24
Commentaires

L'ex-pirate et le hadopiste, ensemble contre la "gueule de bois" d'Internet

On ne pouvait pas imaginer deux parcours plus opposés : l'ex-pirate et le secrétaire général de la Hadopi. Et pourtant, Laurent Chemla et Eric Walter ont signé une tribune ensemble, protestant contre la cyber-morosité ambiante, contre cette conviction qui s'insinue ces temps-ci que la tenaille infernale Google-NSA serait en train de tuer les utopies d'Internet, et de clore sa "parenthèse enchantée".

Derniers commentaires

...

Trompé de forum
Pour Walter, on assiste ici à un classique retournement de veste alors qu'il est plus près de la porte que d'une promotion à l'Hadopi dont les moyens ont été fortement réduits. Seuls les cons ne changent pas d'avis mais croire en 2007 qu'Internet était un danger pour la démocratie pour soutenir aujourd'hui qu'il faut le revitaliser, me parait un saut trop brutal pour être sincère.
Voilà un extrait du discours d'Emmanuel-Joseph Sieyès à l'Assemblée constituante de 1789:

"Les Peuples Européens modernes ressemblent bien peu aux Peuple anciens. Il ne s'agit parmi nous que de Commerce, d'Agriculture, de Fabriques, etc. Le désir des richesses semblent de faire de tous les États de l'Europe que de vastes Ateliers: on y songe bien plus à la consommation et à la production qu'au bonheur. Aussi les systèmes politiques, aujourd'hui, sont exclusivement fondés sur le travail; les facultés productives de l'homme font tout; à peine fait-on mettre à profit les facultés morales, qui pourroient cependant devenir la source la plus féconde des plus véritable jouissances. Nous sommes donc forcés de ne voir, dans la plus grande partie des hommes, que des machines de travail.

Cependant vous ne pouvez pas refuser la qualité de Citoyen, et les droits du civisme, à cette multitude sans instruction, qu'un travail forcé absorbe en entier. Puisqu'ils doivent obéir à la Loi tout comme vous, ils doivent aussi, concourir à la faire. Ce concours doit être égal.

Il peut s'exercer de deux manières. Les Citoyens peuvent donner leur confiance à quelques-uns d'entre eux. Sans aliéner leur droits, ils en commettent l'exercice. C'est pour l'utilité commune qu'ils se nomment des Représentans, bien plus cabables qu'eux-même de connoître l'intérêt général, et d'interpréter à cet égard leur propre volonté.

L'autre manière d'exercer son Droit à la formation de la Loi, est de concourir soi-même immédiatement à la faire. Ce concours immédiat est ce qui caractérise la véritable démocratie. Le concours médiat désigne le Gouvernement représentatif. La différence entre ces deux systèmes politiques est énorme.

Le choix entre ces deux méthodes de faire la Loi, n'est pas douteux parmi nous:

D'abord, la très grande pluralité de nos Concitoyens n'a ni assez d'instruction, ni assez de loisir, pour vouloir s'occuper directement des Loix qui doivent gouverner la France; leur avis est donc de se nommer des Représentants; et puisque c'est l'avis du grand nombre, les hommes éclairés doivent s'y soumettre comme les autres. Quand une société est formée, on sait que l'avis de la pluralité fait Loi pour tous."
Un peu bizarre non cette émission ?
Ça aurait put être bien plus instructif, sans cet interminable et stérile affrontement.
Dommage.

Et il faudrait vraiment en finir avec ces 42 minutes...
Excellente émission.
Eric Walter est sans doute le seul personnage placé dans le "camp du copyright" qui est prêt à confronter ses opinions à celles des autres.
On peut en penser ce qu'on veut (opportuniste, plan de comm...) moi j'y vois un courage politique qui se fait rare.
Qui a entendu Hollande sur ce sujet par exemple ? Il avait fui l'assemblée lors du vote de la DADVISI et en campagne présidentielle il a glissé une phrase qui voulait dire en substance "ce sujet n'a aucun intérêt".
Ce que ça dénote à mon sens : une ignorance crasse des enjeux soulevés par ces questions.
Mouais ... pas fini l'émission.
franchement nul comme début , pas de pêche , le mec est fatigué , il a pas dormis , ben y vient pas faire une émission , c'est désagréable pour moi a écouter, ses phrases poussives .
bof bof bof
c'est très tentant de partager l'optimisme de l chemla et e walter sur le futur utopique d'internet,sa finalité humaniste,innovante,conviviale...
quand l chemla parle du passage de la hache de pierre à la hache de fer pour caractériser l'évolution technique actuelle,ou, pour enfoncer le clou,la fin du travail des moines copistes au début de l'imprimerie,c'est peut être un constat lucide de la réalité du moment.

nos ancêtres paléolithiques étaient 10 millions sur cette planète,ils bossaient 2h par jour et révaient en regardant le cosmos et en respirant un air pur...nous sommes près de 8 milliards et on peut se demander si internet ne symbolise pas, par sa rapidité, cette fourmillière éfficace,réactive,rentable,suspicieuse... de l'espèce humaine.

l'article de "libé" de l chemla et e walter se termine par la devise républicaine:liberté,égalité,fraternité.on ne peut que la partager.
Très bon comme toujours, j'attend avec impatience une émission qui nous parlera du CSA et ses plans a venir, du contrôle parental et de la pornographie. Je dis ça car des choses sont en cours et je me demande si c'est possible. Je sais que c'est le sujet a venir des médias dans les prochains jours dans leur agenda. Je dis ça, je dis rien. ;)
émission décevante. Eric Walter vient faire sa comm' et ne répond pas sur le fond aux questions...
Ben Merci encore pour cette émission.

Pour le coup il aurait fallu que ca dure plus que 42 minutes!
"En interne, Laurent Chemla s'est fait sévèrement remonter les bretelles par ses camarades de la Quadrature du Net."

C'est une formulation racoleuse qui retranscrit mal le court échange de mail entre interlocuteurs indépendants de la Quadrature sur la liste de discussions publiques de l'association, et le non-moins court dialogue IRC correspondant.

De plus, accorder tant d'importance à l'agitation médiatique d'Eric Walter ces derniers temps joue son jeu opportuniste visant à ne pas disparaître avec la HADOPI…
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.