38
Commentaires

Médias, quand le vent tourne...

C'est aussi une affaire de musique.

Derniers commentaires

Et France2 qui truque son journal, vous en pensez quoi ?

Petites manipulations à France 2
Je n'ai pas pu entendre la première partie de l'interview de L Wauquiez mais j'ai écouté la partie un peu avant neuf heures, celle où divers intervenants interrogent l'invité.

Et ce qui m'a frappée cette fois-ci, même si c'était latent depuis la rentrée, c'est la guerre d'escarmouche qui se livre entre l'invité et les auditeurs. Demorand pose une question, et on le sent très agacé par la langue de sable de la réponse. Tout de suite derrière, des auditeurs attaquent sabre au clair. Le ministre répond en expliquant que ce qui est prétendu par les auditeurs n'est pas ou plus vrai . On passe à un autre auditeur qui envoie la salve suivante.
Et là, malgré tous les talents de Demorand, on reste sur notre faim. Qui dit la vérité ?

Et seconde question tout de suite après : cette modération doit être faite par les médias, et où sommes-nous ? Sur un média !

Gros blanc dans la tête !

Les journalistes de France Inter se servent des auditeurs pour envoyer la cavalerie, vague anonyme et réclamant l'anonymat, mais eux-mêmes ne sont pas dans leur rôle, c'est-à-dire donner l'information. Peut-être pensent-ils que cette guérilla va enfoncer les défenses de leur interlocuteur, et le forcer à répondre. Mais pour l'auditeur dans sa salle de bain, se pose dès lors une seule question : Qui a raison ou tort entre le ministre et les intervenants, nous n'en saurons rien. Comme on ne prête qu'aux riches, et qu'on sait qu'à l'UMP, on ment sans vergogne (ça a fini par devenir évident), je serais tentée de croire les auditeurs. Mais qui sont-ils ? Peut-être des manipulateurs.

Le seul qui détienne la légitimité pour nous aider à connaître la réalité, qui se présente comme lui-même, et a le statut correspondant, c'est le journaliste, et le média en général. Or, on le voit, la plupart des matins sur France Inter, ce rôle de médiation, il est battu en brèche.

Ce dilettantisme a servi à la propagande du pouvoir pendant très longtemps, tant que la situation n'était pas dans le rouge.

Maintenant il se retourne contre lui puisqu'il a perdu sa crédibilité. Quand on est sûr qu'un des deux argumenteurs ment, en général, on a tendance à croire l'autre, alors qu'il est possible qu'il mente tout autant. Mais nous ne savons pas.
Avez-vous lu l'intervention de Douillet et remarqué son "immensément petit " ?Langue de bois ornée d'un alliance de mots sans faire exprès...ça c'est fort. Sinon il défend le bouclier fiscal (évidemment) mais pas les paradis fiscaux ! Ils ne devraient pas le considérer comme un atout. .Il semble que son charisme soit resté au bord du tatami.
Le dernier avatar de la politique Sarkozyste , c'est justement cette affaire de l'EPAD.
Il a un besoin crucial de contrôler l'EPAD, cette "pompe à fric", pour les raisons que l'on devine (prochaines campagnes électorales à financer)...
Mais c'est par défaut qu'il donne l'EPAD à son fils Jean...A l'UMP, ses soutiens sont en train de se défiler...

C'est la crispation de l'autocrate en désamour des ses fidèles...En connaisseur, il craint la traitrise...
Il n'a plus personne à qui faire confiance, sorti du cercle des proches..

Cela commence à ressembler à une fin de règne...

Déjà?

Non, hélas...Le vent peut bien tourner, comme vous dites, car, comme nous le savons tous :" en face, il n'y a personne ! ", et nous aurons encore de longues années de "Sarkozysme"(s) devant nous...
Lefèbvre (je ne le comparerais pas aux petits Lus, les L.U. c'est bons, attention ne mangez pas trop gras ni trop sucré), Lefèbvre a peur de la presse alors que grosso modo elle ne dit rien, quand lui ne dit que des conneries. Peut-être qu'il a senti un début de soulèvement dans Lémédias.

Joffrin a râlé fort sur Inter hier soir au sujet du fichage, courageux, c'est normal qu'il fasse peur au paranos du gouvernement.
Comme disait un génie politique du XXe siècle, ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c'est le vent.

Je l'aime toujours autant, celle-là.
Hors sujet, mais ...
En commentaires de l'article "Accepter l'argent public", plusieurs intervenants (dont moi) interrogent le Webmaître sur la suppression de certains de leurs messages, alors même qu'ils n'étaient pas contraires à la charte du site (le mien comparait le logo du SPIIL avec l'ancien logo de SPIE-TRINDEL). Aucune réponse n'est à ce jour donnée. Et c'est assez désagréable...
Sachant que les émissions enregistrées sont diffusées sans montage (pour qu'il n'y ait pas de soupçon de manipulation), pourquoi ne pas indiquer clairement les messages supprimés? (nota : exemple chez Eolas "modéré par Troll detector")
Daniel quelque chose m'énerve particulièrement chaque fois que j'écoute un "joyeux drille" de notre gouvernement : bla bla bla pourquoi ? bla bla bla ; ou bien bla bla bla vous me direz que bla bla bla.......la demande et la réponse dans la même phrase et personne pour dire "mais ce n'est pas cela que je vous aurais demandé !"
C'est la preuve qu'ils sont tous clonés sur leur patron car il me semble qu'il cause ainsi lui aussi. J'en ai marre de tout ça, pourquoi subissons nous les bêtises des pauvres crédules qui ont installés ces nuls en haut lieu !!

