230
Commentaires

Mariages gris, noires insultes, blanche nausée

Derniers commentaires

http://www.dailymotion.com/video/xbh0a0_la-lettre-sans-papier_news
Le Monde daté du 9 décembre 2009 (page 20, en face du texte ridicule de l'homme aux talonnettes qui n'a pas hésité à s'inviter alors qu'il est à sa place bien davantage dans "Gala", "Voici", "Closer" et autres torche-balles...

***
Bonjour Judith,

Merci de mettre des mots clairs et précis sur ce climat actuel.

Française d'origine maghrébine je me sens violée à chaque fois que j'entends parler d'identité nationale.

C'est pourquoi la nausée et l'envie de gerber me viennent souvent.

Bravo.
Si je comprends bien, un mariage sincère, qui fonctionne bien, c'est un "mariage noir" ???
Elle veut rien dire cette expression, c'est puant...
Pffff..............................

et Eric Besson qui ose dire encore (dimanche dernier, rien de moins) qu'il est et qu'il se sent de gauche... ?
A ce tarif-là, moi je suis plus de gauche, rien à voir avec cet homme-là.
Bravo Judith
j'ai vraiment apprécié cet article.

Combien de gens se sont mariés et se marieront pour ne pas se mésallier, pour faire un "beau mariage" ?
Combien de mariages de raison ?

Que Besson et son staff arrêtent par pitié...
Par Stéphane Guillon
http://www.dailymotion.com/video/xb9m6q_le-mariage-gris-deric-besson_fun
Sur le même sujet, le reportage (et la présentation de Pujadas) du journal de 20h de France 2 m'a fait ajouter une généreuse contribution au flot de dégobillage commun. D'ailleurs, ce serait peut-être un bon exercice d'arrêt sur images que d'analyser l'immonde paquet de saloperie qu'il a livré dans les chaumières -je savais bien qu'il ne fallait plus que je regarde les journaux télévisés, je le savais, pourquoi ai-je allumé ma télé.

Ainsi le sémillant Pujadas introduit-il la problématique (j'ai pris des notes, mais le reportage est encore disponible sur le site de France 2) :
"On connaissait les mariages blancs, le gouvernement veut maintenant lutter contre les mariages gris. De quoi s'agit-il ? Des unions où l'un des deux conjoints est abusé par l'autre parce qu'il veut obtenir la nationalité française.
Une réalité indéniable, mais difficile à cerner."

Et hop, après cette belle introduction qui dit en une phrase tout et son contraire pour n'en faire ressortir que l'idée d'une "réalité indéniable", ni une ni deux, on plonge dans le croustillant reportage censé illustrer ladite "réalité indéniable", avec son lot d'images qui pèsent et de mots qui choquent.
Pas plus de précision sur ce "difficile à cerner", et de toute façon, la suite démontre que rien n'est difficile à cerner, sauf le moyen de lutter contre cette "indéniable" réalité...

Vient directement la plongée dans les malheurs de trois personnes, chacune étant qualifiée, en sous-titre de son nom, de "victime d'un mariage gris" (encore un mot anodin, victime, hein...). Ainsi, Unetelle, blanche et blonde, a été larguée par son mari, brun et bronzé (et jeune, bien plus jeune qu'elle d'après ce qu'on entend et voit). Voici comment on nous la présente : "Son mari, un beau jeune homme tunisien. Elle le rencontre en juillet 2004 pendant ses vacances à Djerba". "Très vite, il lui tient le discours de l'amoureux passionné" jusqu'au mariage (en 2006), puis pendant an après le mariage, "tout juste la durée minimale pour que les autorités françaises lui délivrent à lui, comme à tout autre Tunisien ou Algérien, un titre de séjour de dix ans". Et depuis, tout change : il se barre à quelques jours de Noël, et la laisse seule avec ses enfants (c'est plus dramatique, on se croirait dans du Delarue), et demande à ce qu'elle demande le divorce. Unetelle conclut, digne : "il m'a très très bien manipulée".

"Ils seraient des milliers à être victimes de ce qu'on appelle les mariages gris", reprend le journaliste : l'emploi du conditionnel dispense de toute vérification : quelles sont les sources du journaliste ? On s'en fout : il emploie le conditionnel ! Que ce soit vrai ou faux, il a raison. Mais le mot est lâché comme une information : des milliers. Et le terme de "mariages gris", employé par "on", est repris sans distance, mais ça n'est pas nouveau.

Suivent deux autres "témoignages" : un homme quitté par sa femme "marocaine" après 22 mois de mariage alors qu'il lui avait acheté deux maisons au Maroc (!). Pourquoi cette précision ? Le journaliste juge-t-il l'étrangère plus maléfique encore face à ces cadeaux bien assez somptueux pour acheter son attachement à vie ? Ou veut-il convaincre de la gentillesse et de la naïveté de cet homme face à celle qu'il présente comme une manipulatrice ? Attaché à la déontologie et à la rigueur de sa mission d'information équilibrée et dépassionnée, il ose tout de même un très téméraire "Vous l'aimez encore aujourd'hui ?".

Un autre enfin, est présenté comme ayant été "accusé abusivement de violences conjugales" sans fournir plus de détails sur cette accusation et sur cet "abusivement" ; puis ajoute encore une information chiffrée non sourcée : "c'est le cas dans deux dossiers [dossiers de quoi ? on ne le sait pas] sur trois dans les mariages gris", parce que, voyez-vous, c'est plus facile de garder le titre de séjour (il est même "souvent" renouvelé) après avoir porté plainte (ou après avoir démontré, on ne le saura pas plus) pour violence conjugale. On retrouve l'idée-cliché que les victimes sont en fait les coupables. La victime ajoute une curieuse lapalissade : "mon épouse […] qui, je le répète haut et clair, est rentrée sur le territoire français dans un but migratoire".

Alors, loin de moi la volonté d'affirmer que ces gens (les témoins) mentent. Mais :
- Leur témoignage seul est pris en compte ; on ne va pas demander sa version des faits au conjoint parti, et les "faits" indiqués ne sont étayés par aucune preuve. Or, des gens blessés par quelqu'un qui les a quittés ne sont pas forcément les mieux placés ni les plus objectifs pour en parler. L'explication de la duplicité et du mensonge au départ est aussi plus facile pour s'exonérer de toutes les fautes. Tout de même, c'est pas exceptionnel qu'une personne larguée diabolise après la rupture celui ou celle qu'elle a aimé !
- Quelques cas ne font de toute façon pas une généralité, et aucun chiffre sérieux n'est donné sur le phénomène : que des affirmations vagues et non sourcées.
- Le reportage est une charge à sens unique, qui reste tout le temps vague et cherche à toucher l'émotion bien plus que la raison ; il porte l'accusation de l'échec du mariage sur une préméditation de la part de la personne étrangère en excluant a priori toutes les autres raisons possibles. En plus, il met en valeur des cas qui accentuent les clichés sur les étrangers (voir le premier, un régal).
- Enfin, une chose m'intéresse : comment le journaliste est-il entré en contact avec ces "victimes de mariages gris" ? S'est-il renseigné ou a-t-il pris leur témoignage brut ? Rien dans le reportage ne montre qu'il a enquêté sur ces faits, ces personnes et leurs affirmations.

La coupe commence sérieusement à déborder lorsque les grandes eaux sont lâchées dans la conclusion du reportage, véritable festival de remarques mesquines et ignobles.

