24
Commentaires

Michel Lucas, le patron de presse qui "fait peur" à ses rédacteurs

Son nom ne vous dit probablement rien. Rien de surprenant : le patron du plus grand groupe de presse régionale française est un homme discret. Michel Lucas serait à l'origine de la censure d'un documentaire de Canal+ sur le Crédit mutuel, qu'il dirige. Au sein de son propre empire médiatique, nul besoin de coups de fil intimidants pour faire régner l'ordre. Le zèle de rédacteurs en chef intimidés par ce patron rugueux y suffit.

Derniers commentaires

Une informatique trop sécurisée après avoir été une passoire,

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Un autre problème, c'est que Michel Lucas est bien âgé.
En fait Michel Lucas n'est que la nième victime du syndrome Hearst illustré par le Kane de Wells.
En France d'Hersant à Dassault, en passant par Lagardère, Bouygues, Bolloré, Niel, Pigasse, Drahi et consort, ils sont pléthore à avoir cédé à la tentation: les magnats de l'industrie et de la finance se rêvent toujours, un jour ou l'autre, magnats de la presse, écrite et/ou audiovisuelle. .
Allez savoir pourquoi?... Peut-être qu'une fois épuisée la jouissance de la liberté d'acheter, ils ne rêvent plus que d'acheter la liberté? Et comme ils y ont mis le prix fort, la liberté, du coup, c'est celle de la longueur de la laisse, de leur laisse. On laisse la liberté à la presse. Mais pas plus.
Bon, en même temps, faut pas déconner non plus: les économies d'échelle et les synergies de coûts ça mérite bien de petites rationalisations des rédactions, et une harmonisation des contenus, non? Tout ça c'est pas antinomique avec la liberté, au contraire. C'est comme le coup de la laisse: moi, avant, pour mon dog j'avais deux trois laisses, une courte pour la ville, une moyenne pour la pisse du soir et une longe pour la gambade en campagne; un jour j'ai acheté une laisse à enrouleur, et bien j'ai fait des économies d'échelle et j'ai harmonisé la liberté de mon dog.
De là à dire que les journalistes sont des chiens, j'irais pas jusque là non plus...
La Presse serait-elle aux ordres de ceux qui ont le pognon ?

Je n'ose le croire... Il serait temps de changer ça !

PG

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Les clients du crédit mutuel dans la zone EBRA finance la propagande du parti LE REPUBLICAINS à travers la presse régionale type "chiens écrasés". Il est bon de le savoir.
Intéressant. Dommage (?) que le journal qui a publié ces infos soit aussi la propriété d'un autre banquier, on n'arrive plus à savoir si c'est une guerre de presse ou une guerre bancaire ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.