21
Commentaires

Les visages de l'Amérique selon Obama

Chaque année le président américain définit ses priorités en prononçant son State of the Union address (discours sur l'état de l'Union) devant les membres du Sénat et de la Chambre des Représentants. Aux membres du parlement, s'ajoute une vingtaine d'invités soigneusement sélectionnés et rassemblés autour de son épouse. Hier soir, autour de Michèle Obama, les invités offraient l'image des valeurs défendues par Obama dans son discours. Chacun de ces visages raconte une histoire. Arrêt sur un storytelling muet, et savamment dosé.

Derniers commentaires

Jaurais pu ajouter la malheureuse ex-sénatrice Garielle Guifford miraculée, mais toujours diminuée apres avoir reçu une balle dans la tete, qui n'arrivait pas applaudir.
Content de voir l'accueil réservé a ce petit observatoire. Je ne regrette pas d'avoir regardé trois fois cette heure de discours, surtout qu'au debut j'ai ramé pour trouver ces plans de coupe, signalés par Daniel, qui sont principalement à la fin... et je ne les voyais pas, l'oeil usé par d'autres plans de coupe sur les élus se levant pour aplaudir etc..
impressionnante cette analyse
Intéressant ces vues sur le discours de l'union... Sur Inter on parle de la traque du policier fou, avec les vues intercalaires sur la TV américaine avec le discours Obama étant réduit à l'état d'accessoire, sur Culture on parle de la politique de relance avec augmentation de 24% du salaire minimum et augmentation des impôts sur les plus hauts revenus, par contre Inter passe sous silence ces propositions... La différence d'Inter devient assourdissante. Quand est-ce qu'ils virent Val ?
C'est un peu grâce à des analyses comme la vôtre, M'sieur Klein, qu'on se rend compte que l'Amérique a besoin d'avoir des héros.
Et je me prends à comparer avec notre côté désabusé "tous pourris"...
Y'a des fois, j'aimerais bien redevenir adolescente et retrouver cette capacité de rêver avec des héros, mais révolutionnaires, ceux-là, pas "patriotes".
Merci pour cette lecture du message qu'essaie de passer Obama dans le choix de ses invités .
Merci pour l'excellence de votre travail .
Merci pour cet article.
Bel article.
il aurait pu rajouté un amérindien...
Le Discours de l'Union peut sembler un évènement mis en scène et d'une hypocrisie sans nom, un cache-misère, ou une ode à l'exception américaine, à la providence et tous ces mythes performatifs, mais ce performatif fait souvent du bien, il met en avant des personnes et des actions remarquables, au centre de la vie publique américaine. Ce qui a plus de gueule qu'une remise de ruban rouge entre soi, avec un ruban qui a orné meurtriers comme philanthropes ! Et ce qui repose aussi de la litanie médiatique des crimes, catastrophes et mauvaises nouvelles.
Pour moi, le Discours de l'Union est l'un des seuls moments (le seul ?) où George W. Bush a été à la hauteur, en honorant Dikembe Mutombo par exemple, qui, comme Manute Bol, reste peu ou prou inconnu en France alors qu'ils font partie des hommes les plus remarquables de ces vingt dernières années.
(vidéo ici : http://www.congoplanete.com/cspan-dikembe-mutombo-state-of-the-union-30.1)

Beau décorticage M. Klein, même si on peut regretter que l'analyse de ces choix, ou l'analyse des analyses/réactions médiatiques ne soit pas plus développée.
Digne d'un Korkos sur Velasquez.
Are You sure ? Pas à "Bruegel" avec le triomphe de la mort en subliminal ? Derrière la façade lisse et polie Il ne semble pas avoir d'émotion quoiqu'il arrive, sauf pour Sandy ou il a versé un semblant de larmes, de celles qu'on appelle les "larmes de crocodiles".

Ce qui ressemble à notre époque ou les dirigeants, patrons, chefs, de tous bords appartiennent à la race spéciale qui ressort lors des grandes crises : celles des psychopathes. Sinon en temps dit normal, ce genre de personne, égotiste, hypo-émotionnelle; perverse, manipulatrice, sont souvent voués à se fondre dans la masse.
Votre réaction m'a fait tiquer. Il est parfaitement possible de ne ressentir aucune émotion pour les choses les plus courantes et de se sentir suis parfois submergé lors d'événements moi courant.
À titre personnel par exemple la majorité des choses déclenchant une réaction émotionnelle chez d'autres personnes me laissent indifférents. En revanche, certains événements comme une catastrophe naturelle ou une manifestation de solidarité inhabituelle déclenche une sorte de remonter émotionnel entraînant parfois des larmes.
Je n'ai pas vu la séquence, mais il me semble un peu prématuré de juger de cette action aussi rapidement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.