51
Commentaires

Macron, de la main de Trump aux bras de Poutine

Alerte Stéphane Bern ! Soit je me trompe, soit on est partis pour une journée rétro-Versailles.

Derniers commentaires

En attendant l'arrivée de Poutine, à la bourre comme d'hab (l'exactitude est la politesse des Rois, mais visiblement pas celles des Tsars), les envoyé(e)s des chaînes d'info en continu ont dû meubler le vide.
Celle de BFMTV, à moins que ce ne soit LCI, sut fort habilement tenir ses téléspectateurs en haleine en spéculant sur la nature de la future poignée de mains.
Emmanuel allait-il faire blanchir les phalanges de Vlad, comme celles d'un vulgaire Donald ?
Le suspense fut à son comble lorsqu'elle ajouta (authentique) que Vlad était ceinture noire de judo ! Notre héros national, victime d'un excès de confiance et de virilité, allait-il être projeté au sol d'un vicieux o soto gari par le maître du Kremlin ?
En définitive, rien de tout cela. Juste une banale poignée de mains. Anodine, presque molle. Décevante.
Incroyable : Le journal Le Monde nous explique qu'il ne faut pas avoir peur d'un gouvernement par ordonnances.
On se demande bien si le journal Le Monde va bientôt nous expliquer à quoi sert la démocratie car il faut pas avoir peur de la dictature ou de la monarchie absolue
"Mais, outre que la théorie de M. Jules de Gaultier concerne un rapport des plus normaux de la personnalité humaine : ses idéaux, il convient de remarquer que si un homme qui se croit un roi est fou, un roi qui se croit un roi ne l'est pas moins.

Comme le prouvent l'exemple de Louis Il de Bavière et de quelques autres personnes royales, et le "bon sens" de tout un chacun, au nom de quoi l'on exige à bon droit des personnes placées dans cette situation "qu'elles jouent bien leur rôle", mais l'on ressent avec gêne l'idée qu'elles "y croient 5" tout de bon, fût-ce à travers une considération supérieure de leur devoir d'incarner une fonction dans l'ordre du monde, par quoi elles prennent assez bien figure de victimes élues.
Le moment de virage est ici donné par la médiation ou l'immédiateté de l'identification, et pour dire le mot, par l'infatuation du sujet.

Pour me faire entendre, j'évoquerai la sympathique figure du godelureau, né dans l'aisance, qui, comme on dit, "ne se doute de rien", et spécialement pas de ce qu'il doit à cette heureuse fortune. Le bon sens a la coutume de le qualifier selon le cas de "bienheureux innocent" ou de "petit c..tin". Il "se croit 6" comme on dit en français : en quoi le génie de la langue met l'accent où il le faut, c'est-à-dire non pas sur l'inadéquation d'un attribut, mais sur un mode du verbe, car le sujet se croit en somme ce qu'il est un heureux coquin, mais le bon sens lui souhaite in petto l'anicroche qui lui révélera qu'il ne l'est pas tant qu'il le croit. Qu'on n'aille pas me dire que je fais de l'esprit, et de la qualité qui se montre dans ce mot que Napoléon était un type qui se croyait Napoléon. Car Napoléon ne se croyait pas du tout Napoléon, pour fort bien savoir par quels moyens Bonaparte avait produit Napoléon, et comment Napoléon, comme le dieu de Malebranche, en soutenait à chaque instant l'existence. S'il se crut Napoléon, ce fut au moment où Jupiter eut décidé de le perdre, et sa chute accomplie, il occupa ses loisirs à mentir à Las Cases à pages que veux-tu, pour que la postérité crût qu'il s'était cru Napoléon, condition requise pour la convaincre elle-même qu'il avait été vraiment Napoléon.

Ne croyez pas que je m'égare, dans un propos qui ne doit nous porter à rien de moins qu'au coeur de la dialectique de l'être, - car c'est bien en un tel point que se situe la méconnaissance essentielle de la folie, que notre malade manifeste parfaitement."

Concrètement ce que Lacan explique c'est que le président normal et le président Jupitérien sont un seul et même président.
Pour le comprendre faut envisager que le président normal c'est le roi qui ne se prend pas pour un roi. A savoir qu'il occupe la fonction et à ce titre il est conscient qu'il existe un écart entre l'image idéalisée que les sujets lui renvoie de lui même et la réalité de son être. A savoir qu'il fait caca comme tout le monde en gros.