La voix du journaliste reprend en effet : "Se marier pour obtenir des papiers, en principe c'est puni par la loi […] mais il faut d'abord obtenir l'annulation du mariage. Pour ça il faut des preuves, et ces preuves-là sont bien difficiles à établir".
Alors que cette partie aurait pu être l'occasion de s'interroger sur la pertinence d'une loi, la seule conclusion que les Tintin de France 2 retirent du fait qu'il est difficile d'annuler un mariage pour cause de duplicité (il faut prouver l'intention au départ), c'est pour démontrer que les étrangers-manipulateurs s'en tirent à bon compte...
Dernière phrase, cerise sur le gâteau : "les mariages gris restent donc dans les faits impunis. seule issue, le divorce ; avec, triste ironie de l'histoire pour la victime, bien souvent, des pensions alimentaires à payer"

N'en rajoutez plus, la coupe est pleine.

Donc un reportage complètement dans la ligne de Besson, sans contradiction, sans argumentation sérieuse non plus. Les critiques contre cette initiative du sinistre seront égrenées rapidement par un Pujadas distrait, en moins d'une minute.

Reportage suivant : il faut sauver le thon rouge.

Bravo, le journalisme a fait un pas de géant ce soir.
La xénophobie est aujourd'hui étalée avec fierté dans les "informations" de France 2. Le concept de mariage gris a ceci de profondément ignoble qu'il reprend le cliché de l'étranger hypocrite, mesquin, et entrant par effraction en France, en manipulant les honnêtes gens ; il reprend aussi celui de l'hypersexualisation de l'étranger qui séduit pour arriver à ses fins. Et France 2 se fait l'écho zélé de cette propagande raciste.
Ca serait bien que @si relaye un peu la lutte des sans papiers en grève (5000 à l'heure actuelle!). Certes votre rôle c'est de décrypter les médias mais justement il me semble que très peu de médias en parle et donc ça serait bien que @si regarde ce qui se dit (pas) dans les médias sur cette grève. Décrypter ce dont parle les médias c'est bien, mais il ne faut pas oublier de décrypter ce dont ils ne parlent pas, autrement dit la sélection de l'information.
Méchante Judith, vous allez faire de la peine à notre félon préféré, celui que nous adorons tellement hâïr.

Si cette merveilleuse et généreuse personne qu'est Besson se préoccupe tellement de ce type de mariage, les mariages mixtes, c'est que lui-même est le fruit d'amours métisses entre une mère d'origine libanaise et un militaire français dans cette lointaine (dans le temps et dans l'espace) contrée coloniale qu'était le Maroc (source Wikipédia, je décline toute responsabilité, et je ne vous mettrai pas le lien, je ne suis pas son attachée de presse).

Nous ne sommes pas dans le secret de son âme, mais sans doute a-t-il secrètement souffert dans son foyer d'enfance, à tort ou à raison, de cette suspicion. C'est pourquoi son visage et ses cheveux ont pris avec le temps cette teinte grisâtre que nous lui connaissons, et le pauvre, en se rasant devant son miroir, sans doute pense-t-il à sa triste situation de rejeton d'un tel soupçon.
Loin de se demander, comme n'importe quel sarkozyste sain d'esprit : "Quand deviendrai-je calife à la place du calife ?", il traîne ses regrets et sa souffrance de ne pas être comme les autres..... Et il se venge sur les plus petits que lui.... Mais que voulez-vous, il est obligé...

Contrairement à vous, Judith, j'ai la larme à l'oeil en pensant à lui.
Vraiment, vous êtes sans coeur.....
(Soupir)
Sarkozy rêve de passer à la postérité, tel Napoléon ou César.
Eric Besson est plus modeste : Ganelon lui suffit.
Vous avez raison, Judith : ras le bol.

On pourrait passer une semaine sans parler "immigration", "Noirs, "Arabes", "musulmans" ? On pourrait ramener les problèmes de la France à autre chose qu'à ça ? On pourrait proposer des lectures économiques et sociales du monde ? C'est possible ? Ou Monsieur Besson a dit que non ?

Je suis fatigué. Très.
" Les racistes, dans un gouvernement, quand il y en a un, ça va, c'est quand il y a en beaucoup que cela pose des problèmes! "

Les propos du candidat Sarkozy ( polygamie, excision, mouton dans la baignoire...) m'avaient fait pleurer du vomi!
Les récents propos de Mrs Hortefeux et Besson m'ont fait vomir du caca!
Et le ton de cette chronique m'a fait chier, des larmes!

Beaucoup d'actes, de propos me révoltent, me font sortir de mes gonds, me font "péter les plombs", mais empiriquement, je ne connais rien de plus gerbant, nauséabond ou à dégueuler qu' ujavascript:editor_tools_handle_superscript()ne grosse biture, à part peut-être une séance de chimiothérapie...
Article navrant d'une personne certes érudite mais un peu trop sûre d'elle. L'expression "mariage gris" existe depuis quelques temps déjà et Eric Besson n'en est en rien l'auteur. Il s'agit, par ailleurs, d'une réalité en France et ailleurs, dénoncée par certaines associations qui ne sont absolument pas médiatisées dans notre pays.

S'en prendre aux victimes des mariages gris au nom de la sacro-sainte pureté du migrant est tout bonnement scandaleux. Le problème du gauchisme (car voici bien un article qui penche de ce côté là), c'est qu'il tombe inévitablement dans une forme de puritanisme absurde. Evoquer la question des mariages gris ne revient absolument pas à condamner l'immigration ou les immigrés. Comme dénoncer les fraudes au RMI ne revient pas à attaquer les rmistes, etc... On se fiche des (eventuelles) pensées électoralistes de Mr Besson. Le mariage gris est un sujet qui, personnellement, m'intéresse, et pourtant je ne suis pas électeur du Front National, loin de là. Au fond, vous êtes esclave des racistes, ils vous empêchent de penser.

Il n'est absolument pas xénophobe d'évoquer la question des mariages gris, le "mal" n'est pas réservé aux français "de souche" ou aux blancs, je ne vois vraiment pas en quoi il est dérangeant d'évoquer les mauvaises actions de certains migrants, aussi désuettes soient-elles par ailleurs. Car en réalité, le vrai problème, c'est que la question du mariage gris n'a pas forcément sa place en politique: on imagine mal, en effet, quelle action de l'Etat pourrait être efficace contre ce qui reste une simple "aranaque aux sentiments".
La lutte contre le mariage gris, c'est aussi un cran de plus dans le contrôle des mariages binationaux. On peut déjà trouver de nombreux de témoignages des humiliations qu'on impose à certains pour prouver que leur mariage n'est pas blanc : et bien ce n'est pas suffisant, semble-t-il donc, et ils devraient également prouver que leur mariage n'est pas gris. Le fonctionnaire en charge du contrôle devrait donc suffisamment s'immiscer dans la vie du couple pour détecter un mensonge que le conjoint lui-même n'aurait pas su identifié ?
Un grand bravo et un énorme merci !

Message d'un taiseux anonyme qui ne fait du bruit que dans sa salle de bain (pour ne pas réveiller la maisonnée), le matin, en écoutant à la radio les invités de Demorand...
Je trouve que cette déclaration flamboyante d'indignation entretient de dangereux amalgames. Elle présente une grossière surinterprétation de l'expression assez répandue chez les experts de l'immigration de "mariages gris" (par opposition aux simples "mariages blancs"). La politique du gouvernement en matière d'immigration n'a rien d'exceptionnel ni de raciste : rappelons que le nombre de reconduites à la frontière par la France est tout à fait comparable à celui de nos voisins. En mélangeant sciemment des réflexions sur la lutte contre l'immigration illégale, la lutte contre les mariages frauduleux et un fait divers symptomatique du racisme ordinaire, Judith Bernard se laisse aller à l'amalgame. Il serait temps de cesser de taxer systématiquement la dénonciation de l'immigration illégale de racisme, racialisme, culturalisme ou je ne sais quelle invention de l'élite intellectuelle. Le racisme est un phénomène trop grave pour que son sens soit à ce point détourné à des fins partisanes. Quel rapport y a-t-il entre la présomption de racisme pesant sur un CRS et la politique du gouvernement? Aucun. La France se doit de contrôler ses frontières et de faire respecter le droit. Pourquoi renoncer à toute forme de nuance dès qu'il s'agit d'évaluer la politique du gouvernement? Pourquoi immédiatement se placer sur le terrain de l'indignation la plus extrême et la plus aveugle? En lisant des articles si dépourvus de véritable sens critique, c'est arrêt sur images que j'ai soudainement envie de quitter.
Tiens je serais curieux de voir quel va être le discours de l'église (toutes, je ne fais pas de détails) quand les mariages "suspectés" auront aussi été conclus religieusement.
Du coup, je me demande aussi si les saloperies de Besson ne vont pas pousser les gens à se marier plus souvent devant l'église en plus du mariage civil, histoire de compliquer un peu plus les choses...
excellente chronique, Judith, et particulièrement consensuelle :)
vous dites, et d'autres avec vous, que cette politique vous fait vomir ; perso, ce sinistre personnage et la politique nauséabonde qu'il met en place, sous les ordres du suprême et de sa clique de bien-pensants catho et racistes, me rappelle chaque fois un tableau de Goya : Saturne dévorant un de ses fils !!

