52
Commentaires

"Mesdames, prenez un amant de gauche..."

L’affaire Woerth-Bettencourt a suscité plusieurs centaines de réactions d'internautes sur la page d'un article du Figaro.fr, qui évoque la démission de Florence Woerth, l’épouse du ministre du travail. L'immense majorité sont très critiques à l'égard d'Eric Woerth et du gouvernement. De mémoire, la dernière levée de boucliers comparable dans les forums du site du Figaro remonte à "l'affaire Jean Sarkozy".

Derniers commentaires

"l'immense majorité sont..."

Aïe.

"l'immense majorité est"

ou

"l'immense majorité des internautes sont"

Non ?
Mesdames, prenez un amant de gauche...

@SI roule pour DSK maintenant ?
Et voilà que les copinages niés refont surface.La messe n'est encore peut-être pas tout à fait dite!
Des réactions des lecteurs du Figaro. Je vais extrêmement peu sur le site du Figaro.
Il doit quand même y avoir plus que gens de droite sur ce site.
Pour le reste, j'ai également constaté à quel point beaucoup paraissent hermétiques à ce qui nous fait frémir ici.
Le problème pour le pouvoir c'est le mot (paraissent), car tout arrive finalement jusqu'au "bon peuple" de droite, de gauche ou sans idée.
Cela dégoute les uns de la politique ce qui est très grave et ça fait bien l'affaire des extrêmes !
Vous qui lisez qui savez. Engagez-vous expliquez, argumentez. Tant-pis pour l'ambiance. Tant-pis même pour le devoir de discrétion.
Nous nous censurons tous un peu en société. Nos dirigeants ne se censurent pas eux pour nous lâcher leurs gros mensonges d'état.
Nos médias ne se censurent pas pour les relayer.
Les résultats sont souvent très modestes mais qu'importe. On plante des petites graines qui germent ou pas.
"Cette indignation, pour beaucoup, se traduit par des propos cyniques, ironiques "
Comme le fait remarquer Oblivion, il est effectivement fort peu probable qu'ils émanent de lecteurs qui paient un abonnement à un journal UMP qui soutient son parti quels que soient les dérapages.
Et puis, quelle odieuse façon de rédiger des commentaires sur un forum, vraiment.
"cyniques et ironiques"... ça ne me viendrait jamais à l'esprit.
Et quand à Karachi...
Rendormez-vous braves gens.
(peu de chance qu'un fan de la chaine du bigdil vienne trainer ses guêtres par ici, sauf bienvenue panne de télévision prolongée...)
Les commentaires sur le site du Figaro.fr ne sont pas réservés aux abonnés.
N'importe qui peut y déposer le sien.
Alors, je ne suis pas sûre, mais alors pas du tout sûre que nous y lisions des commentaires émanant
de lecteurs «de droite».

J'aimerai pourtant, mais les conversations avec les personnes que je croise dans la journée dans la vraie vie
(pas mes proches) me laissent plutôt penser que beaucoup n'en ont rien à faire de tout cela.
L'important, c'est le foot, ou le fait divers qui buzze.
Je serais curieuse de savoir combien de français ont entendu parler de Karachi, tiens…

C'est déprimant.
Ben ! Karachi personne ne veut en parler, l'homme de très petite taille est mouillé jusqu'aux oreilles...

***
en meme temps ses oreilles son pas bien hautes et ses pieds sentent la laque à cheveux....
Il y a un truc qui m'échappe :

Il y a longtemps que tout le monde sait que le ministre Woerth est trésorier de l'UMP.

Ce qui est inadmissible.

Il y a longtemps aussi que tout le monde sait que sa femme gère les torrents pognonesques et l'évasion fiscale garantie sans risque (par le ministre lui-même) de la bonne Liliane Bettencourt.

Ce qui est non seulement scandaleux mais pénal.

Et personne ne tousse, jusqu'à aujourd'hui.

Si vous voulez mon opinion la voilà : quand on est aussi mous il ne faut pas se plaindre de se faire baiser...

D'une certaine façon c'est bien fait (comme la branlée de l'équipe de France face à l'Afrique du Sud, 84ème équipe mondiale de foot, estimable mais modeste)

P.S. : Pour Fandasi, un blog aussi misérable c'est une vraie honte : soit on ne fait rien, soit on le fait bien... Il doit manquer de moyens le [s]citoyen[/s] futur bagnard Woerth !

