52
Commentaires

Mon après-midi avec Anna Bitton ...

Derniers commentaires

Chér Daniel ;
N'écoutez pas les critiques qui vous disent que vous aussi parlez trop de ces sujets et que vous êtes en contradiction avec vos propos en en parlant : je ne vois pas comment vous pouvez décrypter les médias si vous ne vous interressez pas aux mêmes sujets qu'eux !
J'aime et je lit Marianne et j'y ai repérée votre interview ! Interessante de même que celle de votre contradicteur sur ce sujet : je n'ai pas d'avis et je n'ai pas lu le livre en question parce que je me fou de l'opinion et de la vie de Cécilia et de Carla et même d'Anna !
Mais continuez à ramer à contre courant !!! MERCI. CATI
Comme ce papier était censé évoquer la chaîne ARD, ce que je n'ai pas constaté, mais j'ai lu en diagonale, j'en profite pour vous féliciter d'être passé sur la chaine allemande.Dommage que je ne parle pas allemand. C'était sans doute trop long pour être traduit. Bref, ce qui ressort clairement, c'est qu'on se vous arrache. Mais, comme vous le disiez si bien, vous ètes chez vous. Si vous continuez à y être aussi intéressant, méfiez-vous. Vous risquez, comme disait Ferré, de vous y retrouver "tout seul peut-être, mais peinard"...
Enfin de l'air ,merci de cet article ,meme si vous etes seul à faire votre métier ,continuez à le faire ;nous voulons etre informés pas conditionnés comme la presse y compris Marianne et les médias qui le font à l'heure actuelle
Merci et courage
"Et me voilà, pour la deuxième fois, en train de répéter pendant une heure à quel point il urge de parler d'autre chose."

Comme des fesses de Beauvoir par exemple ?
Parler pour ne rien dire

Mesdames et messieurs ... Je vous signale tout de suite
que je vais parler pour ne rien dire.
Oh ! je sais !
Vous pensez :
"S'il n'a rien à dire... il ferait mieux de se taire!
Evidemment ! Mais c'est trop facile! ... c'est trop facile!
Vous voudriez que je fasse comme tout ceux qui n'ont rien à
dire et qui le gardent pour eux?
Eh bien non! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n'ai rien
à dire, je veux qu'on le sache!
Je veux en faire profiter les autres!
Et si, vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n'avez rien à dire,
eh bien, on en parle, on en discute!
Je ne suis pas ennemi du colloque.
Mais, me direz-vous, si on en parle pour ne rien dire,
de quoi allons-nous parler?
Eh bien, de rien! De rien!
Car rien... ce n'est pas rien.
La preuve c'est qu'on peut le soustraire.
Exemple:
Rien moins rien = moins que rien!
Si l'on peut trouver moins que rien,
c'est que rien vaut déjà quelque chose!
On peut acheter quelque chose avec rien!
En le multipliant
Une fois rien ... c'est rien!
Deux fois rien ... c'est pas beaucoup!
Mais trois fois rien !... Pour trois fois rien on peut déjà acheter
quelque chose!... Et pour pas cher!
Maintenant si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien:
Rien multiplié par rien = rien.
Trois multiplié par trois = neuf.
Cela fait rien de neuf!
Oui... ce n'est pas la peine d'en parler!
Bon ! Parlons d'autres choses! Parlons de la situation, tenez!
Sans préciser laquelle!
Si vous le permettez, je vais faire
brièvement l'historique de la situation,
quelle qu'elle soit!
Il y a quelques mois, souvenez-vous
la situation pour n'être pas pire que celle
d'aujourd'hui n'en n'était pas meilleure non plus !
Déjà nous allions vers la catastrophe, nous le savions...
Nous en étions conscients!
Car il ne faudrait pas croire que les responsables d'hier étaient plus
ignorants de la situation que ne le sont ceux d'aujourd'hui!
Oui la catastrophe, nous le pensions, était pour demain!
C'est-à-dire qu'en fait elle devait être pour aujourd'hui!
Si mes calculs sont justes!
Or, que voyons-nous aujourd'hui?
Qu'elle est toujours pour demain!
Alors je vous pose la question, mesdames et messieurs:
Est-ce que c'est en remettant toujours au lendemain
la catastrophe que nous pourrions
faire le jour même que nos l'éviterons?
D'ailleurs je vous signale entre
parenthèses que si le gouvernement actuel
n'est pas capable d'assurer la catastrophe,
il est possible que l'opposition s'en empare !

