44
Commentaires

M6 contre dockers, les dessous d'un tournage-bras de fer

Chaud l'ambiance sur le port du Havre ! Dimanche 6 février, Bernard de la Villardière présentait un numéro d'Enquête exclusive consacré aux ports français. Pourquoi ces ports, pourtant si bien situés, sont-ils en retard par rapport aux autres ports européens ? "Le nombre incalculable de jours de grève gâche les atouts français" tranche dès le lancement de la Villardière. Le ton est donné. Au cours du reportage, on suit notamment les dockers et les grutiers du Havre qui bloquent le port à intervalle régulier depuis plusieurs mois.

Derniers commentaires

Tiré du site d'Europe 1

La Cour des comptes sort ses cartons rouges

Par MS avec Olivier Samain


Publié le 17 février 2011 à 01h09

Mis à jour le 17 février 2011 à 01h28



Le port de Marseille, entre autres, est épinglé par la Cour des Comptes dans son rapport annuel. © MAXPPP

Son rapport annuel épingle les organismes qui n’ont pas suivi ses recommandations.

Pour la première fois, la Cour des comptes va sanctionner publiquement dans son rapport annuel, dévoilé jeudi, les organismes qui n’ont pas ou pas assez appliqué ses avertissements, après un premier contrôle. L’institution a choisi de décerner des cartons rouges et des cartons jaunes. Europe1.fr fait le point sur les mauvais joueurs.

Carton rouge !

Le port de Marseille. Il est notamment pointé du doigt dans le rapport de la Cour des comptes. En cinq ans, c'est la troisième fois que les Sages constatent qu'aucune des recommandations qu'elle avait formulées n'a été suivie d'effet. Ils avaient d’ailleurs rendu un rapport au début du mois, et qu’Europe 1 s’était procuré, sur les conditions de travail et les salaires plutôt avantageux des travailleurs. C’est pourquoi le rapport annuel de la Cour des comptes décerne un carton rouge au port de Marseille, jugeant qu’il est toujours en situation de blocage social et file vers son déclin.

Le CNFPT. Les Sages épinglent également le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) avec un carton rouge. Et ce, alors que la Cour des comptes s’était indignée, à deux reprises en 2002 et en 2007, contre cet établissement public, qui assure la formation des agents des collectivités locales. Dans leur rapport annuel, les Sages relève que le CNFPT pèchent toujours dans le choix et l'évaluation de ses intervenants, dans sa politique immobilière et dans sa politique d'achat.

Chorus. Le système informatique, qui répond au nom de Chorus et qui assure le suivi des dépenses de l'Etat, fait également partie des institutions épinglées pour ne pas avoir tenu compte des recommandations de la Cour des comptes.

Carton jaune !

Le CNRS. Pour la Cour des comptes, le CNRS doit encore faire des efforts. L’organisme public a entrepris une réforme, mais que les Sages jugent longue à être mise en place. Ils conseillent une petite accélération. C’est pourquoi le rapport annuel lui a attribué un carton jaune.

La Coface. Autre carton jaune pour une filiale de la Banque populaire : la Coface. Cet organisme français d’assurances et de crédits à l’exportation pour les entreprises n’aurait pas suivi les premières recommandations des Sages.

Les champions de l’année
La Cour des comptes remet également dans son rapport des bons points. Parmi les élèves choyés : les services publics d'eau et d'assainissement, les organismes qui font appel à la générosité publique ou encore le personnels du contrôle de navigation aérienne. En 2010, 71% des recommandations qu'elle a formulées ont donné lieu à une réforme, se réjouit-elle.

Le rapport de la Cour des comptes sera dévoilé jeudi midi par le président Didier Migaud. Selon les informations d’Europe 1, il devrait contenir une analyse de la prime pour l'emploi, du Fonds de réserve des retraites ou encore un examen des mesures de chômage partiel mises en place au plus fort de la crise.
Ils se gardent bien de faire un reportage quand la situation se décante et que les négociations aboutissent.