Et donc l'embrouille du président normal c'est quoi? C'est qu'un président qui serait capable de prêter attention aux problèmes des Français en théorie il est capable de les régler à moitié. Ce qui est déjà exceptionnel puisque la politique c'est un impossible.
Donc le président normal c'est le président qui préside à hauteur d'homme et qui se sert de son pouvoir pour régler nos problèmes. Et comme il y'a arrive à moitié on est époustouflé. Surtout après Chirac, Sarkozy et Hollande. Conséquence on le trouve jupitérien. Parce que du haut de notre prolétariat on envisage pas que la clef du succès de notre président Jupitérien c'est justement de ne pas se croire Jupitérien.

Par conséquent c'est pas un hasard hein si Macron nous la joue Monarchie 2.0. C'est le projet. Comprendre que lui il se prend pour le roi. Il est aliéné à l'image idéalisée que sa petite cour lui renvoie. Le peuple est hochet et pendant qu'il nous flatte il fait le boulot imposé par bruxelles et le petit milieu de la finance.
C'est un président Don Juanesque dans le réferentiel Lacanien, qui n'a de Jupitérien que l'égo. Et ça ça permet de soutenir que Macron est amoureux de sa mère. C'est pour ça que son programme sonne scientisme à tous les étages et ce qu'il va nous imposer c'est un règne des experts. C'est dans l'air pour du réel.
Le soucis en fait je pense que c'est Hollande ceci dit. Il a loupé son président normal alors l'effet jupitérien n'est pas apparu et Macron en a tiré la conclusion qu'il devait se prendre pour l'élu et Jeanne d'arc afin de prendre le pouvoir pour nous sortir de l'ornière.

Alors évidemment pour le moment on est époustouflé. Parce qu'il prend merveilleusement bien la pluie. Contrairement à Hollande. Il pense à prendre un parapluie contrairement à Hollande. Et de mon point de vue ça dit bien les cinq ans qui nous attendent. Comprendre que contrairement à Hollande Macron va passer son temps à nous faire croire qu'il contrôle les éléments.

Là ou Hollande à miser sur la contestation virile du "système" avant de plier sur le poids du réel une fois arrivé au pouvoir. Macron lui a annoncé la couleur "On fera tout ce qu'ils veulent, y'a pas d'autre alternatives". Résultat là ou Hollande pouvait paraître dépassé par les évènements Macron lui donnera l'impression de les dominer.

Ce qui m'inquiète, c'est que le français il est un peu couillon. Je veux dire que le français il a pas tranché la tête du roi par hasard et en plus à l'heure d'internet il est un peu éduqué. Un peu conscient de la mascarade. Le français moyen, de plus en plus souvent, il éprouve la coupure qui existe entre lui et ses médias, entre lui et ses politiques. Par conséquent il va peut être enfin finir par prendre la rue pour gueuler, sur un coup de tête.

Espérons en tous cas.
On a compris que DS ne peut pas voir Macron en peinture .
En tout cas le retour de l'adjectif "gaullo-mitterrandien" à toutes les sauces ça devrait plaire aux "insoumis" (même s'ils vont bouder leur plaisir)
Son discours ressemble "étrangement" à un discours de la droite conservatrice, mais d'une droite conservatrice qui a acté les avancées sociétales (encore que dans le fond, on verra dans le temps si c'est vraiment le cas, parce que ça parle beaucoup pour le moment).

Ce type, c'est plus l'héritier de Giscard que de Hollande.
Depuis quelques jours, on nous sert de la sauce macron à tous les repas et sur tout.
Tout est nouveau avec lui, plus rien n'est comme avant et même on nous parle avec respect de ses premiers pas.
Un président est né, et il n'y a pas un journal sans sa photo sur tout et des récits de ses prouesses comme si ce fut Ulysse.
On finit même par être gêné pour Trump qui est le contraire et ne réunit sur son nom que le récit de ses bêtises.

Avant il y avait l'obscurité, puis Macron créa Macron, et ce fut le phare du monde
L'état c'est lui, on va même jusqu'à vanter sa méthode qui est décortiquée au vu et au su de tous, ce qui fait que c'est comme si un chalutier plantait des panneaux de directions vers ses filets et que les bancs de poissons s'y jettent avec un entrain qui dépasse toute imagination. Ce matin en tous les cas, sur les radios entre deux "communiqués" pour le parti Emmanuel Macron, une chronique nous vantait cette méthode