Raymond Devos
Je me demande si les journalistes vont agir face à la transformation entamée de leur métier de l'information vers le relai de la communication des politiques.

C'est vrai, le cas Sarkozy est une leçon que tout journaliste politique devrait retenir. Au lieu de sombrer dans la politique-people, il faudrait qu'ils se réunissent tous en une convention et qu'ils se mettent d'accord pour de pas relayer automatiquement les évènements que créent chaque jour les chargés de com' présidentiels.
Et si la solution c'était de ne plus du tout en parler ?
Ne plus dire que l'on ne veut pas dire, pas savoir... En en parlant fatalement !
Mais donner l'exemple et s'occuper des autres sujets : il y a de quoi faire non ?
Des idées ? : que devient le plan banlieue ? La justice a-t-elle changé de philosophie ? Le nouveau dispositif CLEF concernant les personnes étrangères est-il un piège à clandestins...
Une société peut-elle doucement sortir de la démocratie sas que personne ne bouge ?

Plein de petites questions anodines mais qui changeraient de Carla/ Cécilia

Amicalement
Daniel Schneiderman, vous avez raison. Il est bien là le problème.
Bien à vous.

http://cinema-diversite-culturelle.blogspot.com/
Puisque vous mettez le doigt sur les Allemands, je me permets de nuancer un peu (je vis actuellement à Berlin depuis 5 mois), ces sous-entendus sont dangereux dans la mesure où personne ne connait les Allemands en France.
Bien sûr que le président français fait aussi vendre du papier outre-Rhin. J'ai apprit par mes collocs (qui viennent du nord de l'Allemagne) son divorce ou sa liaison avec Bruni.
De même que j'ai appris dès hier matin sur un écran du U-Bahn qu'il s'était vraisemblablement remarié (à noter : ces écrans télés appartiennent au tabloïd BZ, meilleur tirage quotidien berlinois qui est un concentré de potins, de pages sexe, et de tout l'attirail qui permet aujourd'hui de vendre du papier sans trop de difficulté). Et on a en France un "people" comme on n'en a plus, avec une vie privée plus excitante que celle de beaucoup d'autres hommes politiques (du moins en apparence). Alors bien sûr que la recette fonctionne aussi ici, surtout que les gens s'intéressent bien davantage à ce qui se passe en France que n'importe quel Français s'intéressant un peu à l'Allemagne ne le ferait.
Mais de là à déclamer, regardez, "même les Allemands" après avoir simplement été interrogé par une journaliste de L'ARD (par ailleurs, avez-vous seulement noté pour quoi dans l'ARD, car il s'agit d'un réseau public de stations radio très éparpillé sur le plan régional, et qui fait tourner la première chaîne de la République Fédérale), c'est un peu fort en café. Les Allemands ne se contentent pas d'êtres les critiques les plus acerbes vis-à-vis des États-Unis, ils sont extrêmement virulents contre Sarkozy, cela a été plusieurs souligné par le Canard Enchaîné pendant la campagne présidentielle,critiques qui avaient d'ailleurs provoqué l'irritation de l'intéressé. Et je le constate moi-même en lisant (sans toujours bien comprendre) de temps en temps de vrais journaux (comme Die Zeit, hebdomadaire plutôt de droite, ou le Berliner Zeitung, quotidien plutôt de gauche). Les Allemands sont extrêmement critique vis-à-vis du président français, un peu avec le même regard que l'on avait en France sur l'ère Berlusconi. C'est très enraciné, d'autant plus que les chroniqueurs allemands ne sont pas tendres du tout. J'en tiens à preuve plusieurs coupures de presse. C'est du vrai journalisme, avec de vrais analyses, avec un travail approfondi et tout. N'importe quel germanophone allant faire un tour sur les sites des journaux en questions pourra le confirmer.
Donc, que l'actu people allemande vende aussi la vie privé du président français, oui c'est vrai. Que cela intéresse la presse et l'opinion allemande, c'est complètement faux, du moins pas plus que les dernières aventures de n'importe quel autre people, avec la dimension zapping que cela prend (ce qui est loin d'être le cas en France).
Vous ne l'avez pas écrit. Mais vous le laissez croire.
Merci Daniel pour votre constance à rester vous-même. Ce qui me fait plaisir , c'est que I-Télé , L'ARD, Marianne vous incluent dans leur personnalité de référence , même si en l'occurence , ils se sont gourrés vous concernant , sur ce sujet précis . Je suis très heureux pour vous que la transformation de l'essai Asi -Télé à @si Web soit une réussite, et très heureux pour moi ,peut-être devrais-je dire nous , les abonnés.

