34
Commentaires

Luc Besson accuse Free et Priceminister de complicité de piraterie

La tribune publiée par Luc Besson dans le Monde du week-end dernier, traitant les sociétés Free et PriceMinister de "complices" des pirates du téléchargement illégal, a déclenché une belle polémique. Beaucoup d'internautes n'ont pas apprécié d'être présentés comme les champions du monde du piratage de films. Même réaction pour les sociétés françaises. Juridiquement, le texte de Besson est une collection d'erreurs et de contresens. Tentative de défrichage.

Derniers commentaires

De toute façon, même gratuit, personne n'a envie de le voir son film américain qui "dépeint un peu l'univers des banlieues". Rien qu'à voir la bande annonce, on aura compris que Besson est un réalisateur qui ne se base que sur les explosions et les effets spéciaux pour faire un film. C'est lamentable. Ce n'est pas du cinéma, comment ose-t-il se comparer aux œuvres du Louvre ? Il ne fait pas de l'art, il fait du business, désolé Besson, mais je n'ai qu'un soupir de soulagement en voyant que le fric que tu espérais te faire va te passer sous le nez.
Cette affaire devrait inciter les journalistes à revoir les conditions de ce qu'on appelle « le droit d'auteur ».
En France (et ailleurs) un créatif bénéficie d'un « droit d'auteur », ce qui signifie que lorsqu'il créé une œuvre, il est payé pour la diffusion de celle-ci, puis payé à chaque fois que cette œuvre est re-diffusée.
Quand il s'agit d'une œuvre musicale, enregistrée sur disque, les droits d'auteur concerne l'auteur des paroles, l'auteur de la musique, les musiciens qui l'éxécute, le diffuseur et quelquefois d'autres intervenants.
Ainsi, l'acheteur paye lorsqu'il achète le disque, (assez cher), puis si, lui vient l'idée de le faire écouter ailleurs que dans le clos de son logis, il doit à nouveau payer. Si, il lui vient l'idée de confectionner un film (ou une vidéo), un reportage amateur par exemple, et qu'il illustre ce film avec une partie de l'œuvre du créateur, il doit à nouveau payer des droits si il montre ce film dans une salle d'association à des adhérents e celle-ci.
Ainsi, à l'infini…et même après la mort du créateur, 70 ans après. Des enfants de créateurs célèbres vivent très bien, toute une vie avec les droits d'auteur de leur géniteur.

Après cela, comment s'étonner que des personnes tentent de pirater ?

Un ébéniste d'art qui créé un meuble, œuvre aussi respectable qu'une chanson ou un livre, ne devrait-il; pas toucher des droits d'auteur à chaque fois que l'on ouvre un tiroir de ce meuble ? Et aussi, à chaque fois que ce meuble est vendu et revendu ?
Bonjour,

Certes bon article mais, comme par hasard, à la gloire de Free, qui, je le rappelle, est le seul opérateur qui veut diffuser arretsurimages.tv
La connivence entre les journlistes et la sphère politique et économique, dénoncée très justement sur ce même site (les exemples ne manquent pas) est aujourd'hui rendue évidente à travers plusieurs livres : C'est presque un lieu commun.
Ainsi, même si, je le sais, les chances que vous osiez me répondre sont poussiéreuses, je me lance : y aurait-il une connivence entre, d'une part, le pouvoir internet en voie d'influencer l'opinion publique (vous) et, d'autre part, le pouvoir économique et financier(Free)?
(...)

Bien à vous.
Très bon article, Mr Klein.

On devrait le donner comme modèle dans les écoles de journalisme. J'ai appris plein de choses, et ne suis pas restée sur ma faim.
Je n'ai pas eu l'impression d'être baladée.

J'arrête là, sinon vous allez me prendre pour l'avant-garde d'une attaque des fatal flatteurs.
Que Luc Besson se rassure, malgré ma boulimie de films en tous genres, je n'ai jamais téléchargé un de ses films, après avoir vu environ 15 minutes de Taxi ( premier du nom ) et autant à peu près pour " Le cinquième élément " ( Bruce Willis péroxydé en T-shirt rose, ça calme ).

Sinon, le débat reste le même... 25 euros pour un DVD qui doit leur revenir à 1 ou 2, c'est plus du vol, c'est de la grande délinquance.
Une bonne nouvelle cependant, la super-loi de mâme Albanel semble reprendre du plomb dans l'aile : http://www.ecrans.fr/Riposte-graduee-L-obstacle,6425.html

Notez le dernier paragraphe, on se croirait à Pékin.
Ah, le piratage ! Sujet intéressant car on y voit l'imbécilité et l'hypocrisie de nos "élites" artistiques étalées en plein jour !

