31
Commentaires

L'expert économique de TF1 et l'Institut Montaigne malmenés par Le Pen

"Ah les experts…" Interrogée hier dans le 20 heures de TF1, Marine Le Pen a dézingué le responsable du service économique François-Xavier Piétri chargé de présenter les conclusions de l’Institut Montaigne sur la sortie de l'euro et le retour au franc prônés par la candidate du Front national. Cette dernière a focalisé sur le think-tank libéral en rappelant le nom de ses dirigeants, l’un proche de François Fillon, l’autre d’Emmanuel Macron. Mais quid de la sortie de l’euro chiffrée par l’Institut en question ? Ne comptez pas sur l'expert de TF1 ou sur Le Pen pour mener le débat de fond.

Derniers commentaires

En regardant l'émission sur le moment et en voyant comment il a été facile pour Le Pen de dézinguer le dispositif, j'ai émis plusieurs hypothèses:

-soit la rédaction de TF1 est en roue libre, ignore tout de l'Institut Montaigne - ce qui est peu probable - et fait comme d'habitude, ce que font les autres: coller un "expert" à la con (genre Lenglet) comme contradicteur à tout candidat anti-euro, pour servir la soupe néolib habituelle et dénoncer la "catastrophe" à laquelle mènerait une sortie de l'euro.
Nulle propagande spécifiquement anti-Le Pen dans ce cas de la part de TF1, mais le train-train habituel: coco trouve moi un "expert" avec des graphes à la Lenglet pour pousser la contradiction...la routine quoi.
Mais dans ce cas ils aurait pu mettre un idéologue un peu moins voyant que ce valet de l'Institut Montaigne qui roule à la fois pour Fillon et Macron, ce qui est de notoriété publique, et que Le Pen n'a pas manqué de signaler.

-soit la rédac de TF1 roule pour Fillon/Macron et pensait sincèrement que ce pauvre Pietri allait dézinguer Le Pen, qui malgré tout connaît bien son sujet, et - le comble pour la patronne d'un parti d'extrême droite - a très bien compris qu'il était important de "savoir d'où l'on parle", "comme on disait en 68"(-sic)!
Voilà la patronne du FN qui se met à parler comme les chevelus gauchistes de 1968 sur lesquels tapaient les mecs d'Occident à l'époque (Madelin, Longuet etc..), sans que ça ne fasse réagir personne sur le plateau de TF1!
Si ça se trouve le guignol invité et l'animatrice ne connaissaient même pas ce mantra de la gauche radicale?

Si tel était le cas, ils sont vraiment cons à TF1: comment ne pouvaient-ils pas anticiper que Le Pen n'aurait aucun mal à localiser politiquement Pietri et le disqualifier sans même avoir à argumenter, sachant que tout le monde sait que l'Institut Montaigne est un satellite de la droite libérale?

-soit, dans un savant coup de billards à 3 bandes, TF1 roule secrètement pour Le Pen, et lui aurait offert sur un plateau - au sens propre comme au figuré - une occasion facile de dénoncer une fois de plus la complicité des grands media avec l'"UMPS", donnant ainsi le loisir de se présenter comme la seule "antisystême" contre l'"établissement" à la manière d'un Trump.
Je reconnais que la dernière hypothèse peut paraitre tordue pour deux raisons: d'une part ils sont trop cons à TF1 pour monter un tel coup, et d'autre part leur image en sort écornée, puisqu'ils sont associés au "complot" de l'"établissement" contre Le Pen.

Mais la période est tellement trouble, et les grands media tellement en panique dans cette campagne que toutes les hypothèses, y compris les plus farfelues, méritent d'être étudiées...
Deux journalistes de l'AFP ont été pris à partie par des militants FN, à la sortie du meeting de Nantes. Les gendarmes se sont interposés.
L'Institut Montaigne, comme beaucoup d'autres think thanks, est un organe politique. Ses membres sont des militants du néo libéralisme. Ce qui, en soit, ne pose aucun problème.

En revanche, ne pas le dire, avancer masquer en s'autoproclamant "expert en économie", est une imposture.