Ce qui me frappe (encore) c'est que le reportage prend tout son temps pour montrer le travail des journalistes, comment ces pauvres victimes sont persécutés et empéchés de travailler, mais ne prend pas le temps de bien expliquer les tenants et les aboutissants du sujet!

Pour moi la grande dérive du journalisme (surtout de TV) et qui fait en bonne partie la perte de confiance qu'en a le publique, c'est le narcissisme hallucinant de ces journalistes prétenduement d'investigation. Ce sont les stars du reportage, ce sont des aventuriers victimes des méchants dockers (mais on peut faire la même en banlieu du genre 'visiblement, nos caméras ne pas sont les bienvenues').

Il faudrait faire des reportages caméra cachées sur la réalité de ces même reportages, que lorsque les dockers savent qu'ils vont arriver, qu'ils se préparent à eux même filmer ce qu'il se passe avec les journalistes, pour ensuite se défendre avec les mêmes armes, les mêmes preuves vidéos à l'appui. Chose qu'avait fait les membres du site "reopen911" lors d'un reportage de malterre sur eux. Le résultat est stupéfiant, le décallage entre la version filmée par eux, et non montée (sans voie off, musique qui fait peur et effets spéciaux) est saisissante de contraste avec la version diffusée sur Canal. La démonstration de manipulation et parti pris est indiscutable.

Avec l'aide d'un syndicat bien influent, ces contres reportages pourraient avoir une diffusion large.

Ces "journalistes" se prennent tous pour Mickael Moore. Mais celui ci n'est pas journaliste, il est cinéaste et militant.

Enfin je terminerais par une remarque:
Il est convenu de dire qu'on fait souvent grève en france.
Mais s'est on déjà demandé, as t'on déjà enquêté pour savoir, pourquoi on ne fait pas autant grève ailleur? De la villardière est il allé à Rotterdam demander aux dockers pourquoi il ne font pas grèves?

Je parierais bien sur le fait que c'est avant tout parceque le gouvernement manie mieux le dialogue social là bas que chez nous.
J'irais même jusqu'à dire, que c'est sans doute que la démocracie fonctionne mieux là bas.

Quand on voit le mépris des dirigeants français envers le dialogue social, la négociation, l'écoute des dolléances, que ce soit avec les dockers, les magistrats, la france en général pour les retraites, on comprend que à force de recevoir des claques et de ne jamais avoir leur écoute, ça finisse en grève, parceque c'est le dernier moyen de se faire entendre malheureusement.
A écouter de la villardière, ils font grève par plaisir et faitnéantise. C'est sûr pendant une grève on bosse pas, mais on n'est pas payés non plus! Ce ne sont pas des grèves d'étudiants là.

Donc quand est il des autres pays? Sont ils mieux écoutés, et de ce fait, n'ont il jamais besoin d'en arriver aux grèves parceque ils sont mieux écoutés par le gouvernement? Je pense que oui, en tout cas la question est à poser!!

