67
Commentaires

Macron, c'est bidon !

Match et Gala après VSD, quelques jours après le 20 Heures de Delahousse.

Derniers commentaires

Manque plus qu'un article dans pornvidéo:
"Monsieur M. vous explique comment chopper et baiser sa MILF"
:D
Pourquoi il est accompagné de sa maman sur les photos de Paris Match et VSD?
C'est quoi ces pubs avant les vidéos ? Un poisson d'avril ? ^^'
Ce qui est le plus écœurant finalement, c'est que la recette se déroule sous nos yeux.

Un peu comme l'autre Trump qui nous vend du Trump comme un ingrédient assuré de réussite par le simple fait qu'il le dit mais laisse tout le reste dans le flou jusqu’à la hauteur de son mur sensé arrêté les hordes mexicaines, Caramba !

Les médias courant principal nous fabriquent du Macron comme produit d'élection, le paquetage a commencé depuis quelques temps déjà. On nous refait un remake de Chirac et Sarkozy, voilà Hollande et Bidon. Et jusqu'à la future première, avec cette fois une qui a de la bouteille, Bidon plaira aux vieux électeurs.

C'est à se demander qui peut mordre à un tel hameçon, qui peut se laisser convaincre. Apparemment, ça fonctionne suffisamment pour que beaucoup empruntent la même voix, et que certains viennent se disculper de prendre du Bidon sous prétexte que les autres créent La Belle Alliance Populaire.
La question que me pose principalement ce mouvement c'est : est-ce que ça donne lieu à des subventions de l'Etat ou des dons défiscalisés ?
Autrement dit, est-ce un moyen pour le gars de se faire du fric comme tous les autres via un micro-parti ?

Je n'ai pas vu cette question abordée, je suis peut-être à côté de la plaque.
Bravo !
Oui Macron c'est bidon.
C'est pourquoi j'encourage tous les @sinautes à rejoindre La Belle Alliance Populaire ! Voilà la réponse à cet imposteur de Macron !

Rejoignez-nous, camarades, pour que vive la gauche. Jean-Vincent Placé, Sylvia Pinel, Fadela Amara… Ne vibrez-vous pas à l'évocation de ces jeunes leaders charismatiques, symboles de notre belle diversité républicaine ?

Pas besoin d'Alain Korkos pour comprendre que le logo de la Belle Alliance puise ses racines dans la France des années 70, l'époque de la providence, de la croissance ! Avec la petite étoile façon Celio qui apporte une touche fashion très raffinée et élégante, l'évocation du succès à venir est immédiate.
Quelle belle promesse pour ce nouveau mouvement. Le retour aux 30 glorieuses, ils y ont pensé. Déjà, sur le plan de l'image je trouve que c'est très fort. Voilà de la communication subliminale efficace.

Putain, moi ça me botte.
Arghhh !

--
Tapie, Royal, Barre et Balladur : je vous trouve même gentil pour lui. Au moins ces quatre-là ont-ils, à un moment, personnifié un espoir, qui s'est traduit dans les urnes. Quitte à trouver des précédents, je pencherais plutôt vers Rocard, Fabius ou Juppé. Encore moins dangereux, quoi.
Ce qui est gênant c'est que le ministre de l'économie est l'arbre qui cache la foret ...
Macron est certes bidon ... mais pas plus ou moins que Valls, Juppé, Hollande, Mélenchon ...
Quand on me demanda de goûter du Macron,
En colère, je répondis qui'il en était hors de question.
Mais dans le cochon tout n'est-il pas bon?
Bien sûr, mais bien au chaud dans son cocon
Offert par un Hollande, vieux larron
Très peu pour moi d'y mettre les dents
Et je dis non, dès maintenant.

Point de Macron en bouche
A la fin de l'envoi, je touche.

Pour un Macron,
Que des vers de mirliton!
Cette histoire de faussaire... me fait penser à Brassens: https://www.youtube.com/watch?v=_9uueylu3Lg
"Ils sont si mignons les "nuit debout" qui acceptent que des réunions "nuit debout" soient organisées interdites aux blancs"

Vous tenez ça d'où?
il est si mignon le Macron, un ancien de la banque Rothschild, laquelle n'a rien à voir, bien entendu, avec les paradis fiscaux et autres entourloupes qui n'ont pour seul objectif que de déplacer l'argent du plus grand nombre vers le plus petit. Lui il n'adhère pas à ces petits travers de son ancien employeur.
Ils sont si mignons les "nuit debout" qui acceptent que des réunions "nuit debout" soient organisées interdites aux blancs, j'adore le monde des bisounours mais je n'ai plus l'âge d'y croire.Et avec eux on sait que certains problèmes sont totalement ignorés alors qu'ils seront déterminants dans l'avenir politique du pays.
Quelle belle offre politique, on a aussi Hulot qui se rapproche de Macron tout en continuant d''affirmer qu'il faut abandonner le principe de croissance, on se pince.
Et puis aussi Cavada et Lepage qui ne veulent plus des anciens, je crains le pire pour eux, ils doivent penser au suicide, ils n'ont même pas honte de tenir de tels propos...
Et puis Hollande et Sarko et Juppé et compagnie, tous ceux qui nous ont prouvé leur efficacité pour appuyer le mouvement de déplacement de richesses cité plus haut!
Alors, je pose la question " Que faire", si quelqu'un a la réponse.
Heureusement qu'il reste khorkos pour faire de l'analyse de l'image sur ce site. Tout le reste est devenu propagande au 1er degré.

