73
Commentaires

Mais puisqu'on vous dit que les Français veulent réformer le code du Travail !

Dans une chronique sur Europe 1, Nicolas Barré, directeur de la rédaction des Echos, a présenté un sondage publié par son quotidien sur les réformes du Code du travail. Incroyable: elles auraient l’appui des Français. Ce sondage en contredit un autre et, en outre, n’est qu’en partie favorable aux projets gouvernementaux. Mais rien ne saurait arrêter la marche des "réformes"… quitte à user encore de pédagogie pour expliquer les obsessions patronales.

Derniers commentaires

"Ou bien si je suis partisan de soviets de salariés décidant de tout dans les entreprises, je serais plus enclin à vouloir une "réforme en profondeur". Bouger, d’accord, mais dans quel sens ?"
Excellent!
Bon ces sondages sont des farces, des plébiscites pour justifier le karchérage(?) féroce que va entreprendre l'ex banquier. Qui permettra aux patrons de s'engraisser largement et aux salariés de crever la dalle.
Tiens je mets ça là : la chronique de Nicole Ferroni à s'adressant à la ministre du travail
et je rajoute ce décryptage et historique du bulletin de salaire par Lepage & co.
Hors sujet, mais pas complètement...
Je partage avec ce forum le mail pro que j'ai reçu aujourd'hui, sur ma boite mail pro d'enseignante de l'éducation nationale en école élémentaire.
Edifiant !

Madame xxxxxxx

Je me permets de vous contacter afin de solliciter un rendez-vous pour vous exposer notre dispositif de sensibilisation à l’entrepreneuriat au profit des jeunes de 8 à 25 ans.
En effet, notre association XXXXX joue un rôle important dans la préparation des jeunes pour affronter la vie professionnelle. Via ses différents programmes, elle crée de véritables ponts entre l’école et le monde de l’entreprise.

Pour cela notre association a conçu des outils pédagogiques permettant aux élèves de vivre une expérience exceptionnelle et concrète de conduite de projet tout au long de leur année scolaire.

L’objectif du programme est de permettre à des élèves de CM1, CM2 et 6ème de découvrir le monde socio-économique à travers un projet de création d’activités économiques.
Les élèves découvrent le fonctionnement d’une collectivité, ses métiers, ses commerces de proximité, s’interrogent sur les besoins qui existent sur leur territoire et imaginent en groupe de 4 à 6 une activité qu’ils pourraient créer pour répondre aux besoins de la ville, des habitants. Ils travaillent sur une maquette de leur projet et présentent leur réalisation lors d’un salon. Ils seront accompagnés et encadrés, par un permanent de notre association et un parrain issue du monde professionnel.
Ce programme permet ainsi aux élèves de passer d’une idée à un projet en se posant les bonnes questions, se mettre en situation de dirigeants et organiser son activité.

Notre programme va permettre aux élèves d’appréhender les rouages du monde qui les entoure, de la vie économique, de savoir conduire un projet, et également d’acquérir des compétences tels que : l’autonomie, le travail en équipe, la confiance en soi, l’esprit d’initiative et l’aisance à l’oral.

Afin de développer nos actions en faveur des jeunes, nous souhaiterions vous rencontrer pour mieux vous exposer nos différents projets.

Ci-joint, une présentation du programme.

