33
Commentaires

Martinez chez Nuitdebout, la révolution est dans les détails

A part ça, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez était finalement, hier soir, à Nuit Debout

Derniers commentaires

Désolé, Monsieur Schneidermann, mais de la violence il faut aussi parler. Ce n'est pas un épiphénomène qui serait le fait de quelques dizaines de casseurs bien organisés ( explication de tous les grands médias et évidemment du gouvernement ). Elle est désormais la seule riposte que le gang socialiste qui est au pouvoir puisse opposer au mouvement social qui risque de le couler définitivement.
J'ai 75 ans et j'ai participé à de nombreuses manifs mais, quand la droite était au pouvoir, les flics étaient tenus à distance, dans les rues adjacentes à celle du défilé. D'où des heurts limités le plus souvent au moment de la dispersion des manifs. Or, hier, les flics sont venus chercher les manifestants au coeur de la manif, n'hésitant pas à la scinder. (Et des jeunes manifestants casseurs, les flics en fabriquent eux mêmes, en allant attaquer violemment les lycéens qui bloquent les lycées . D'où leur esprit de revanche ).
Que les journalistes honnêtes fassent leur boulot, Monsieur Schneidermann, qu'ils observent avec attention ce qui se passe dans les manifs, afin de dénoncer un pouvoir aux abois qui met en place ce qu'il faut bien appeler une nouvelle stratégie de tension.
et alors Daniel, un constat, pas d'analyse ? Pourquoi Mediapart choisie cette angle,c'est intéressant, mais vous avez demandé ? Ou votre post ne sert qu'a parler de ça (parce qu'il le faut vu vos abonnés) et surtout pas a nous éclairer sur qq chose.
J'ai écouté le discours du gars, en gros il dit , il nous faut des micro pour convaincre, et derrière les micros , il vois plutôt des #nuitdebout que des syndicalistes ? Donc pas gagner, comme a chaque fois quand les syndicats doivent défendre la collectivité, ils préfèrent nous défendre dans nos face a face avec nos employeurs plutôt que face au gouvernement, qui leur donne la thune .
Ici France Info, la France conservatrice pro-réforme parle à la la France conservatrice pro-réforme

Et de nous donner en menus détails les chiffres et les évènements d'hier

D'abord, les chiffres des interpellations Hundertvierundzwanzig pour les auditeurs d'Arte

Ensuite le chiffre des blessés parmi les CRS, Two pour les auditeurs de la BBC, et quelques-uns pour les manifestants

Ensuite le ministre se rend à l'hôpital au chevet du CRS gravement blessé mais ne va pas à celui des manifestants qui contrairement aux CRS portaient une cagoule tandis que les CRS étaient habillés en tortue ninja avec tout le barda de guerre (précision pour les auditeurs d'Arte et de la BBC qui ne savent à quoi ressemble un CRS)

Résultat : un gros plan sur la division qui scinde le mouvement Nuit Debout, à côté les tristes évènements du Pérou ne sont qu'une légère secousse tellurique

Résultat : Philippe Goujon, député-maire Les "ré-publicains" du 15e arrondissement de Paris, demande au gouvernement d'interdire le mouvement Nuit debout.

Résultat : Évacuation de l'Odéon par les CRS

L'opération "Coucher la Nuit debout" commence

Les conservateurs pro-réforme ont peur car ils ne voient rien faiblir alors qu'ils avaient joué l'usure et la dissension des classes
Et Pof en plus ce matin, sondage France Info "La lutte des classes reste une réalité pour deux tiers des Français"

Autre nouvelle du front des conservateurs pro-réforme (aile extrême droite) : pas de défilé pour Ste Jeanne d'Arc. C'est que le parti de la fille de Lepen craindrait d'être la cible de ISIS comme si les barbares pouvaient se faire des fleurs entre eux
"l'institution émergente (l'AG de Nuitdebout). "

Institution, c'est une blague ?
Manon et Elsa président !
Comme il était malin le grand capital d'exploser les grosses usines en une mosaïque de PME et de sous traitants, de précariser même les CDI (restructuration oblige), d'entretenir la peur : il n'y a plus que les fonctionnaires et assimilés à être assez forts pour oser se syndiquer et risquer la contestation ! et ils signent ainsi leur arrêt de mort à terme.
On peut aussi voir une autre hiérarchie dans l'article de Mediapart qui cite "Ruffin et les initiateurs de la Nuit debout" à la 4ème ligne,
par ailleurs le nom de Martinez est le premier mot de l'article.

Sur le fond on pourrait vous prendre au mot et ajouter que la révolution de velours syndicale est aussi dans les détails ; le refus de la hiérarchie centralisée des syndicats n'est-ce pas aussi ce que permet la loi El Khomri en rapprochant la négociation du niveau de l'entreprise ? et que finalement refusent certaines grosses centrales syndicales ?
Je pose la question sans avoir de réponse, étant partagé entre les points de vue de CFDT et UNSA (divergents) sur ce point.
Aujourd'hui je ne vais pas voter pour Anne-Sophie Jacques puisque je vote pour vous.
Merci.
Papier très intéressant ! C'est une excellente analyse des médias, notamment sur la façon dont Mediapart arrive à "s'attacher" au mouvement et à l'analyser en restant proche de ses codes. A l'opposé du Monde qui bien que suivant le mouvement de près ne peut complètement se défaire de ses schèmes de pensée.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.