19
Commentaires

Les journalistes du Figaro contre les "co-productions" de sondages

L'Elysée a-t-il, oui ou non, financé en partie des sondages parus dans la presse, notamment les enquêtes réalisées par OpinionWay pour LCI et le Figaro ? Le passage concernant les études d'opinion dans le rapport sur les comptes de l'Elysée rendu public le 16 juillet par la Cour des comptes suscite des remous au Figaro, où la société des rédacteurs a demandé l'arrêt immédiat de "ce type de coproduction". OpinionWay et le directeur du Figaro, Etienne Mougeotte, démentent tout mélange des genres.

Derniers commentaires

Il me semble que le monde des médias classiques est très discret sur le sujet. Et si il n'y avait que le Figaro et Opinion Way qui ai pratiqué de la sorte ?
Quand je vous dis que les journalistes ne sont pas des scientifiques ;-p
Je ne cessais de vous le dire !!!!
[quote=Rue 89]Bruno Jeanbart, directeur des études politiques d'OpinionWay, suppose dans Le Monde qu'elles ont été égarées :

« L'Elysée a peut-être simplement remis le format allégé de nos études au conseiller de la Cour des comptes. Ou bien les CD qui contiennent plus de 60 pages de détail que nous avons remis à Publifact [le cabinet en contrat avec l'Elysée] ont peut être été perdus. »


Tout ça, c'est la faute des ces abrutis de Guéant, Guaino et autres conseillers techniques, pas capables de ranger des super enquêtes méga top confidentielles (et très, très chères).
[large]Outre le fait que 1,5 millions d'euros ont été gaspillés en toute illégalité, il faut noter, souligner, proclamer, hurler que son bénéficiaire, Patrick Buisson, est le conseiller avisé de l'UMPereur qui l'a briefé pour capter les voix FN (un expert puisqu'il dirigeait peu avant Minute, vous savez, ce torchon qui dispense d'acheter les oeuvres de Sartre, puisque vous avez la nausée et les mains sales).[/large]
http://www.lepost.fr/article/2009/07/18/1625222_opinion-way-le-texte-de-la-cour-des-comptes_ 0_2355597.html?#reaction_2355440
Pour raison de concurrence, je comprends qu'Opinionway soit furax qu'on puisse annoncer sur la place publique le fait qu'il mutualise ses coûts par surfacturation : l'Elysée se fait facturer des résultats détaillées, qui sont simplement agrégés pour être revendus à LCI-LeFig. D'où leur défense de dire que le coût élevé pour le Château tient compte d'un volet de questions complémentaires spécifiques par rapport aux médias.

A mon avis, il n'y a que Mougeotte qui est en position certainement de savoir : au vu du prix qu'il paye pour ces sondages, est-ce que c'est un 'juste' prix, un prix cassé ou alors si Opinionway se sert vraiment une deuxième fois au passage... Cela implique donc de connaître le prix d'un sondage chez les concurrents et leurs pratiques et soulever la boîte de Pandorre.

Je serai Etienne, par principe, je demanderai de négocier à la baisse le prix d'Opinionway pour voir ;) Mais entre gens bien élevés...
Cazenave rétorque que l'Elysée "n'a sans doute pas présenté tous les documents que nous avons fournis au cabinet de conseil,

c'est bien keske j'disais ! les conseillers de l'Elysée se sont mélangés les pinceaux, ils ont donné des coupures du figaro à la place des études top-secrètes...
Les médias actuels et anciens n'aiment vraiment plus, pour la plupart, rendre l'information publique.

Dans les années 80 et dans une moindre mesure, les années 90, de telles informations données au compte-goutte par la presse indépendante, le web et quelques grands médias pour le moins cyclothymiques, au lieu d'être balancées de manière éparse et fulgurante.. auraient la plupart du temps donné lieu à de grands brûlots évoqués bien plus souvent à heures de grande écoute. L'écart entre la presse dite de gauche et de droite était bien moindre qu'à présent (*), et la presse d'opposition étant bien moins occupée à se tirer contre ses propres flancs et ses courants internes. Oubliant ainsi ses principaux adversaires. Elle a perdu peu à peu son indépendance face au système, et alors que la presse indépendante officielle aujourd'hui constitue l'exception, elle devrait pourtant être la norme; mais en Sarkoland, le bon sens est une utopie qui ne pourrait exister que sous la forme d'une secrétariat d'état. Histoire de se souvenir...

