52
Commentaires

Luc Besson, Valérian, et l'arnaque intergalactique

Luc Besson, qui s'est attelé à l'adaptation filmée des aventures de Valérian et Laureline créées par Christin et Mézières

Derniers commentaires

Et hop, Luc Besson condamné aujourd'hui pour contrefaçon, bicoze son film Lock-Out ressemble un peu trop à New York 1997 de John Carpenter.
Passé entre les mains de Besson il y a de fortes chances pour que Valerian devienne Valait-rien
Vu les grosses bousses que réalisent Besson les costumes présentés dans l'article sont parfaitement adaptés, il devrait les choisir à coup sûr !
"l'effroyable Adèle Blanc-Sec"

J'ai adoré, j'ignorais qu'il était de Besson !

Devrais-je avoir honte ? A vous lire tous on dirait bien que oui ! Ben non !
Pourquoi ne pas payer ? Pas une question d'argent, clairement. Le budget aurait été une telle paille en regard de l'impact "publicitaire" de le payer que ça ne peut être un facteur de décision.

Parce que dès qu'on paye, on serait dans un cadre de travail avec des problèmes juridiques attenants, et que là on reste entièrement dans le cadre d'un concours ? Déjà beaucoup plus probable.

Parce que ça permet de toucher plutôt les jeunes et les étudiants que les gens installés qui ne peuvent réalistement accepter ce genre de pratique ? C'est bien possible aussi. A mon avis leurs critiques sont HS. Ce concours n'est pas un système et ne devrait pas être traité comme en préfigurant un. Par contre, Luc Besson utilise-t-il le travail de stagiaires ? Dans quelles proportions ? Dans quelle mesure utilise-t-il des créatifs de pays moins chers ? Ces questions mériteraient d'être étudiées sans à priori, ni pour le procès ni pour le panégyrique de Besson mais simplement pour évaluer la réalité du secteur de la création visuelle et de l'illustration pour le cinéma... avant de faire des grandes tirades dessus, de préférence, mais enfin, on est en France, et sur Internet: je ne me fais pas d'illusions :P
Pourquoi le film n'est pas tourné en langue française?
Parce que le marché français est trop petit pour réaliser les profits attendus?
Est-ce que l'ambition technique (son coût + + +) de ce film exige des profits à l'échelle internationale?
Est-ce que nos impôts doivent servir à ça?
Est-ce qu'il faut encourager ça?
La loi avait répondu par avance à toutes ces questions.

Je me demande ce que ce crédit d'impôt représente dans le budget du film, en %.
Si un illustrateur était un maçon... (suite de dessins)
lLuc Besson : " les crédits d'impôt. En France, ils sont pour les films français de 20% et de 30% pour les étrangers. Mais je suis un film français en angue anglaise, donc j'ai droit à 0% en tant que film français. En tant que film étranger, j'ai droit à 0% car le producteur est français. Je suis dans un trou juridique"

Il a raison, mais il joue un peu avec les mots parce qu'en tant que film francais il a droit a 20% car le producteur est francais ...
Son probleme est qu'il ne peut au maximum avoir "que" 20 % de credit d'impot au lieu de 30 %.

Maintenant, c'est plutot bien qu'il pu pousser a ce que toutes les productions qui repondent au criteres puissent avoir 30 % de credit d'impots car meme si ca commence avec sa super-production, en fait tous les autres films et surtout ceux a plus petit budget pourront eux aussi beneficier de ce credit d'impot dans le futur.

Il ne fait surtout pas oublier qu'avec 30% de credit d'impots, ca veut dire que 70% vont rentrer dans les caisses d l'Etat et pour un film comme Valerian c'est entre 1000 et 2000 salaires au total pour un an et demi.

Et si la France n'est pas competitive sur ce front, les films iront se faire ailleurs : Les films senses se passer a paris continueront de se tourner a Prague qui ressemble beaucoup a la capitale francaise ( il suffit de rajouter une tour Eiffel en post production ) , ou les gens travaillant dans le film sont tres experimentes ( pour des salaires moindres qu'en France ) ou les charges sont moins lourdes et ou les credits d'impots sont plus importants.

Pourquoi l'industrie du film ne serait-elle pas aidee de la meme maniere que l'est l'agriculture par exemple ?


En ce qui concerne le "concours", il y a effectivement un risque de se faire piquer des idees pour le film et de faire du travail gratuitement , et meme si au depart il peut s'agir d'une bonne intention ( ca peut tout a fait etre le cas hein, ) c'est effectivement tres maladroit si ca n'est pas deliberement malhonnete.

Peut-etre que le probleme principal et que Besson sait tres bien qu'il va recevoir des centaines de prospositions tres interessantes et tres bonnes, parce que tous ces designers intsalles et qui ralent contre l'idee, sont aussi les premiers a ne pas engager de jeunes designers qui sortent d'un ecole d'Art parcequ'ils n'ont pas d'experience.
Je trouve assez sympa l'attitude de besson . Il croit que les idées fourmillent chez les amateurs de sf et de dessins et il n'a pas tort . Pourquoi payer des gens designers qui , de toute façons , le dezingueront a la 1er occase.....?

