22
Commentaires

Macron, Zemmour, Mélenchon : clips en séries

Commentaires préférés des abonnés

Le coup du Napoléon en campagne, c'est exactement ce que j'ai pensé. le profil, tout ça... MDR:-)

Parfaitement du Cinéma.

La question est : est ce que justement ça ne sera pas prit comme ça: du cinéma.? Veut on un acteur comme Président?

Puissance polit(...)

Approuvé 9 fois

"je me demande si ce n'est pas le sentiment d'urgence et surtout de dernière chance qui est recherché. "
Ou la recherche de légitimité ? Comme c'est souvent ce qu'on lui dénie (trop gueulard)... Debout devant une bibliothèque, c'est la photo des prési(...)

Je trouve les analyses de R. Djoumi justes et précieuses.


Et savoureuses comme la page 2 du Canard Enchaîné où il est écrit cette semaine à propos des clips d'E. Macron :

"Troisième découverte du président sortant : l'inutilité, pour ne pas dire plus, (...)

Derniers commentaires

D'abord chapeau Rafik Djoumi. Il est certain que jamais je n'aurais pas vu les clips de Emmanuel et celui de zob, et que ces clips ne font qu'appuyer le côté mégalo impérialement ou royalement vôtre du premier et l'antibarbiturique déclencheur d'angoisses à outrance du second

Il y a donc la propagande à l'oeuvre où se mêle le mensonge (Emmanuel en ballade nocturne, discutant marathon et racolant deux mignones) et l'ignoble distillé par superposition d'images chez zob

et de l'autre côté avec le clip de campagne de Mélenchon le choix de la vérité, de la simplicité et de la proximité qui n'a pas besoin d'être feinte


mais au bout du compte, il parait que la pub déclenche des réflexes pavloviens chez certains au rayon des yaourts Yoplait et des pâtes Buitoni, alors on peut se dire que l'effet sera le même aux urnes

bien que ces clips semblent des lapalissades inutiles vu le décervelage effectué par les médias style Boloré et autres depuis des mois


Sur la websérie de Macron, vous faites l'impasse sur l'histoire du documentaire politique, le fait que ce soit tourné par une seule personne ; donc avec des outils qui ne sont pas ceux de la fiction cinématographique.


Un erreur d'analyse technique : le plan de nuit avec la Tour Eiffel et les lumières en fond bokeh sont une contrainte technique liée au tournage de nuit (nécessité d'une grande ouverture de l'optique et dont d'une faible profondeur de champ associée un bokeh plus prononcé). C'est donc une contrainte, et non un choix.


Impasse totalement sur le montage ("effet de montage" ne veut rien dire).


Des banalités ("tout ça est très pensé, très calculé").


Bref je m'arrête là, mais le niveau d'analyse est très faible. Un élève de L3 cinéma (qui a appris les outils de l'analyse d'images et de son) n'aurait pas eu la moyenne à un tel exposé.

Je trouve les analyses de R. Djoumi justes et précieuses.


Et savoureuses comme la page 2 du Canard Enchaîné où il est écrit cette semaine à propos des clips d'E. Macron :

"Troisième découverte du président sortant : l'inutilité, pour ne pas dire plus, du petit groupe de jeunes communicants qui l'entourent et ne jurent que par TikTok, Netflix et ses vidéos dites "humanisantes". "Depuis qu'ils s'occupent de moi, a-t-il constaté, je baisse dans les sondages.""


Je partage l'analyse de R. Djoumi sur l'efficacité technique et émotionnelle du clip macroniste. Cependant, ce que je juge être une maladresse, une erreur, voire une faute, n'a manifestement pas encore été relevée. À savoir que certes, il apparaît évident qu'un futur chef des armées doit être capable d'enfiler des gants de boxe. Mais le problème est qu'E. Macron ne les enfile pas pour défier M. Lepen, le FMI, ou Saudi Aramco. Non : il enfile ses gants de boxe pour rencontrer les français...


Prochain clip : E. Macron avec un flashball à la ceinture pour ses prochains bains de foule ?

la chronique de Rafik Djoumi est pas mal, mais le clip de Zemmour, je ne vois pas ce qu'il y a à décoder. tout est fait avec une légèreté de bulldozer, comme l'image de voiture brulée au moment où ça parle d'immigration.