Si Piétri est un "expert économique", alors Piketty peut se présenter comme un "expert en littérature comparée" (après tout, il a lu Jane Austen et Balzac, qu'il cite régulièrement)...
Sur la sortie de l'Euro et le retour au franc, lire l'article de Guillaume Duval d'Alter Eco qui pense que la sortie de l’euro est un pari extrêmement hasardeux. Des arguments à soupeser. Quid de l'augmentation brutale et immédiate des taux d'intérets ? Quid de la gestion de le dette ? Quid du renchérissement des importations dues à la dévaluation de la monnaie ? Sans parler des attaques des marchés financiers sur le franc comme en 1992 sur la livre anglaise.
L'expert de l'institut Montaigne ne dit pas la vérité concernant l'immobilier. Il explique qu'un renchérissement du cout du crédit appauvrirait les emprunteurs. L'hypothèse cachée est que le cout de l'immobilier reste le même.
Or, avec une hausse du cout du crédit, même vers des niveaux raisonnables de l’ordre de 5%, la bulle immobilière explose et l’immobilier redevient abordable. C'est la situation actuelle qui est ruineuse: ruineuses pour ceux qui veulent se loger et qui, malgré les taux bas, s'endettent sur des durées extrèmement longues et ruineuse pour les investisseurs qui ont vu les rentabilités s’effondrer.
L'euro, ici en Alsace, nous en utilisons les bénéfices tous les jours
Si demain la France revenait à la livre tournoi et aux sesterces, beaucoup d'Alsaciens resteraient à l'euro
Si demain les frontières devaient revenir comme avant entre l'Alsace et le Bade-Wurtemberg, beaucoup seraient d'avis d'en construire une autre entre l'Alsace et la France de l'intérieur, sur la crête des Vosges

La solution facile, celle des fainéants, c'est celle du cocon, du retour dans la matrice. Celle de prôner que le malheur vient de Bruxelles ou de Paris alors qu'on en reçoit des subsides et de se plaindre de ce qui n'y fonctionne pas comme si tout était parfait à l'ombre du clocher, et si les problèmes qu'on résout à l'échelle locale sont plus faciles à régler que ceux à l'échelle nationale ou européenne
L'attitude défaitiste est facile et permet de croire un instant qu'ayant désigné l'origine on aura réglé le problème

En fait, en se retirant de l'Europe, on s'affaiblit et on met en danger sa propre nation, retrouvant dans son pré carré des problèmes qu'on pourrait mieux régler avec d'autres. L'idée révolutionnaire est née en traversant les frontières, elle ne s'est pas arrêtée aux octrois. Tout autour de notre pays, il y a des gens qui vivent les mêmes difficultés et envisagent des solutions voisines. Ceux qui créent nos problèmes, eux, savent s'organiser à l'échelle de la réalité contemporaine qui transcende les limites géographiques

Hier soir j'ai entrevu une partie de l'émission politique où Mélenchon était reçu. Il s'est trouvé confronté à trois invités dont une dame ayant perdu son commerce du fait de la présence des migrants de Calais. Elle s'est défendu de tout sentiment raciste ou de manquer d'attention aux plus pauvres car elle aussi a fait ça ou ça, et son père communiste, etc mais elle votera pour le FN reprenant mot à mot l'argument qu'on lui sert sur les médias du matin au soir et qu'on s'étonne de trouver ensuite dans sa bouche : je vote FN pour foutre le bordel, pour que ça change
comme ces jeunes qui disaient après avoir fichu le feu à leur cage d'escalier, "y a pas de dialogue" reprenant les analyses des experts aux JT
elle votera FN pour faire tout exploser comme les baleines qui se suicident, bien que les baleines aient peut-être des raisons qui échappent à notre raison, tandis que celles de l'électeur FN lui sont dictées envers et contre ses propres sentiments comme une justification qui d'elle-même éteint tout espoir d'un meilleur avenir
Le FN donne une vision plus précise dans une série de réponses aux questions envoyées par un journaliste des Echos.
Programme éo du FN

Ce qui fait peur avec ce parti c'est qu'on sent qu'ils s'organisent et qu'il y a une équipe qui planche réellement sur ces sujets. Pas comme Hamon qui balance un truc en l'air pour appâter le chaland.

Pour revenir au sujet, oui la sortie de l'Euro sera nécessairement douloureuse. L'entrée dans l'Euro était douloureuse en raison des règles de convergence et s'est payé par une hausse hallucinante du chômage dans les années 93 - 94. Cela les partisans de l'Euro, font exprès de ne pas le mentionner. Sortir de l'Euro sera douloureux car cela obligera les entreprises françaises à recomposer leurs chaines de valeur et cela obligera le consommateur français a arrêter de vivre au-dessus de ses moyens, ce qui force l'état à s'endetter auprès de l'étranger pour compenser le déficit de la balance des transactions courantes.
Allez donc chez Sapir il en parle justement...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.