Dans l’attente de vous rencontrer afin de vous présenter nos actions et nos projets, je vous prie de recevoir, Madamexxxxxmes sincères salutations.
Qu'est-ce qu'ils sont devenus, les chercheurs qui bossaient sur une réforme alternative du code du travail, avec simplification des nombreuses exceptions tricotées au fil des jours sur pression patronale et qui en ont fait une bouffissure incompréhensible pour ceux (salariés ou petites entreprises) qui n'ont pas à disposition un bataillon de juristes et d'avocats?
Merci Mr Godin, pour une fois vous ne nous Macaronis pas. On était bien nombreuses pour défendre nos droits l'année dernière, et encore maintenant on essaie que les médias et riches, n'aient pas tout pouvoir, mais la TV est très très forte, les mairies sont toutes tenus par le Marcronisme, et tous contre les Insoumis (ça dessole grave, du FN au PC , tout le monde décole les Insoumis (juste 20% des votants), et on est les seul faire vraiment une campagne électorale avec programme, les autres c'est juste le pouvoir....
'alors c’est parce qu’ils ne sont pas "mûrs", donc pas suffisamment "grands", ils sont restés des "enfants" ' Cette réthorique infantilisante est employé par les journalistes aussi pour décrire la politique, 'siffler la fin de la recrée' 'les frondeurs', 'cours d'école' 'les ragots' ... tous ça c'est parce que nos oligarques nous veulent (et les politiques et medias aussi) enfants , si on est des bébés on se soumet a la hiérarchie, on peut croire que sans elle pas de survie (alors que sans nous les oligarques sont morts) ... Tout l'univers médiatique est sciemment infantilisant afin de permettre aux journalistes de se sentir supérieurs, au peuple et politiques qu'il sont dans une cours d'école, pendant que la mafia se gorge. Ceux qui sont visible sont des mômes, Macron vie encore avec maman, jamais été père, toujours eu la position de petit dernier, meme a la banque, Hollande c'était je profite des femmes et je ment, Chirac un incompétent qui ne pensait qu'a sa luxure , Sarko obnubilé par le fric, son niveau social et sa taille, Miterrrand un obsédé du cul et de sa 'grandeur', entre ses deux femmes officiels y'avaient les autres.
Les journalistes Francais sont tellement eux même infantile et macho, que jamais ils ne nous parlent des rapports de ces types avec la moitié féminine de l'humanité, pourtant ça a du sens, mais pas pour les macho qui eux pensent que notre rapport aux femmes (qui fabriquent l'humanité) n'a aucune importance, qu'avec le machisme ont peut obtenir une démocratie égalitaire .... Bien sur, a se servir des femmes comme d'objets , a nous utiliser sans nous payer on construit a n'en pas douter, un monde non hiérarchique.
Je sais que je vais parler du diable pour beaucoup, c'est-à-dire de Jacques Sapir. Je trouve que son livre de la fin des années 90, "les trous noirs de la science économique" est toujours d'actualité et devrait être relu. Il y a de nombreux passages intéressants, par exemple quand il oppose la rationalité vue du côté du patronat et des économistes orthodoxes et du point de vue des salariés.

Autre livre à relire d'urgence, "Pas de pitié pour les gueux" de Laurent Cordonnier aux éditions Raisons d'Agir. Bien que publié en 2000, ce livre permet de décrypter les postures jupitériennes sur le code du travail de Macron, CEO [pour être tendance, on ne dit plus PDG] de l'entreprise France SA (voir la liste des lobbyistes aux postes clé donnée par le dernier numéro du Canard Enchaîné)
Le saviez-vous ?
REM est le sommeil paradoxal !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sommeil_paradoxal
étonnant non ?
je me demande si ce plafonnement des indemnités n'est pas un leurre. Il avait déjà fait merveille durant la loi ElKomri.
Créer la polémique sur ce point et finalement reculer un peu (le limiter aux entreprises de moins de 100 employés ...etc) pour trouver un consensus.
Mr Nicolas Barré vous êtes viré. Ah mais non pas d'indemnités voyons, la nouvelle loi sur le travail macronienne et moderniste! allez vous plaindre aux prudhommes , vous aurez l'indemnité forfaitisée, ça nous coute moins cher vu qu'on vous dégage sans motif. Avant on était mis au pilori, maintenant on est encore dans l'illégalité mais on paye pour.
Ben oui Mr Barré vous êtes trop vieux et trop cher voyons, et puis place aux jeunes (moins cher). Mais vous avez fait du bon boulot de désinformation pour faire avaler ces lois iniques à nos concitoyens, ça on ne vous remerciera jamais assez.
Allez bon vent Mr Barré...
Sondages + médias, les deux leviers de la propagande de l'oligarchie ploutocratique.
Des leviers diaboliques qui n'ont pas fini d'isoler les esprits les uns des autres.
Individuellement, personne n'est dupe, mais collectivement... il n'y a plus de collectivement.
Vous chantiez? J'en suis fort aise
Et bien, dansez maintenant!
Ce matin France Info semblait tenir un autre langage que d'habitude et par contre France Inter n'en parlait pas.
C'est que France Info citait - à mon double grand étonnement - un article paru dans Le Parisien (et qui en fait encore la Une) disant en résumé La réforme que veut Macron n'a rien à voir avec ce qu'il a laissé prévoir, elle est tout simplement le bréviaire du Medef et préparez-vous, ça va décaper (Le Parisien disant sobrement "Une version de travail qui va au-delà des éléments annoncés jusqu'à présent")

Comment est-il possible que certains aient pu croire un instant le contraire, que personne n'ait vu l'ascension extraordinaire ex-nihilo de cet homme candidat sans programme presque jusqu'au dernier moment pour aller voter pour lui au premier tour, voilà qui dépasse l'entendement et explique le soudain étonnement de ceux qui ont pu imaginer qu'il s'agirait de simple effet cosmétique à la Loi Travail, d'autant que le dictateur souriant annonçait qu'il userait de cet incroyable outil antidémocratique qu'est le 49.3 ou le passage par ordonnances.