Nos gouvernants sont tellement persuadés d'être l'élite, qu'ils n'ont plus besoin de nous consulter pour savoir qu'elles sont les bonnes décisions à prendre, pour notre bien. Ils savent ce qui est bon pour nous, nous ne sommes pas assez intelligents pour le comprendre, puisqu'on ne fait pas parti de l'élite.
Des gouvernants paternalistes prenant le peuple pour des ados en plein âge bête, hystériques déraisonnables.
Pourtant ils ont prouvé mainte fois que pour une élite, ils se trompent très souvent, et que leurs décisions sont assez souvent d'un manque d'intelligence, et de méconnaissance (la marque d'un manque d'humilité encore une fois)...
L'avant-dernier paragraphe, parlant des ASIP, est ambigu. M6 prétexte que "ce ne sont pas (les dockers) les responsables de la sécurité". Et on vous a dit que la sécurité est assurée par des ASIP. Or un ASIP m'a plutôt l'air d'être chargé de la sureté du site, pas de la sécurité
(voir : http://www.cefops.fr/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=139
http://www.emagister.fr/formation_agent_surete_installation_portuaire_asip_pfso-ec2462379.htm#masdetalles).
Rien à voir avec la prévention des accidents ou incidents donc. Et ça change tout sur l'interprétation de la présence des dockers avec les journalistes.
Je travaille dans l'aérien, et je pense que toute personne travaillant dans un port, comme sur un aéroport, est sensibilisée aux dangers propres à cette activité. Il peut paraître normal d'encadrer une équipe de tournage (tout comme de simples visiteurs ou autre personne extérieure), pas du tout informée des dangers potentiels, partout sur la plateforme. Chaque docker n'est sûrement pas estampillé "responsable sécurité", mais ils sont certainement plus qualifiés dans ce domaine qu'une équipe de tournage, et peut être même plus aussi qu'un ASIP.
A vérifier.
Excellent article, merci.
le rapport de force avec les journalistes est logique .Ils servent ces scribes le libéralisme ;CE SONT LES DERNIERS EMPLOIS DE MANUTENTIONS ! ILS SE défendent.
M6 n'a pas envie de faire un reportage disons honnête sur la question de la grève des dockers, le Monsieur De Villardière veut casser du grèviste.
Les médias ont it des mensonges sur les salaires. Néammoins je pense que les grèvistes ont interêt à jouer l'info et à accepter les journalistes. ce qui serait intéressant c'est de revenir à l'histoire syndicale des dockers de Marseille, leur rôle dans la résistance et revenir peut-être aussi sur certaines prérogatives,telles que le monopole syndical de l'embauche,qui justifié à une époque ne l'est plus aujourd'hui. Si c'est faux je ne demande qu'à être démentie.
Les grévistes n'ont pas intérêt à se montrer comme une forteresse assiégée, parceque la privatisation contre laquelle ils luttent elle risque de s'accélérer.
Si je comprend bien la sécurité est assurée par une entreprise sous-traitante, ce qui est complétement abherrant. Qui connaît mieux les lieux que ceux qui excercent, qui a plus intérêt à la sécurité que ceux qui travaillent? ça honore les salariés de se préoccuper de la sécurité sur leur chantier.
génial, le débat a avancé en france: les dockers ont des avantages qui n'ont plus lieux d'être et ils se plaignent quant même.

si de la villardière ne peut pas interviewer peinard chez les puent la sueurs, il n'a qu'a faire un sujet sur les "petits" avantages dont bénéfice

