279
Commentaires

Mélenchon-Buisson : miam !

Donc, Mélenchon connaissait et appréciait Patrick Buisson

Derniers commentaires

Vu à la télé:
Lors d'interviews que j'ai pu voir, Placé, José Bové et surtout la baudruche-gourou-le sage-adoré-des- médias Cohn-Bendit ont profité de l'occasion pour attaquer JL Mélenchon de manière très violente et peu factuelle, naturellement, même si
aucune question ne leur avait été posée à ce sujet.

(Pour Cohn-Bendit la fixette "Tibet" équivaut à la fixette "Corée du Nord" chez Attali)
La campagne de diabolisation contre Mélenchon ne semble pas seulement avoir pour but de nuir au front de gauche. D'après Médiapart :
http://www.mediapart.fr/journal/france/200315/revenir-au-gouvernement-les-ecologistes-au-bord-de-la-scission

Il y aurait des conflits chez EELV car certains, dont en tête Emannuelle Cosse, aimeraient aller au gouvernement. Le PS d'ailleurs cherche aussi à rallier les "frondeurs". Et la raison invoquée par tous ces gens pour rallier le PS a un moment où il mène les pires politiques de droite de son règne, c'est Mélenchon, bien évidemment. Les membres d'EELV ne peuvent évidemment pas envisager une alliance avec le front de gauche, car ils sont européens, et Mélenchon serait "nationaliste".
Bien sûr on se demandera quelle mesure "nationaliste" serait défendue par Mélenchon ou le front de gauche, mais ce n'est pas grave.
L'important c'est d'avoir une excuse.
"C'est une des révélations du livre de deux journalistes du Monde, Ariane Chemin et Vanessa Schneider "

Quelle révélation? Il s'est déjà expliqué dans une émission politique (je crois que c'était sur BFM le dimanche) il y a bien un an ou deux déjà !
Extrait du livre en question :
Mélenchon a pris l’habitude de consulter son nouvel ami avant chaque décision stratégique. Buisson met avec plaisir sa science des sondages à son service. Il est de ceux qui l’encouragent à quitter le Parti socialiste en 2008.


Je mets en gras la phrase qui m'intéresse car j'ai vécu ces évènements, étant à l'époque moi aussi membre du PS et faisant partie justement de ces personnes qui exortaient Mélenchon à quitter le PS et à fonder le parti de gauche.

Mélenchon était attaché au PS, et on le comprend après avoir passé toute sa vie quasiment au PS, il ne pouvait se résoudre à l'abandonner aux Hollande, DSK, Valls, ou Royal ...

Il serait intéressant de questionner les deux journalistes sur ces fameux sondages dont il est question. Car qui dit science des sondages, suppose existence de sondages, en l'occurrence sur l'opportunité de quitter le parti socialiste pour Mélenchon ?

Mélenchon avait écrit un livre : "En quête de gauche" : http://livre.fnac.com/a1999824/Jean-Luc-Melenchon-En-quete-de-gauche
Où il faisait un bilan des évolutions de la gauche dans les différents pays européens, et où il observait les mutations des partis socialistes, soit en des partis qui remplaçaient carrément la droite comme au Royaume-uni avec Tony Blair, soit en des partis qui se coalisaient avec la droite, comme en Allemagne avec Shroeder, soit qui disaparaissaient pour se fondre en de nouveaux partis de centre droit, comme en Italie, et qui faisait écho en France avec la volonté de Ségolène Royale en tête, mais aussi de toute une partie du PS, de rompre ses alliances avec les autres partis de gauche ( parti communiste ) pour lui préférer des alliances avec les partis du centre comme le Modem de Bayrou.
Pour lui, si l'évolution du PS français était décalée avec le reste de l'Europe, c'était aussi le chemin qu'il prenait et était donc plutôt pessimiste sur l'avenir du PS.

C'est évidemment la création de Die Linke, en 2007, en Allemagne, qui fut catalyseur de l'idée de la création d'un parti à la gauche du PS pour faire lien entre les partis de gauche et les recentrer autour de programmes conformes aux valeurs que la gauche a toujours traditionnellement défendu, et ainsi rompre avec la lente dérive vers la droite initiée par le PS.

