, ou alors on en fait un vrai thème, un peu gros non ?). Donc pas d'images de Chomski et de ses interventions sur 4 jours, ben dommage le titre de l'émission c'est quoi déjà ? et ce n'était pas possible d'en avoir des images de ses interviews par Daniel M. ou Pica ?

Admettons, je me recentre, le thème n'est pas Chomski mais pourquoi les médias n'en parlent pas. Les deux intervenants disent que Chomski n'a pas envie d'interviews et Pica annonce ensuite que lui a filtré toutes les demandes de journalistes. Là Daniel, tu as essayé de savoir le vrai du faux mais rien n'est sorti de tes relances. Il faut avouer aussi que tes deux assistants ont fait figuration, et pas pousser à chercher, encore chercher, toujours chercher et sortir enfin de vraies raisons.

Quelques pistes de réflexions apparaissent à la fin, sans liens avec des images du grand penseur ou du thème de son absence dans les médias. Mais manque de temps, raison officielle, ou pas de lien avec le thème principal, les ont éludées.
Bref quel est la raison d'être de cette émission et que pouvons nous en tirer par rapport aux thèmes ? Rien, je viens de réveiller mon ami qui s'est endormi sur le canapé, résumé de l'émission à lui faire ? heu ? je dis quoi ? Ah oui, Chomski est reparti !
Enfin une fin d'émission digne de ce nom.
Une émission qui n'en finit pas de se finir.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les intervenants ont passé les trois premiers quarts de celle-ci en bavardages à propos de l'écume des choses, c'est à dire la polémique microcosmique qui a entouré la récente venue de Chomsky en France.

Ce n'est qu'à partir du dernier quart d'heure que des sujets de fond intéressants ont commencé à émerger (position de Chomsky sur la réappropriation de l'intellectuel par le peuple, sur l'état actuel de l'Amérique...), et évidemment il restait l'essentiel à traiter en un minimum de temps.

C'est dommage, j'aurais bien aimé sortir de cet @si un peu moins ignorant sur la pensée du plus grand intellectuel du monde ; je ne peux pas vraiment dire que ça soit le cas :(
Merci pour cette émission.
Fin de semaine, divers soucis, fatigue, je télécharge l'émission en me disant on verra bien s'il y a quelque chose de mieux à la télévision pas grave je zapperai pour me changer les idées, en plus j'écoutais une émission sur france inter passionnante mais qui ne me remontais pas le moral...
Et là je commence à regarder cette émission et j'ai été surpris par cette émission rafraîchissante, je ne connaissais Chomsky que de nom en écoutant d'une oreille distraite Daniel Mermet (le problème d'internet c'est qu'il faut deux vies pour tout écouter, tout lire sur écran papier discuter, bidouiller l'ordi, et puis reste la "real life" ;) ).

Je ne promet pas de regarder les vidéos sur Chomsky et de lire ses livres mais ma curiosité a été éveillé et j'en avais bien besoin.
Comme d'habitude, super émission que j'ai savourée pour bien commencer mon week-end.

Pour ce qui est du conditionnement des élites, j'imagine qu'il est beaucoup plus difficile d'abandonner ses propres représentations quand on a une situation confortable. Les élites formées dans de grandes écoles par d'autres élites, vivant en autarcie, construisent leur monde pour qu'il soit cohérent. La fortune, la chance, les malheurs des autres et les conflits doivent y prendre une place rationnelle. Et toutes leurs décisions vont découler de ces préjugés. C'est un immense édifice qui se construit depuis des générations.

En revanche, que peut bien perdre le chômeur de longue durée lorsqu'il abandonne un de ses principes ?

En fait les élites sont plus conditionnées que le peuple, mais le peuple est plus manipulable. Le conditionnement est statique et la manipulation mobile. Que serait le monde si ses élites avaient l'esprit ouvert au mouvement ?
Je vais laisser reposer cette émission et y revenir plus tard parce que j'ai été larguer de bout en bout.

