27
Commentaires

Mater Dolorosa

Derniers commentaires

La non-délivrance d'Ingrid Betancourt est assourdissante .
Les 4 otages libèrés hier ont dit quel calvaire ses tortionnaires font subir à Ingrid Bétancourt .

Les " farc" sont des gros porcs qui n'ont plus rien à voir depuis longtemps avec une quelconque révolution .

Ingrid , nous sommes près de toi .
Cher Alain ,

je suis venue m'assoir près d' Ingrid Betancourt , oser une main sur ses mains ,
..........et me taire ,
étouffée de colère
On dirait que la video a été visionnée sur un ordinateur, puis on a filmé l'écran. C'est une technique bien connue pour rendre l'image plus "clandestine".
Il n'y a pas le son sur la vidéo....
Louis de L. : « Les images ont été retransmises sans la bande sonore. » Dixit Le Monde.
bonjour,
un détail technique, pas de son sur la 1ère vidéo. C'est normal?
LdL
Ce premier article d'Alain Korkos enfonce un peu des portes ouvertes... le commentaire d'Eol est bien plus éclairant.
Pierre-Yves R. : Commentaire intéressant, mais pourquoi ne pas écrire "aparté" au lieu de "apparté" ?
Article intéressant, mais je vais me permettre un petit apparté : pourquoi ne pas dire 'web', ou même 'internet', comme tout le monde ? On ne va pas se mettre à écrire phonétique sur asi, 'ouèb' c'est pas agréable à lire, c'est pas un skyblog ;) . Si vous n'aimez les anglicismes, alors dites 'la toile', 'le réseau des réseaux'. Mais pas oueb, c'est pas classe du tout.

C'était mon premier ralouillou en tant qu'utilisateur d'ASI. Ceci étant, ce fut un plaisir de vous lire, continuez.
La famille interviewée sur différentes chaînes, indique qu'elle perçoit Ingrid dans la vidéo, comme une femme qui continue de se battre et qui maîtrise pleinement l'image qu'elle fait passer au média à travers la vidéo des FARC.

Ce point de vue n'est il pas un moyen de se rassurer pour la famille ?
Ingrid B. n'est elle pas obligée par le caméraman, ou par les FARC de baisser les yeux ?
Ou en tant que personnalité politique, même otage elle maîtrise encore pleinement son image ?

L'origine non pas de la video mais de la photo peut-elle nous éclairer ?
1) La photo n'est pas extraite d'une video. Il y a sur la video une ombre environ à 60°, ce qui laisse à penser que la vidéo est prise soit en fin de matinée, soit en début d'après midi, soit que la couverture végétale est très épaisse, et que l'inclinaison de l'ombre est liée, à une percée de lumière. (angle visible avec la casquette et le visage du guérrero).
La photo au contraire a une lumière complètement uni sur le visage de madame Bétancour, contrairement à la video où une ombre se déssine nettement sur la moitié du visage.
L'arrière plan est plus sombre, le premier plan très clair. La photo a été très clairement faite au flash. Par ailleurs, elle a été éclaircie et recontrastée (peut-être par le quotidien) et le personnage se détache mieux sur le fond.


2) La photo est prise en même temps que la vidéo.
C'est la même jungle en fond, même expression et pose.
Le photographe se situait à droite du cameraman. On peut voir cette position à partir des différences d'angles de point de vue de la table.

3) le photographe est-il un guériero ou un journaliste ?
L'image est assez composée, on retrouve les 1/3, 2/3, pour le visage d'Ingrid,
le regard part vers la gauche, et le bas, le passé, et le négatif,
le regard est vers le sol = "je n'ai pas le droit de vous regarder", ou "je n'ai plus la force de me battre"
Le mobilier est simple, quand même travaillé en froissartage avec une dos en table, (1 jours pour les installations pour une personne), fait uniquement de végétaux. C'est un lieu provisoire, démontable, mais qui dure...
Une tenue propre sans tache, sans transpiration, étonnant pour de la jungle humide et boueuse. Possible.
Un verre, ou plutot un bol et deux baguettes, symbolique ? "dernier repas" ou "je suis bien nourrie", ou "on la nourrit correctement"

Il semble donc qu'il s'agisse d'un acte de communication, mais plus mis en scène par les FARC que par Ingrid Bétancourt.
Le film est amateur, la photo aussi. L'appareil est également amateur. Il ne peut donc s'agir de la photo d'un journaliste de presse.
La symbolique y en a t il une ? orchestré par les FARC ... il ne cherche pas à faire dans la subtilité.
Maîtrise de l'image par ingrid Bétancourt, plutot une lassitude de tant d'année de captivité.

en tappant sur Google :
"Farc"
"ingrid bétancourt"
"ingrid bétancourt otage"
"ingrid bétancourt jungle"
après une dizaine de page on ne trouve pas la photo,
Une des photos, les plus répendues, est le regard fixe apaisé et souriant, avec une main contre la tête.