Amicalement.
Spectacle

Pendant que vous vous usez les neurones, bon peuple, à essayer de décrypter ma supposée psychologie, persuadés que vous êtes qu’il s’agit encore de politique au sens classique, qu’il s’agit vraiment de personnes dotées de pensées personnelles de réflexion politique et de désirs, que vous appelez « président », « gouvernement », «premier ministre» etc. aucun d’entre vous ne se rend encore compte que je n’existe pas, que tout cela n’existe pas réellement. Et c’est heureux, car ainsi nous pouvons tranquillement accomplir notre tâche et faire marcher la machine.

Personne ne se rend compte que je ne suis en vérité qu’un pauvre pantin en caoutchouc, un comédien dont le texte (les discours autant que les amours) est écrit mot après mot par des scénaristes qui ont enfin trouvé la pièce de leur vie, un comédien qui fait ce qu’il peut entre les mains du seul vrai metteur en scène de cette comédie tragique, le lobby financier.

Un comédien payé pour remplir un rôle sur la scène qui lui est grande ouverte, sous les regards de critiques bienveillants, un bouffon dont le métier est de faire diversion à grand renfort de grimaces pour camoufler la terrible machine de destruction (made in usa) de la vie publique française.

Pendant que vous commentez chaque jour mes faits et gestes, tandis que vous tentez d’imaginer mes pensées (il n’est pourtant pas besoin de beaucoup d’effort pour s’apercevoir que le tissus de contradictions totalement insensées qui me tient lieu de discours ne cache aucune pensée cohérente) , la machine peut agir et détruire sans trève: faire voter des lois terrifiantes à la faveur de la nuit, débaucher les faibles pour effacer toute trace d’opposition, amplifier la répression généralisée et la privation grandissante de toutes libertés. Tout fonctionne donc très bien.

Cette très efficace machine ultralibérale qui a déjà fait ses preuves aux États-unis n’a qu’un seul et unique but: détruire les services publics, les acquis sociaux français, comme elle l’a déjà fait en Grande-Bretagne et en Italie, notamment. Et comme elle va continuer à le faire partout dans le monde afin que nous puissions être totalement libres d’exploiter les humains et la planète jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

Comme le savent bien les ingénieurs qui font fonctionner la machine, tous ceux qui s’intéressent à la personne du petit comédien de seconde zone sont très utiles, nous aident grandement, ils nous permettent de masquer sous un épais nuage de fumée les nombreuses destructions qu’opère chaque jour la très efficace machine. Parlez donc de cette comédie qui vous est destinée, dîtes-en autant de mal qu’il vous plaira, mais parlez-en, pendant ce temps vous ne parlez pas de ce qui se déroule vraiment : la destruction des libertés publiques.

La prochaine fois, il n’y aura même plus besoin d’un mauvais comédien au service de la machine, nous mettrons en place un personnage virtuel du type « second life », avec voix de robot et images de synthèses. Ça sera infiniment plus efficace. En effet, ce qui nous gène encore un peu avec ces comédiens au rabais que nous sommes obligés d’employer, c’est que parfois, ils improvisent. Et là, la supercherie devient quand même un peu visible: ils sont trop mauvais.

Alors, continuez à vous intéresser à la « personnalité » de ces marionnettes, ça nous permet de travailler tranquillement dans les coulisses. De faire marcher la machine.
@Oblivion
excellent en effet
Pour les débutants en décryptage, voici un premier petit exercice :
http://www.rue89.com/mon-oeil/lump-dile-de-france-a-besoin-dune-formation-a-photoshop

Très drôle !
J'avais préparé un truc : genre cocktail molotov... (J'avoue que ton texte est bien - je suis prêt à revoir ma position...)
Mais tant pis, j'envoie le texte, tout de même...