Et il y a ceux qui malgré toute la sympathie qu'ils ont pour eux tels les moutons attendris par le doux regard du boucher trouvent néanmoins que notre Jupitérien exagère mais finissent par lui donner un sauve-conduit en disant "En fait Macron ne fait qu'obéir à l'Europe, le pôv"

Alors sondages déformés ou pas, il y a tout de même plus de 20% de gens qui ont voté pour Macron au premier tour et se sont tirés une balle dans le pied à bout portant. Qu'ils veuillent ou non une réforme à mort, la question est de savoir s'ils ont un odorat subtil car à vu de nez fallait être bien niais pour faire confiance à cet étrange ectoplasme


Le travail de longue haleine de détricotage du Code du Travail entrepris depuis de longues années mais de manière évidente sous Sarkozy va finalement aboutir par une implosion magnifique sous l'égide du dictateur souriant.
Patrick Heckel cite ci dessus le travail d’Emmanuel Dockès soutenu par des gens comme Gérard Filoche habitué d'@SI et passé inaperçu
Et pourtant, ce n'est pas faute que certains aient depuis longtemps mâcher le travail des journalistes en faisant ce travail à leur place
Que personne n'ait vu...
Hélas, ils sont nombreux à l'avoir vu, mais il fallait lutter contre l'autre péril, n'est-ce pas. Parce que M. Macron, ce démolisseur agréé de toute décence sociale et démocratique, n'était pas dangereux, lui. Parce qu'il y avait le Croquemitaine, JLM, qui aurait pu changer les choses en notre faveur, quelle horreur !
Changer ? Non. Après tout, empirer n'est pas changer, on est toujours dans la même logique rassurante avec ses hiérarchies douteuses, ses injustices évidentes, et notre irresponsabilisation assumée et galopante.
Le problème avec les démolisseurs patentés qui n'ont pas vraiment conscience de ce qu'ils font, après tout tout cela n'est qu'un jeu, la banque monopoly et la loterie présidentielle, ces démolisseurs souriants aux anges de l'ambition risquent de provoquer la démolition réelle, finale et sanglante. Car on finit par se lasser de la mort lente.
J'aime bien le "cela dépasse l'entendement". Mais en réalité, il y a longtemps, Spinoza nous en a donné l'explication : "les hommes chérissent les causes dont ils maudissent les effets".
Il serait peut-être temps de relire 1984, en oubliant l'URSS, et en constatant à quel point il est l'illustration de notre dictature de moins en moins molle.
C'est pas Spinoza,c'est Bossuet.
B. l'a piqué chez Spinoza. Ah, ces religieux!!!!!!!!!
"Journalisme" post-vérité ?
Et les retraités attendent également avec impatience de voir leur CSG augmenter. Il faut lire, à ce sujet, l'excellente chronique, pleine d'humour, de Samuel Gontier dans Télérama. Mesure destinée officiellement à augmenter les salaires des plus jeunes. Alors un retraité qui a une pension de 1200 euros ne peut que se réjouir en découvrant qu'il va contribuer ainsi, à augmenter le salaire ( modeste) de Michel Drucker ( 74 ans) et de Jean Pierre Elkabach (79 ans).
Mais faire des sondages qui ne signifient rien pour ensuite les exploiter pour sa propre idéologie, ça ne s'appelle pas de la manipulation ?
Ah ce satané code du travail ! Comme chez Molière avec le poumon, chaque foi que l’économie va mal, on sort la phrase magique Haro sur Code du travail !
Et on met toujours en avant les très petites entreprises dont l’action serait terriblement freinée par ce code trop compliqué, obscur, incompréhensible, comme voulait le faire croire monsieur Bayrou en jetant sur la table avec mépris, morgue et obscénité pour reprendre les mots de Michel Onfray, lors de l’émission Des Paroles et des actes, le 18 septembre 2014. Sauf que, d’une manière assez malhonnête, c’est le code du travail annoté du Groupe Revue Fiduciaire, édition 2012 (GRF), plus gros et plus grand qu’il a jeté sur la table, pas le petit livre rouge Dalloz. Sans doute que sa démonstration n’aurait pas été suffisamment convaincante avec cette édition. Et en faisant rire les spectateurs à leurs dépends ! Mais si on enlève tout ce qui ne leur est pas applicable aux TPE, il ne reste plus grand-chose à appliquer dans ce code, d’autant plus qu’ils disposent de relais pour les aider (comptable, organisations patronales, inspection du travail…). Chaque citoyen qui paie ses impôts n’achète pas le CGI, il peu consulter la VO Impôt par exemple. Bizarrement ce CGI d’est pas attaqué alors qu’il fait 300 pages de plus que le code du travail :
