22
Commentaires

Médiateur : Yseult et ASI, histoire d'une erreur factuelle

La chanteuse Yseult n'avait pas apprécié un portrait du Monde, et le site Nylon avait publié sa propre version de l'entretien, agrémentée d'une sévère critique du quotidien. Mais notre propre article comportait une erreur factuelle majeure. Que s'est-il passé ?

Commentaires préférés des abonnés

Merci de cet exercice de transparence. Ce n’est pas un problème de faire de temps à autre une petite erreur. Il est en revanche primordial d’être capable de l’admettre.

Bravo, et continuez.

Désolé mais pour moi : 


"je suis une femme incroyable, obèse, qui s'aime et se déteste "


et


"En tout cas, ce que je suis, vous le voyez tous très bien, vous avez honte de le dire, vous voulez pas le dire, vous voulez pas le définir, bah moi je vous(...)

Franchement bravo pour votre introspection. ca prouve que vous êtes cohérent avec le niveau d'exigence que vous attendez le reste de temps de vos pairs :) Inspirant !!

Derniers commentaires

Bravo ASI pour votre éthique journalistique

On part  en étant à peu près certains que tous les faits avancés par Nylon étaient vrais. Le silence public, et la non-réaction à nos messages du Monde renforcent cette idée"

Le a peu près certain me fait tiquer. Tout journaliste ne devrait-il pas être sûr à 100% ‽ J’ai le sentiment que le "à peu près certain” ne transparaît pas dans l’article. C’est peut être cette volonté à tout prix de faire l’article. Cela introduit certainement un biais cognitif.

Bonjour, merci pour la précision. 


Je pense quand même qu'on avait compris, en lisant votre article initiale, que vous rapportiez les propos du journaliste de Nylon. Sinon, vous auriez écrit quelque chose comme "l'enregistrement, qu'@si a pu consulter...". Bref, c'était flou, et en plus faux, donc merci de le dire clairement (la journaliste du Monde était en droit de l'attendre de vous), mais je ne me sens pas floué, dans mon contrat de confiance, par la révélation de cette erreur. Ca me parait une maladresse de formulation, le fameux flou du style indirect libre. Un "selon le journaliste de Nylon" aurait été nécessaire certes, mais son absence ne ruine absolument pas la crédibilité de l'article.


Une petite remarque : médiateur et rédacteur en chef par interim ? Ce cumul me fait un peu tiquer. Mais vous n'êtes pas nombreux...

Faute avouée, faute à moitié pardonnée.

« Alors comme ça, Tony, tu nous as balancé aux poulets ?

— Pitié, Don Mascarpone ! Et puis... je vous ai tout avoué !

— Tu as raison, Tony. Sergio ? Avant de le balancer dans le port, tu ne couleras qu’un seul pied de Tony dans le béton. Faute avouée, tout ça... »


(Et sinon, bravo @si : ça, c'est de l'éthique journalistique !)

Je rejoins les autres commentaires, j'ai beaucoup apprécié cette correction. Merci à vous de prendre l'information avec tant de sérieux.

Ha vous êtes génia-ux-les :)

Comment dit-on ?


Pan sur le bec !

Indulgence pour Maurice, l'erreur est humaine et cette affaire ne casse pas trois pattes à un Bolloré ! 

Donc le problème des citations tronquées ne concernait que le titre ?

Franchement bravo pour votre introspection. ca prouve que vous êtes cohérent avec le niveau d'exigence que vous attendez le reste de temps de vos pairs :) Inspirant !!

Merci de ce soin à exposer clairement les choses sans les éluder.


La comparaison est édifiante avec les séquences de la soi-disant "médiatrice" de Radio-France, qui se résument immanquablement à affirmer "nous avons eu raison de faire ce choix et nous l'assumons", quel que soit le grief soulevé par les auditeurs.

Désolé mais pour moi : 


"je suis une femme incroyable, obèse, qui s'aime et se déteste "


et


"En tout cas, ce que je suis, vous le voyez tous très bien, vous avez honte de le dire, vous voulez pas le dire, vous voulez pas le définir, bah moi je vous le dis : j'suis une femme incroyable, talentueuse, en obésité massive, qui s’aime et qui se déteste"


sont deux phrases qui n'ont pas du tout le même sens. 


- La 1ère est assez plate comme si ça ne touchait pas la femme plus que ça. Ce qui prévaut c'est "femme incroyable". 


- Dans la 2e on voit que ça la travaille et que "se déteste" prend une part importante de sa vie (la 1ère partie du propos montre qu'elle pense beaucoup au regard des autres sur elles).


Donc je reste d'avis que la citation est fausse.

La police des polices des polices, mais une qui marche ! Bel exercice de mise en abyme, j'en ai presque le vertige ! Ne laissez pas Maurice trop longtemps au trou, on lui en veut pas, je suis sûr qu'un simple gage suffira.



Merci de cet exercice de transparence. Ce n’est pas un problème de faire de temps à autre une petite erreur. Il est en revanche primordial d’être capable de l’admettre.

Bravo, et continuez.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.