Difficile de ne pas être lordonolatre et abonne ASI en 2016. C'était peut être déjà le cas avant mais ça me derangeait moins, aujourd'hui le côté "choisis ton camp : les (social)traîtres ou les opprimés éclairés " a fini de m'exasperer. Bonne révolution à vous .

Et vive khorkos, tu vas me manquer camarade.
Du Macron, on connaît désormais l’injonction « En marche », slogan de caudillo pour un parti de godillots. Ce mot d’ordre, au sens strict, n’a d’ailleurs rien d’étonnant quand on sait que le macron est, à l’origine, « dans les pieds ».
En effet, les pieds élémentaires les plus fréquents de la poésie antique, grecque ou latine, anapeste, dactyle, iambe, molosse, péon, spondée ou trochée reposent sur l'alternance d'au moins deux syllabes, l’une lourde appelée macron (notée –), l’autre légère, le micron (notée U).
Peu usitée en Français après les expériences des poètes de la Pléïade, Jodelle et surtout Du Baïf, cette métrique est donc remise au goût du jour par un ex normalien devenu banquier puis ministre sous un vers très sommaire d’un seul amphibraque (En marche/U – U), c’est-à-dire, un pied « court des deux côtés » selon le terme grec ??????????/ amphíbrachys.
Pour désigner ce pied, certains philologues cependant préfèrent le terme synonyme « brachychorée », notamment lorsqu’il s’agit de pointer sa présence dans des vers dont la métrique apparaît fautive selon les règles académiques. C'est sans doute dans cet esprit que, dans le premier tome des volumes "Grammaire et Littérature de l'Encyclopédie méthodique, dite « Encyclopédie Panckoucke », Nicolas Beauzée a pris soin de préciser, avant son article consacré au "brachychorée", le sens des termes "brachycatalecte" ou "brachycatalectique" : "On appeloit ainsi les vers auxquels il manquoit un pied , selon les règles ordinaires de la versification métrique".
Cette définition convient donc parfaitement à la métrique impotente du vers macronique « En marche » composé d’un unique « pied bot », ce qui constitue, vous en conviendrez, une difformité rédhibitoire quand on sait qu’Œdipe, bien que né avec deux pieds, n’était boiteux que d’un seul.
L’ex normalien aurait pu pourtant tirer profit de l’amphibraque en empruntant à des usages bien plus expressifs dans la poésie moderne, celle de l'époque pouchkinienne, en premier lieu. On sait, en effet, que l'amphibraque est le mètre par excellence de la ballade chez les poètes de cette génération et leurs successeurs immédiats. L'usage fréquent qu'en fait Lermontov, par exemple, reflète des préoccupations plus secrètes qui intériorisent la ballade jusqu'à en faire le paysage de l'âme en l'associant au balancement nostalgique (kolychan'e) des élans de la première enfance. D’une manière plus générale, l'usage fréquent de l’amphibraque par les poètes russes de la génération post-romantique exprime un goût pour l'harmonie cadencée que procurent le voyage, la marche et les ondulations de l'eau...
Dans un registre moins nostalgique, notre apprenti caudillo, aurait pu également d’inspirer de l’usage humoristique que font certains poètes anglo-saxons de l’amphibraque. En effet, à l’inverse de l’usage slave, bien cadencé, ce pied marque le final quelque peu bancal des deux premiers et du cinquième vers des poèmes au ton généralement grivois ou irrévérencieux appelés « limerick ». Notre ministre des phynances disposait en outre pour mettre son mouvement sur la bonne voie du fameux exemple de « limerick » qu’un journal anglais avait publié naguère pour familiariser nos compatriotes avec ce genre poétique :
Columbey, dit de Gaulle, selon moi
Manque un certain je ne sais quoi.
Deux belles églises
Guère ne suffisent;
Allez ! Bâtissez maintenant trois !
Hélas, là encore, malgré sa fréquentation assidue de la City, l’ex banquier manquait sans doute de cette référence indispensable. Et l’élan débile de sa formule macronesque rime finalement avec grotesque.
Disons aussi que les "vrais" jeunes des NUITSDEBOUT! ont vite fait prendre un coup de vieux à Macron
Dans le cas d'un retour de Sarkozy à l'Elysée en 2017 - que dieu et les électeurs nous en préservent - c'est Baroin qui serait nommé Premier Ministre (info Le Monde.fr).
Macron est une fabrication médiatique et sondagière comme Valls juste avant lui. Il finira comme Valls, remplacé par le prochain robot souriant (peut-être une IA)
Comme Trump ?
Et si vous reprenez la liste Tapie, Royal, Barre, Balladur, ils ont certes été perdants, mais ils ont aussi conditionné le résultat d'élections.
Vous auriez pu rajouter Bayrou, d'ailleurs, 18,5% au premier tour de la présidentielle 2007.
Rappel des résultats de cette élection-là, 2 ans après le référendum de 2005 :
- Sarkozy : 31,18%
- Royal : 25,87%
- Bayrou : 18,57%
- LePen : 10,44%
- Besancenot : 4,08%