Première chose, les chiffres : je télécharge 5 albums et 5 films par semaine (par exemple), soit 20 de chaque par mois, et je gagne de quoi dégager 300 euros de marge pour vivre ma vie. Notre ami Besson croit t-il que je vais manger de la soupe aux cailloux tout les jours pour lui payer ses films ? Penses t-il que je vais volontairement limiter mon accès à la culture pour respecter le pacte capitaliste ?

Deuxième chose, l'hétéronomie : mon cher Besson, il y a bien longtemps que vos films n'apportent plus rien à personne, et que vous les vendez à grand renfort de publicité. Si vous êtes un artiste, vous êtes l'artiste de la décadence inhérente à l'économie de marché, à la régression débilitante du "choix" de la non-culture.

Pour arrêter le piratage, la seule solution : acheter moins mais choisir mieux !
C'est l'hôpital qui se fout de la charité, cette histoire... Besson doit balayer devant sa porte, après on verra.
Serait-il téléguidé par l'Elysée le millardaire grassouillet ? Cela m'étonnerait qu'il soit aussi propre sur lui que ça, le pourfendeur des jeunes pirates anarcho gauchistes du Larzac et d'ailleurs. Tiens, on devrait lui coller un contrôle fiscal, des fois qu'il aurait piqué des sous dans la caisse des cinémas pour se payer des Rollex.
maître eolas a drôlement remis sa place Luc Besson ai-je lu sur son blog,
MAIS faisont des petits calculs car, les calculs c'est amusant...
il y aurait donc 500'000 film téléchargés par jour...pour en gros 15 million d'abonnement internet, ce qui nous fait par une fascinante division, 0,03 film par jour par abonnement. et donc par un mirlifiant produit en croix (dont je garde jalousement le secret pour pas que Darcos copie), grosso modo 1 film par mois.

Personnellement j'aime bien caresser l'idée que la culture française puisse être mise en danger parce qu'un quart de la population regarde 1 film par moi sous le manteau. Quelle pouvoir destructeur ! Allez les amis si on regarde 2 films par mois sous le manteau, peut être qu'on rechapera à taxi 5 ! Mais bon vu les augmentations de fréquentation des salles de ciné (malgrés l'augmentation ubuesque des entrées), va falloir faire des tutoriels pour apprendre au gens à télécharger ! A moins que ce soit les même qui vont aux ciné et qui téléchargent, mais ce serait accréditer d'au moins trois études comportementales du "pirate", totalement ignoré par le ministère de la culture ...
Pff... aberration sur aberration, des connaissances en matière d'internet autant qu'en droit proche de zéro. La tribune d'Eric Besson est un pavé d'âneries inintéressant avec une bonne sauce de victimisation.

On ferait mieux de réfléchir à des modèles alternatifs plutôt que de s'inscrire dans la continuité de l'obsolète.

[http://aikoa.fr/]
EuropaCorp
Faudrait légiférer pour punir les personnes qui vont voir des films de Besson.
Besson... nos frocs ?
C'est d'un pitoyable cette préparation idéologique à la loi "Création et Coupure du net" qui sera (ou pas) votée en Mars à l'Assemblée... Entre la tribune de Luc Besson et l'oral raté de Christine Albanel, ça devient de ... pire en pire.
Et pour info, Eolas a publié un billet qui répond à Lefèbvre : http://maitre-eolas.fr/2009/02/18/1319-tout-le-monde-n-a-pas-le-talent-de-luc-besson
En matière de justice Luc Besson n'est pas si ignorant que ça.
01Inf
Bon il n'y a pas grand chose de juste dans son propos et ça va sûrement venir comme argument pour mettre une taxe sur les hébergements au nom de payer les auteurs. (enfin bon Besson, c'est quand son dernier bon film déjà, hum ... une éternité).

Par contre pour free, il a quand même raison. Énormément de dédibox (proxad donc free) et kisumfi (ovh) sont utilisés pour faire de l'échange de fichiers non permis par leur licence. On a vu un bel exemple il n'y a pas longtemps avec un ado qui s'est retrouvé avec son serveur d'échange de films, jeux vidéos proprios avec des potes qui s'est retrouvé sous l'adresse ip d'un prototype du site du tgi de Bonneville (à cause d'un échange d'ip si je me souviens bien). D'ailleurs, chose intéressante, il y avait aussi des fichiers en creative commons et pour ceux là, c'est légal et les auteurs de ces films (une série de vidéo éducative sur les maths), eux, ne touchent pas d'argent venant de la taxe pour la copie privé et autres du même genre.
"La France premier pirate au monde ".

Et Paris la ville avec le plus grand nombre de salles de ciné par habitant. Décidément, les français sont cinéphiles. A croire qu´on aurait inventé le cinoche en France !!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.