46
Commentaires

Les "rebelles" du Renaudot

Commentaires préférés des abonnés

Bonjour,


C'est pas que je me fiche de la chronique de ce matin, mais je trouve qu'il y a peu de reactions mediatiques a cette info hallucinante de Mediapart sur ces flics qui braquent et manquent de flinguer des citoyens innocents et qui sont ensuite (...)

Cours, camarade, le vieux monde est toujours derrière toi, devant toi, et tout autour, à tout faire pour ne pas lâcher son pouvoir !

merci pour ce papier, en complément, je signale la chronique d'hier sur France Culture de Frederic MARTEL, qui dans sa propre émission n'y va pas avec le dos de la cuillère pour dénoncer cet état de fait !


C'est à souligner, dans un milieu où la langu(...)

Derniers commentaires

Effectivement on découvre que, même dans les Jurys des Prix littéraires, il y a des "Rebelles". Rebelles avec guillemets, rebelles  de droite qui ne sont pas nés d'hier mais d'avant-hier (Michel Clouscard a été le premier fin XXème siècle à avoir repéré ces "libéraux-libertaires" qui avaient réussi à faire de leur -pseudo- rebellion la norme de tout postulant (en milieu) littéraire reconnu). Je ne reviendrais pas sur les qualificatifs dont ils s'affublent dans les articles du Monde Magazine pour jouer cette carte de "hors-la-loi" (qui ne dérange personne et qui conforte la vision très frenchy d'une littérature au-dessus de tout).


Merci à Daniel Schneidermann d'avoir cité Mr Giudicelli, présumé pédocriminel qui conte dans ses livres ses "aventures" auprès des enfants qu'il a abusés à Manille, Tunis, Ouarzazate en compagnie de Matzneff. Cependant la présence de Christian Giudicelli dans ce jury est loin d'être une "anomalie".  Non seulement il est inamovible dans ce Jury Renaudot mais il l'est  aussi dans le Prix littéraire Valery Larbaud (prix 2020 décerné le 7 mars dernier) par la ville de Vichy.


Primé en 1982 par ce dernier jury, Giudicelli est depuis ce temps un des jurés les plus importants. 

Salarié de Gallimard, directeur de collection, il a permis aux livres Gallimard d'être primés à 80%. Lors de la dernière remise du Prix Larbaud, Giudicelli a annulé son voyage à Vichy s'étonnant que, dans cette Ville, les bruits sur ses antécédents avaient été entendus jusqu'aux bords de l'Allier. Notre bon Giudicelli a peut-être cru que Vichy en était resté au 10 juillet 40 et n'était peuplé que de ... vichystes. Peut-être même espérait-il y retrouver les fantômes bienveillants des Chardonne, Morand, Maurras, Giraudoux and Co(llabos).


Depuis ce 7 mars, malgré les protestations de vichyssois(es) à propos de la présence de Mr Giudicelli comme juré, malgré le fait que Mr Guidicelli a été entendu comme s-u-s-p-e-c-t dans l'affaire Matzneff, rien, absolument rien n'a bougé. 

La Mairie de Vichy et son Maire se taisent alors que cette même Mairie de Vichy s'est associée au Prix dès sa création (1967) et qu'elle fait chaque année don de 6000 euros au livre primé. Interpellé, le Maire (LR+LREM) s'est défaussé en rejetant la décision d'une (possible) exclusion (provisoire pour le Maire) sur les avis des Jurés avec lequel, pourtant, il paradait lors de sa campagne municipale 2017. 

Plus délirant et obscène encore : lors du Conseil Municipal du 21 septembre dernier, le Maire a fait avaliser à la quasi-unanimité sa décision de présenter Vichy au label de l'UNICEF, celui de  "Ville amie des... enfants" oubliant tranquillement ceux qui, à Manille, Tunis, Ouarzazate ont subi les "assauts" conjugués de Giudicelli et Matzneff lors de leurs voyages pédophiliques.


Ajoutons aussi que le quotidien local (La Montagne de Vichy) et régional (La Montagne) n'ont pas fait un seul article sur le parcours de ce pédocriminel depuis le 7 mars dernier et qu'il ne soufflent mot des protestations grandissantes contre la présence de ce Giudicelli au Jury du Prix Larbaud (qui sera remis dans trois mois). 


Faudra t-il attendre que les envoyés du New-York Times viennent à Vichy enquêter sur cette présence de Giudicelli ? Faudra t-il attendre qu'ils viennent enquêter pour dire enfin la vérité aux habitants de Vichy (et de France), dire toute la vérité à ceux et celles qui défendent la littérature ET le droit des Enfants, à ceux et celles qui dénoncent les violences et les abus sur les mineur(e). Peut-être qu'alors, on aura ainsi pu dévoiler les raisons (dessous inavouables ?) de l' incroyable Omerta qui règne à Vichy sur ce toujours juré du beau Prix Valery Larbaud.

J'en profite pour recommander les bouquins de Damasio, même s'il n'a pas eu le Goncourt. Fortement et tristement d'actualité... 

Bonsoir,

Juste une petite question : peut-on avoir les références des enquêtes (Le Monde et le New York Times) ? Merci (J'espère que je ne les ai pas manquées...)


Bravo pour cet article ! 

Vous êtes nettement meilleur pour les mondanités parisiennes que pour le football 

Bonjour Daniel,


Il serait préférable d'utiliser le mot "pédocriminel" à la place de "pédophile" afin d'exprimer la vraie nature du crime et nom de la "philie".