Bayrou avait attiré des votes contestataires, il avait pris une posture "anti-système" (si, si, Bayrou...), et Macron pourrait reprendre à son compte une forme de "Le changement, c'est maintenant" qui aurait une certaine crédibilité dès lors qu'on le présente comme électron libre, hors parti et que les-gens ne savent pas ce qu'ils veulent, qu'ils n'ont plus guère de repères idéologiques, qu'ils veulent juste que ça change.

Macron est un repoussoir pour toute gauche ayant encore des notions de positionnement idéologique mais comme je disais ailleurs, en regardant la politique française depuis plus d'un siècle, on voit l'importance du courant de type Parti Radical dont le P.S. d'aujourd'hui pourrait être un représentant. Dans le Front Populaire en 36, il y avait plus de Parti radical-socialiste et divers gauche que de SFIO (cf le diagramme sur Wikipedia).

D'ailleurs, je serais moyennement surpris si Taubira était intéressée par Macron comme elle l'a été par Tapie...
Parce que, en parlant d'image, pourquoi Taubira a-t-elle eu ce crédit auprès d'une "vraie" gauche en dépit de son appartenance à un courant plutôt centriste, celui de Baylet ?
Il part déjà en campagne pour Hollande et le PS vers un public féminin agé donc avec un plan com à l'ancienne où cette CSP a ses repères. Cela les rassure après un quiquennat marqué par la peur et la colère. Il faut voir que le parti au pouvoir part de très loin dans les sondages, donc, ils doivent se dire qu'il vaut mieux partir tôt en campagne, en ciblant un public qui s'attache plus à l'image longue et marketing des personnalités PS qu'aux coups de com de l'instant. Et comme le dit Cambadelis, l'heure est à la pédagogie du bilan de Hollande. Le PS (au pouvoir) est donc déjà en campagne, 1 an avant les élections présidentielles.
Bonjour
Après nous avoir vanté Strauss Kahn, puis Hollande voici le tour de Macron, comme homme de gauche idéal pour les 100 familles, le presse néo libérale à donf a entamé son bourrage de crâne pour mettre de l'ordre dans la tête des électeurs coutumiers du PS afin qu'ils votent utile une fois de plus.
Sauf qu'à force de jouer toujours sur la même corde, celle-ci s'use et se casse.

PS: à noter qu'un sondage récent (ce que valent les sondages mais quand ils tirent dans la direction que l'oligarchie ne veut pas, ils peuvent être significatifs) mettait Macron derrière Mélenchon dans les intentions de vote (12 et 15%)
Je dirais même Macron est depuis le début dans ce qu'appelle les communicants le "storytelling" avec une image bien soignée, des convictions de changement qui ne tiennent pas compte de l'accompagnement de ce changement et des laisser pour comptes. Ce qui importe c'est de montrer les succès, la dynamique mais les vrais problèmes, pas sûr qu'il est une solution le monsieur
Macron : une com' de bûcheron, une finesse de percheron, une assiette de macarons, une attitude de fanfaron, une posture de héron, une écuelle de ron-ron
( je n'ai rien trouvé avec potiron ou laideron...)
Evidemment qu'on ne s'en fout pas des vieux trucs de maquignon pour nous refourguer de la volaille industrielle au prix du poulet au grain !

Le pire qui puisse lui arriver à Macron, c'est que soient largement diffusée sa parole, ses formules creuses et ses ficelles à 2 balles.
Allez vous cogner son discours, et dites si vous vous sentez ailleurs que dans un film français des années 70 qui présenterait un jeune loup plein d'ambition...
[quote=Daniel Schneidermann]Macron, c'est bidon !

Cela n'était même plus à préciser.
Macron serait bidon parce qu'il ne sait pas communiquer ?
Il suffirait donc d'engager une bonne agence pour être crédible sur le fond ?
Quid de ceux qui ont plein d'idées mais n'ont pas le talent pour les vendre ?
Ils sont bidons eux aussi, parce qu'ils ne savent pas exposer un programme autrement qu'en parlant une heure sans power point, ou sans Prezi ?
Je ne comprends pas très bien cette vision de la politique.

Les faux adhérents ne disent rien de Macron que nous ne sachions déjà : c'est un menteur, comme l'atteste l'action politique de son gouvernement. D'ailleurs le qualificatif s'applique à tous les membres passés ou présents du gouvernement, Taubira compris. Personne n'est de gauche à la tête de l’exécutif, absolument personne.

Pas besoin d'un mauvais plan com' pour s'en apercevoir.

Et le temps est fini... celui qu'on passe à décortiquer un mauvais plan com', on ne le passe pas à parler du fond.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.