depuis mai 2007, ils ont rogné petit à petit tout ce qui faisait de cette république un endroit dont on pouvait encore être fiers, comparé à d'autres démocraties plus va-t-en-guerre !
vous écrivez si justement : "C'est aussi, soyons honnête, que quand on a avalé qu'on vienne choper les enfants peu clairs au seuil des écoles, quand on a digéré qu'on terrorise assez leurs parents pour que parfois ils préfèrent sauter par la fenêtre plutôt que d'ouvrir la porte aux Forces de «l'Ordre», on n'a plus qu'à lever un sourcil légèrement perplexe devant la perspective de quelques petites enquêtes auprès de quelques époux suspects. "....

en effet, à partir du moment où l'autocrate a commencé à avaler nos cerveaux par petits bouts sans qu'on réagisse, eh bien nous voilà devenus totalement impuissants ! sans nos bras, sans nos têtes, alouette, qu'on s'est laissés rogner sans réagir !!
j'espère qu'il n'est pas trop tard !

et le sieur Besson était la personne idéale pour appliquer toutes ces ignominies : suffisamment sournois pour trahir ses soi-disant amis en pleine bataille !
tout ce qui lui reste à faire est de jouer les bons petits soldats et d'appliquer bêtement les ordres qui lui viennent d'en haut, ordres auxquels il est obligé de croire aujourd'hui pour justifier de sa traitrise !

mais ne nous y trompons pas, tout ce discours n'est qu'un leurre, l'enrobage pour faire croire que cette politique a du sens ! alors qu'au fond tout ce qu'il leur faut ce sont des chiffres à mettre en avant pour rassurer en vue des prochaines élections ; et sans doute, dans le seul but de rameuter les adeptes du Front National, seule possibilité pour l'UMP de gagner de quelconques élections !
d'où des chiffres d'arrestations en tous genres toujours en hausse, enveloppés par des mots tels interpellation, sécurité, clandestins, identité nationale ; mots qui vont constituer des discours particulièrement caricaturaux mais qui, et c'est ce que je ne m'expliquerai jamais, ont fonctionné pour une majorité lorsqu'il a fallu voter ce funeste 6 mai 2007 !!!
Savez-vous que dans la région où j'habite,le terme GRIS est utilisé pour désigner les gens originaires d'Afrique du nord qu'ils soient français ou pas.?C'est pourquoi j'ai frémi en entendant ça dans la bouche du ministre.Ils disent :les gris et bien sûr c'est méprisant.
Que c'est bien écrit! vous dîtes si bien ce que je ressens, et en plus je n'ai pu m'empêcher de sourire(jaune), l'humour sans doute. C'est ennuyeux pour cet étudiant mais pas mal que ces brutalités aient été subies par quelqu'un qui "parle", et surtout que l'on ne peut pas faire passer pour un sâle petit voyou.Oui, le mariage gris, quelle imagination décidément! je pense à cette chanson de Béart "il était blanc, elle était noire.... la foule est grise grise, alors, il y aura peut-être un mort...;" on ne l'entend plus, dommage.
Dans mon esprit, un couple mixte signifiait un couple hétéro: comme en sport, quand on parle d'équipe ou de couple mixte, ou comme dans l'éducation quand on parle d'école mixte.

Le mariage d'intérêt avec des étranger(e)s fait partie de notre Histoire, et même de notre héritage culturel: sans les mariages gris, arrangés ou d'intérêts, les frontières de hexagone dessineraient un pays pas plus gros que la Suisse mais du côté du Val de Loire.

De tout temps, nos dirigeants politiques et spirituels sont bien curieux de savoir ce que le peuple fabrique avec sa biroute et sa foufoune. Mais en général, le mot d'ordre est faites ce que je dis, pas ce que je fais.

J'ai longtemps cru que la langue française était complexe, riche de subtilités et capable de nuances et de fondus dégradés. Mais le constat est qu'en fait le vocabulaire est aussi tordu que ceux qui font la langue et les lois.

Parité, mixité, brassage, pluriel, gris... tout un vocabulaire dont les connotations sont différentes selon le champ sémantique. Une diversité qui fait peine à voir en réalité, et qui ne résulte que de circonvolutions des âmes mal pensantes afin de produire un discours politiquement correct, mais suffisamment ambigü pour flatter les bas instincts, et les noirs desseins.

Sinon, blanc et noir, ne sont toujours pas des couleurs à propement parler.
Guillon a commis une chronique parfaitement construite et pertinente sur le sujet, hier.

Et il donne des chiffres : en 2004, sur 88 123 mariages mixtes, 395 ont été annulés pour caractère frauduleux.
Je profite de cette belle chronique pour signaler un bonjour collectif de la part de Termajus à Judith tout d'abord, et aussi aux anciens fidèles et accros du Big Bang Blog, notamment Yannick G, Juléjim, patrice nodrm, PMB... et je ne sais plus qui, mais il salue tout le monde.
Voili voilou, j'ai rempli ma mission.
Et merci Judith pour cette chronique.
Merci pour votre belle chronique qui fait du bien après le gris que nous propose à voir le M.

Pour voir les couleurs même par temps gris, il vaut donc mieux ouvrir les yeux.
Avez-vous entenu parler de la dissonance cognitive ?

La dissonance cognitive est un concept de psychologie élaboré par Leon Festinger en 1957....Selon cette théorie, l'individu en présence de cognitions (connaissances, opinions ou croyances sur l’environnement, sur soi ou sur son propre comportement ) incompatibles entre elles, éprouve un état de tension désagréable : c'est l'état de « dissonance cognitive ». Dès lors, cet individu mettra en œuvre des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif. Ces stratégies sont appelées « modes de réduction de la dissonance cognitive ». Une de ces stratégies pour réduire la dissonance cognitive consiste à oublier ce qui ne cadre pas avec ses références antérieures, il est appelé « processus de rationalisation ». dixit Wilipédia.

Ne serais-ce pas le cas pour M. BESSON ?
BRAVO pour [s]ce[/s] [s]papier[/s] cet article. Rien à ajouter.
Respirez un grand coup Judith.
Sérieusement, bravo pour cet emportement.
Mais je serais moins avec vous pour le début de votre article. On devrait pouvoir utiliser les mots sans encourir les foudres des juges.
Je veux pouvoir utiliser le nom de couleurs sans arrières pensées.
Je veux pouvoir dire que les blés sont jaunes sans être désobligeant envers les Asiatiques.
Je veux pouvoir broyer du noir sans que les Africains m'engueulent.
Etc...
Elle est superbe votre chronique, Judith.

Je vomis à vos côtés dans une gerbe solidaire.