les "journaliste" de son niveau.
Ce que j'ai vu c'est des journalistes qui a force de pousser dans la simplification font dans le binaire. Il y a les méchants et les gentils. Mais à leurs décharge les dockers se sont comporté comme des mafieux. S’arrogeant des pouvoir qu'il n'ont pas. Menaçant comme des petits voyous. Voila des personnes qui comme les chemineaux ont hérité d'avantage sociaux qui n'ont plus raison d'être. Ou alors il va falloir revoir tout les secteurs d'activités à la loupe. Maçon ; départ en retraite à 50 ans. Caissière ; départ en retraite à 50 ans. Manutentionnaire ; départ en retraite à 50 ans. Postier ; départ en retraite à 50 ans etc... autant de métier aussi voir plus pénible que les dockers. Voila un mouvement syndicale qui décribilise l'ensemble des mouvements syndicaux. Et croyez moi on a pas besoin de ça en ce moment, car le gouvernement va se faire un plaisir par l'entremise de se genre d'émission de caricaturer le syndicalisme.
Vous avez mal lu: les dockers demandent le départ à la retraite à 58 ans (pas à 50). Les routiers ont obtenu de continuer à partir avant 60 ans (je crois que c'est entre 55 et 58 ans): leur revendication n'est donc pas totalement illégitime. Je trouve pour ma part étonnant que le journaliste n'ait pas réussi à obtenir une interview d'un représentant syndical : j'habite la Haute Normandie et je les ai entendu à la radio. Cette émission de M6 sent l'embrouille et la propagande.
Pour revenir sur les "privilèges" des dockers, (c'est souvent comme çà qu'on présente les choses), ils ont des avantages c'est certain: mais est-ce anormal d'être bien payé et d'avoir la restraite plus tôt quand on fait un métier dangereux, dehors par tous les temps et que l'activié génére des bénéfices colossaux. Les dockers ne sont sûrement pas moins payés et avantagés à Anvers. Et quand on connait la puissance des syndicats allemands, il serait étonnant qu'ils laissent leurs gars dans le dénuement.
Personnellement, je ne donne pas de leçon à des gars dont je ne ferai pas le boulot. Décharger des bateaux au milieu des engins de levage avec des containers qui volent au dessus de ma tête... franchement j'ai jamais eu envie de le faire même pour de l'argent. Pas plus que réparer une ligne électrique sous tension, couvrir une maison ou aller dépanner une voiture sur l'autoroute. Tous ces boulots dangereux, je trouve normal qu'ils soient bien payés. C'est le contraire qui serait scandaleux..
Vous semblez défendre un certain type de syndicalisme (je n'ai pas bien compris lequel) mais vous avez oublié un des principes du syndicalisme: la solidarité. Quand des gens se défendent (même maladroitement), on ne doit pas les enfoncer et crier au loup, à l'unisson de la propagande gouvernemental. Je n'ai pas vu le reportage mais je suis à peu près sûr qu'il évacue la responsabilité principale du conflit: c'est le gouvernement qui ne respecte pas sa parole après 2 ans de négociation, les ouvriers et les patrons ayant eux-mêmes fait des concessions qui n'étaient pas toujours faciles à faire. Pour les agents portuaires, passer du statut public au statut privé n'était pas évident à accepter (les dockers, eux, sont dans le privé depuis longtemps). La réalité n'est jamais blache ou noire, elle se trouve en permanence dans un dégradé de gris...
3000 € par mois environ avec un départ actuellement à 60 ans, on ne peut pas dire qu'ils soient mal traité. Je ne dis pas que leur métier n'est pas ingra, mais il a beaucoup évolué. On est bien loin des déchargement à la main des cargos. Je suis pour un forme de syndicalisme qui ne créait pas un déséquilibre dans les salaires. Parce que comme je vous le disais, les maçon, caissière, manutentionnaires, et bien d'autres métiers, mériteraient de partir en retraite à 58 ans. Aujourd'hui ces catégories social n'ont n'y 3000 €, n'y un départ anticipé à la retraite. Pourquoi? Parce que chaque branche de métier devrait répercuter le coût direct (augmentation de salaire) et indirect (augmentation des cotisations retraite) sur les produits qu'ils fabrique. Donc à l'arrivé c nous qui paye comme dirait l'autre. Voila les choses ne sont pas aussi simple. De grandes réformes dangereuses sont en train d'arriver (réforme de la sécurité sociale, deuxième couche sur les retraites) avec le risque de radicalement changer notre modèle sociale. J'attends des syndicats qu'ils agissent contre cette menace et non qu'ils agissent en barbouze dans les ports de France et s'arrogeant des pouvoirs qu'il n'ont pas au risque de se mettre eux même en danger.
En résumé c'est par ce genre d'action syndicale que certains journaliste et politiques de droite en profitent pour caricaturer le mouvement syndicale dans son ensemble.
Vous vous souvenez de cette splendide bourde de Sarkozy prêt à tout pour montrer que les dockers français sont des moins que rien :
"les dockers de Marseille travaillent 1800 heures par an, disait-il, alors que les dockers de Barcelone travaillent 3600 heures, comment voulez-vous que les ports français soient compétitifs!"
sauf que ... 3600 divisé par 365 jours, ça fait 10 heurs de travail par jour, 7j/7 , les dockers catalans ont démenti bien sûr!