Maintenant, le défaut majeur selon moi de cette presse qui, même si elle a gagné en intensité face à Sarkozy et les coups d'estramaçon réguliers à la démocratie, est d'avoir perdu ses objectifs, sa régularité en temps que contre-pouvoir et par conséquent, une bonne part de sa crédibilité. Elle est bien moins susceptible d'être portée à la connaissance du fameux grand public, la grande faute aussi au phagocytage progressif de la presse télévisuelle par le pouvoir, et est désormais surtout destinée à potentiellement prêcher des convertis - et encore, sous réserve que ceux-ci ne s'adonnent pas ensuite à leur sport favori: tenter de se surclasser les uns les autres et d'hypothétiquement arriver au-dessus de la mêlée, pourtant composée des meilleurs alliés qui auraient pu faire bloc fasse au pouvoir, et qui va par conséquence être dans la plus grande difficulté quant à se sortir de ce merdier. Sans même que ses opposants n'aient à bouger le petit orteil.

En bref - et j'arrête là mes corollaires qui n'engagent que moi - la gauche a fabriqué son adversaire actuel, lequel, de fait, a régulièrement une longueur d'avance d'impact médiatique, et donc de tirage de ficelles, sur elle. Elle paie cher aujourd'hui son inertie.

Grâce à @si et d'autres supports farouchement déterminés à défendre une certaine intégrité et, de là, une certaine intelligence de combat politique efficace (citons pour l'exemple, Acrimed, mon second préféré, on a au moins une chance d'avoir la possibilité d'agglomérer, de regrouper une certaine cohésion face au fossoyeur actuel de la cinquième république. C'était et c'est encore aussi, du reste, la raison principale de mon attachement à Arrêt sur images version télé et version net.

Tant qu'@si conserve ce cap, je suis du bateau. Et vu la qualité des derniers billets et des réactions @sinautes, je ne me fais globalement pas de souci. La vitesse étant sans cesse croissante, maintenez la barre !





(*) Mon analyse vaut ce qu'elle vaut. Je ne me fie ici qu'à ma mémoire de mes lectures d'époque, bien plus éclectiques que maintenant, et du sentiment global qu'elles m'inspiraient alors. Je prends également et bien évidemment en compte le fait que j'étais bien plus jeune et presqu'aussi beau que maintenant.
les titres de la page du Figaro sont vraiment une merveille de travail de propagande !
Bravo Mougeotte !
Pour France 3, c'est une double erreur et paradoxalement la différence est bien de 20 660€.

Première erreur : présenter dans une même opération un montant arrondi au million et un montant arrondi à l'unité.
Deuxième erreur : inverser les recettes et les dépenses !

Car le budget est de : 112 591 400
et les dépenses de : 112 570 740

Soit un excédent* de 20 660.

La preuve : suffit de relire à la page 5 du rapport, la première phrase de la partie B) 1).

*: mot du rapport manifestement mal compris par la journaliste qui a cru que l'Élysée avait trop dépensé alors que ça veut justement dire qu'il est économe.
Les membres de la Cour des Comptes ne sont-ils pas assermentés ?


http://anthropia.blogg.org
au vu de la mise au point de dernière minute, on croit comprendre qu'Opinion Way est prêt à engager des procédures contre "tous ceux qui les mettraient en cause" sur le sujet des sondages commandés par l'Elysée.

Veulent-ils s'attaquer carrément à la Cour des Comptes et au président Seguin ??

Quand au conseiller qui glisse dans l'oreille sarkozyste des idées de sondages non pas faux, mais d'évidence tendancieux, ne pourrait-il s'agir du dénommé Patrick Buisson, chargé justement des études d'opinion à l'Elysée ? Dont la lecture du pédigrée dans Wikipédia est aussi édifiante que rêvélatrice...



http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Buisson
Parmi les organes de presse qui ne s'attardent pas trop sur les relations entre l'Elysée et Opinion Way, on peut citer Bakchich.

L'indice (presque) caché de Herlock Com : quel est (bizarrement) le sondeur attitré de Bakchich?
Tous ces milliers, millions d'€ dépensés que ce soit pour les dépenses quotidiennes de l'Elysée, ou pour les sondages (auxquels je ne crois pas) demandés par les journaux, la télé, ou l'Elysée ? ça me laisse pantoise.

Affaire à suivre donc.

Merci la rédaction (en fait Dan Israël et son camarade stagiaire).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.