Et comme dirait Alain : "Ça va faire du raisiné sur la moquette !"
Eric Besson s'appuie sur une association ultra droitière, l'ANVI ...

Ce qu'est vraiment l'ANVI

Voici ce qu'en pense le syndicat de la magistrature :

Eric Besson courtise les bruns...

On retrouve la présidente de cette association, Blandine Jullian, dans toute la fachosphère ...
c'est vrai, cet article est plus qu'excellent. Je dois avouer que lorsque cette histoire de mariage gris est sortie de la bouche de Besson j'ai été dégoûté (une fois de plus) mais sans m'arrêter dessus, sans vraiment comprendre pourquoi, et là Judith décortique tous les sens de ces mots et nous livre au passage une indignation saine et fraîche, ce qui se fait rare dans cette France à genoux. Merci.
Chère Judith,

Cette fois je n'ai pas souri en lisant votre chronique.
Il n'y avait pas l'ironie à distance et jubilatoire de d'habitude.

Cette fois, on parle de dégueulis, et je suis en larme. La beauté de votre langue raconte l'horreur brute et la honte. Je pense que vous me parlez, très bien, des méandres souterrains de ce gros ver dégoûtant que je hais et que je connais bien, qui se creuse un chemin dans les entrailles de la démocratie sous nos yeux éteints, anesthésiés déjà par tout ce qui a précédé d'agressions éthiques et mentales dirigées pèle-mêle contre les intellectuels, les chercheurs, les humanistes, les fous, les délinquants, les immigrants...

Je reprend mon souffle. ça ne va pas vraiment mieux en vous lisant, mais la détresse se partage.

Bien à vous,

Aurélia
bravo Judith, et merci pour cet article ; la France de Sarkozy est puante, et cette France-là n'est pas la mienne, elle me donne la nausée. Comment en sommes-nous arrivés là ?
Vraiment un grand merci Judith d'écrire si bien ce que je pense tout bas.
Pourtant j'essaie d'exprimer la honte qui monte en moi d'être française depuis l'élection de N SARKOZY mais je ne sais pas comment le faire.
C'est vrai qu'il faut réagir et que les personnes se mobilisent plus efficacement et se fassent entendre pour essayer de rabaisser l'arrogance de notre gouvernement.
Je me souviens de "Matin brun" de Franck Pavloff (peut-être devrait-on lire ce tout petit livre à l'école, avant ou après la lettre de Guy M.). Je me souviens de "Ich habe geschwiegen" du Pasteur Niemöller.

La mémoire ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
Mais une fois les paroles dites et les mots écrits, quand et comment passons-nous aux actes ?
Très bonne analyse, avec la colère et l'ironie nécessaires.

En revanche, sur ça Mais on ne hurla pas beaucoup vendredi, j'aurais tendance à dire que comme pour le "débat" sur la nationalité, beaucoup d'entre nous préfère affuter leurs arguments et assurer un droit de suite pour démontrer la nullité de la démarche dans les deux sens du terme et démontrer "par la preuve" que ces annonces ne sont que des appels aux votes FN.

C'est encore surfer sur qqs cas particuliers et encore l'interprétation particulière par qqs personnes du naufrage de leur mariage avec un(e) étranger(e). Aucune conséquence sur le plan légal, comme le montrent certaines réactions.

Ah sinon, j'ai une super info : la délégation générale à la modernisation de l'Etat écrit sans rire que grâce à elle, le délai d'obtention de la nationalité française a été divisé par deux. Je n'ai pas encore eu le temps de lire leur magnifique ppt, mais je reviendrai une fois lu.
merci pour cet article, remarquable car il est vrai qu'on a très peu commenté cette dernière "bessonnaderie"
et votre titre est magnifique.
(cf tout de même la chronique de stéphane guillon, où le sujet était bien traité)

que cherche à faire besson avec cette tirade ?
il veut semer le doute sur les mariages mixtes et sur les couples mixtes.
qui sont déjà suffisamment fliqués, surtout quand l'un des membres est sans-papiers. (cf la reconduite à la frontière l'année dernière d'un marocain dont le mariage était prévu la semaine suivante)
et je parle poliment parce que la formule dans ma tête est qu'il cherche à foutre la m******

besson s'y connaît bien en ratage de mariage. et c'est certainement pas lui qu'on peut taxer de sincérité.
pour qui nous prend-il, pour des débiles ? on ne serait pas capables de s'apercevoir que notre conjoint n'est pas sincère ? on n'a pas déjà un peu de doute dans notre tête ? est-ce que c'est un problème propre aux mariages mixtes, ou est-ce qu'on peut l'étendre à tous les mariages en général ? qu'il ferme son grand clapet, et qu'il retourne niquer ses midinettes.

merci.
J'étais vendredi dernier à un parrainage républicain d'enfants sans papiers. A l'initiative de Réseau Education Sans Frontières. Et pour commémorer les vingt ans de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant. Allègrement bafouée par Sarkozy et sa clique, qui met des gosses en centre de rétention. Mais attention, hein, "avec humanité"...

Dans la salle, des élus, des militants... Et des familles arméniennes, vietnamiennes, avec leurs enfants, dont un bébé de huit mois, et deux ados bien "gris" ... Elus et simples citoyens sont donc devenus les parrains et marraines de ces enfants...

J'ai discuté avec les gens, et notamment avec la responsable de la Ligue des Droits de l'Homme.

Selon elle, ces dérives de nos "démocraties" sont générales partout dans le monde, et pas simplement françaises. A ma question "comment expliquez-vous ce repli de nos sociétés ? ", elle n'a pas vraiment su me répondre, mais quand je lui ai demandé : "Etes vous optimiste ?", elle m'a dit : "Il y a toujours des gens qui vont se lever contre la barbarie et contre l'injustice"...

Un parrainage républicain

Pour le maire qui a présidé ce parrainage, être français, "c'est juste avoir la nationalité française, point final". Il a rappelé que les seules valeurs pour lesquelles il faut se battre, sont celles de notre république, la vraie, celle héritée de 1789, et qui sont tout simplement "Liberté, Egalité, Fraternité."
C'est intéressant en effet ce choix d'associer une couleur à un mariage... Blanc c'est le mariage à la suite duquel le drap ressort sans tache. Pourtant, il a déjà été condamné par ce gouvernement malgré sa pureté ;o)))... Maintenant, Besson nous sort le "gris"... ça sonne "coup de grisou", "vert de gris", "grisaille", "bourré en langage poli"... bref, ça sonne tristounet, pas prop' sur soi, crapoteux.
J'ai une question : lorsque Besson sortira son "mariage noir", ce sera quoi ? Une union heureuse, consommée entre un ou une ressortissant(e) étranger(e) et un(e) Français(e) ? Mais c'est qu'il y en a beaucoup il me semble... il s'en trouve encore qui, contre vents et marées, malgré les quolibets de leurs pairs, pères, mères et maires, convolent en juste noce amoureuse. Ce sont des "mariés noirs" donc ? Puisque les "gris" sont ceux dont l'union ne tient pas... reste à savoir qui trompe qui ? Qui a trahi qui ? Si on en croit M'sieur Besson, c'est toujours l'"étranger", le "horsain", l'"autre", le "différent" le traître... car l'enfoiré est toujours chez l'autre.
Dans toutes les cultures, l'"autre" commence par être l'indésirable, l'ennemi... mais on finit toujours par s'apercevoir que l'autre nous ressemble et qu'on a besoin de cet "autre", ne serait-ce que pour éviter les mariages consanguins, pour favoriser l'exogamie... la nature nous impose de nous métisser pour mieux résister. Mais de nos jours en France, on devient pire qu'au début des conglomérats humains... tout ça est bien gris. ;o((
superbe papier comme d'hab!!

mine de rien, c'est encore une manière de faire croire qu'on s'occupe des victimes alors que leur politique est essentiellement créatrice d'inégalités en tout genre et donc augmente le nombre de personnes en situation de détresse...

ps: c'est thierry henry
Ce si triste dégradé de gris me donne envie de déballer l'audace rouge....

