12
Commentaires

NDDL : non les gendarmes n'ont pas porté de dossards "presse"

Selon plusieurs médias et le Syndicat National des Journalistes, "une dizaine de gendarmes" étaient dotés de "dossards presse" lors de l'opération d'expulsion des occupants à Notre-Dame-Des-Landes. La gendarmerie a démenti cette "fake news".

Commentaires préférés des abonnés

Le titre ne devrait-il pas être "les gendarmes disent ne pas avoir porté de dossards presse" ? Depuis la relaxe ce matin de Coupat et Lévy la parole des forces de l'ordre ont quand-même un peu de plomb dans l'aile.



"La gendarmerie a démenti cette "fake news": de quel droit affirmer, d'entrée, qu'il s'agit bien d'un faux?


Absence de preuves n'est pas preuve d'absence. Une (très jolie) photo avec écrit "Gendarmerie-Communication" ne prouve pas qu'à aucun mom(...)

Prise de doutes, je ne suis pas certaine d'avoir envie de croire ASI. Soit vous savez que c'est de l'arnaque et le dîtes clairement, soit vous ne savez rien et vous taisez. Pas top.

Derniers commentaires

Donc il suffit que le pouvoir démente pour affirmer qu'il s'agit d'une fake news? Vous savez bien qu'avec Macron tout particulièrement, il faut se méfier de la parole du pouvoir... Si vous changiez le titre?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le titre bien affirmatif de ce billet me rappelle le titre de cet article de OF : "La Zad interdite aux journalistes ? Ce n’est pas vrai" où ils expliquent avoir dû prendre des chemins de traverse pour contourner l'interdiction ; mais non ce n'est pas vrai.


Donc, les gendarmes n'auraient pas eu de dossards presse, mais vous nous expliquez qu'ils ont bien filmé et fourni clef en main des images directement aux grands médias, contournant et faisant donc le boulot des journalistes.


@SI et OF même combat ?

Note : il ne s'agissait pas de dossards mais de brassards, plus discrets et plus facile à enlever.


Et on dirait quand même que la "fake news" soit suffisamment  étayée pour que la commission de la carte de presse se soit fendue d'un communiqué : 

http://www.ccijp.net/article-136-la-commission-de-la-carte-denonce-le-port-de-brassard-presse-par-d-autres-que-par-des-journalistes.html


Donc attendons peut être de voir avant de clamer à la "fake news" si des collègues encore sur place n'ont pas des photos qu'ils n'ont pas eu le temps de traiter où cela apparait avant d'adhérer à 100% au discours préfectoral.

"La gendarmerie a démenti cette "fake news": de quel droit affirmer, d'entrée, qu'il s'agit bien d'un faux?


Absence de preuves n'est pas preuve d'absence. Une (très jolie) photo avec écrit "Gendarmerie-Communication" ne prouve pas qu'à aucun moment aucun gendarme n'a utilisé un dossard "Presse". Ce qui ne veut pas dire que la rumeur est fondée, bien sûr. 


Mais la rigueur journalistique ne permet pas non plus d'affirmer "Non, les gendarmes n'ont pas...". Comment être crédible en tant que pourfendeur de rumeurs si on manque ainsi de la plus élémentaire circonspection? 


Remonter à la source de la rumeur, interroger directement ceux qui l'ont propagée: "des journalistes"? Lesquels?  (ce sont des "confrères" ça ne devrait pas poser de problème), c'était le minimum... syndical. 


On reste carrément sur notre faim. D'autant que de récents événements (Tarnac, pffff... tout ça pour ça!!!) nous conduisent à le pas faire aveuglément confiance à la gendarmerie ou à la police. 

Si la gendarmerie a utilisé le terme de " presse", c'est pas bon. 


Mais aussi, certains médias ne leur simplifient pas les choses en présentant eux-mêmes comme " information" ce qui est de la "communication", qu'il s'agisse de vanter un nouveau produit ou de nous bourrer le mou sur des questions politiques.


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La Gendarmerie a dit, donc c'est vrai? Circulez, 'y a rien à voir!


Chère rédaction d'ASI, je dois dire que je suis très étonné du non-traitement de l'approche médiatique sur l'actualité syrienne. Et pourtant il y a de quoi faire. Soutien mainstream aux va-t-en-guerres officiels ou non, recours à quelques images qui tournent en boucle et dont la source n'est pas mentionnée, ni vérifiée, encouragement de certains journalistes et experts à ce que la France bafoue le droit international, omission des questions par rapport aux "preuves" évoquées pas Macron. Les images communiquées par les groupes terroristes "modérés" sont traitées comme fiables. La "Fabrique du consentement" telle que l'a nommé Chomsky est en marche (!) Autrement dit la propagande de guerre. Comme en Libye, Irak, Yougoslavie etc. La France décide de faire ce qu'elle veut quand bon lui semblera. Fabius disait la même chose à propos des livraisons d'armes françaises aux groupes qui "faisaient du bon boulot" malgré l'embargo. Vous reprendrez bien un peu d'impérialisme?

Le titre ne devrait-il pas être "les gendarmes disent ne pas avoir porté de dossards presse" ? Depuis la relaxe ce matin de Coupat et Lévy la parole des forces de l'ordre ont quand-même un peu de plomb dans l'aile.



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.