Daniel,

Je suis déçu, je regarde votre site, jour après jour... et comme sœur Anne,je ne vois rien venir !

Vous n’êtes que des clowns (blancs, avec vos habits de lumière, mais clowns tout de même...). Je ne méprise pas les clowns, ma préférence étant toujours allé vers l’«Auguste» le naïf, peut-être, mais le sincère.
Je ne décolère pas, je vous lis, et à chaque fois, je ris «jaune» - vos colères dans des verres d’eau, des choses à la limite du risible, des sujets «secondaires»... et pendant ce temps, notre société se casse la gueule.

Evidemment, vous ne vous étiez pas engagé à être des don Quichotte, à sauver le monde - mais là, vraiment, j’abandonne.
Le cul de «Simone», ben whouai, c’était une femme, elle avait une cul, comme toute le monde. De là, à en faire un tel...
Merde, je n’ai rien contre Simone, «elle» a fait son boulot ! Vous, non...
Et on discutaille sur des queues de cerises, pendant qu’on nous «entube» par toutes les extrémités... (régression sociale, modification du contrat de travail, déni de démocratie - au point de supprimer au «Peuple» son droit de censure, concernant le traité européen, et un «président» qui confond la gouvernance d’un Etat (une République), avec un score au hit-parade ou à la star-ac’…

Putain, comme disait Renaud (ou quelque chose d’approchant) : «Je me casse, vous ne faites plus partie de ma bande...».

Salut.
Daniel, si trois malheureux livres sur l'ex-First Lady suffisent à vous mettre le moral dans les chaussettes, vous vous préparez des lendemains sinistres.
Car il vous faudra bientôt faire face à la déferlante des ouvrages sur la First Concubine, puis sur la First Pregnancy de l'Elysée, le First Marriage aussitôt suivis des First Cocufings, conclus avec le First ... , ah non déjà le Second Divorce. Et çà uniquement pour la première année du mandat.
Mais après tout, Sarkozy ne fait qu'appliquer son programme : c'est bien lui qui nous avait promis, pendant la campagne: "de la sueur, du sperme et des larmes ..."?
oui mais j'ai lu cet article là avant les ogm...
Merci DS de cette chronique.

Mais, parce que je ne sais pas où le poster, je vous joins ici un extrait d'un discours présidentiel qui mérite, comme celui de Saint Jean de Latran, une large médiatisation :
"La politique de civilisation, c’est ce que fait l’Arabie Saoudite sous l’impulsion de sa majesté le roi Abdallah, c’est ce que font tous ceux qui s’efforcent de concilier le progrès et la tradition, de faire la synthèse entre l’identité profonde de l’Islam et la moderniser sans choquer la conscience des croyants".
Bel article de Daniel Schneiderman , sur un ton de billet d'humeur et d'humour , mais qui soulève le fond du problème : comment des journaux autrefois sérieux , tombent dans la facilité ?

Il faut voir aussi que D.S. est revenu sur le devant de la scène médiatique : @si est une force reconnue ! et son fonctionnement la rend inateignable .

Marianne décrypte encore , et j'aime y retrouver mes colères , mais la préparation de cet article m'inquiète . Je me suis désabonnée du Nouvel Obs lorsqu'il a fait campagne sans vergogne pour le oui , et , non seulement , en traitant les partisans du non , d'ignares , oubliant toute déontologie de journaliste . Exit de Marianne , verdict samedi .
En journaux papier , restera Courrier International , le Monde Diplomatique , et ?... ça devient très pauvre . Au lieu de s'énerver contre l'esprit @si , feraient mieux de réflèchir et de lire les commentaires , ici , à Rue89 , etc ... Les journalistes sont en train de tourner en rond dans leur microcosme .