"ingrid bétancourt otage" (il faut attendre la page page 4)
http://www.lessentiel.lu/afp/images/1/1/9/1197268885811-1-0.jpg (on trouve la photo en meilleur qualité)

Le contraste est frappant entre les 2 photos, et leur diffusion aussi. (Sans aucun jugement de ma part) Alors, il ne faut perdre espoir, ... et garder une image optimiste et vivante d'Ingrid.
Les média ne nous ont pas dis comment ils ont eu ces photos, ni expliqué comment les FARC communiquent.

Car après tout, eux aussi communiquent ! Ils ont certainement eux aussi des "chargés de communication"...
De la à dire que les images troubles, avec la caméra sur l'épaule donne plus de réalisme...
La réalité dépasse parfois la fiction, et les thèses de mise en scène de la part des FARC ou message subliminaux des otage.
Merci d'avoir intégrer @si M. KORKOS - Votre boîte à image est un vrai régal.
Quel plaisir de retrouver Alain Korkos sur le site dASI. L'analyse des images est toujours pertinente, savante mais sans prétention, ce qui la met à la portée de tous. ASI a su choisir un maître en la matière. Puisse l'aventure perdurer ! C'est un souffle d'air frais dans le paysage "idiot-visuel" d'aujourd'hui...
Enfin un media qui se pose des questions sur l'image d'Ingrid Bétancourt par les "autres medias" ! Le problème, ce sont "tous" les otages retenus par les FARC et il est très mal pensant de dire que cette utilisation de la personne de Mme Bétancourt est abusive. Moi, cela m'agace car on parle surtout d'elle et très peu des autres otages. Et quand un otage doit être libéré, il s'agit encore de "l'assistante" d'Ingrid. Non, il s'agit d'une femme prise en otage. Posons-nous la question. Parlerions-nous autant des otages des FARC si la famille d'Ingrid n'était pas française ? Je peux comprendre bien sûr qu'elle peut être prise comme un emblème mais en faire une mater dolorosa...
Voilà petit billet d'humeur quant à ce matraquage médiatique, surexposé par notre président excité et toujours à l'affut d'un coup de pub.
Bon succès pour ce nouveau site et continuez à nous donner des infos un peu dérangeantes, pas trop bien pensantes. Cela fait du bien !
Ouais, ben si ouinon il vient faire son geek, y a pas d'raison que je ne le fasse pas aussi... Et puis comme ça, ton nouveau boss se rendra compte des milliers (??) de visiteurs que la Boite (toujours en activité, y avait encore un billet aujourd'hui) leur amène ! Et bravo pour cette nouvelle aventure :-)
Cher Alain je ne vous connaissais pas.
Et pour la première fois je vous lis et je suis ravis... Vraiment.
C'est tout à fait le genre de rapprochement que l'on ressent inconsciemment, et c'est bien de le révéler avec un vrai sens de la comparaison.
Je vais donc vous lire et vous surveiller de près. Bienvenue sur @si !
Comment Le Monde s'est-il procuré la photo si elle n'est pas extraite de la vidéo ? Par ailleurs, est-il normal que la vidéo incluse sur le site d'asi soit muette ? (ma carte son va très bien, merci).
En tous cas, une très bonne année à asi (et donc à ses abonnés).
Trinorga
Je ne vous connaissais pas. J'ai adoré votre premier article de ASI.
Merci
Voilà de la belle ouvrage, Alain Korkos.

Je suis très contente de vous trouver sur ASI, c'est un vrai plaisir.
Heu, juste pour être l'un des premiers à utiliser le forum (on est geek ou on l'est pas !)
… et pour adresser tous mes encouragement à ce nouveau site, plus particulièrement à Alain que je suivais sur sa boiboite. Content retrouver ici l'esprit de la boîte à images.

Christophe / Ouinon
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.