La critique n'aime pas besson , comment dire.....il n'est peut-être pas dans la ligne d'asi...ni du monde....etc.....alors il s'en passe , c'est aussi un maniere de se passer de paris....bref....j'approuve .

D'une certaine manière , il croit aux gens qui "bandent" pour leur passion . A le critiquer comme un méchant libérale , je crois qu'on passe a cotê du sujet .
Besson et les riches toujours a se plaindrent et à profiter des 'autres' , moins richeset moins 'en cours'. C'est l'une des valeurs des capitalistes : l'arnaque au grand jour, après l'accusation (vous etes des assistés) , le racisme (les musulmans ne sont pas comme 'nous') , la victimisation (c'est les déchirures de chemises qui sont trop violente, pas les licenciements), nous avons a vous proposer pour continuer a vous amuser, la transparence cynique , Bolloré : 'enlevez ce documentaire' , Dassault 'tuer moi ce gars qui me dérange', DSK 'tourne toi et ferme là' , Sarko 'Allons détruire un pays, j'ai pas eu assez d'argent', Hollande 'méprisons nos projets et nos électeurs , choisissons le mec le moins a gauche comme 1er ministre ' ...
Enfin voila ces gens sont bouffis d'assistanat, c'est dure , avec notre pognon ..
L'arnaque me semble surtout être celle du crédit d'impôts.
Il n'y a visiblement que moi que cela choque: un crédit d'impôt pour un film !

On parlerait d'un premier film, d'un petit budget, je ne dis pas, mais là il s'agit d'une super-production Besson, l'adaptation d'une BD qu'il va fatalement massacrer !
Le mec est riche, possède sa boîte de production, ses studios mais môssieur fait du chantage pour obtenir un crédit d'impôts auquel il ne peut prétendre.
Il exige un crédit d'impôts pour embaucher des intermittents, on rêve.
Je rappelle d'ailleurs au passage, que le directeur général d'Europa c'est Christophe Lambert, ancien conseiller en communication de l'UMP, de Nicolas Sarkozy et de son fils Jean, que l'ancienne secrétaire générale c'est Emmanuelle Mignon, qui quitte en 2012 son poste pour rejoindre l'équipe de campagne du même Nicolas Sarkozy...

Si Besson se barre, tant mieux, on s'est déjà tapé le Marsupilami, Boule et Bill, l'éleve Ducobu... Ca va bien.
Un credit d'impot est un credit. C'est un avance qui doit etre remboursee

pourquoi y aurait-il moins droit qu'un autre ?

S'il a un credit d'impot en France, cet argent va rester en France et la production va creer des emplois en France : Ca n'est pas de l'argent qui va aller dans sa poche.
Il ne va gagner de l'argent que si son film fait plus d'entrees que ce que ca lui coute.

Surtout, le fait de pousser a un credit d'impot au meme niveau que celui des autres pays va permettre a tous les films et nottament ceux a plus petit budget a pouvoir beneficier de ces aides
Un credit d'impot est un credit. C'est un avance qui doit etre remboursee
NON! Le crédit d'impôt vient en soustraction de l'impôt à payer par ailleurs (IR pour les particuliers ou IS pour les entreprises). Si ce crédit est supérieur à l'impôt à payer, le Trésor fait un chèque au contribuable.
heu oui effectivement, merci constant gardener

c'est ce que j'ai ecris, et ca n'a aucun sens et n'a rien a voir avec ce que je voulais dire et c'est d'ailleur en totale contradiction avec mes posts precedents sur le sujet.

et je ne sais plus maintenant ce que je voulais dire ...
Besson sais très bien qu'il va tourner en France, crédit ou pas. Simplement parce que son film va très certainement être tourné majoritairement en studio et que, tiens, des studios, il se trouve qu'il en possède ! Qui plus est financés à hauteur de 130 millions (90%) par la Caisse des dépôts et consignations...

