46
Commentaires

marée noire, BP, Goldman Sachs : comme le monde est petit !

Tiens, revoilà Goldman Sachs ! Et pas dans un article consacré à la crise grecque.

Derniers commentaires

Tout va bien...
http://www.guardian.co.uk/environment/2010/jun/03/gulf-oil-spill-bp-dividend
... Si l'on comprend bien, BP a donc infiltré Goldman, comme Goldman a infiltré le gouvernement américain.

Infiltration ? Disons que cela ressemble plutôt aux chaises musicales avec l'avantage qu'il y a autant de chaises que de participants à chaque tour de musique... Et les places sont chères!

Le site http://www.theyrule.net/ donne un aperçu parlant et ludique des liens entre ces différents empires transnationaux. En fait de liens, il s'agit juste des mêmes personnes jouant au grand monopoly mondial. Malheureusement, je ne suis pas sûr qu'il soit à jour (le "2004" que l'on retrouve dans le lien une fois entré n'est pas de bon augure)... De plus, il manque quand même le volet politique, plus caché...Il faudrait pouvoir regarder sous les bureaux!

Bref, si vous n'êtes pas conspirationnistes, il y a un risque sévères de le devenir, mais le monde n'a-t-il pas toujours tourné ainsi, selon le gré de quelques uns pour le meilleur et le pire de tous?
Une création monétaire démocratique, celà pourrrait être un bon début, non ?
Ensuite on pourrait mettre en place une dynamique de la masse monétaire qui ne serait pas calée sur une suite géométrique (la famille des suites exponentielles)

Hier, il y avait un chef indien au grand journal (partie 4 , 18mn30). Personne n'a réagi sur le plateau lorsqu'il a fait remarquer que son peuple n'avait pas inventé l'argent, que c'était là une invention de blancs "qui ne réfléchissent pas assez à ce qu'il font". C'est une image qui me marquera pour de nombreuses années.

Cordialement
David Thoreau, le théorisateur de la désobéissance civile, disait que la plus grande punition pour ceux qui ne se mèlent pas de politique, c'est d'être gouvernés par des gens qui, eux, en font.

Quant à savoir comment nous allons nous en sortir, ça demande un sacré boulot, parce que nous savons tous ce que nous ne voulons pas.
Mais savoir quel type de société nous voulons, et comment elle devrait fonctionner, et quels seront ses rapports avec le reste du monde, et ses enjeux véritables par rapport à quoi, ça nous n'en discutons jamais. Pourtant rien ne va de soi. Une société, c'est une chose très complexe, entre autres mais pas seulement parce qu'elle est composée d'individus eux-mêmes très complexes.

Personne n'en discute, à part les marxistes attardés et quelques anars dont les théories datent du 19ème siècle.

Tout cela ne fait pas avancer le schmilblik et nous sommes toujours en position de nous défendre, jamais d'attaquer.

Et nous avons le problème de la légitimité : qui pour organiser les débats ?
Une construction réellement démocratique est toujours infiniment plus complexe que de se trouver un leader qui décidera de tout.

C'est pourquoi nous risquons d'être toujours en position de défense.
L'affaire de Karachi menace désormais directement l'Elysée. Dans Le Contrat (Karachi, l'affaire que Sarkozy voudrait oublier), un livre à paraître le 19 mai et dont L'Express publie les bonnes feuilles dès demain, mercredi 5 mai, nous révélons, témoignages exclusifs et documents inédits à l'appui, le rôle central joué entre 1993 et 1995 par Nicolas Sarkozy dans les coulisses d'un marché d'armement sur lequel pèsent aujourd'hui de très lourds soupçons de corruption et de financement politique occulte.

« Nicolas Sarkozy est rattrapé par l'affaire de Karachi », par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, Mediapart, 4 mai 2010 ( accès payant ) http://www.mediapart.fr/journal/france/040510/nicolas-sarkozy-est-rattrape-par-laffaire-de-karachi

P.S. : c'est sûr, Daniel en fera son 9:15 de demain, hein, quoi, non, ha bon.
Ben voyons...Si l'actionnaire est content de la création de valeur le concernant,tout est dit !Merci d'avoir donné ces informations.Helas elles ne font qu'amplifier le dégoût qu'on peut avoir de ce système...Et la tarte à la crème du Grenelle 2,même s'il est suivi de beaucoup d'autres est dérisoire au regard des catastrophes engendrées par un capitalisme galopant.Que sont nos efforts pour une planète préservée en face de cette catastrophe générée par une cupidité galopante?
A propos de votre dictionnaire dans Libération (hors sujet, mais je ne veux pas vous écrire sur leur site, et je ne sais pas comment vous envoyer un mail direct), j'ai trouvé ça très bien.... pour qui visite le site d'asi.... Nombre d'assertions prises au premier degré ne peuvent pas être décodées ailleurs qu'ici, et c'est bien dommage de ne pas profiter de cette page pour éclairer ceux qui ne liraient que Libé.