(et pour ceux qui l'ont vu mardi soir chez Taddei, ayez l'indulgence due aux alternatifs dénaturés par une exposition télévisuelle réductrice...)

Quand je bossais en médecine du travail, je me souviens avoir entendu parler (désolée, c'est très vague) de fichiers de personnels administratifs mentionnant parmi les caractéristiques les "BBR" (bleu, blanc, rouge,...de souche, quoi...)...les couleurs seraient-elles maudites?
"cette blancheur qui me classe, me range et me protège..." écrivez-vous Judith, mais en êtes-vous bien sûre ?
Si j'en crois cet article, même un jeune bien blanc de classe moyenne a tout à craindre de cet état policier qui ne supporte pas la contradiction ! Et ce n'est pas le premier, le seul et unique exemple dont les médias sérieux peuvent témoigner.
Rien d'étonnant quand on recense le nombre de ministres, de députés provenant de la mouvance d'extrême droite (type "ordre nouveau") et qui ont fait un mariage gris avec la démocratie au sein de l'UMP.
Un mariage gris comme l'ennui :

"Aurais-je dû ne jamais me marier ? Oublier ce funeste 15 octobre 1983, au cours duquel nous avons réussi à atteindre une véritable perfection dans la banalisation de l'institution ?
Car je n'ai pas encore raconté la suite : à 13h55 précises, les entrées à peine achevées, Eric se leva de table. Et se planta devant la télévision, entraînant à sa suite tous les mâles présents. Infiniment plus culpabilisés que lui.
L'instant était crucial : Alain Prost tentait de ravir son premier titre de champion du monde à Nelson Piquet. C'était le tour de chauffe. Elle était là, la vraie cérémonie. Un moment décisif. Qui a été suivi, depuis, de centaines d'autres moments décisifs : chaque grand prix de Formule 1, chaque match de football, chaque finale de tennis…
Pour mon mari, les compétitions sportives ont longtemps été sacrées, jusqu'à ce que la politique prenne le dessus."


Extrait du livre-témoignage de Sylvie Brunel, ex-femme d'Eric Besson.
Je suis mille fois d'accord avec vous Judith, Besson me fait gerber et il ne fait certainement pas partie de mon "identité nationale". Mais le racisme ne sévit pas seulement en France. J'ai un témoignage qui me dit qu'en Australie on caillasse des aborigènes. En France ce qui est gravissime c'est qu'il est de plus en plus initié par l'Etat. L'atmosphère devient nauséabonde, les gens ne se cachent plus pour exprimer leur haine de l'autre en toute bonne conscience.
"l'escroquerie sentimentale à but migratoire" qui caractérise les "mariages de complaisance conclus lorsque l'un des deux époux est sincère et est trompé par l'autre".
OUI, CELA EXISTE.
Histoire:
Les "amoureux" se rencontrent en juillet 2006. Mariage religieux (à la demande du mari) en septembre 2006 (pour rester "pur" durant le Ramadan). Doutes. Chantage au racisme. Mariage en décembre 2006. En janvier, le prince charmant montre un autre visage: porc interdit, tri des vêtements, entraînement aux "ablutions", interdiction de sortie avec les amis, propos révisionnistes, homophobie, double passeport, "bizness". Retour sur terre de la mariée. En février 2007, elle décide de divorcer, refuse d'aller à la préfecture pour les "papiers"... menaces (avec couteau de cuisine), tout cela dans le secret de l'appartement. Fuite. Plainte... classée sans suite, pour favoriser l'expulsion. Centre de rétention pour le mari ... qui sort huit jours plus tard! Procédure d'annulation de mariage. Déboutée, décembre 2008, pour absence de preuves. Procédure de divorce, motif: rupture de la vie commune, requalifiée par l'avocat du mari en divorce pour faute (aux tords de la mariée). Affaire toujours en cours...
La mariée est MA FILLE.
Pauvre, pauvre Besson, Eric...

Le pire, c'est qu'il parvient à garder un côté humble, comme appliqué à "faire du bon travail", presque gentil, un côté "désolé, mais on fait juste le boulot, le plus humainement possible"...
Il semble même ...comment dire?...pas trop mécontent de lui...(ou du moins, il fait des efforts pour le paraître.)

Et le pire du pire, c'est que ce faisant il répond aux attentes d'un très grand nombre de mes concitoyens...

Mais, mon Pays, la France, n'est-il pas coutumier, hélas, de ce genre d'attitude?
Et le mariage de Sarko et Bruni qu'est-ce donc sinon un mariage "gris"? Et Besson en ménage avec une tunisienne de l'âge de sa fille ainée? Croit-il que ce soit pour ses beaux yeux qu'elle est avec lui?
Avoir écouté diverses interviews de son ex-épouse, Sylvie Brunel, montre que le sieur Besson s'y connaît fortement en matière de mariage.

Je ne nie nullement les mariages d'intérêts. D'ailleurs ceux-ci ont toujours existé même et surtout dans la haute bourgeoisie et la sphère politique. Mais il ne s'agit nullement de mariages forcés mais bel et bien d'adultes consentants, qui décident librement de se mettre en couple avec un étranger. Et jusqu'à preuve du contraire lorsque nous rencontrons quelqu'un nous mentons tous - au moins un peu - pour séduire.

Le véritable problème n'est pas les mariages "gris" mais la misère sentimentale et sexuelle qui sévit dans les pays occidentaux. Le politique a-t-il le droit de s'immiscer dans la vie privée des gens et de leur interdire toute forme de relation affective sous prétexte que cette affection, quand bien même elle ne serait pas sincère, est donnée par un étranger? Pour ma part je pense que non!

Ce qui m'ennuie le plus, c'est de laisser croire que ce sont les pauvres petits français (et notamment les pauvres françaises) qui seraient victimes des méchants étrangers (noirs ou arabes de préférence).
Qu'en sera-t-il du chantage qui pourra être fait par le conjoint français si le conjoint étranger voulait divorcer? Avec ce genre de loi, on accepte de manière indirecte l'obligation pour l'étranger de se plier au bon vouloir de l'époux français?
Monsieur Besson a-t-il l'intention de s'attaquer aussi à ces français bien de "souche" qui vont en Afrique se "taper" des gamines de 15-18 ans en leur promettant monts et merveilles et finissent par les abandonner à leur sort avec au minimum 2 gosses?
en effet ce type entrera dans l'histoire par la porte des chiottes
Vous n'y allez pas avec le dos de la cuiller. C'est d'ailleurs tant mieux car il faut l'admettre, cette france pue.
Même l'odeur des dégueulis ne peut qu'améliorer la puanteur actuelle.

Peu importent les raisons qui poussent deux personnes à se marier, en blanc, en rouge ou en gris, elles ont décidé de le faire et c'est leur choix. Ce sont des adultes consentants, libres de leurs actes et libres aussi de leurs erreurs s'ils en commettent.
Si Besson compte empêcher les mariages "gris", il ôte alors à la personne (flouée ?) la liberté de commettre une erreur, pourtant fondamentale à notre développement (ne dit-on pas que l'on apprend de nos erreurs ?) et ôte à la personne (floueuse ?) la chance de venir vivre dans notre beau pays (c'est moi qui ai dit ça ?).