Pauvre Luc, personne ne l'aime dans ce pays, il est tout seul. C'est trop injuste.
Finalement, Besson il a raison.
L'état finance bien les torchons des marchands d'armes.
Pourquoi ne financerait-il pas les croûtes a bibi ?
Vous proposez quelque chose pour le soutien du secteur ou rien ? Juste l'avance sur recette du CNC ? La caisse chômage pour les intermittents ?
Un crédit d'impôt n'est pas un truc personnel, c'est un outil de politique publique pour favoriser tel ou tel secteur et si les capitaux hollywoodiens servent à soutenir le secteur européen, ce n'est pas forcément plus mal.
Il y a d'ailleurs une organisation européenne pour la valorisation des lieux de tournage, le genre de chose qui fait qu'une part des 280 millions de dollars du dernier Avengers est arrivé en Europe.
Non, désolé, je ne propose rien qui puisse encourager un nouvel Avengers.
Pourtant, ce n'est pas inintéressant de voir comment les Etats-Unis se voient dans leur blockbusters.
Par exemple, dans le dernier Avengers réalisé par l'excellent Josh Whedon, il y a quelques lignes où ils disent qu'ils ont semé le chaos et qu'ils doivent retrouver leur vocation première de protecteur plutôt que de puissance irresponsable. On les voit mener une sorte d'intervention style "ingérence humanitaire", et dans les Iron Man, Captain America ou le premier Avenger, on retrouve trace de cette interrogation sur l'usage de la puissance militaire ne serait-ce qu'avec la profession initiale de Tony Stark (marchand d'arme...) puis par les dérives de l'organisation secrète du SHIELD.

Tout ça n'a sans doute pas la force "mythologique" d'un Star Wars, on n'en viendra pas à s'interroger dans la conversation courante sur le "côté obscur" des gens, mais ça restera un témoignage de l'état d'esprit d'une époque avec un côté moins enfantin et de naïveté sure d'elle-même qu'au temps des Superman de l'époque Carter-Reagan.

P.S. : Besson à côté, dans le style 5e Elément ou Lucy me semble pour le coup moins intéressant...
Par exemple, dans le dernier Avengers réalisé par l'excellent Josh Whedon

Mouais, m'enfin si Besson respecte Valérian de la même façon que les ricains les BD de Marvel, ça me ferait un peu chier de lui donner du pognon pour ça !

--
On peut pas dire de mal de Joss (pas "Josh", je m'auto-corrige) Whedon sur @si : c'est l'auteur de Buffy contre les vampires, et il y a des gens proches d'@si qui la nuit sont Buffy Summers.
En fait non, ou en tous cas pas à l'échelle de ce film. Par ce que ce que dit Besson est vrai, la norme étant le crédit d'impôt, si le film ne l'a pas, c'est lui qui est floué (assez fortement qui plus est) par rapport aux autres films.

Maintenant le crédit d'impot en général. Grosse affaire, il intervient de façon massive et systématique dans certains secteurs. Celui que je connais (un peu) est celui du CIR qui avait donné l'occasion d'un débat à @si. De façon générale, il intervient pour aide "la recherche" (dans ce cas présent l'interprétation précise de ce qui est entendu par là change tous les ans ; en ce moment elle est de plus en plus restrictive). Ce n'est pas le seul mécanisme: presque personne ici ne connait le programme d'aide Européen H2020, mais il est absolument massif, et concerne essentiellement des très grands groupe. A chaque (...chaque) projet de recherche de Thalès, un ou deux millions (généralement la moitié du budget de l'équipe) est donnée (pas prêtée, pas investie... donnée) par l'UE. Le montant de l'enveloppe: plus de mille milliards d'euros d'ici à 2020 (tout pays, toutes aides confondues hein.). La moitié du PIB de la France. Là encore, ça va à tout ce qui est censé développer un truc neuf, par opposition à un boulanger ou un assureur qui exploite des produits existants. Et qui, en fait, par le principe des vases communicants, peut être vu comme celles et ceux qui payent sans le savoir un impot "recherche et développement" redistribué à tout ce qui "fait des nouveaux trucs" ou presque.

Je me suis demandé le pourquoi de la chose. Je ne peux pas en être sur, mais au minimum il y a le fait que tous les pays ont des crédits d'impots, y compris les chantres supposés du libéralisme que sont les USA. Si on n'avait pas de mesure symétrique, on irait au casse pipe contre eux sur l'innovation. Retirez le crédit d'impot et faire de l'innovation (même modeste) en France devient une décision univoquement mauvaise (déjà que pour certains, c'est déjà le cas...): la moitié des projets seront arrêtés et l'autre délocalisée.

Après, on peut se demander pourquoi les états se sont embarqués dans ces subventions à la création. Vraisemblablement, la pensée est que ces dépenses vers de "l'innovation" sont censées impacter la croissance et cascader ensuite dans l'exploitation des nouveautés par les "non innovants", un peu comme les intermittents du spectacle permettent l'existence d'une activité essentielle au secteur du tourisme. Après je ne sais pas du tout à quel point ça marche (et il est certain qu'il y a la dose d'abus) ; ce qui est sur c'est que le grand public ne sait rien ou pas grand chose de ces mécaniques pourtant très impactantes et donc s'énerve facilement quand Luc Besson les lui met sous le nez. Oui oui, c'est bien vous qui payez, et pas qu'un peu, et pas que pour lui. Et vous ne verrez pas de politique vous parler de ça à la prochaine campagne (mais les allocs, ça c'est plus que probable).
[supprimé, mauvais endroit. <3 ce site]
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.