***
Il est complètement largué Eric Woerth !!! Regardez SON BLOG !!! Il est même pas foutu de reconnaitre ses collègues du gouvernement !!! A mon avis , il est fatigué , usé , il devrait partir vite vite à la retraite... Ah zut , non , il pourra pas , il vient de pondre sa loi anti retraite. Mais bon ,il est ministre , il va sûrement trouver une bonne combine.
Je voudrais revenir sur la démission de Mme Woerth. Elle est évidente, parce qu'il ressort des écoutes qu'elle ne faisait pas l'affaire dans son poste, et que De Maistre et son staff étaient bien embêtés parce qu'ils ne pouvaient pas virer l'épouse du ministre du budget car ils ignoraient s'ils étaient sur la "liste suisse" et ne pouvaient se mettre à dos quelqu'un de si important pour eux.
Dans la mesure où il est patent qu'elle n'était pas à sa place, c'est normal de sa part qu'elle démissionne pour éviter des humiliations supplémentaires.

Après, s'il s'avérait exact qu'Eric Woerth a demandé à De Maistre d'employer sa femme, on ne peut plus parler de collusion mais de corruption : en effet, puisque c'était son épouse, et qu'elle était sans doute royalement payée, il en tirait un avantage pécuniaire personnel.
Et utiliser sa position pour faire engager son épouse, c'est plus que de la collusion ou du népotisme, c'est ni plus ni moins que de la corruption.

Alors, après, peut-être que De Maistre a exagéré la demande de Woerth pour justifier l'embauche de son épouse après coup. mais il en parlait déjà quand il l'a embauchée. Et la démission de Mme Woerth montre qu'il y a un problème. Que de toutes façons, il y avait conflit d'intérêt : la femme du ministre du budget qui s'occupe des intérêts de la plus grande fortune de France, ça ne le fait pas... Surtout si cette embauche a eu lieu après coup.
De quelque façon qu'on le regarde, c'est injustifiable. Et l'attitude des figaronautes est bien compréhensible.

C'est vraiment l'art de se mettre dans des situations impossibles et celui qui l'a choisi comme ministre n'a pas les yeux en face des trous.

Je n'ai pas compris l'allusion à l'amant de gauche....
C'est marrant la métaphore de l'équipe de foot m'est passée par la tête, et celle de Mélenchon dans son blog (l'article d'hier, "le foot montre l'exemple"), avec les anciens joueurs de l'équipe de 98 (Pires, Petit, Lizarazu et compagnie) qui disent en gros "ça fait quatre ans que la fédération est gérée n'importe comment par des branquignoles, il est temps de changer tous ses dirigeants parce qu'ils portent la responsabilité de ce qui s'est passé". Le même discours est applicable sur nos dirigeants politiques qui sont aux affaires depuis maintenant une quinzaine d'années (pour ceux qui sont en ce moment au pouvoir) et enchaînent fiasco sur fiasco et nous prennent ouvertement pour des imbéciles. Tu changes le terme "fédération" par "gouvernement" et voilà, les footballers ont trouvé la solution : qu'ils s'en aillent tous autant qu'ils sont, on ne veut plus les voir. Qu'ils disparaîssent.
Avec Bachelot et sa fausse indignation devant tant de décadence morale : on aurait cru qu'elle parlait de l'affaire Woerth xD. Et son discours était totalement applicable à cette affaire quoi. "Je les ai regardé dans les yeux ... Pour leur dire qu'ils avaient déçu les français blablabla".

Je crois qu'on a atteint un niveau de foutage de gueule jamais atteint dans la politique française. Espérons que cela fasse bouger leur cul aux gens, jeudi 24.
Woerth vient de nier une Nième fois ...
Désolée, mais il n'a pas été un seul moment, un poil de seconde, crédible ! Il répond en plus à côté, surtout lorsqu'il s'agit d'une quelconque connaissance d'un compte en banque bien rempli en Suisse... il répond à côté mais les questions étaient vaseuses et évasives (à dessein ?)...
Sa femme est une femme bien, ils ne se parlent pas "boulot" quand ils rentrent à la maison j'imagine... chacun de son côté quoi...
Et puis, zut quoi, tout ça n'est qu'amalgames provoqués par un procès entre une femme et sa fille... lui, il est blanc-bleu la'ndans.
Après, on enchaîne sur les retraites : 56% des Français sont contre ... Woerth s'empresse de dire que d'autres sondages donnent d'autres chiffres (en sa faveur j'imagine)... et là je pense au sondage auquel j'ai consenti à répondre juste avant d'ouvrir ma télé... par téléphone. Un sondage sur les grandes entreprises qui s'avèrent être en fait un sondage sur les entreprises automobiles françaises. Je dis au sondeur que je veux bien répondre à ses questions mais que je sais d'avance que je ne rentrerai dans aucune case puisque ça se passe toujours comme ça lorsqu'on me sonde. C'était BVA... eh bien ça n'a pas loupé : j'ai été sondée sur Renault et PSA, et les autres marques de bagnoles... moi qui suis anti-bagnole, piétonne, altermondialiste, préoccupée par la pollution... Répondu que des conneries ! Et après ça, vous voudriez qu'on croie aux sondages ? A la fin, le sondeur m'a demandé "pourquoi dites-vous que l'éthanol et les carburants issus de l'agriculture appauvrissent les pays pauvres"... alors j'y ai esssspliqué que les agrocarburants contribuaient à faire monter les prix des aliments (maïs, colza, palmiers etc.)... alors je lui ai fait un petit cours d'écologie et d'économie respectueuse... mais ça n'est sûrement pas noté dans le sondage ;o)).