Pour ma part, j'ai regardé les émissions d'asi qui concernent la crise, et je vais recommencer souvent, bon moyen de s'immuniser contre la vague ininterrompue de bourrage de crane qu'on lit ou qu'on entend ailleurs (france inter,, le téléphone sonne hier, dernier exemple).

Bonne suite,

Amicalement

NG
Oui Ellis en effet consternant !!! Quelle bande d'ordures les pétroliers de BP !!
Tiens, personne ne parle, au sujet des pêcheurs embauchés dare-dare par BP, du fait que dans une première version des contrats, il était stipulé que ces futurs embauchés devaient renoncer à toute poursuite judiciaire ?

Cet élément choquant avait été évoqué, réactions filmées des concernés à l'appui, dans un sujet de France 2... mais dans une édition de 13h, si je ne m'abuse. Au 20h, cette partie-là du sujet n'apparaissait plus.
Relations incestueuse entre les Etats , la Haute Finance et les Très Grandes Entreprises ????
Pas étonnant de subir des désastres engendrés par des dégénérés !!
Le langage néolibéral est truculent, vraiment.

Je suis en train de lire un bouquin qui décortique les expressions, mots et euphémismes de la Vè république (LQR, d'Eric Hazan) et je dois dire que l'extrait du papier de Roche en est une parfaite illustration. Et ces connards du Monde qui ne comprennent pas pourquoi ils ne parviennent plus à vendre leur production. Qu'ils engagent des journalistes parlant un français véritablement signifiant, expression d'une réalité qui n'est ni "performante" ni "rationalisée", mais au contraire "injuste", "sale" et "violente" - en lieu et place de cela, on nous pond des papiers lavés à la javel.
L'avenir s'annonce radieux.

Merci Daniel pour cette chronique, on se sent moins seul.
Léger bémol sur la responsabilité de BP tout de même.

BP prend en charge les dégats, mais son PDG Tony Hayward, (37" their equipment failed) complète par un "c'est pas ma faute". C'est le matériel de mon sous-traitant (Transocean), donc ne répond pas aux normes de sécurité BP etc. etc.

Petit vademecum de la création de valeur pour l'actionnaire, Chap. I § 2 : ne pas s'occuper de la sécurité, des conditions de travail etc. après transmission de la production à un sous-traitant.
Bonjour,

Apparemment cette marée noire fait 1500 km² soit l'équivalent de 2 régions françaises.

Pour qui connaît cette région du monde il faudra aussi s'attendre à ce qu'il y ait bientôt des ouragans et autres cyclones... qui vont sans doute aussi toucher Haïti soit dit en passant...

C'est pourquoi, je ne vois pas comment BP va faire pour solutionner cette catastrophe... sans doute suis-je pessimiste ? l'avenir nous le dira.
La nature se chargera de tou nettoyer...

En tout cas je n'aimerais pas manger du poisson et autres crevettes issus de cette région...

De toute façon la collusion entre les partis est évidente. Quand il y a eu l'ouragan Katrina, nous a t-on déjà pas dit que le Golfe du Mexique abritait 1/3 des raffineries du pays ?? Cette région est stratégique tant d'un point de vue économique qu'énergétique, enfin politique quoi...

Pendant ce temps-là, on continuera à dépeindre les "écolos" comme des personnes hors de leur temps habillés de gros pulls de laine plus large que leur corps et bien entendu barbus... bref, dépeints comme des excentriques.

SEMIR
Merci Daniel pour l'info GS, les ramifications sont multiples et un malheur ne vient jamais seul, pauvres traders. Ils sont tout de même au coeur de trois scandales : la Grèce, Abacus et maintenant le pétrole, comme si l'action BP pouvait rester au beau fixe devant cette cata écologiste.

Corinne Lesnes, sur son blog Big Picture, nous informe que BP, en ce moment, distribue les chèque de 5000 dollars dans les marécages, pour convaincre les pauvres de ne pas porter plainte. A lire ici

http://anthropia.blogg.org
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.