Merci pour le site de Daniele Miterrand . Elle était socialiste , engagée , avant son mari , qui l'y a suivi et pris une place qu'il n'aurait pas eu à droite ( trop de monde !!!)
Elle n'a jamais dévié , avec une grande dignité .
@Daniel S.
comme Sandra "Je ne comprends pas très bien pourquoi vous avez accepté de lire ce livre pour faire cette interview" , d'autant que lors de votre précédente interview de Sophie Domain sur le plateau d'@si vous n'aviez déjà pas particulièrement l'air "investi" et passionné par votre sujet.
Avec cette chronique on a le sentiment que c'est un peu malgré vous que vous vous êtes embarqué dans cette interview et que vous semblez le regretter. Pourquoi cette retranscription détaillée de votre échange avec Neumann, comme si vous craigniez qu'il ne vous trahisse dans son propre article ?
Mais j'ai peut-être l'esprit un peu tordu (un grain moi aussi).
En tout cas, ce qui est sûr, c'est que vous ne m'avez pas donné envie de le lire ce fameux bouquin ! :-))

Pas vraiment le sujet mais quand même...
Entendu sur France 3 (journal de la nuit avant hier je crois) : "le président français Nicolas Sarkozy a entamé dimanche soir en Arabie saoudite une tournée dans ..........."
Comment voulez-vous qu'il n'y ait pas confusion des genres. Une tournée ou une visite ? Moi quand j'entends ce mot je pense à not'Johnny national, par exemple au hasard, pas à not' président, non ? Mais je dois encore chipoter.
Si seulement les confrères pouvaient vous écouter ! Mais les confrères, justement, semblent avoir un frémissement, une fois la gueule de bois de mardi dernier passée.
(que cela ait un rapport avec le fait que la sacrosainte cote de popularité passe "en dessous" de la ligne fatidique, à chacun de juger)
Jugez plutôt du dernier papier de Philippe Ridet : un vrai rebelle, non mais, qui ose - pour la route, un dernier ? - rappeler aussi l'attitude des journalistes lors de la liaison de Sarko avec sa consoeur du Figaro http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-999924@51-993169,0.html

A propos dommage qu'on ne puisse pas mettre en exergue (ou en épigraphe, c'est selon) un lien internet, comme chez le feu BBB mais aussi l'@si provisoire !
Bonjour Daniel,

Je ne comprends pas très bien pourquoi vous avez accepté de lire ce livre pour faire cette interview, ni pourquoi vous avez accepté de vous faire interviewer par la journaliste allemande a propos de Sarkozy. Je ne comprends pas. Quelque chose vous lie-t-il à Marianne ? Quel intérêt pour vous de passer 1 heure à parler de Sarkozy ?

Mis à part que cela démontre que vous avez une certaine "importance", une voix qui compte dans certains médias, qu'elle est votre motivation à répondre à une demande qui ne vous inspire pas ?
Si j'étais Allemands, moi aussi je rirais bien!
C'est peut-être aprés s'être moqué de ce qu'il se passe en France que l'on reviendra à l'essentiel...
Merci Daniel pour votre article et sa franchise.
Il me fait penser à deux autres articles du blog de Mme Danièle MITTERAND dont voici des extraits choisis.
La totalité des articles est disponible en ligne ici:
http://danielle-mitterrand.blog.lemonde.fr/

« Le Président Bling Bling » Président de pacotille?

Et si la baisse de considération croissante qui entoure la fonction présidentielle et la politique en général était voulue ?
Voulu le côté ridicule et amateur des interventions du Président que certains ont cru pris de boisson au G8, voulu l’incompétence évidente de certains ministres qui n’ouvrent la bouche que pour dire ce qui sera démenti le lendemain par les faits ou par un autre ministre, voulu l’impréparation des dossiers, voulu le traitement de laquais réservé à Bernard Kouchner, François Fillon et tant d’autres, voulu le côté combat du guignol et du gendarme, voulu les nains et les ballerines qui gravitent dans cette cour qui s’apparente plus à une cour des miracles qu’à un gouvernement, voulu ces discours remplis d’approximations et de fanfaronnades, voulu le Disneyland et la Staracadémisation politique…
Voulu par qui ?
A qui profite le crime?
A ce monde des affaires qui se croit le seul monde, à ces intérêts financiers qui pensent que le débat politique n’est qu’un jeu abandonné au peuple pour l’amuser pendant que les gens sérieux s’occupent à se partager le monde.