Pour en revenir à Woerth, je n'ai même pas eu envie de rire... plus de pleurer ! On dirait un coquillage accroché à son rocher ! Lâchera pas que j'vous dis !
alors Anthropia, expliquez-moi
Quel est l'intérêt de cette chronique??????? Expliquez-moi, si vous savez...
Existe-t-il encore un syndicalisme chez les journalistes ?
Je ne comprends pas que les petites mains des grands quotidiens et des chaînes de TV ne se mettent pas en grève contre la façon scandaleuse dont se conduisent les directions éditoriales dans cette affaire.
A l'exception de quelques titres (Libé, le nouvel obs, qui parlent de cette avalanche de scandales...prudemment), les autres organisent le déminage ou, mieux, l'enfumage...
Il n'y a pas que la république qui est bananière. La presse aussi.
Une belle grève du Mondial pour protester contre tous les petits O'Reilly de France et de Navarre, ça aurait de la gueule !
Mafia ? Clan, c'est sûr... Luc Chatel ne vient-il pas de Loréal ? La défonce médiatique à propos de l'équipe de France de football tombe à point : un rideau de bruit pour rendre inaudible cette véritable affaire. Une contreperformance sportive, de l'énervement dans les vestiaires, pourquoi pas, même si on oublie un peu le sport, qui devrait être avant tout amateur (n'avons-nous pas du dédain pour l'art qui nous semble avant tout commercial ?). Bon et bon et bref... Mais la confusion du bien public et du bien privé, jamais. Même qu'on ne sait plus si c'est du spectacle ou de la télé réalité, dès qu'un membre du gouvernement fait un geste ou dit un mot. Là aussi il y a confusion, dans le spectacle (seulement) entre le peuple et les copains, les spectateurs et le cercle des amis, (comme à la télé). On a eu tort, mais c'était juste, d'affubler Chirac du quolibet de « super menteur », parce que maintenant nous n'avons plus de superlatif pour parler de ceux d'aujourd'hui qui n'ont rien de super.

Ah ! Oui ! « On attend avec impatience l'avis de Finkelcraut », qu'on ne pourrait être tranquille sans !
Ceux qui citent les usa comme grande democratie ou il n y aurait pas de conflit d interet sans un grand scandal vive dans un autre monde, ou au pays des bisounours!
Il y a eut tellement de conflit d interet aux usa ces dernieres annees, halliburton, carlyle, ect ect...

Le pir c est probablement ce que David Barstow a demontre, gagant un prix pulitzer au passage, sans que les grands medias us ce remetent en cause. Et la on parle pas d une histoire d evasion fiscale. Mais 75 consultants vendant la guerre dans tous les grands medias us sont couverts d independances, mais etant tous remuneres par des entreprises d armement ayant un interet enorme dans le declanchement de la guerre en irak!

