66
Commentaires

Michelle Obama, mangeuse d'homme

Derniers commentaires

Il ne faut pas oublier Catherine Duchemin, peintre de fleurs, fille du peintre Jacques Duchemin, première femme admise à l'académie royale de peinture en 1663… et qui ne produisit plus rien après son mariage avec la sculpteur Girardon.
Et de la famille royale de Grande-Bretagne à loilpé, vous en voulez encore ?
Oui ? Alors allez par là, chez Mad Magazine.
Very goude chronikel, Master Korkos!
Voilà qui me rappelle un portrait d'Audrey Pulvar à l'époque des chroniques du Sarkozystant.
Je ne sais pas si l'on peut parler de racisme mais en tant que femme noire j'ai été choquée par cette photo. Je veux bien que certains y voient de l'art mais quand un peuple n'a pas les mêmes référents et n'a pas vécu l'histoire de la même façon, il aurait été bien que l'artiste le comprenne et ne s'enferme pas dans sa propre logique. Je le dit clairement, je n'ai pas aimé cette image et l'ai trouvé insultante. Et oui, j'y ai vu la femme noire esclave avec toute ce que ce statut revêtait à l'époque.
Merci à Obliv, Alain B et Compu pour la beauté noire musicale, et à M'sieur K. pour les beautés noires ou pas, mais nues ;o)) qui illuminent ce dimanche matin grisou.
Voir en une femme noire dévêtue le symbole d'une esclavitude soumise est, pour moi, le comble du racisme primaire ! Gala = gros cons...
Je sais, c'est un peu schématique mais bon, le racisme aussi, c'est schématique ;o))
je pense que le vrai malheur de Michelle Obama est que des journaleux s'interressent à elle : article approximatif à la traduction écrite avec le pied et floutée par le si vertueux Gala...humpfff si c'est pas pitié !!...

en ce qui concerne "l'oeuvre" (?), pas besoin de photoshoper la Royal Family qui se dénude très bien toute seule :Prince Harry......
(je vous ai évité Morandini ....).

allez petit cadeau : Black Magic Woman (y a pas que Delerm comme chanteur non mais !....)
Un très bel article. Je crois qu' un adage juridique disait : "il n'y a pas d'esclave en France". L'esclavage existait dans les colonies ,mais un esclave qui abordait en France était , je crois automatiquement libre. Tout ceci est très bien expliqué dans le livre de Mohammed Aissaoui " L'esclave Fourcy".
Karine Percheron-Daniels choisit des personnages célèbres et les représente nus.
Son portrait de la queen Elisabeth jeune est très flatteur : beau visage et vision idéalisée de l'académie royale.
Avec son sceptre entre les jambes, elle a des allures de pole dancer.
Belle analyse d'un beau tableau, et belle démonstration des effets conjugués, actuellement, de l'inculture et de l'imbécilité (ici dans sa variante "puritaine"). Chapeau M. Korkos. Quant aux floutages de chez Gala, je ne sais s'il faut en rire ou en pleurer... Quoique dans le genre on n'a toujours pas fait mieux que Berlusconi qui avait fait voiler le sein de la Vérité Nue il y a quelques années - tout un symbole.
Citation de la jeune fille à la perle aussi?
La jeune fille à l'anneau a un peu la même histoire.
je trouve michele magnifique.
Dommage que l'on ne puisse pas envoyer des photos sur le forum...

En effet, pour répondre aux "pisse-froid" de tous bords qui ne peuvent pas voir une poitrine de femme évesque sans crier au scandale,
on peut rappeler l'iconographie abondante en rapport avec LA CHARITE (Rubens, Caravage,...) où on voit un vieillard tétant un sein
généreux (on trouve ça aussi à la fin des "Raisins de la colère"...).Si il faut voir là dedans de la pornographie, que faisaient, à une certaine époque, ces tableaux dans les églises (papistes, il faut quand même le préciser...)?
Allez, un p'tit coup de femme noire dominatrice https://www.youtube.com/watch?v=-DaXUl4BjDo
Et puis moi, Hildegarde de Bingen, j'ai connu son existence grâce à cette chanson, eh oui... ;) http://archives.lesechos.fr/archives/2011/LesEchos/21075-061-ECH.htm
Pour moi qui suis hispanophone, le titre joue sur l'ambiguïté du verbe comer(se), en évoquant aussi bien l'acte de se nourrir (sens premier) que d'éclipser (sens beaucoup plus rare). Par contre, je ne le traduirais pas par "eats up to", expression qui se traduirait alors par "se come hasta a Obama". Au-delà de cette distinction, ce qui me paraît flagrant, c'est qu'on peut entendre "Obama" à la fois comme le nom de famille de son mari, mais aussi le sien propre : in fine, elle s'est fait un prénom.
C'est ce que suggère clairement le sous-titre : “La primera dama gana en popularidad a su marido y se hace clave en las elecciones de noviembre”.

La polémique agite aussi les journalistes et chroniqueurs hispanophones, d'ailleurs, mais la plupart décrient l'utilisation de la représentation d'une esclave (exemple : http://voces.huffingtonpost.com/2012/08/29/michelle-obama-esclava-africana_n_1839883.html). Avec vos bienvenues précisions sylistiques, l'affaire semble beaucoup plus claire (ou moins trouble).
Femme nue, femme noire
Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l'Eternel
Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les
racines de la vie.

Léopold Sedar Senghor
A écouter ici
Merci Alain pour cette bouffée d'oxygène, de culture et d'humour!

Voir Gala pixéliser un sein, pendant qu'ils affichent les stars dénudées à longueur d'années est hilarant!
Et découvrir comment une erreur de traduction réveille les zincultes l'est tout autant!

A quand Alain Korkos ministre de la culture ou bien rédacteur du programme scolaire, que l'on se marre tout en se cultivant!

Signé, Gargantua, assoiffé de Savoir! :)
Pourquoi ne dit-on jamais d'un homme ayant de nombreuses amantes, qu'il est un mangeur de femmes ? Hein, pourquoi ?
Sinon, c'est Suzanne Valadon qui les faisait tous tomber comme des mouches.
Pour trouver du ouacisme dans cette représentation d’une belle femme libre, faut pas craindre la gelée.

Quant à l’occultation galatique des bruns roploplos, elle prouve que Gagala a adopté les codes puritains, heu, fauderches, d’une certaine Amérique qui ne supporte pas la vue d’un bel objet de vie mais supporte la vue d’un objet de mort siglé NRA.
Finalement, je préfère la peinture à la photo. A bas le Progrès !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.