2 remarques quand même :
- Mermet gagne à préparer ses interventions parce que là, c'est de la bouillie pour les chats.
-Chomsky semble avoir gagné la guerre que lui menait le milieu intellectuel français faute de combattant : il a 81 ans, il est malade et ce sont ses contradicteurs (BHL, Finky etc.) qui semblent épuisés.
Ce qui es marrant , c'est que cet émission montre que les abonnes d'asi sont plus grand que DS.
Le sourire de Mermet vers DS quand celui-ci lui dit qu'il a du mal a digérer la thèse comme quoi les "élites" sont plus "enfermees" que les masses en dit long.
Cher DS , vous êtes dramatiquement retrograde.Vous ne comprenez pas que ceux qui vous écoutent ( nous ) sont vos égaux.
Vous vous prenez pour le decripteure que plus personne n'attend.Nous ne sommes pas les abonnees de vos questions a vos invites mais les témoins de vos invites vers votre conformisme.
Pour admettre tout les debats , il faut une ouverture d'esprit qui les suscite.
Essayer autre chose que le mepris et apprenez a apprendre , Chomsky n'as aucun mepris.
Où est-ce que je me situe:je ne lis pas "Le Monde"et je ne regarde pas TF1?
Émission intéressante même si j'espérais en apprendre plus sur tout les sujets traités. J'avais probablement une attente démesurée.

Concernant le dernier point abordé, "Les élites seraient plus influencées par les médias que les classes populaires", j'ai un élément qui peut être intéressant. Sur le site internet du laboratoire de Zététique de l'université de Nice, sur une page qui propose un état des lieux des croyances concernant les phénomènes paranormaux on peut trouver quelques résultats "d'une enquête sur les croyances aux parasciences, publiée par deux sociologues, à partir d'un sondage d'opinion portant sur les attitudes des Français à l'égard de la science" [url]http://www.unice.fr/zetetique/zetetique.html#1etatdeslieux[/url].

Cette enquête montre qu'il semble que "le degré de croyance au paranormal est directement proportionnel au niveau des études effectuées".
Je pense qu'on peut rapprocher cela de l'affirmation de Chomsky. C'est vrai qu'à priori je trouve moi aussi cela contre intuitif. En interrogeant des proches sur ce sujet certains m'ont dit qu'ils ne trouvaient pas cela surprenant. Je ne sais pas ce que vaut cette enquête par contre. Je ne sais pas si les résultats qu'elle obtient on été confirmé par d'autres études par exemple. Ce qui est embêtant aussi c'est que l'enquête date un peu (1986). J'aimerais bien lire une enquête similaire faite sur le même sujet concernant l'époque actuel pour voir si les choses ont évoluées ou si c'est toujours pareil.
Punaise ! Même qu'@si sait qui est Noam Chomsky...

Et là on sait pourquoi on est abonnés à ce satané site !

Tiens, à l'instant j'étais avec un ami, étudiant Brésilien en France, amateur de Foucault, Bachelard, Barthes... Et très étonné de croiser des étudiants Français qui pensent que ce sont des marques de petits pois ou des rock stars !

C'est Fred B*ù#¤!! qui va être content : il pense que Noam c'est les quatre évangiles réincarnés (ce qui le ferait beaucoup rire, Noam...)

On va se régaler tout à l'heure, merci @si, moi aussi j'admire beaucoup Chomsky.

Edit : je viens de lire David, juste au dessus de moi. 14 contribution et Môssieur tire sa révérence... Quelle persévérance ! Les jeux vidéo avec zapette intégrée c'est juste à côté, David. Tout droit, ne vous retournez surtout pas !

***
Bon... je crois qu'après avoir vu cette émission et sa conclusion étonnante, je vais désormais abandonner la fréquentation d'ASI pour regarder TF1 et pouvoir exercer enfin mon esprit critique...
@ Luc.Le coté obscur ??? Non mais franchement , vous dérayez mon "ami".Faites au moins l'effort de regarder l'émission! Chomsky voila 10 ans que je l'ai découvert. Quant à Mermet si vous n'aimez pas , alors là.....
Sincèrement, un peu de mal à digérer cette émission mais peut-être est-ce l'effet d'une mauvaise pizza...

Un peu le sentiment d'être resté à l'orée du bois dialectique.

Alors digérons et nous verrons bien.
Une émission sur Chomsky avec Mermet à @si !? DS est donc bien tombé dans le coté obscur de l'analyse des médias : celle de la critique de groupes... On se croirait à Acrimed.
Je m'abstiendrai de regarder.
Beau plateau !

Après Lordon, Maler et Mermet bientôt Serge Halimi ?
« Rhââ Lovely ! » © Fan de canard

Bon, je me remets sur ma chaise, dont je viens de tomber, et je regarde ! Merci !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.