Z aurait dû faire quelque chose d'un peu moins mortifère. là ça fait pas trop envie. au moins Macron parait sympa et accessible.

J'ai une analyse de la batte de base ball plus premier degré, j'y voit plutôt une apologie de la violence d'extrême droite conte les incendiaires des bagnoles, les ratonnades si vous voyez ce que je veux dire.

Je comprends bien le message de RD sur le clip de Jlm; sur le fait qu'il manque d'air, effectivement. Par contre, un truc me saute aux yeux sur celui de Z: il est tellement cheap avec ses images de banques d'images !!! On dirait une pub de tuto "comment faire un montage sur Adobe Premiere Pro", en mode "j'ai utilisé mes vidéos de vacances et des images disponibles gratuitement sur le net. Vous allez voir, c'est super facile de faire comme au cinéma..."

C'est marrant, moi ça m'a fait penser à "the voice" le début de Macron.


Le fait de filmer les coulisse du candidat juste avant qu'il n'entre, ou Nikos Aliagas qui se fait maquiller ou encore les questionnements et interactions avec les technicos juste avant de "faire le show" c'est typiquement les codes de cette émission. 


Méluche, je troive que la musique commence trop tôt et la lumiere ne le met pas assez en valeur, une atmosphère un peu plus bleutée aurait mis ses rides, donc son expérience en avant, mais bon c'est un parti pris. et en effet, va falloir faire pas mal de pédagogie pour les floutages de drapeau 😁 . Pour le reste ça fait très cheap.


Zemmour au final clip de campagne très  classique et un peu trop classique d'ailleurs pour ne pas sombrer dans une

Caricature du clip de campagne avec les gens en gros plans, la musique qui monte, on l'a vu 1000 fois et difficile d'atteindre réellement une émotion de mon point de vue.


Après, comme chacun.e, j'ai mes biais . ..

L'éminent Jacques Séguéla  a déclaré : " C'est une campagne de morts-vivants ".


A voir sa tête et à l'écouter,   on constate  qu'il connait parfaitement le sujet


( mais, peut-être est-il , quand même , plus mort que vivant ).

Intéressant mais trop court donc trop superficiel à mon goût, ça laisse un peu sur sa faim et l'impression d'avoir vu une bande-annonce. J'aurais bien aimé l'émission en entier ^^ avec le temps pour le chroniqueur d'effectuer un décryptage poussé.

Le coup du Napoléon en campagne, c'est exactement ce que j'ai pensé. le profil, tout ça... MDR:-)

Parfaitement du Cinéma.

La question est : est ce que justement ça ne sera pas prit comme ça: du cinéma.? Veut on un acteur comme Président?

Puissance politique 3* sur 5


Totalement Pub le Zem, donc rien à dire puisqu'il s'agit de vendre un produit. 

Pas sûr de l'efficacité, vu que la pub tout le monde en bouffe et qu'une pub de plus même pour la Présidentielle n'est qu'une pub de plus.

Puissance politique  1* sur 5


Le pari de l'intelligence pour Méluche: " Je ne vous la joue pas, nous sommes coincé!"

A écouter Rafik, je me demande si ce n'est pas le sentiment d'urgence et surtout de dernière chance qui est recherché. 

Dernière chance pour la France, la planète

Mais aussi dernière chance pour lui.

Parce que ce n'est pas pour ne pas l'avoir dit plusieurs fois: Je vous vous sert de brise glace (étrave) jusqu'au Pouvoir et ensuite VOUS faites le job; parce que pour moi c'est fini. 70 ans.

Puissance politique 4* sur 5

Rafik Djoumi valide la comm de Macron. Il y a du Netflix, du Rocky et que sais-je encore. 0 contenu. C'est du ciné pour les gogos. Faudrait pas oublier qu'on choisit un président pour 5 ans.

Superbe chronique.


(Le clip de LFI est une catastrophe, il est urgent de ne pas le diffuser)

0% politique, ça me fait bizarre, qui croit ça?

chouette une chronique de Rafik Djoumi !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.