Bien évidemment, si cette idée séduisait de nombreuses personnes au PS qui restaient attachées à ces valeurs, franchir le pas était une autre histoire.
Il y avait évidemment l'attachement au PS, comme cité plus haut, mais aussi et je pense plus encore que l'attachement, la peur de se lancer dans une telle initiative et d'échouer, de se ridiculiser par exemple en se retrouvant tout seul. Il fallait la garantie que si une telle initiative était prise, de nombreuses personnes la soutiennent.
Et c'est évidemment la garantie offerte par le PCF d'une alliance et de la création du front de gauche qui a permis de désinhiber les gens, Mélenchon en tête.
La décision de rompre avec le PS était donc déjà très largement dans les esprits bien avant 2008, et notamment après la calamiteuse présidentielle de 2007, l'échec des collectifs unitaires ( qui ont montré la nécessité d'un nouveau parti pour faire lien entre ces composantes ) et les couleuvres qu'il a fallu avaler à cause de Ségolène Royale, puis ensuite à cause du traité de Lisbonne.

Mélenchon était donc poussé au cul par toute une partie de l'aile gauche du PS pour fonder ce parti, et bien évidemment incité par le PCF à prendre cette initiative. Voilà la réalité. Et prétendre que cela vient de conseils de Patrick Buisson est juste délirant, mais pas étonnant de la part de ces fanatiques aveugles du PS qui n'ont jamais ni écouté les raisons invoquées, ni cherché à comprendre réellement tous ces évènements, et encore moins à envisager leur propre responsabilité sur les chamboulements qui se déroulaient à gauche.

Dans une émission d'@si consacrée à l'évolution du parti socialiste, j'ai essayé d'expliquer pourquoi socialement le parti socialiste ne pouvait pas changer de ligne politique ( en gros le fait que les nouveaux adhérents adhéraient parce qu'ils partageaient les idées défendues par la ligne majoritaire, tandis que les autres, mis en minorité systématiquement, et non représentés, finissaient par quitter le PS ). On peut faire le bilan aujourd'hui ...

Mélenchon voulait donner une dernière chance au PS et tout le monde s'est donné corps et âme dans la candidature de Benoït Hamon pour essayer une ultime fois de faire changer la ligne du PS, mais les élections internes ont conforté les lignes droitières. Mélenchon a quitté le PS le lendemain du 1er tour.

Voilà la réalité.

Ces journalistes sont des menteuses. Leur but est de nuire, elles n'ont que faire de la vérité.
et oui miam miam !
Patrick Cohen s'est régalé ce matin sur France inter. A trois jours des élections il a trouvé tout à fait pertinent d'inviter les deux journalistes à venir étaler leurs grossières insinuations. Qu'y a-t-il en effet de commun entre JLM et l'extrême droite ? Rien.
Mais il faut faire croire le contraire à l'électeur, pour tenter de limiter la déroute du PS. Bien sûr Cohen dirait que pas du tout, c'est seulement parce que le livre vient de sortir,etc ... Ah oui ? Quelle coïncidence heureuse !

Pour comprendre comment Patrick Cohen conçoit le rôle du journaliste, il faut voir et revoir ce morceau d'anthologie :

http://www.medias-presse.info/frederic-taddei-face-a-linquisiteur-patrick-cohen/27811

On comprend pourquoi se succèdent aux matinales preque exclusivement les dirigeants de l'UMP, du PS ou les ministres, les chefs des très grandes entreprises. Tous les matins, j'allume mon poste de radio avec un espoir très faible d'entendre un invité intéressant.
Je suis dans le bâtiment et je travaille tous les jours avec des mecs "racistes", de tout sort ! Même des "racistes" de "gauche" abonné à Patrick Cohen ! Mais eux ils ne savent pas qu'ils le sont... D’ailleurs étrangement, c'est avec eux qu'il est le plus difficile de parler...

Pour autant, je dois bien bosser avec tous ces types ! Souvent derrière des raccourcis sur les banlieusard, les musulman ou les fonctionnaire ce trouve d'autre information très concrète et utile... Le raciste est pas juste raciste !

Pour que le chantier arrive à terme efficacement, dans une bonne entente et que tout le monde y trouve son compte faut collaboré et pouvoir parler, je pense que ca s'applique a l'état. Et deviné quoi, je me suis fait de bon potes ! Raciste peut être mais ça fait pas d'eux des monstres pour autans ! Dans la vie de tous les jours, tous ne tournent pas autour de ça.
Mélenchon a un pote frontiste, et ils se parlent malgré leur divergence totale d’opinion sur l'émigration ?

Impécab' ! Voila le retour des vrais débat


P.S:

S'il vous plais, soutené Labas si j'y suis ! le Bâtiment a besoin de pouvoir écouté une radio qui lui donne autre chose a bouffé que des petit roquet sur éxité et des mémères qui glousse. Ou encore des taré disant que les arabes font chié et que les charges sociales coûte trop chères !!!!