Pendant que nos politiciens nous amusent avec des idées vagues, des images de comédie et de boulevard ou nous effraient avec le chiffon rouge élimé du danger migratoire, des enjeux démocratiques fondamentaux sont gravement menacés en coulisse. Les conditions de notre survie, de notre dignité, de notre citoyenneté réelle sont en train d’échapper totalement à notre contrôle pour le plus grand profit d’une oligarchie que nous n’avons pas élue et sur laquelle nous n’avons AUCUN contrôle. C’est cela qui devrait être en couverture du Nouvel Observateur ou de l’Express et pas telle ou telle starlette d’un jour. Ne nous laissons pas impressionner par des explications alambiquées et contradictoires, par des schémas économiques plus ou moins validés, des arguments statistiques ou financiers facilement maquillés.


Si les journalistes ne restent pas lucides et entrent dans ces jeux de pacotilles, si le Nouvelobs, Marianne et consors empruntent leurs titres à Gala, Voici et autres torchons, qui nous informera demain ? Qui nous révélera les dessous cachés ce toute cette mise en scène ?
Messieurs les journalistes restés vigilants, critiques et surtout PROFONDS dans vos analyses.
Arrêtez le superficiel, quand bien même il s'agirait de l'arbre qui cache la forêt.
Entrez donc dans cette forêt !!!
Eh oui les allemands s'interessent à la blingblingisation de la France sarkozienne. D'autant que Carla Bruni est trés connue auprès des jeunes allemands. C'est d'ailleurs dans le métro berlinois que j'ai appris la nouvelle.

Eux ont tous les côtés positifs :

- Eux n'ont pas à avoir honte, ils ne l'ont pas élu,
- Ce n'est pas leur pays qui se ridiculise, et ça fait du bien de pouvoir rire du voisin,
- Eux échappent à cette politique de comm' (qui connait le mari de Merkell ??).

Au moment des premières vacances de millionnaire de Sarkozy sur le yacht de son pote, un journal allemand s'était déjà amusé de la comparaison avec Merkell, prise en flagrant délit de courses (sans journalistes !) dans un supermarché Discount...

Et puis pourquoi les allemands s'interesseraient-ils à la politique intérieure de la France ? Que sait-on, nous, de ce qu'il se passe en Allemagne dans nos médias ??
@si, est le pass backstage du journalisme?
Belle conclusion à cet épisode qui n'a cependant pas manqué d'intérêt (voir notamment l'interview de Sophie Domain). Laissons ceux dont c'est le fond de commerce continuer à exploiter ce cadeau de Noël et passons en effet à des sujets plus sérieux.
Rédiger tout un billet sur le mode rhétorique de l'antiphrase, chapeau bas Daniel ! "Je ne vous dirai pas que ...", "Ne comptez pas sur moi pour vous dire que ...". Votre talent de plume vous sauve, vous écrivez sur du vent, vous "sculptez de l'eau" comme dirait Echnoz, du coup ça reste intéressant. Malgré tout. Mais faudra-t-il attendre que tout le monde en ait marre d'écrire qu'il en a marre d'écrire qu'il en a marre d'écrire ... pour que l'on arrête de pipeauter à tout va sur Sarko and Co, dans le seul but de vendre du papier ou du temps de cerveau disponible ?
... Et nos journées avec le Sarko show. Chacun sa croix, Daniel ;-)

Il n'est pas complètement anormal qu'on vienne vous demander votre avis, même si vous n'en pensez rien. Enfin, vous pensez qu'il ne faut rien en penser. Bah le problème quand même, c'est qu'il y a des millions de français (et apparemment, beaucoup d'allemands aussi) qui en pensent des choses, et qui s'y intéressent. Bon ou mauvais, sans doute mauvais, mais réalité quand même. A partir de ce moment, il faut de toute façon s'intéresser au phénomène. @si est là pour ça non ? Découvrir les ressorts qui font qu'un sujet fait la Une de l'actualité. Décrypter la présentation qui en est faite. Critiquer.

Comment dénoncer quelque chose sans en parler ? L'indifférence isolée ne mène pas très loin, et ne résoud rien.

Par contre, il ne faudrait pas que cela devienne l'unique sujet de débat, il y en a tellement d'autres. Les journalistes emprisonnés au Niger, qui provoquent moins d'"enthousiasme" présidentiel que leurs collègues du Tchad par exemple. L'influence réelle qu'a pu avoir la grève de la faim de José Bové sur la décision de NS. Et tellement de sujets qu'on ne connait pas : c'est à vous de nous les faire découvrir.

