13
Commentaires

Maja aux sources de "Maman Eugénie"

Chaque matin, elle réveille toute l'Afrique. Ou presque.

Derniers commentaires

Il y a foule, remarquez...

À quand un "aux sources" d'Arianne Massenet, pour rire ?
Voir ici : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/377063-nkm-et-belkacem-au-grand-journal-l-interview-machiste-d-ariane-massenet.html

Ou de la gloussante ultime, Alexandra Sublet ?
Pour raisons de curiosité professionnelle, j'avais commencé à regarder Les Victoires de la Musique... Oscour...

J'en profite pour mettre en lien un modèle de papier sur le sujet, justement, papier mettant en avant "ceux qui ont assuré le show".
Sans un mot sur les chanteuses Camille ou Catherine Ringer, les seules dont on peut dire qu'elle ont "effectué des performances détonantes" (indépendamment de toute inclination envers l'une ou l'autre artiste). Il n'y a qu'à voir qui la journaliste met en avant...

http://www.lefigaro.fr/musique/2012/03/05/03006-20120305ARTFIG00217-victoires-de-la-musique-mika-et-aubert-assurent-le-show.php
Hors-sujet : suite à sa dernière chronique sur les affiches de cinéma avec de jolies jambes, je n'ai pu m'empêcher de penser qu'un "Aux sources d'Alain Korkos" serait passionnant.
Actuellement, l'Europe souffre de la perte progressive de son niveau de vie. Elle a beaucoup à apprendre de l'Afrique. L'Afrique survit dans des conditions que l'Europe ne pourrait pas accepter. Peut-être est-ce la raison pour laquelle nous vivons à crédit (dettes des Etats - progression du surendettement des ménages) en Europe.
J'adore "@aux sources" est celles fut vraiment très intéressante.

Une piste pour un autre point de vue possible : la Suisse !

Frontalier, depuis l'enfance je suis frappé par la place que prend l'actu française dans les journaux télévisés suisses alors que franchement, qui s'interresse à l'actu du Jura Suisse ?
c'est toujours très intéressant d'avoir le point de vue sur la France, (et le reste du monde) d'une personne ayant une autre culture (voir plus). J'aimais beaucoup les plateaux sur @si avec des journalistes européens correspondants en France. J'aimerai beaucoup avoir plus souvent des émissions de ce genre.
En tous cas, un @ux sources qui ne m'intéressait pas trop à priori et que j'ai finalement écouté avec plaisir. Merci!
Entretien très intéressant, c'est la première fois que je regarde l'intégrale, la partie "aux sources" dans l'émission principale étant de plus en plus courte et coupée abruptement.Je préfère de loin lorsque vous allez chercher des personnes moins connues du paysage médiatique français comme celle-ci, mais il en faut pour tous les goûts.
Je ne reviens pas du tout sur l'importance de la radio Africa 1 qui est fondamentale de part son ancrage et son positionnement, cependant je souhaite revenir sur le choix des mots qui pour des journalistes est très important.

Je pense qu'il est possible d'informer les auditeurs sur une zone géographique comme le continent africain, cependant je trouve qu'il y a un glissement dangereux lorsque E. Diecky généralise des attitudes, des traditions et des habitudes à l'ensemble des habitants du continent en répétant pendant tout l'interview "nous les africains" ou "en Afrique on". La zone géographique est une entité que l'on peut uniformiser et englober dans un mot, par contre les différences culturelles, de société et de niveau de développement sont si grandes entre les pays du continent qu'il me semble impossible de définir un africain type auquel on pourrait faire référence (comme elle le fait) grâce à la justification d'être "africaine" et de connaitre l'Afrique.

La seule précision de son propos intervient à la 48ème minutes "je parle de l'Afrique subsaharienne". Je pense effectivement qu'elle est consciente de toutes ces différences et de la diversité du continent africain mais en simplifiant ainsi son propos et en s'adressant à des auditeurs qui ne le savent pas forcément elle fait un grave faute qui entretient les préjugés des "européens" sur les "africains" et même des "africains" sur les "africains".

Par exemple en réponse à la place de la femme en Ukraine (à la cuisine) elle nous dit "moi un homme ne me dirait pas ça en Afrique"... Je ne sais pas comment elle fait pour généraliser ainsi la pensée de 800 millions d'habitants de 40 pays différents sur un continent aussi grand que les USA, la Chine, l'inde et l'europe réunis... Voir : http://static02.mediaite.com/geekosystem/uploads/2010/10/true-size-of-africa.jpg
Personnellement dans le sud de la Mauritanie j'entend des discours très variés sur le rôle de la femme dans la société en fonction du type de personne avec qui je discute mais cela est loin d'être aussi tranché qu'elle le dit et cela a plutôt tendance à pencher du coté d'une vision de la femme inférieur à l'homme. Cela sur un très petit échantillon à partir duquel je ne me permettrai jamais de généraliser sur les africains.

Je partage son optimisme sur le développement actuel d'une majorité de pays du continent. Cependant la proportion entre le nombre d'"africains" qui souhaitent venir en France (par exemple) et les "africains" ayant acquis des connaissances et un "savoir être" (compliqué comme expression...) en France souhaitant repartir me semble beaucoup trop déséquilibrée pour la mettre autant en avant comme elle le fait. Il ne faut pas confondre une tendance observable que l'on approuve et souhaite (nous sommes d'accord...) avec une réalité beaucoup plus grande et puissante.

A vouloir simplifier et grossir le trait pour faire passer des messages positifs sur l'évolutions de l'Afrique (avec lesquels je suis complètement en phase) je trouve que l'on peut produire l'effet inverse.

Comme Irfan j'aurai aimé que Maja demande son avis sur le site http//www.survie.org qui fait un gros travail d'investigation sur la françafrique entre autre. Pendant l'interview on ne parle pas d'ONG locales ou internationales qui sont pour certaines des sources d'information et même qui appuient à la mise en place de médias dans certains pays du continent comme http://www.internews.eu par exemple, c'est dommage.

Enfin, merci pour cette rencontre qui sort de l'ordinaire des journalistes que l'on voit ou entend trop souvent. L'émission "aux sources" est une réussite grâce à laquelle on comprend mieux comment se diffuse certaines informations ou pas.

Merci aussi à Africa n°1 pour son travail d'information sur un continent si intéressant.

Benjamin
En direct de la Mauritanie
Bonne idée ! Une femme, un média de "l'Outre-mer" / "l'international", voilà qui change un peu du prisme habituel - guidé par le capitaine ? - très parisiano-parisien. Et s'interroger sur les sources d'une "radio à capitaux gabonais et français" est vraient important !

Je regarderai l'intégrale plus tard, mais sur le petit extrait visionné donne déjà des éléments intéressants, qu'elle regarde grioo, afrik.com et consorts ne m'étonne pas, beaucoup d'informations sociétales souvent (mais utiles, il faut le dire, contre le blanchiment de la peau, sur la contraception...), par contre pas survie.org, pas les sites d'opposants ou de journalistes d'investigation ?
Le petit historique sur la radio est sympa, on connait assez mal les radios internationales en France à moins d'avoir un intérêt prononcé pour l'étranger - ou pour les médias.
Pas "d'information en plus" ? Donc pas de journalistes mais "uniquement" des chroniqueurs et analystes ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.