Oui mais il se trouve que le prix décerné aujourd'hui à Marie-Hélène Lafon récompense très justement selon moi un roman subtil, très bien écrit d'une femme revendiquant ses origines paysannes du pays du haut du Cantal ; bien sûr on pourra dire que les jurés ont voulu se racheter mais je suis bien contente pour cette auteure que j'apprécie beaucoup ; écoutez son interview par Augustin Trapenard sur FI, un vrai bonheur


 

https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-16-octobre-2020


A noter tout de meme que les affreux males blancs heteros cis-genre ont attribué un prix à une femme du QUébec.
Ah, oui, elle est blanche - peut-etre meme pas LGBT, - donc ca compte pas.
Escusez

J'attends le moment ou DS se fera virer avec goudron et plumes par 2 stagiaires de ASI car male et blancs...

Merci pour la chronique. 


Ecrire "charmant et putride"... Oxymore pour oxymore, disons alors qu'on reconnait bien  le Monde dans la splendeur écœurante de son entomologie des puissants, de son regard chirurgical qui ne mobilise de telles formules byzantines qu'à leur endroit, et pas dans des articles sur les derniers de cordée... 

Message implicite : quand t'es du bon côté, tu peux être charmant même si t'es putride. Sinon, t'es juste putride. Pas de bol. 

 

Je lis cela :

 le vote en 2017 de l'écrivain Patrick Besson en faveur d'un livre de sa compagne, Anne-Sophie Stefanini, conflit d'intérêt emblématique, qui ne pose aucun problème à aucun membre du jury. 


Question réelle qui en découle donc:

Cela a t il choqué les critiques? les acteurs du monde littéraire? cela c'est su largement ? des papiers ont été rédigés?

Y a t il des traces de cela ?Ou bien cela est  resté dans un "entre soi" feutré sous la baniere d'un " on l'aura l'année prochaine " de toutes façons ça tourne .


Bref journalistes et critques, complices ou victimes ?

Super Matinaute très attendu de moi. Mais qui m'invite avec empressement et délectation à relire le succulent et délicieux opus de Bégeaudeau, "Histoire de ta bêtise"., parce que là, on est en plein cœur du sujet. 

C'est probablement le lot de toute "institution" dans lesquelles il n'y a pas assez de rotation parmi les membres, et surtout les membres décideurs/euses (le féminin est souvent assez minoritaire mais le féminin n'est en aucun cas une protection en soi contre le problème), de finir par se vautrer dans une corruption de plus en plus profonde sans que ça ne dérange grand monde, particulièrement les premiers/ières intéressé-e-s qui ne voient même pas ce qu'on peut bien leur reprocher.

Bonjour,


C'est pas que je me fiche de la chronique de ce matin, mais je trouve qu'il y a peu de reactions mediatiques a cette info hallucinante de Mediapart sur ces flics qui braquent et manquent de flinguer des citoyens innocents et qui sont ensuite couverts par la pref. Vous pourriez faire un petit recensement de qui reprend et qui ne reprend pas ?

https://www.mediapart.fr/journal/france/291120/la-prefecture-de-police-de-paris-menti-pour-couvrir-les-tirs-d-un-policier-sur-des-jeunes-innocents

Je peux me targuer de ne jamais avoir publié de livres et de n'avoir reçu aucun prix Renaudot !


M'enfin, quand même ...

"Male blanc" oups... Obono s'est fait étriller pour avoir oser dire cela... attention ... ça frise l'islamo gauchisme "male blanc"  et puis rajouter septuagénaire cela aggrave .. on pourrait dire islamogauchiste gerontophobe... c'est une attaque à la République mr Schneidermann. ?

Est-ce que ces prix (celui là mais aussi tous les autres, littéraires, musicaux, cinématographiques, etc.) ont encore un sens à l'heure d'internet où l'on peut coaguler les avis des lecteurs directement ? Des avis qui vont de l'opinion générale d'un livre au commentaire à chaud sous la publication d'un chapitre (pour les livres publiés "en live" sous formes "d'épisodes").


Je pense que ces jury sont aujourd'hui à placer au même niveau que les recommandations personnelles des booktubers et autres influenceurs (avec les mêmes risques de corruptions et conflits d'intérêts au final).

 

Ces prix me semblent donc être des reliquats d'un autre temps, un rouage parmi d'autres servant à faire fonctionner l'entre-soi des notables, même si j'imagine la "tradition" sera prolongée autant que possible.

Cours, camarade, le vieux monde est toujours derrière toi, devant toi, et tout autour, à tout faire pour ne pas lâcher son pouvoir !

merci pour ce papier, en complément, je signale la chronique d'hier sur France Culture de Frederic MARTEL, qui dans sa propre émission n'y va pas avec le dos de la cuillère pour dénoncer cet état de fait !


C'est à souligner, dans un milieu où la langue de bois est souvent de mise, et où on ne dit pas de mal du petit copain de la même chaine que vous. ( en l'occurrence Radio France )


Là, c'est sans langue de bois, et Garcin en prend pour son grade, lui aussi


https://www.franceculture.fr/emissions/soft-power/soft-power-le-magazine-des-internets-emission-du-dimanche-29-novembre-2020


 Le Renaudot est considéré comme un prix de journalistes. Domm" Ils courent après le Renaudot et les petits garçons sans avoir attrapé  que les seconds ."

En plus d'être une escroquerie intellectuelle, les "prix" littéraires ne seraient qu'une corne d'abondance pour vieillards abjects ? Pourquoi la police ne les frappe-t-elle pas, eux qui le méritent tant ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.