Bravo pour cet article. Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant, c'est qu'une enquête sur un conflit social ne juge pas utile d'informer précisément sur les raisons du conflit. On comprend que le seul but de ces "journalistes" est d'accuser les personnels en grève.

Mélenchon dirait "salauds!" et il aurait raison.
Ce qui me fait rire, c'est que ça fait au moins 20 ans que j'entends que les ports français sont exsangues, mais on reste encore 5ème port européen... Même les chinois étaient prêts à acheter Le Havre !

Bref, en ne bossant qu'à 50% on est encore dans le top 5! Ce monde est merveilleux... D'ailleurs allez voir dans les pays africains (jamais en grève), le nombre de bateaux qui poireauttent idem à l'entrée des ports, sauf que là, motus, c'est backchich et compagnie. Mais que fait de la Villardière ?!
La six,la Une...à éviter. Pas le temps pour ça.
Juste pour signaler à propos de l'encadrement de la sécurité et du fonctionnement des autorisations et des permis de travaux (que ce soit les journalistes, les livreurs,...) cela mériterait un dossier exhaustif.
Sur des sites industriels à hauts risques, la sécurité de l'accès aux zones de travail est assurée par des entreprises extérieures, mais la sécurité de l'éxécution des tâches, qui sont [s]parfois[/s] souvent elles-même éxécutées par des sous-traitants (voire des sous-sous-traitants), est gérée par le personnels des postes de commandement propres à chaque zone de travail, plus le service de supervision de la sécurité générale qui dépend de la direction du site.
Pour moi l'information générale, à ce niveau c'est le flou presque total.
Et puis, n'oublierait-on pas aussi de parler du rôle de l'inspection du travail, des services publics des sécurités (pompier, police, DRIRE,...) ?
Ces dockers ont quand même bien encore le droit en France...pour combien de temps encore? de dire
"Mssieur de La Villardière, sauf vot respect not bon maître, on vous aime pas et on veut ni vous causer, ni passer à vot télé!"
Oui, oui ces manants y z'en ont encore le droit!
P.S. : La CGT a "suspendu" la grève le 11 février ? C'est trop gentil, les utilisateurs du port ont-ils cessé de diriger leurs camions vers Rotterdam, avec de grandes chances de voir la grève - qui n'était que suspendue - reprendre derechef, et leur marchandise tourner tranquillement de l'oeil ? Au dernières nouvelles ils réfléchissent !
Quelques commentaires sur les ports français (et le personnel qui s’acharne à les détruire depuis plus de trente ans)

Dans un premier temps je conseille cette page Wikipédia sur les grandsports mondiaux… Ça calme, Marseille ne monte pas au-dessus du 36ème rang mondial dans n’importe quel cas !

Ne parlons pas du Havre, relégué dans les oubliettes de l’histoire maritime !

L’un de mes proches dirige depuis trente ans les activités internationales du principal transporteur français de produits alimentaires frais (laitages et fromages, charcuterie, moutarde, etc.)

C’est un truc particulier : les conteneurs sont maintenus à 4°C sur terre et sur mer (denrées périssables à température positive)

Il a passé sa vie à détourner ses camions du Havre (en grève) pour passer par Rotterdam, Anvers, Hambourg, Trieste, je crois qu’il a renoncé totalement aux ports français depuis plusieurs années ne pouvant consacrer ses nuits à réorganiser des expéditions compromises dans l’urgence…

À cause de gens qui travaillent 12 ou 14 heures par semaine (quand ils ne sont pas “malades” ou en grève)

Du simple point de vue factuel il est aussi évident qu’inévitable de voir les “clients” changer de crémerie quand on les traite comme quantité négligeable…

De plus le problème de la CGT (qui parvient à embrigader, de gré ou de force, 100% des dockers) n’est pas d’obtenir des avantages pour ses adhérents, mais bien de détruire le système pour installer une “démocratie populaire d’inspiration stalinienne”… C’est très différent !