Alors quand je lis que les usa sont cites comme grande democratie, ou ce genre de chose ne pourrait pas arriver, je rigole !
On attend avec impatience l'avis de Finkelcraut sur la question. Cairas ? mafia ? pertes des valeurs ? ha mais non c'est vrai il a considérablement réduit son champ d'investigation philosophique, il n'est consulté que sur le foot maintenant.
1 pas de plus vers la décadence...et en plus on s'engage doucement vers une guerre en Iran....Il plane un doux parfum de fin de civilisation.
la coupe du monde serait-elle à l'image de notre avenir, les pays émergeants ont émergé et l'ancien monde se meurt, Italie, Angleterre, Allemagne, France, Espagne sont soit éliminés soit en difficulté...La roue tourne....
La rédaction d'ASI rien d'autres à faire que de "décrypter" les commentaires des lecteurs des journaux ? Rendez-vous au bistrot du coin alors, pas besoin d'Internet pour recueillir les commentaires du public...
Je dis aux figaronautes : "bienvenue dans le club, on a failli attendre" !
La France est malade de ses inégalités,des turpitudes de ses privilégiés,des incohérences de son pouvoir si peu démocratique,des bassesses d'une partie de sa presse,des menaces sur sa justice,de l'éradication d'une certaine éthique..Mais surtout elle souffre d'une COM à tout va...Publicité débile. Poudre aux yeux. Rejet de la culture. Abêtissement programmé des foules avec des jeux. Le pain est cher,rarement bon et les jeux sont ratés. Ils devraient faire attention,en haut parce que ça va mal aussi pour eux.
Finalement : les titres de chroniques annoncent l'ete et les vacances qui approchent
La défaite de l'équipe de France, c'est aussi la défaite de Sarkozy

Par Bruno Roger-Petit

Certains lecteurs se demandent sans doute déjà quel peut bien être le rapport entre l'actuel président de la République, ce qu'il incarne, ce qu'il représente et cette équipe de France pathétique d'ores et déjà éliminée de la Coupe du monde.

Pourtant, c'est évident. Il y a tant et tant de valeurs partagées. Il est même plus qu'aisé d'en dresser la liste, comme ça, au débotté. L'arrogance qui le dispute à la suffisance, le "bling-bling" qui est présenté comme l'accomplissement d'une vie d'Homme, les Zahia qui se succèdent dans la coulisse, l'argent qui est érigé en mètre étalon des valeurs humaines, l'intolérance qui est déployée par les sots contre les présumés faibles, la bêtise qui supplante l'intelligence dans le choix des hommes, l'incompétence qui est promue au rang de vertu suprême, les récompenses qui ne sont accordées qu'aux médiocres, les traîtres qui accèdent au grade le plus élevé, l'irresponsabilité qui est accordée aux promoteurs de tous les échecs programmés, etc. Confondant non?

Aujourd'hui, après sa défaite contre le Mexique, l'équipe de France, déjà peu populaire, est l'objet de critiques que l'on ne peut que partager. La détestation est vive, le rejet vivace. Et qu'on le veuille ou non, le football est aujourd'hui un élément majeur de la vie publique, comme l'écho de ce qu'est la société française, mais aussi, à rebours, comme l'écho de ce que rêverait d'être la société française.

La part du mythe n'est plus à démontrer dans la manière dont fut vécue la victoire française en Coupe du monde 98. Oui, la France a rêvé d'être à l'image de cette équipe, black-blanc-beur. On était loin du rêve à la réalité, mais au moins, ce rêve existait. Une ferveur populaire et partagée berçait la France d'une douce euphorie. C'était un de ces moments où les Français avaient envie de se dire que l'on peut surmonter les différences, le poids de l'Histoire, les clivages sociaux. Le temps de la cohabitation s'y prêtait aussi. Et les médias français de l'époque, miroirs des temps, optèrent naturellement pour la morale du film « L'Homme qui tua Liberty Valance »: « Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende ». Malheureusement, certains mauvais esprits entreprirent aussitôt de démolir le mythe. C'est bien cela, par exemple, la grande faute de notre philosophe amateur de football Alain Finkielkraut. Oui, la France Black-blanc-beur était un mythe, mais c'était un mythe qu'il fallait continuer d'entretenir au lieu de le moquer comme il l'a fait, car il est de ces mythes sur lesquels on bâtit des Nations.

Raymond Domenech et Nicolas Sarkozy, le 2 juin 2008, à Clairefontaine.

Aujourd'hui, la défaite de cette équipe de nombrils autoproclamés maîtres du monde, de Ribéry à Anelka en passant par Abidal ou Gallas, sauveurs du football français, est comme l'écho de la défaite symbolique du sarkozysme dont l'emblématique héros n'hésite jamais, comme Domenech, à proclamer qu'il peut régler les problèmes du pays, de l'Europe et du monde, alors qu'il est démenti par ses propres résultats. Cette équipe est à l'image du climat national tel qu'il est perceptible après trois ans de ce pouvoir là et de cela, en football comme en politique, les Français ne veulent plus.