Saché que toutes les chroniques et les sujet qui passe au info le matin a la radio sur le chantier, font l'objet de débat qui peuvent duré de 20min a 2h voire toute une journée dans certain cas. Et que bloqué sur le chantié, les gars attendent patiemment de voté...
La réputation de Buisson est foutue.
Bizarre ces attaques pré-électorales...

Fait-il si peur que ça au Fauxcialistes ?

Le syndrome Podemos ou Syriza bientôt en France ?
C'est marrant, sur l'unique photo de Mitterrand avec Bousquet, elle a un long manche sa cuillère à Mitterrand, ou c'est moi?
Pour ma part, j'apprécie, voire plus, d'autres humains qui ne partagent pas mes opinions. Les échanges sont d'ailleurs plus enrichissants même s'ils sont moins confortables.
C'est bizarre, ce Mélanchon. On dirait qu'il privilégie à tout prix l'électro-encéphalogramme agité contre l'électro-encéphalogramme plat. Mieux vaut la vie au risque de l'erreur que la mort idéologique de ceux qui ont tout trouvé.
Je ne suis pas tellement surpris par cette "révélation", connaissant l'amitié qu'a Mélenchon pour Henri Guaino par exemple, ou la défense qu'il peut faire de gens comme Zemmour. Ça fait partie de sa propension à aimer débattre entre "républicains". Alors on me dira que pour Buisson et Zemmour la définition de "républicains" est large, mais oui, justement, c'est bien ça le problème, c'est bien ça qui fait qu'on peut parfaitement concevoir une pensée républicaine qui soit xénophobe, tant cela est vague et daté comme affiliation (vous savez, Jules Ferry, le colonialisme, tout ça..) et c'est aussi ça qui fait qu'une grande partie de l'extrême gauche ne peut pas se reconnaître en Mélenchon dans son côté "tribun de notre chère nation et de notre bonne vieille république" (qu'elle soit cinquième ou sixième).
Deux liens pour mieux cerner la personnalité de Patrick Buisson (le premier vers un article du blog d'un ex-@sien) :
http://guybirenbaum.com/20110506/le-livre-invisible-de-monsieur-buisson/
http://www.telerama.fr/idees/vichy-pirate,49311.php
Au-delà des inévitables règlements de compte PS/PG, PS/PS, PC/PG, PG/FG, etc. (la combinatoire, à gauche étant quand même un peu plus sophistiquée qu'à droite), et par-delà la stérile et inadéquate catégorisation rouge-brun, force est de reconnaître que JLM a de la gueule.
Et force est de reconnaître également que ses diatribes anti-système, ses rodomontades anti-journalistiques et ses invectives parfois blessantes, n'ont pas peu fait pour sa renommée: insupportable trublion prétentieux pour les uns ou magnifique pourfendeur d'injustices pour les autres, l'homme clive.
Jusqu'au débat ici même: Mélenchon buissonne-t-il?
Rappeler que, comme Cambadélis, aussi soupçonné de buissonner, il a été l'un des cadres de l'OCI lambertiste, et que Lambert a été un temps soupçonné d'entrisme dans le parti fasciste de Déat en 41* , serait tentant, mais inapproprié : contrairement à ce qu'affirment les "centristes", les extrèmes ne se rejoignent pas, mais, au contraire se repoussent.
A coup de barres de fer ou de battes de base-ball si besoin.
Alors quoi, Jean-Luc? Kestufou?
Ben Jean-Luc il est juste victime de son ego surdimensionné pour la petite cour de récréation de la 5ème république.
Jean-Luc il lui faudrait la Convention ou la Révolution d'Octobre.
La Révolution Permanente en permanence et Socialismo o Muerte au coin de la rue.
Bref, l'espace politique des démocrates lui est trop petit, lui que se rêve plus en Comandante Che Mélenchon qu'en député européen. Et faute d'avoir les hagiographes qu'il se pense mériter, il abreuve d'injures les journalistes syndiqués et les chroniqueurs patentés et pas tentés par sa Pensée.
Alors après, faut pas s'étonner que les syndiqués, forcément degôches, et les patentés toujours modérés, lui tombent sur le râble quand, au bar des marginaux ou au bistrot des exclus, il se laisse aller à boire un coup avec des malfaisants avérés qui lui flattent la personnalité et lui caressent l'ego dans le sens du poil qu'on lui devine fourni et lustré comme celui d'un éléphant de mer échoué sur les rivages troubles de Patagonie.
Bref, JLM se fourvoie, et pas qu'un peu, parce qu'il est mal aimé. Comme Claude François?
Voilà, c'est ça, comme Claude François.
Ce qui est dommage, c'est juste qu'il est vraiment pas con. Cultivé un peu, aussi, c'est vrai, mais surtout pas con.
Alors si Jean-Luc, de temps en temps, il s'abstenait de pleurer dans son verre avec la Marine à la buvette ou de se raconter les bagarres de rue du Front Pop avec Buisson, ça lui éviterait peut-être de retrouver au pilori.
Et plutôt que de rêver aux lendemains qui chantent avec les héros frelatés de la Révolution, il pourraient tout simplement croire aux lundis au soleil avec les zéros du populo fatigué.
Parce que le populo, pendant ce temps, il va justement voir du côté de la buvette à la Marine.
C'est vrai, quoi, merde, il y va bien lui, le Bolcho...