« les employeurs, ceux des TPE, des PME et les autres, ne passent pas leurs journées avec le Code du travail dans la main, contrairement à l’imagerie véhiculée. Ils s’adressent depuis longtemps à leur comptable, ou à leur DRH dans les entreprises d’une autre taille, pour connaître le cadre dans lequel ils ont intérêt à agir. Et s’il faut des modèles simples et utilisables, des fiches pratiques d’explication de la législation existent depuis plus de quinze ans chez de nombreux éditeurs et même sur le site du ministère du Travail. » (Le Code du travail mérite-t-il d’être brûlé ?, Patrick Quinqueton, Conseiller d'État, ancien Inspecteur du travail, Semaine Sociale Lamy, n°1684)
Personne n’évoque également les impayés qui mettent à mal la trésorerie des PME, comme le fait très justement remarquer un petit patron : « La loi El Khomri est au mieux inutile, au pire néfaste pour une PME comme la mienne. Je dirige une PME de 80 salariés… Il faudrait aussi contraindre les administrations et les grandes entreprises à honorer leurs créances vis-à-vis des PME. Les collectivités locales et l’État doivent en théorie verser automatiquement des intérêts moratoires en cas de retard de paiement. En pratique, elles ne le font quasiment jamais. Quant aux retards de paiement des grandes entreprises vis-à-vis de PME, ils totalisent 16 milliards d’euros. Une loi travail qui se soucie des PME devrait s’attaquer à ces problèmes en priorité. » (Les PME n'ont pas besoin de la loi El Khomri (et c'est un patron qui le dit), Arnaud Lelache, Alternatives éco, avril 2016). Voir également l’excellent article « Camarades patrons » dans le journal Fakir d’avril-juin 2017.
« Depuis près de deux ans, un collectif d’universitaires, spécialistes en droit, planche sur une réécriture totale du code du travail. L’ouvrage vient de paraître aux éditions Dalloz. Il pèse quatre fois moins que l’actuel et se révèle bien plus protecteur envers les salariés » (Le code du travail dont devraient s'inspirer les candidats, PAR RACHIDA EL AZZOUZI, ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 4 AVRIL 2017).
Personne n’a parlé de ce superbe travail de réécriture effectué par Emmanuel Dockès et son équipe depuis quelques mois (aucun média, ni d’ailleurs @si, n’a évoqué ce travail). Sauf Médiapart et qq autres. Il s’agit d’une refonte complète de ce code pour un code du travail, plus simple, plus concis et aussi plus protecteur. La partie législative de ce code est terminée et publiée chez Dalloz et sur le Site de l'équipe Presque tous les candidats à la présidentielle l’on reçu. Lequel en a parlé ? quel journaliste les a interrogés ?
Il suffit pour cela de comparer les dispositions consacrées aux Travailleurs des plateformes informatiques dans ce nouveau code et les mêmes dans la loi El Kohmri (Deux articles chez Dockès (avec présomption de salariat pour ces travailleurs si certains critères sont réunis) et sept dans la loi El Kohmri et sans que la notion de travailleurs indépendants soit remise en cause.
Sans doute E. Dockès se rappelait-il ce que disait Jacques Le Goff en 1982 à propos des faux artisans :
« A l'heure où se met en place un dispositif nouveau de protection renforcée des travailleurs temporaires, il est temps d'attirer l'attention sur le développement clandestin d'une pratique qui mène à son terme la logique de déstabilisation du statut des salariés en remettant radicalement en cause l'ensemble des garanties instituées par le droit du travail. Je veux parler du phénomène des " salariés-artisans "... » (Une brèche dans le droit du travail : les " salariés-artisans " Jacques Le Goff, Le Monde du 14 avril 1982).
Merci pour cet article. Mais j'en tirerais une conclusion un peu plus nuancée encore : en gros on va finir par s'apercevoir - ce que pensent a priori une majorité de sondés - que le compromis trouvé par la CFDT sur la loi travail malgré certains points discutables (et surtout malgré la morgue de Valls, son désir de rapport de force pour faire oublier qu'il avait dû reculer sur le fond) était globalement très acceptable, digne d'une démocratie sociale renouvelée (compte pénibilité, etc.)
les médias nous ont tordus le bras pour faire barrage au danger d'une dictature brune , ils peuvent bien tenter nous faire adhérer à une dictature molle....
SOUMISSION .... on devrait en fairé un livre.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.