Ne vous occupez pas des sentiments des gens M. Besson, ce n'est pas votre affaire. Je n'aimerais pas voir une tierce personne dans mon couple tout comme vous n'aimeriez pas que je vienne batifoler avec votre femme. Ouste là !
Bonjour,
Comme vous Judith, si j'en crois votre texte, il m'arrive certains jours de me pincer pour me rappeler que je suis bien en France.
Et revient à moi le souvenir de la grande manifestation qui eu lieu entre les 2 tours de la présidentielle de 2002 contre le front national.
Où sont tout ces gens ?
Etaient-ils vraiment sincères ? J'en doute aujourd'hui.
En tout cas pour ma part, je n'y étais pas pressentant à l'avance son aspect épidermique et récupérateur par un candidat qui lui non plus n'aimait pas les odeurs.
Mais bon sang que la vraie France se réveille !!!
Je n'ai jamais mieux compris qu'à l'instant où j'écris ces lignes le désir d'exil de Marie N'Diaye, son refuge berlinois - non pas qu'on soit à Berlin moins raciste qu'ailleurs ; mais s'expatrier, c'est encore une manière assez digne de ne pas en être.

Merci judith pour cette chronique et cet argument que j´utiliserai également pour mon propre compte ))
Et quant au bruit que je fais, vous l'entendez ? C'est le bruit du dégueulis.

Pouacre!!! Oh que oui, je l'entends, je le sens même: ça fait «BBBBBBBBessonrrrgl ! RRRRRRRaoult !....»
Je me joins totalement à votre indignation. Merci pour cette chronique.
Message 2/5max du 26/11/09.

"Mais pour les mariages gris, donc, on fait comment, on contrôle quoi? Comment cela se vérifie-t-il, et rétroactivement, encore, que l'amour juré était insincère, que le sentiment n'est pas à la hauteur de la promesse et que la foi promise n'était que perfidie?"


dites-vous justement Judith.

Or, l'une des causes admises du divorce, c'est précisément que la promesse n'est pas à la hauteur du sentiment de l'un des deux... Faut-il en conclure que Besson veut nous amener à estimer qu'en cas de divorce entre un français et un étranger, ce dernier devrait perdre ce qu'il aurait pu conquérir par cette liaison, à savoir la nationalité française, la divorce pouvant-être une manifestation de non sincérité...

En faisant rentrer des notions aussi absconses que la sincérité dans une union, Besson cherche à nous faire conclure que la séparation n'est qu'une preuve de son contraire, alors que l'union comme la désunion n'implique pas plus de sincérité que de mensonge.
Un divorce peut-être aussi sincère qu'une relation trompeuse. Nous le savons tous.

yG
"Vous aurez compris, vu que le-dit Besson est ministre de l'Identité Nationale et de l'Immigration..."
Ministre, vraiment ? Ministre ? MINISTRE ???

Pierre Mendès-France, Simone Veil, Pierre Messmer, Robert Badinter, c'étaient quoi, alors ? Des archevêques ? Des statues ? Parce qu'il n'est pas possible de les comparer à Besson !
Il n'y a pas moins civilisé, il n'y a pas moins décent, il n'y a pas moins exemplaire que Besson, à part son maître.

Appeler Besson un ministre, c'est comme qualifier de grand démocrate un individu comme l'humaniste Ben Ali !
Ce n'est plus de la langue de bois, à ce niveau-là, c'est de la langue de steack, bien saignante et pleine de bleus !

S'il vous plaît, trouvons, trouvez un autre mot que "ministre" pour cet animal.
Hello Judith,

Une précision, le terme de "mariage gris" est employé depuis longtemps. Ce qui ne lui donne aucune légitimité pour autant. Juste pour dire que Besson met en partition des us et coutumes de langage, un peu comme les grands compositeurs du passé se rendaient dans les fêtes de village afin de s'inspirer des musiques traditionnelles pour écrire leurs grands-œuvres.

Sarkozy et Besson mettent mis en partition une sociologie française tournée vers l'intolérance et le repli sur soi. Il n'est qu'à voir le nombre de belles âmes de gauche qui s'invitent au débat sur "L'identité nationale".
Message 1/5max du 26/11/09.

"Une précision, le terme de "mariage gris" est employé depuis longtemps. Ce qui ne lui donne aucune légitimité pour autant."

Et pouvez-vous nous dire s'il signifiait la même chose que celle que Besson lui donne ?

J'ajouterai à l'excellent chronique de Judith, que le gris est un mélange de couleur, certes, par exemple blanc et noir, mais que les mélanges de couleurs justement n'est pas unidirectionnel (gris = blanc sur noir ou noir sur blanc), autrement dit, l'abus de confiance au cœur du mariage soi-disant gris, peut se faire dans l'autre sens, du Français envers l'Étranger. Et dans ce cas, que prône notre bon ministre, l'expulsion du Français qui abuse de la faiblesse du "pauvre" non-Français ?

Puisqu'il y a réciprocité, il devrait y avoir égalité de traitement, n'est-il pas ?

Alors M. Besson, n'êtes-vous pas rouge de honte de raisonner aussi grossièrement et de vouloir nous faire avaler comme juste ce qui ne l'est point ?

yG
Oui, la même signification. C'est un terme presque... technique employé par les fonctionnaires des préfectures depuis une quinzaine d'années, pas très répandu ceci-dit.

Besson a essayé hier, sur France Inter, de donner une légitimité au terme en arguant de son usage courant. Sauf qu'il en a trop fait et l'a mis dans la bouche des associations de victimes. De plus, ses contradicteurs, Guetta et Demorand étaient trop remontés contre lui, ce qui a créé un décorum défavorable à Besson.
l'abus de confiance au cœur du mariage soi-disant gris, peut se faire dans l'autre sens


Allez, un conte de Noël. Ca s'appelle "des fois on gagne"

Ca se passe le 20 décembre 2006 en début de soirée. On est une douzaine devant la préfecture à se partager un paquet de cigarettes et à regarder la fenêtre encore éclairée du deuxième étage de la préfecture. On attend des nouvelles du camarade de la Cimade et du membre du cabinet du Maire qui sont allés implorer le directeur du cabinet de Madame le Préfet de faire preuve d'un peu d'humanité. Il fait très froid et on est un peu morts en dedans. On est là pour protester, mais on pense que c'est foutu, comme d'habitude. On s'est serrés les uns contre les autres. Pas pour avoir chaud, mais pour que le JRI de France 3 qui vient d'arriver, puisse faire croire en filmant en plan rapproché qu'on est nombreux. C'est un peu comme à la noce pour la photo sur l'escalier de l'Hôtel de Ville ; le journaliste fait un geste de la main qui veut dire "rapprochez-vous, le monsieur à droite, on vous voit pas dans le cadre". On grince parce qu'on n'a pas envie de rire. Mais c'est drôle.
Voire ce journaliste ici, avec nous, c'est un peu comme une doudoune chaude. On sent qu'on ne sera pas trahis, pour une fois. C'est la nouvelle antenne de France 3 Champagne-Ardenne. Il vient de s'installer. Nous, comme lui, on a été prévenus le matin même de ce rassemblement triste. C'est bien, cette antenne, parce que si ils avaient dû venir de Reims, ils ne se seraient pas déplacés. "Attention Madame le Préfet, y a la télé en bas qui est en train de filmer un vilain conte de Noël".

C'est important de pas être trahis. Le journal papier local en a raconté un autre, de conte. Il a raconté l'histoire poignante de cet ancien cultivateur perclus de solitude qui s'était résolu à aller chercher une épouse en Biellorussie. Il en avait ramené Svietlana, 30 ans et son fils, 6 ans. Une vraie mégère, lit-on sous la plume du journaliste. Le récit de l'enfer que Svietlana a fait vivre à ce brave homme et que rapporte l'Union avec de si vives couleur passe tout seul, comme une bonne lampée de ce vin rouge qu'on réchauffe avec de la sauge amère. Ces gens, surtout leurs femmes, ils ne sont pas comme nous, vous comprenez. En petits caractères, tout en bas de l'article, juste à côté d'une astérisque, il est même précisé que la manipulatrice a poussé le toupet jusqu'à porter plainte pour menaces de mort de la part de son mari.