Enfin les justifications des grèves sont incontestablement de bon aloi et je comprends que vous les souteniez sans état d’âme : vouloir travailler moins, gagner plus et partir à la retraite plus tôt, voilà un programme qui fait l’unanimité…

Une seule question : qui paie ?

Vous et moi, à travers les impôts, taxes et charges et prélèvement sans fin… Sans parler de l’effroyable manque à gagner de nos ports qui devraient être parmi les premiers de la planète et contribuer ainsi largement à la “gratuité” – Sarkozy dixit - (je pouffe) de la santé et de l’éducation en France !

Une dernière observation, histoire de rhabiller un peu le privé pour l’hiver pendant que j’y suis : cinq mois pour tourner une émission indigente, c’est quoi ce bordel ? Pas étonnant que la seconde de pub sur ces antennes pour djeuns coûtent un bras ! Quelle glandouille et quelle inefficacité !
Si ça se trouve la Villardière avait juste peur qu'un docker salisse son manteau ou lui décoiffe son brushing.
Dommage que la scène n'ait pas été filmée.
Dire qu'il y a encore des gens qui regardent ce genre d'émissions pour d'autres raisons que professionnelles, merci SR pour l'info ;-)
Tiens, ça me donne envie de rendre hommage à ce monsieur (ça n'a pas temps vieillit que ça) et aussi.
Cette histoire fait penser à la saison de The Wire (Sur écoute) qui se passe chez les dockers!
Et dire qu'une blogueuse égyptienne s'est inspirée de nos manifs pour la retraite pour descendre place Al Tahrir !
A mon avis, on ne va pas tarder à entendre nos media parler d'un projet de suppression du droit de grève ... ils y collaborent tant ! Ils iront alors filmer les CRS allant casser du syndicaliste ! Ca l'fait, de "casser" ! Appareil judiciaire, fonctionnaires, etc. Casser des banlieusards, casser des immigrés, casser des dealers, casser des putes (en suivant les brigades de keufs ad hoc) et... nouveau ! Casser des syndicalistes... le "savoir faire de M6" !
Tiens, j'ai une idée de reportage à leur proposer ...
sur les menaces faites aux passagers témoins d'une expulsion d'immigré rétif, la complicité d'Air France, l'éviction de passagers ayant osé s'indigner ! A partir de ce témoignage :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
INDIGNEZ-VOUS

A-t-on aujourd'hui, le droit de s'indigner en France ???

Voilà l'expérience que je viens de vivre et qui me permets d'en douter.

Le 20 janvier, je prenais l'avion à Roissy pour rentrer à Bamako, au Mali où je vis actuellement. L'avion était prévu à 16 h 05... Il est parti à 20 h 45 !! Que s'est-il passé pendant ce temps ?
D'abord nous n'avons pu embarquer qu'après une attente de ¾ d'heure. c'est tellement habituel qu'on n'y a même pas prêté attention. On s'installe dans l'avion normalement (250 passagers) et tout à coup un homme avec un brassard de la police arrive et distribue à certains passagers un tract en leur demandant de le faire circuler aux autres. Imaginez l'interrogation des passagers non francophones.>
Voilà quelques passages du texte :« Vous avez peut-être été sollicité? pour vous opposer à l'embarquement d'un personne expulsée de France? qui embarquera sur ce vol?. La décision de reconduite est un acte légitime de l'Etat Français.. Le délit (empêcher
l'expulsion) sera puni d'une peine de 5 ans d?emprisonnement et 18000 euros d'amende. » etc etc?.
De plus le policier nous a précisé que l'expulsé allait manifester son opposition en criant, en hurlant, en se débattant et de s'excuser pour le désagrément que cela ne durerait que 5 mn et qu'après le départ de l'avion tout serait terminé !!

L' expulsé est arrivé, encadré par la police et a commencé a hurler « lâchez moi, je veux pas partir? » Aussitôt, certains passagers se sont levés, indignés par la scène imposée. Le personnel d'Air France ainsi que les policiers présents leur ont intimé l'ordre de s'asseoir sans quoi l'avion ne partirait pas et que tous les passagers seraient débarqués. Il faut préciser que jamais on n'a su les raisons de son expulsion.