* soupçon infondé, probablement répandu par le PCF, toujours prompt à reprendre la théorie de l'hitléro-trotskisme chère au camarade Staline
Il ne s'agit pas d'une "révélation". Une vidéo a tourné sur le net il y a environ 2 ans, où l'on voyait Mélenchon avec un sourire radieux, à la remise de Légion d'honneur de Buisson, par N. Sarkozy. A l'époque, Mélenchon s'était mis très en colère pour répondre qu'en politique, on peut avoir de fidèles amis du bord opposé. Il n'y avait eu qu'une petite vaguelette dans les medias; apparemment, là, on a décidé de faire monter la mayonnaise...
le "caramba encore raté" est truculent... l'ami Quatremer , qui l'a remis à la mode- appréciera j'en suis sur....
D'ici peu l'Obs, L'express, Le Point, vont refaire une Couv sur les francs-maçons, je le sens....

Les loges sont des lieux où des gens de divers horizons se cooptent, s'initient, ... Et qui repartent, une fois la cape, le compas et le triangle rangés dans le casier, vers leurs activités.
Un peu comme des sportifs de deux équipes qui iraient, après une compétition, faire ensemble un after match.

M. Mélenchon a déjà avoué maintes fois son goût pour la loge, mais avec l'actu, M. Jean (Quatremer) risque de relancer l'alerte sut Twiter ou sur son blog...

Maintenant si M. Buisson a été le gourou de notre ashram politique parfois maçonnique,, avec son goût pour l'enregistreur, les ventes d'anxiolytiques risquent encore de grimper.

Mélenchon a dit partout qu'il était allé à la remise de la rosette nationale de M. Buisson, just for the fun et qu'il ne le connaissait pas... Finalement peut être qu'il fallait entendre "très peu".

Vivement qu'on invente le test de Pinocchio.

------------------------

Perso, je suis pris dans dilemme :
- est-que comme je l'avais claironné, je ne vote plus pour le PS et donc pas pour des candidats qui s'en réclament ?
ou
- est-que je vote pour des candidats locaux (de proximité du style maire du village d'à côté ou président d'une petite communauté de commune dans laquelle je suis) à une élection locale, cantonale ?
Rhâaaa qu'il y avait du beau monde au pince-fesses de Buisson, ex de l'OCI reconverti dans le social libéralisme le camarade premier secrétaire y était avec son carton d'invitation.

Sacré Cambadélis, mais bon le PS n'est qu'une formation anecdotique dans le paysage politique français, peut être même rose-brune, qui sait?
Décidément, c'est la fête à Mélenchon! Moi qui le pensais plutôt marginalisé, y compris parmi les siens, je vais recommencer à m'y intéresser, esprit de contradiction oblige. C'est comme ça que j'avais découvert Bourdieu: Mékeskizon tous, avec leur "Haro sur le Bourdieu", c'est qui ce mec?

Pour ce qui est des liaisons dangereuses, j'ai souvenir d'un petit étudiant militant de l'Action Française, faux (ou vrai?) aristocrate, qui me baisait la main cérémonieusement chaque fois qu'il me rencontrait. Heureusement pour lui et pour moi, il n'existait pas alors de sournois avec des téléphones portables pour immortaliser nos rencontres. Imaginez que je sois devenue ministre socialiste ou candidate de "Ensemble" et lui cadre du FN ou pire (yen a des pires, dont même le FN ne veut plus, qui se présentent dans mon coin de province). On n'aurait plus qu'à fraterniser de nouveau, mais cette fois dans l'opprobre.