En parallèle, tandis qu'on se dispute à droite et à gauche pour jouter du Macron ou de la Majorité présidentielle sur son affiche de candidat, c'est Mélenchon qui a droit à toutes les critiques (et même procès de Cazeneuve) sur toutes les radios et les journaux, Mélenchon est donc intronisé de fait comme l'opposant numéro 1 au futur roi de France.
Parlant de roi, c'est un peu fort de café, de dire que parce que les Français n'ont pas encore réussi à se désaliéner de la royauté, il faut leur en resservir. T'entends Jean Moulin ? Et vous du Mur des Fédérés, sans compter les victimes que le Roi Soleil fit par son éclat.
Excellent!!! :)))
Le fait est là, si, comme le dit très bien Macron, "le reste du temps la démocratie ne remplit pas l'espace", c'est que le fauteuil resté vide est celui du Peuple.
Bonjour et merci pour la chronique. Amis des arrêts sur images, jettez un coup d'oeil au tableau que Libération* a choisi pour illustrer la rencontre Macron Poutine, en utilisant le même parallèle historique que celui évoqué par le matinaute. La scène est antérieure, la composition est différente, le peintre semble russe (il s'appelle "Gorsky", impossible d'en savoir plus même avec recherche par image). Véhicule-t-elle le même message ? Modifie-t-elle les rôles ? Vous avez 3 heures.

*En cadeau bonux dans le même numéro de Libération, la chronique hebdomadaire du taulier, bien sentie, et avec une conclusion imparable.
Faut-il rappeler que l'un des premiers déplacements de Macron, quand il était candidat, a été de rendre visite à Philippe de Villiers ?


http://s2.lemde.fr/image/2016/08/20/696x348/4985505_3_48f1_emmanuel-macron-et-philippe-de-villiers-au_02c933bf324f17875ed039d906f6ab23.jpg
Pourquoi ne pas lâcher quelques éléphants à Rambouillet?, des rois pourraient venir les chasser. On a une grande aspiration à avoir des rois. On les aime. Ils sont tellement sympatoches.

Question vestimentaire Macron (& co), est complètement inféodé à la révolution puisqu'il porte des pantalons. Si il ne se met pas aux bas blancs et aux cheveux poudrés, même pas la peine qu'il se représente. Son personnage de pseudo roi, mon cul. Tu causes tu causes et c'est tout ce que tu sais faire.
Espérons que ce ne soit pas Tsar Wars ...
Distrayante chronique, mais un poil exagérée. Si on y pense, tonton (Mitterrand), c'était pire (la pyramide, c'est lui quand même).

En tout cas on peut se réjouir du fait que France Culture prenne ses distances avec le culte de Macron, mais aussi avec le gouvernement Philippe (un nom de souverain, au fait) : voir la chronique de Xavier de La Porte sur le recul en matière de démocratie numérique : https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/macron-ou-la-riviere-trop-dirigee

(recommandé à celles et ceux qui tapent sur le PS sans faire de différences entre ses ex-courants et ex-ministres)
L'une des lignes de forces de la communication du gouvernement actuel est la volonté de gommer l'image de freluquet (Aude Lancelin emploie le mot de "chérubin") qui s'attache à Macron.
Il suffit d'ailleurs de parcourir la presse de ce matin pour mesurer l'efficacité de cette propagande.
Dans le cas présent, la propagande officielle fait d'une pierre deux coups puisqu'elle renforce l'idée que Poutine st une brute que Macron saura dompter.
On peut s'étonner qu'@rret sur images se fasse le relais (au lieu de la dénoncer) de la propagande de Macron, qui présente la rencontre Macron-Poutine comme un affrontement.
"Quelles sont les étranges intentions d'Emmanuel Macron en invitant Poutine à Versailles, "
J'ai cru comprendre ce matin, d'après une représentante d'un média russe* , que l'invitation avait été faite à la demande de Poutine.

* sur l'une des radios France-etc mais j'ai oublié laquelle
[quote=Daniel Schneidermann] C'était bien la peine de tordre virilement la main de Trump, pour se retrouver peinturluré dans les bras puissants du prédécesseur de Poutine.


Est-ce parce que la France est le pays de Saint-Exupéry que Le Petit Prince y semble présider aujourd'hui?
En fait c'est un énorme troll Manu.

Ou alors il est ignare, c'est possible aussi.
A propos des chasses présidentielles.
Officiellement supprimées par Chirac en 1995... "d'autant que le président a dorénavant pour conseiller l'écologiste Nicolas Hulot".
[quote=DS]le Louvre et Versailles ne sont pas vraiment des "symboles républicains"

Mitterrand avait également, en son temps, recupéré ces "symboles" en les prétendant républicains ...
http://www.europe1.fr/politique/reception-de-poutine-a-versailles-un-clin-a-mitterrand-3342146
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.