@+
MERCI Daniel pour cette grande leçon d'esprit critique. Vous avez parfaitement illustré le fait que ce livre n'est qu'un pétard mouillé de plus, oublié de tous dans dans quelques semaines (et encore), et que tout ceci n'est qu'une énorme carcasse de chapiteau de cirque sans aucun numéro à l'intérieur, qu'il faut savoir démonter et re-démonter. Je pense que la passivité et l'ignorance n'est pas de mise, contrairement à ce que disent beaucoup de lecteurs qui n'ont pas compris votre message apparemment, tellement il paraît normal pour tous de se bouffer des tartines de vie privée sarkozienne chaque jour. Moi-même ! c'est en lisant la dénonciation de tout ceci sur votre site que je me responsabilise et que je vais chercher l'autre information, sur votre site ou ailleurs, celle des statistiques ethniques ou des OGM.

Avant, j'étais un râleur passif ("oh sarko y'en a marre blabla") et maintenant je suis un râleur actif, car je comprends pourquoi des millions de gens se laissent faire et ingurgite la soupe qu'elle soit digeste ou pas, qu'il soit pour la soupe ou pas. Chose que je n'aurais pas comprise si vous aviez traité que de sujets "mineurs". Il faut expliquer pourquoi on ne PARLE PAS de telle chose, mais aussi pourquoi on PARLE de telle chose.
Enfin je crois que c'est le but de ce site, et je crois qu'il remplit son rôle, malgré les critiques.
ne faites pas comme s'il ne se passait rien en France depuis 8 mois, même si sarko vous énerve, même si on en fait trop autour, reconnaissez que l'histoire est en train de s'écrire et qu'on se souviendra de ce parvenu, de son style clinquant, et de son entreprise de démolition. DS est en train de dire que le livre de Bitton c'est du vent et procède à une critique des journalistes qui veulent en faire un "sujet". Je sais qu'on l'a déjà dit et répéter vingt fois et pourtant la machine à vendre du rien continue à fonctionner. ça, c'est un sujet digne d'être traité et là on ne parle plus de sarko mais des médias, des journalistes, des contre pouvoirs.
j'ajoute aussi que les "faites ci plutôt que de faire ça" c'est un peu cavalier et vraiment barbant à la fin.
Jolie profession de foi.
Dont acte ?
"Ou plutôt, tiens, j'en pense ceci : toute l'énergie dépensée à parler de Carla, Cécilia, Claudia, Anna et les autres, pourrait plus utilement être dépensée à parler d'autre chose."
"Et pendant qu'on parle de ça, on ne parle pas du pouvoir d'achat, et des tickets de Franprix."
"Bref. Et me voilà, pour la deuxième fois, en train de répéter pendant une heure à quel point il urge de parler d'autre chose."

Et bien ? Qu'attend la rédaction d'@si pour passer à autre chose au lieu d'enfoncer le clou avec une Nième chronique ? Est-il plus interessant de lire des articles sur des sujets plus profonds, reelement polémiques (comme le temps de parole de sarko, la subjectivité des médias sur les ogm) ET DIVERSIFIES ou de commeter sans arrêt les rubriques politico-pipoles ?
Il me semble que lorsque ASI le fait, c'est toujours sous un angle différent et intéressant. Il n'y a bien que sur ce site que je lis ce que des journalistes consacrent à Sarkozy et compagnie !

Quant à Marianne, c'est le seul hebdo que je lis régulièrement (depuis mes 16 ans) : certes Marianne verse un peu dans la répétition, mais ce journal l'a toujours fait plus intelligemment que ceux qui tapent aveuglément sur Sarko. Et je préfère lire des critiques constructives sur le président toutes les semaines qu'entendre d'autres médias plus complaisants à longueur de journée. C'est le peut être le prix à payer pour que l'on garde tous à l'esprit la dangerosité de la situation actuelle.
Vous avez recensé le nombre de sujets people qui polluent votre site, et en particulier ceux qui traitent de Sarkozy et de ses meufs ?
Si comme vous l'écrivez, "il urge de parler d'autre chose", faites-le.
abonné à Marianne, je commence à me fatigué de lire 30 pages sur sarko à chaque numéro, et je commence à penser que je ne vais pas renouveler mon abonnement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.