Cette équipe de France, ce qu'elle incarne, ce qu'elle porte en elle, est le tragique reflet de l'équipe sarkozyste au pouvoir. Les deux organismes se ressemblent tant que c'en est même désespérant.

Le terrible destin de Gourcuff en est la triste preuve. Le joyau du fooball français, son avenir, son espoir, a été la cible d'un complot fomenté par Ribéry, Anelka, Abidal et quelque autres. Selon les premiers éléments dont on dispose, cette mise à l'écart, cette exclusion, cette reconduction à la frontière de l'équipe de France ont été causées par ce qui apparaît, aux yeux de toute personne dotée d'une soupçon de bon sens comme des qualités. Le physique, l'intelligence, le talent, la culture, la politesse, l'élégance... Cette diversité là n'a pas été du goût de tout le monde au sein de l'équipe de France. Résultat: rejet, exclusion, intolérance se sont manifestées contre Gourcuff, de la même façon que le sarkozysme triomphant entend imposer le même rejet, la même exclusion, la même intolérance à tous les êtres humains qi'il juge différents, et ce, au nom de l'identité nationale. En équipe de France on parle de « l'identité du groupe », mais c'est la même mécanique qui est à l'œuvre. La peur de l'autre déclenche toujours la logique du bouc émissaire.

Le parallèle est osé, j'en conviens. J'ai la faiblesse de le trouver pertinent, d'autant qu'il est riche d'enseignements pour tous les hommes doués de raison voulant faire de tout obstacle une matière de leur travail (Cf Marc-Aurèle). Et d'une, un groupe humain dont le moteur est la peur de l'autre, le rejet de la différence, ça ne marche pas. Et de deux, vu l'opprobre dont cette équipe nationale « sarkozysée » est l'objet, le peuple de ce pays semble encore avoir une certaine idée de la France.

En ce 18 juin, ça ne pouvait pas mieux tomber. Après tout, quoi de plus mythique que de célébrer un appel fondateur que personne n'entendit en son temps. "Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende". La leçon est là: en football comme ailleurs, ce sont les mythes qui font se lever les peuples libres. Vive la France libre! Vive la France Black-blanc-beur!


"Il règne en équipe de France un climat que Sarkozy a exalté"
Après Bruno Roger-Petit, qui explique dans un article pourquoi, selon lui, "La défaite de l'équipe de France, c'est aussi la défaite de Sarkozy", Jérome Cahuzac, député PS et président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, voit estime à son tour que le comportement des Bleus peut être comparé à celui du chef de l'Etat depuis qu'il est à l'Elysée :


"2010 c'est différent de 1998 (où la France avait remporté le Mondial, ndlr). L'ambiance n'est pas la même et il règne en équipe de France un climat qu'au fond Nicolas Sarkozy a exalté : c'est l'individualisme, c'est l'égoïsme, c'est le chacun pour soi et la seule échelle de valeur de la réussite humaine, c'est le chèque touché en fin de mois."


Pour Jérome Cahuzac, les Bleus sont sarkozystes "dans la manière d'être très individualistes et très égoïstes, ne pensant qu'à eux et n'imaginant pas que d'autres joueurs, leurs partenaires, puissent réussir à faire ce que, eux, d'évidence ne parviennent pas à réaliser".


"Le cas d'Anelka, de ce point de vue, est tout à fait emblématique, qui a jugé qu'en trottinant il pouvait faire gagner l'équipe de France et qui n'a pas songé une seconde à se mettre au service du collectif. C'est le même Anelka qui a indiqué, d'ailleurs, que jamais il ne rentrerait en France car il ne voulait plus y payer d'impôts."
Les lecteurs du Figaro sont visiblement plus intelligents que les (pseudo) journalistes de ce quotidien. Sur son blog, Yves Thréard, si prompt à sauter sur tout ce qui est de gauche, n'a, à l'heure actuelle, écrit aucun billet sur cette affaire.
Bon, maintenant la seule question est de savoir si Eric-les-bons-tuyaux sera aligné au poste d'Anelka cet après-midi, avec son crâne laqué L'Oréal. He's Woerth it...
Etonnant que le Figaro n'ait pas arrêté les commentaires. Cela en dit long sur la déchirure du camp de droite, entre bonapartistes de moins en moins nombreux et droite catho. Un de mes potes patron qui avait voté Sarko envisage de militer à gauche. Quelle époque !

Enfin, l'intuition de ceux qui n'ont pas voté pour Sarkozy s'avère reconnue.

http://anthropia.blogg.org
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.