19
Commentaires

Montagne d'Or en Guyane: malaise à France Ô

Le projet de mine d'or en Guyane, nommée "Montagne d'Or", vient de recevoir une objection de taille : celle d’Emmanuel Macron. Il a affirmé, le 6 mai dernier, que la mine n’était "pas compatible" avec les ambitions écologiques de la France. Arrêt sur Images a obtenu des documents et témoignages révélant les tensions au sein de France Ô autour de ce projet. Un rédacteur en chef aux allures de lobbyiste est dans le collimateur.

Commentaires préférés des abonnés

En même temps, s'il fallait se passer de tous les journalistes économiques qui reprennent en permanence les éléments de langage de l'industrie et du patronat, ça fait longtemps qu'il n'y aurait plus de rubrique économie dans la presse... 

"Je crois que l'industrie minière française est capable de respecter les normes environnementales et sociales strictes. D'autant que 60 à 70% de la superficie de la mine sont situés sur une zone déjà polluée, abîmée par le mercure".


Oula... je me méfi(...)

Là encore, un Conseil Déontologique du journalisme montrerait son utilité ! Ça, ou bien rendre l'abonnement à @si obligatoire pour tout citoyen ;-)

Derniers commentaires

Je vous trouve curieusement optimiste. A-t-on un papier signé qui interdit le projet ? ou juste une réponse oral du mec aux journalistes ?
Car si on a juste sa parole, ça ne pèse pas bien lourd. Le risque étant de le voir retourner sa veste après les européennes.

C'est dommage d'oublier de préciser qu'il s'agit d'une volte-face pour E. Macron qui soutenait le projet jusque là.
Ce n'est pas le sujet, mais l' "objection de taille" à ce projet ne l'était pas non plus.

Côté empoisonneurs, Monsanto a fiché, par l'intermédiaire du cabinet Fleishmann Hillard, des centaines d'opposants au glyphosate, politiques, scientifiques, journalistes... Des plaintes sont déposées, notamment par "le Monde" et son journaliste Stéphane Foucart. D'autres pourraient suivre.

Un document de ce cabinet de lobbying recensait également 74 "cibles prioritaires" divisées en quatre groupes : les "alliés", les "potentiels alliés à recruter", les personnalités "à éduquer" (sic !) et celles "à surveiller"

Entre ça et le référendum sur ADP, vous avez fait ma matinée !!! Hier je râlais contre l arrêt du ferroutage des marchandises pour Rungis, sur les inanitésen tous genres de Rugy.... Et ce matin, parès avoir suivi la triste commémoration du 8 mai par Macron (presque seul, sans les français, filtrés, fouilles par des forces de police pour assister à cette commémoration essentielle de cette liberté et de la marque en France de l arrêt de la barbarie qui tua tellement de français et d européens marqués comme "juifs",  de filtrer les participants à cette commémoration nationale et internationale, de peur d y voir le terrifiant gilet jaune).

Etrange moment politique.

Là encore, un Conseil Déontologique du journalisme montrerait son utilité ! Ça, ou bien rendre l'abonnement à @si obligatoire pour tout citoyen ;-)

7 tonnes par an,c'est tout ?  A mon avis c'est plus le ROI limité que les considérations écolo qui ont poussé Macron a renoncer. on peut surement faire beaucoup plus d'argent en détruisant tout autant la nature ailleurs.

Sur le plan écologique, un bon point sur ce dossier pour notre président.. Mais attendons juin pour le lui remettre... A suivre donc.

En même temps, s'il fallait se passer de tous les journalistes économiques qui reprennent en permanence les éléments de langage de l'industrie et du patronat, ça fait longtemps qu'il n'y aurait plus de rubrique économie dans la presse... 

"Joint par ASI, Jeannin évoque simplement une demande du directeur de la chaîne Guyane la 1ère, Jean-Claude Ho Tin Noé, de couvrir ce sujet sous un angle économique. "


Vous n'avez pas eu le point de vue du directeur de la chaîne?

"Je crois que l'industrie minière française est capable de respecter les normes environnementales et sociales strictes. D'autant que 60 à 70% de la superficie de la mine sont situés sur une zone déjà polluée, abîmée par le mercure".


Oula... je me méfierais rien que pour ça. Un site déjà pollué, ils vont se gêner, tiens, pour en rajouter! 


"Je crois"... mouais... relire le petit texte de Prévert, où le curé est perturbé par "Je crois en Dieu... je crois qu'il va pleuvoir"

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.