Dire que je me souviens même pas de son nom!
De plus en plus pathétiques les chroniques de Daniel Scheidermann. Jusqu'à une période récente, ASI était pour moi une bouffée d'oxygène. J'appréciais la qualité des émissions, la finesse des analyses. Mais depuis quelques semaines, voire quelques mois (le 11 janvier, le départ de Laure Daussy???), certaines chroniques flirtent avec la mauvaise foi, le déni et l'attaque personnelle. Pour ma part, j'attends, ou plutôt j'attendais, autre chose d'ASI. Vous avez déformé les propos de Christine Angot dans sa chronique dans Libé (passé notamment sous silence son indignation face à la mansuétude du président du CRIF à l'égard de la présidente du FN: "le président du CRIF lui-même la trouve irréprochable. C'est parfait").
De même que vous passez sous silence les extraits, qui occupent pourtant l'essentiel du papier du Monde, du livre d'Ariane Chemin et de Vanessa Schneider concernant l'influence (le mot est faible) du gourou Buisson sur Sarkozy, lequel s'est trouvé à deux doigts de dénoncer les accords d'Evian, la connivence avec les plus hautes autorités ecclésiastiques, Martin Bouygues et la chaîne Histoire toute entière dédiée à la folie fasciste de Buisson et j'en passe…
Et, puis, quoi, parce que l'on est de gauche, parce que l'on a voté Front de gauche, soutenu la campagne de Mélenchon, que l'on partage sa ligne politique sur la course folle du libéralisme économique aussi dévoyé que décomplexé, les inégalités, le délitement des services publics, en un mot l'injustice sociale, il faudrait passer sous silence ses turpitudes. Non, non et non.
Le déni a coûté cher à la gauche de gauche. Très cher. Mais de cela, certains ont encore du mal à tirer les leçons et préfèrent s'enfermer dans un entre soi qui frôle la paranoïa. Continuons sur cette pente. OK. Parfait, comme l'écrit Christine Angot.
ça vaut bien une émission non?
Sur ce bouquin ou sur toutes les attaques récentes sur Mélenchon (poutiniste, anti-sémite et maintenant buissoniste)
Quel ébouriffant éloge de la "cohérence" de Sarkozy?
Tout le monde avait compris (enfin, c'est ce que je croyais) que Mélenchon voulait souligner le côté fuyant de Hollande : Sarkozy est de droite, il l'assume, alors que Hollande se dit de gauche et fait une politique de droite ("pire que Sarkozy"); on ne peut pas faire confiance à Hollande, qui ne croit pas à ce qu'il dit.
Quand comprendrez-vous que Mélenchon pense qu'il n'y a rien à sauver du PS? Contrairement à ce qu'essaie de faire croire la grande presse qui, pour en parler, dit "La Gauche"?
Belles manœuvres juste avant les élections départementales.
Valls fait des discours en disant que le FN, c'est le mal. C'est vrai, mais vues ses idées, je pense qu'il ment.
Petite attaque sournoise contre Mélenchon, qui d'après un bouquin de journalistes du Monde, aurait quelquefois parlé à un manoeuvrier très à droite et qui aurait tiré méchamment vers l'extrême-droite l'innocente droite qui est si gentille.

Une petite banderille vers l'extrême-droite, une autre sur l'extrême-gauche : après tout, même combat, les rouges-bruns.

Cétibabossa ?

Tous ces merveilleux votes qui vont accourir chez les socialos, et les sauver...
J'attends cela avec impatience. Dimanche soir, entre les merveilleuses lois Macron et les petites manipulations minables des partisans de Hollande, qu'ils prennent pour de la haute stratégie, ça va être merveilleux.

Mais je ne sais pas pourquoi, je sens que dimanche soir, ça va faire grise mine.
Ouaip.Dimanche soir on va commencer à mariner dans du jus de sentine.
Médiapart va organiser une spéciale élections départementales, je cite l'annonce, "Tout au long de la soirée, la rédaction de Mediapart échangera avec ses invités sur la poussée de l'extrême droite, la progression de la gauche radicale et les constructions d'alternatives. .../..."