La dame à côté de la grille de la préfecture serre l'article du journal collé sur une feuille de papier blanc. C'est elle qui a ramassé Svietlana, la joue marquée par les coups, qui errait dans la rue, son fils dans une main et un sac avec se affaires dans l'autre. Elle l'a hébergé quelques jours avant de lui trouver une place dans un foyer pour femmes battues. Svielana et son gamin sont de l'autre côté de la place, dans les locaux grillagés de la Police de l'Air et des Frontières. Ils sont venus les ramasser au petit matin, la veille. Demain, ils vont les expédier en centre de rétention avant de les renvoyer à Minsk. "Rupture de la vie commune", c'est comme ça qu'est justifié l'arrêt d'expulsion.

Implacable loi Française. Il aurait fallu rester à la maison et supporter en silence la loi de l'homme.

On est là depuis trois heures. Ca bouge du côté de la porte d'entrée de la préfecture. Manuel, de la Cimade, revient. Un sourire fend sa barbe noire. C'est bon, dans une heure, on va la chercher. On n'ose pas y croire. Il a fait valoir que le procès pour menaces de mort réitérées aura lieu en octobre et que Svietlana devrait pouvoir y assister. C'est malin. Bien sûr, ça ne tient pas, mais il y avait la caméra de France 3, prête à diffuser un reportage l'avant-veille de Noël. Madame le Préfet a sauté sur cette opportunité de sauver la face.
On est allé chercher Svitlana et son fils Arseni à la PAF. Les policiers ont chipé un des paquets-cadeau pour l'arbre de Noël des enfants de douaniers. Le gamin serre son costume de spider-man tout neuf. Svietlana est belle. Tout le monde s'en va.

Le type a été condamné à trois ans de prison avec sursit par la cour d'appel de Reims. Le jour de son baptême Républicain, Svietlana m'a dit que la France, c'est le pays de l'amour.
Merci pour votre post et votre engagement tangible auprès d'eux.

yG
Allez, un conte de Noël. Ca s'appelle "des fois on gagne" ...

@ Tom-

Merci pour le témoignage. j'aurais aimé avoir des précisions sur le rôle de l'Union dans votre histoire. Comment ont-ils pu écrire une histoire qui semble bien être l'exact inverse de la vérité ? Je suis née à Reims et l'Union m'avait toujours paru être un journal respectable, pas de gauche certes, mais bon ... Si vous pouviez m'expliquer ? :)
Je ne sais pas trop comment répondre à votre question.


D'abord, en réalité, on ne lit pas le même journal. Vous connaissez L'Union de Reims, le journal qui à la rentrée a invité le Maire de Reims "à aller se faire lustrer l'écharpe tricolore à Solférino" tout en qualifiant la politique Municipale conduite par Adeline Hazan de "merdier" en surnommant le directeur des services municipaux de "Pol Pot". Ils ont d'ailleurs été condamnés en diffamation et ils ont encore trouvé le moyen de s'en vanter. C'est bien un journal de droite. Il y avait on atteint avec cet éditorial d'une page entière le summum du populisme. Il faut dire qu'en rétorsion à des attaques de ce genre, la Mairie de Reims avait adressé un courrier incendiaire aux dirigeants du groupe Hersant.

Je lis en ce qui me concerne l'Ardennais-L'Union. Nous avons pratiquement droit au même genre d'amabilités. Mais il s'est également produit exactement l'inverse. En pleine municipale, le journal a publié un sondage assez manifestement bidon qui donnait la gauche victorieuse au premier tour avec plus de 60% des voix au chef-lieu de Département. Plainte de l'UMP à la commission nationale des sondages qui s'est fendue d'une remontrance. Je vous jure que de notre côté, on n'y était pour rien dans cette histoire. On a vu tomber ça totalement médusés, en se demandant même où était le coup fourré. En rétorsion, le Conseil Général UMP a coupé les annonces légales à l'Ardennais et qui sont en fait des subventions déguisées et à même intrigué pour que sorte un hebdomadaire départemental rédigé comme un quotidien. Gilles Klein a d'ailleurs sorti une brève à ce propos.
La suite de cette histoire, c'est que le MODEM et l'UMP sont privés de la tribune libre accordée aux quatre formations politiques héritières de la Résistance qui ont fondés l'Union en 1944 en tant qu'organe du mouvement Libération-Nord.
Ceci-dit, lArdennais parle des ouvriers, sans arrêt. Il couvre les conflits dans les usines en détail. Rien à dire, ou pas grand chose de ce côté là et c'est quand même l'essentiel (sauf qu'il occulte soigneusement le rôle du Parti Communiste qui est considérable).

Ils ne sont pas de gauche ou de droite, ni même indépendants. Moi, je les trouve juste démagos. Ils savent que même à marrée basse pour l'extrême-droite, même sur des scrutins improbables pour ces formations politiques comme une cantonale, dans certains coins, les racistes pèsent encore 40 % des voix si on veut bien amalgamer les lepénistes, les mégretistes et les viliéristes. Ils détestent le Front National mais ils connaissent leur lectorat, ou plutôt, il s'en font une image peu reluisante.

J'en suis à la troisième menace de procès en diffamation de leur part. Mon post euphémise encore la ligne éditoriale de l'Union. Le soir de cette histoire, j'en ai fait le récit en détail sur un forum. L'administrateur a reçu une menace de procès et je lui ai demandé de canner. La CIMADE a fait savoir par voie de tract ce qu'elle pensait de leur ligne éditoriale et eux rien à perdre. Ils ont été menacés, eux aussi, mais il n'y a pas eu de procès.
L'histoire de Svietlana qu'ils ont raconté n'était pas l'exacte inverse de la vérité. Tous les faits rapportés et vérifiables étaient vrais. Certains faits étaient occultés et d'autres étaient sur-interprétés. Au résultat, ça donnait un article à charge. En démocratie, on peut se défendre grâce au pluralisme. Mais si vous cherchez une information écrite dans mon quartier, vous ne trouverez que l'Union et rien d'autre.
Dire que les couples mixtes vivent mal toutes ces vexations et insinuations est très en-dessous de la réalité.

Curieux aussi de présupposer que le conjoint étranger n'a qu'un seul rêve, celui de devenir français à tout prix.

J'ai personnellement connu l'inverse ayant vécu en couple à l'étranger: il arrive que votre petit(e) ami(e), tout ukrainien(ne), tunisien(ne) ou kazakh(e) qu'il/elle soit, décide de jeter l'éponge, considérant que décidément c'est renoncer à trop de choses que de venir s'installer en France (n'oublions pas qu'une partie des conjoints doivent quitter leur travail dans leur pays pour venir s'installer en France, sans parler de leurs amis, de leurs réseaux, de leur environnement) et que ces futurs murs administratifs, ces queues à venir devant le consulat puis les préfectures, ces rumeurs qui courent sur la France à l'étranger sont des obstacles trop durs ou trop humiliants que même un amour sincère ne pourra jamais vaincre...

Alors les couples mixtes se brisent, non d'être gris, mais d'être objets de manipulations et d'immixtions douloureuses et incessantes de l'Etat français dans leur intimité. Combien de couples bien franco-français résisteraient, d'ailleurs, à de tels traitements ?
Allez, un conte de Noël. Ca s'appelle "des fois on gagne"...