Devant la détermination des passagers révoltés, le commandant de bord a pris la décision de reconduire l'avion au parking et appel a été fait à la police. On a vu tout à coup surgir une vingtaine de CRS casqués, matraque et bouclier à la main (!!!) défilant en file indienne dans les travées de l'avion et se tenant, chacun à l'épaule du précédent. Jusque là tout le monde avait été très digne mais là le débarquement de la force publique dans l'étroit espace devenait des plus comiques et pourtant on avait pas envie de rire. Les passagers qui s'opposaient à l'embarquement de l'expulsé ont été virés à terre. Précision importante le premier policier qui est intervenu photographiait tout le monde en interdisant à qui que ce soit de filmer où photographier. Un passager a d'ailleurs été expulsé pour cette seule raison. Je n'ai pas pu photographier mais rien ne m'interdit d'écrire.

J'ajoute qu'un CRS a filmé TOUTE la scène d'expulsion des passagers. Une famille de maliens, les parents et 3 très jeunes enfants sont descendus de l'avion pour avoir manifesté verbalement leur opposition. Les 3 bébés n'avaient
pas mangé et n'avaient pas dormi pendant toute l'intervention. Le père était choqué par le déploiement des forces militaires devant de si jeunes enfants. Et sur ordre du premier policier, les CRS se sont saisi de passagers assis qui avaient simplement manifesté leur indignation verbalement.On nous a demandé qui avait encore quelques chose à dire? si vous n'êtes pas d'accord, descendez !!

Il faut bien avouer que devant une scène aussi immonde, devant un tel déploiement de la force on (JE) manque terriblement de courage. On se dégonfle et on a honte. Et on se sent extraordinairement impuissant devant « le savoir faire français en matière de maintien de l?ordre » prôné par MAM. J'ai pensé aux gens qui, pendant la dernière guerre, étaient témoins des actions de la police de Vichy, que faire, que dire devant un flingue ou une matraque, ou les aboiements des cerbères de l'ordre?. Quoiqu'ait fait cet homme, on n'avait pas à prendre 250 passagers en otages, sans leur donner les raisons de cette décision. Pourquoi ne pas nous avoir averti avant l?embarquement ??? Nous aurions pu prendre notre décision en toute liberté. On cautionne, on embarque. On ne cautionne pas, on prend un autre avion. Pendant ce temps, des familles, des amis nous attendaient à Bamako. Heureusement le téléphone fonctionnait. Mais que disait Air France sur son site : « En raison de problèmes techniques l'avion a dû faire demi tour » !!!? Les passagers contestataires débarqués, l'expulsé a continué à protester? Puis finalement a été reconduit à terre.

Mais les passagers contestataires ont refusé de donner leur identité ; donc on a dû faire l'inventaire de ceux qui restaient dans l'avion et ensuite décharger tous les bagages pour en extraire ceux des débarqués.Tout ça pour ça !!

Combien a coûté cette scène immonde, en argent, en stress, en mobilisation policière inutile. Car ces gens qui ont été virés ne sont pas des bandits, ni des rebelles encore moins des terroristes mais simplement des gens qui s'indignent... Inévitablement des slogans radicaux ont surgis : les blancs dans leurs pays, les noirs en Afrique? De tels évènements ne peuvent qu'exacerber les extrémismes
Alors ne nous étonnons pas des prises d'otages. A mépriser des peuples, à les sous payer, on ne peut qu'obtenir des révoltes
aveugles et incontrôlées. Cet évènement auquel j'ai assisté ne m'inspire pour le moment qu'une seule réflexion : « J'ai HONTE et j'ai la rage »
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
M6 est toujours avec les keufs, du côté de l'ordre et de la matraque... ils devraient aimer ce genre de situations...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.