Voilà, la messe est dite avant l'heure, les invités pressentis sont chargés d'apprendre leur texte par coeur d'ici dimanche. Moi, je prédis l'effondrement du fdg en guise de progression de la gauche radicale....
Ouais Daniel, sauf qu'on parle de Mélanchon quand même ! Pas d'un modéré qui se garde de mettre ses adversaires au piloris dès qu'il juge qu'ils se fourvoient.
C'est quoi déjà ? Qui a vécu par l'épée périra par...
Soyons clair, vous avez raison de vouloir ramener ça à de justes proportions et de mettre en garde contre les emballements médiatiques. Personnellement je n'arrêterai pas mon opinion avant d'avoir entendu les uns et les autres et de pouvoir prendre un minimum de recul. Mais avouez que c'est drôlement difficile, et que ça secoue bien quand même, non ?
Il est clair que cette polémique Mélenchon-Buisson doit bien arranger Sarkozy!
PS: Balkany a perdu son immunité parlementaire. Voilà une nouvelle formidable pour qui a envie que la justice passe aussi pour les magouilleurs ....
Il m'avait semblé que le premier sujet dans le livre c'était le mépris permanent de Buisson pour Sarkozy et les délicieux sobriquets dont il l'affublait. Incorrigible que je suis de me délecter de tout ce qui peut nuire au crétin redevenu omniprésent!
Je pensais naïvement que l'épisode Mélenchon n'était là que pour équilibrer les charges, genre "vous voyez on s'en prend aussi à un homme de gauche" même si les rapports entre le patron de Minute et celui du FDG n'avaient aucune incidence politique.
Mais je vois que je me trompe...on ne parle que de cette révélation et ça en dit long sur les" vedettes des médias."
Pourtant l'EX en prend sacrément pour son grade et il doit trouver que ça tombe mal .
Excusez-moi mais je pense que Bousquet est celui qui fait face à Danielle Mitterrand et qui est à la gauche de la femme blonde..
En outre, il est très vraisemblable que la photo soit prise durant les années 1970 vu comment ils sont habillés et vu leur apparence physique.

Mais peut être que je me trompe. En tout cas, la gueule de Bousquet, je suis presque sûre !

:-))))

Concernant Mélenchon, je pense qu'il s'agit d'un mauvais procès et d'une cabale politique.
Bonjour
Je pense que les grands médias de notre pays ont eu des relations avec le ministère de la propagande inspiré par Goebbles qui aimait bien dénigrer bassement ses adversaires.
J'ai déjà eu à dénoncer les agissements de cette Vanessa Schneider qui est visiblement en conflit d'intérêt du fait de ses relations privilégiées avec le président de la république, le fait qu'elle ait pu faire partie de ces journalistes bien choisis pour l'accompagner dans son entourage.
C'était suite à son édito ici :
http://www.rtl.fr/actu/politique/vanessa-schneider-melenchon-a-tout-faux-7776360572

Rappelons qu'à l'origine cette calomnie avec Buisson, vidéo à l'appui, avait été réalisée par la 1ère cocue de France, Trierweiller pendant la campagne présidentielle.
Évidemment que ce n'est pas ce genre d'accusation qui risque de ternir l'image de Mélenchon.

Ses idolâtres lui ont passé "Cuba n'est pas une dictature", le défendent bec et ongle quand il parle de Poutine, sont assez d'accord que les lithuaniens devraient aller se faire foutre, puisque bon, quand on est un militant on est discipliné et on contredit pas le chef, et bon le colonialisme c'est mal sauf quand c'est la Chine qui envahit le Tibet.

Coincer Mélenchon en dénonçant une proximité idéologique "rouge-brune" ? Daniel Schneidermann doit être à 1000 lieues de comprendre l'état d'esprit de suivistes des électeurs du Front de Gauche pour croire que ça pourrait en quelque manière que ce soit l'affaiblir. Au contraire.
Et ça continue, le dézingage en règle! Matinale FI, on parle plus de la complicité supposée Buisson-Mélenchon que de l'influence toxique de ce type sur Sarko. Amalgame des "Extrêmes" bien sûr, gauche et droite = la même chose. A vomir! Je n'en peux plus, au secours!
Ce matin dans sa première réaction, Jean-Luc Melenchon appelle Vanessa Schneider Vanessa Schnederman. Pas sympa pour Daniel et son papier de ce matin -;)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dans le genre amitiés impossibles, celle du Juif Lévinas et de l'antisémite Blanchot a atteint des sommets dans les années trente.
Il n'y a pas que le blog de 4mer qui est en travaux, himself n'a pas non plus l'electricité à tous les étages. Grand reporter à Bruxelles ça esquinte.
C’est mince mais avec son amitié pour Dassault, cela commence à bien faire, non ?
Ariane Chemin, la concierge de la politique, nous régale de ses derniers potins et commérages.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.