Alors Tom, c'est la gloire ! On est à la "une" d'@si ! :)
petite incise que, je ne pense pas, Alain K ne reniera; noir et blanc sont des valeurs pas des couleurs. en ces temps de débat d'identité(s) nationale cela vaut de se pencher avec Judith et Anne-Sophie sur le sujet.
Salut Olivier,
Pouvez nous en dire un peu plus sur l'usage de l'expression ? Signification, contexte... ? Je ne l'avais jamais entendue, moi, et je commence à soupçonner que c'est une question de milieu, de "fréquentations". Votre expérience m'intéresse (nous intéresse).
Bonjours Judith, je me souviens avoir entendu ces terme dans des préfectures. Je suis un ex journaliste en presse quotidienne. J'ai eu l'occasion de suivre des policiers sur le terrain et de suivre le travail de fonctionnaires de préfectures. Vers 2002. Ça m'avait marqué, ce terme. Mais il est important d'ajouter que je ne l'ai pas entendu souvent, rarement même. Pas autant que "mariage blanc", "reconduite" ou "tes papiers, toi"... Voilà. Je n'ai pas eu le sentiment qu'il s'agissait d'un terme officiel.

Bonjours Judith, je me souviens avoir entendu ces terme dans des préfectures. Je suis un ex journaliste en presse quotidienne. J'ai eu l'occasion de suivre des policiers sur le terrain et de suivre le travail de fonctionnaires de préfectures. Vers 2002. Ça m'avait marqué, ce terme. Mais il est important d'ajouter que je ne l'ai pas entendu souvent, rarement même. Pas autant que "mariage blanc", "reconduite" ou "tes papiers, toi"... Voilà. Je n'ai pas eu le sentiment qu'il s'agissait d'un terme officiel.

Ben oui, c'est comme "on a mis le raton dans la cage", pour le moment c'est pas encore officiel...
"On a rasé Judith" non plus!
Restons vigilant.
Bonjour Judith,

Voici un article glané sur internet et qui donne quelques informations sur l'origine de l'expression.

http://www.article11.info/spip/spip.php?article619
en effet, c'est ce que j'avais lu dans l'article de rue89 :

Besson s'attaque aux mariages mixtes

l'article cite plusieurs sites internet où on emploie déjà le terme.

mais le fait qu'il ne l'ait pas inventé n'enlève rien à la goujaterie d'en parler de cette façon-là, et sans s'appuyer sur aucun chiffre crédible (d'ailleurs ça ne doit pas exister, en tous cas pas des chiffres qui aillent dans son sens)
Il y a peu, je suis allé dans une petite ville en voiture,
bon, on avait soif,
jusque là : normal.
Paf, nous tombons sur un troquet que je trouve sympa,
nous rentrons, coulos à l'intérieur,
bonjour,
réponse identique des gens à l'intérieur,
et mes "potes" me disent à l'oreille
- on se casse, il y a trop de 'gris'
c'est tout
triste hein !
gamma
Vous avez assuremment choisi de changer d'amis plutôt que de bar??!
On ne choisit pas sa famille, mais on choisit ses amis...
Je n'ai pas d'amis, quelques copains, sans plus
je sors avec moi même;-), au hasard la nuit.
Je vais toujours dans ce bar,
uniquement le matin.

gamma
Laisses tomber Gamma, tu n'es pas obligé de te justifier. :o)

J'ai déjà eu ce genre de réflexion (du même tonneau si tu préfères, hi hi), j'avais expliqué pourquoi mes amis(es) ne s'abonneraient probablement pas à @si. En conséquence je devais changer d'amis. Si c'est pas sectaire ça ??? Je me demande hein ! Ben non j'ai gardé mes amis de droite, catholiques (pas tous non plus) de surcroit, la téhon (la honte). Sans compter ceux de gauche, mais musulmans..... Désolée je les aimes tous tant qu'ils ne font pas chier avec la religion, la droiture (d'ailleurs je ne t'explique pas comment ils déchantent), ou tout simplement que je peux en débattre avec eux sans que personne ne crise, ni se bouffe le nez.

Comment on va faire si on ne fréquente que des gens qui nous ressemblent.

Tu as vu comment je t'ai récupéré pour placer ma marchandise :o))
Comment on va faire si on ne fréquente que des gens qui nous ressemblent.
C'est vrai ça si les gens cool, sympa, ouverts, ne se fréquentent qu'entre eux, comment ils vont faire les gros cons pour changer d'avis??? c'est perso la justification que je voulais entendre.... (-;
Les gros cons n'ont pas envie de changer d'avis .... :o)) Je n'ai cette ambition de faire changer d'avis les gros cons. Je ne veux non plus perdre mon temps à me castagner pour rien. Mais je n'ai pas envie de m'ennuyer avec des personnes qui seraient toujours d'accord avec moi dans le monde des bisounours. Puis reste l'amitié entre personnes différentes hein . :-)
ouais m'enfin qd même, moi j'ai des potes qui parlent de "gris", ça me ferait bien chier de les avoir eus comme amis ceux-là...
bravo Judith, j'ai adoré, comme toujours, mais encore un peu plus cette fois, cet article, qui retranscrit tellement bien (mieux) tout ce que je ressens et pense de la France depuis ... trop d'années maintenant.
Je n'ai pas de potes qui parle de gris. Je n'ai pas d'amis " Français moyens, gros cons racistes" comme disait Coluche.

J'ai viré de mes relations une amie d'enfance qui était devenue lepenniste militante et qui voulait m'entraîner avec elle, pas de nouvelle depuis 25 ans, c'est tant mieux.

Je ne connais que les petits-gris qu'on mange à la douzaine. (Celle-là il fallait que je la fasse, depuis le temps)
Ceux-ci ou ceux-là ?
(moi aussi j’attendais la bonokaz pour les placer)

NB : je ne connais rien à l'héliciculture
Pourquoi pas un mariage entre un humain et un extra-terrestre avec un repas aux escargots et aux champignons. :o) En voilà une idée qu'elle est bonne !

Pourquoi pas un mariage entre un humain et un extra-terrestre avec un repas aux escargots et aux champignons. :o) En voilà une idée qu'elle est bonne !


Et à la fin du repas, on chanterait tous en chœur une vieille chanson populaire...


edit : oups, j'avions point vu que Balthaz m'a devancé (permettez-moi de préférer la créatrice de la chanson).
Par Balthaz ( anciennement el abatidor, etc...)
ayez vous lofez assez de nouveau ???
des envies de grand large ??
:)
j´ai rectifié la barre et j´ai mon patrón de embarcación de recreo )). si des hispanophones veulent s´amuser à faire les tests.....

INDICE : c´est pour des bateaux de 12 m max / jusqu´à 12 milles.

et pi en plus, les @sinautes continuaient à m´appeler Balthaz

j´ai rectifié la barre et j´ai mon patrón de embarcación de recreo )). si des hispanophones veulent s´amuser à faire les tests.....


Modifié 1 fois. Dernière modification le 13:59 le 01/12/2009 par Balthaz ( anciennement el abatidor, etc...).


ouhlalala..... pas sorti mon optimiste du garage depuis au moins......... oui au moins ça..........alors ça va pas être possible !!:)
et pi en plus, les @sinautes continuaient à m´appeler Balthaz


En fait, nous ça nous parle beaucoup plus ce pseudo pseudo : dans Balthaz il y a "balle", il y a "tazeur". Une esquisse quoi, un portrait naissant... un programme politique aussi...

Alors que "El abatidor", si t'es pas espingouin, fan de voile...

PS : et pourquoi pas "El barça" , en fait ?


J&J jeune sexagénaire qui dessaoule...

:-(
ça fait beaucoup de questions, tout ça !!

El Barça ? j'y avais pas pensé, mais en fait non, le barça, c'est la barça ))

marrant, ça l'abatteur avec une balle de tazeur :o))
"une balle de tazeur"
dans la calotte d'un Souabe ?
"En fait, nous ça nous parle beaucoup plus ce pseudo pseudo : dans Balthaz il y a "balle", il y a "tazeur". Une esquisse quoi, un portrait naissant... un programme politique aussi... "

Je connais une jeune maman, qui si elle lit ça, ne va pas vous louper en tout cas, mon cher Juléjim.

:P yG
Merci de mettre tout cela clairement noir sur blanc.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.