Je sais vox populis vox dei (pas sûre de l'orthographe).
Bon, c’est DS lui-même qui relance sur l’amateur de gosses de 40 ans : qu’il ne vienne pas ensuite se plaindre, hein ;-)

C’est sûr que, parmi les girouettes, celle de l’Express est particulièrement bien huilée. Mais si ça se trouve, c’est maintenant qu’elle donne la bonne direction.
Car le vent qui l’a ainsi orientée, est-ce celui du mainstream culturo-médiatico-politique (je ne sache pas que Fottorino-BHL-Levaï-Joffrin-(Colombani etc aient changé d’avis sur leur ami Frédéric Saint-Sébastien percé de flèches (aïe, une métaphore sur une icône gay tendance SM) ?
Ou celui d’une opinion exaspérée qu’on continue à lui vendre l’idée qu’aux puissants tout est permis ? Et qu’en l’espèce on peut avoir pratiqué le tourisme sexuel et devenir ministre d’un gvt qui dit lutter contre ? D’un PR qui disait vouloir détruire le laxisme 68tard ?

C’est sûr que Jérôme Dupuis ne fait pas du livre de FM la même lecture que Judith. Qu’il focalise sur l’ambiguïté savamment entretenue du vocabulaire de l’auteur. Quant à la référence à Signes de Piste. Comme tout pensionnaire des curés de ma génération (ils n’étaient pas tous tripoteurs, je dis bien pas tous), j’ai été nourri à ces livres qu’ils mettaient à notre disposition. Et, naïf que j’étais, il m’a fallu arriver à l’âge adulte pour en saisir enfin la charge, heu... enfin, vous voyez : mâles amitiés passionnées, ados et préados court vêtus ou pas du tout souvent dessinés dans des étreintes de lutteurs (thaïlandais ?), des postures de pin-up ou de Suzanne (non, Suzon) au bain.
Je suis bouquiniste (vive la retraite). Je vois passer régulièrement ces livres, qui partent très vite. Est-ce à cause du revival tradi-catho, de l’indéniable qualité des dessins de Joubert (Gourlier lui étant carrément lascif) ou de la dite ambiguïté ? Va savoir…

Bine sûr que ça ne vaut pas preuve. Disons que, comme son « au-dessus de 14 ans c’est dégueulasse !» chez Ardisson, ça interroge.

Bon, je sens que le débat pédophilie-éphébophilie va repartir à donf !

Sur l’attitude de lémédias. Il faut relativiser (ce que se garde bien de faire Lefèvre pas Utile). La brise n’a fait tourner que quelques girouettes, disons, mineures en termes de lectorat (et pas toutes : Libé reste fidèle au FM, sans doute un souvenir du temps où ce papier militait pour la pédophilie, je vous renvoie à un terrible article du scrupuleux Chalandon exprimant un remords au nom – non, à la place – des responsables de la chose, voir Hockenghem, Henning, Hennion). Parce que les télés, aux JT bien plus diffusé que la presse papier, la rouille n’a pas bougé. Pas plus qu’Arlette Chabot ce matin chez Pascale Clark.

PS Pour le dessin d’Alix, vous auriez pu choisir ceux où on voit le jeune adulte (Alix) et le préado (Enak) en costume d’Adam : il y en a à la pelle. Bon, ils ne s’en roulent pas, c’est déjà ça.
Cela me rappelle un vieux truc, le génie du XXème siècle, opportuniste, c'était pas un député du Haut-Doubs ? Je ne parviens plus à retrouver son nom, pourtant il était terriblement populaire, à l'époque, oublié, la girouette, non ça y est, c'était Edgar Faure, la risée des chaumières, l'ouverture à l'époque, ça faisait rire aux dépens de la girouette.

http://anthropia.blogg.org
Pour la musique, on est passé de la trompette (bouchée, certes) à l'hélicon... comme dans la chanson de Bobby Lapointe ("Mon fils... etc").
Je ne sais pas qui a parlé le premier des girouettes et du vent, mais Clemenceau a employé la formule... au temps où Sarrien ("ça? rien!") était le gouvernement.
Les media font donc si peur au gouvernement tout d'un coup, qu'ils soient devenus "les ennemis" désignés par le petit L.U. (Lefèbvre Utile) ?
Ou le gouvernement a-t-il mal préparé le virage social de la "crise", tout occupé qu'il était à satisfaire ses amis ?
Le texte peut prêter à confusion, mais tout de même : le Prince Eric n'a jamais été une BD... ;)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.