64
Commentaires

Les Grecs, le mémorandum, et le syndrôme de Vichy

Discussion autour de cafés frappés avec Miltiade Hatzopoulos, historien et écrivain, à deux pas du Parlement qui n’a toujours pas de gouvernement.

Derniers commentaires

C'est bien bon, vous décryptez à fond la caisse, mais tous ne donnez aucune solution.
Je constate que par le vote, cela ne marche pas. Par les diverses manif. de tous genres ( indigné, syndicats etc etc... ) non plus.
Alors ? il reste une voie, la plus radicale, la violence !
Mais qui se lancera dans la résistance armée, (que les libéraux, les autres aussi, appellent terrorisme ?).
Je pense ( oui ça m'arrive ) cachet svp que les pauvres ne sont pas encore assez pauvres,
les intellos et les bobos non plus, ( j'en fais parti ), les retraités encore pire, ils sont vieux, mal plus ou moins partout, et sont possédants ( moi aussi, j'y suis ).
Nous sommes devant le mur, et nous le contemplons, templons plon plon...
gamma

edit
mal placé grrrr
De deux choses l'une (et l'autre le soleil, Prévert).
Soit c'est vraiment la machine qui s'emballe, on ne maitrise plus. Plus on appuie sur le frein plus ça dérape, plus on serre le volant, plus ça tourne vers le ravin, plus on tire les rênes, plus les ruades s'enchainent et notre pied reste coincé dans l'étrier. gauche ou droite, rien n'y fait.
Soit tout est sous contrôle, et c'est juste que on ne peut pas afficher clairement les choix sous nos yeux, c'est le cas en effet si les décideurs considèrent clairement qu'une partie de la population européenne passe dans les pertes. Qu'on sacrifie les écuries pour sauver l'aile droite du château.

Si c'est vraiment la machine qui s'emballe, une sorte de décision "enfoncer le bouton d'arrêt d'urgence" va être prise car la menace de "tout, tout, tout, et plus rien" est forcément généralisée si on ne maitrise pas, pas de raison qu'on sache comment en épargner certains parmi tous. Le sentiment vague que quelque chose cloche dans la cohérence entre ce qu'on nous raconte et ce qu'on voit, ce qu'on croit, me persuade qu'on est dans le deuxième cas.
La seule chose qu'on peut considérer c'est donc qu'il y a une sorte de variable imprévisible à laquelle il faudra qu'ils s'ajustent: les réactions des peuples. Donc pour l'instant tout roule, les peuples votent à droite ou si non, la gauche est sous contrôle.

Sinon cette histoire de syndrome de Vichy je ne suis pas d'accord: il faut expier, sentiment de culpabilité...
Sous Vichy, il ne s'agit pas de ça, la droite française avait envie de profiter de l'occase, pour adopter l'ordre fourni en kit par les allemands.
Et chez les grecs je ne vois pas, car ceux qui expient et ceux qu'on dit coupables, ça fait deux, ce ne sont pas les mêmes.
"ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre. Le pouvoir est aux mains des financiers, pas ailleurs. C'est là que se jouent les vrais rapports de force."

y a t il encore des gens qui doutent de ça? On va continuer encore longtemps de réinventer l'eau tiède tous les matins?
Qu'est-ce qu'on fait pour changer ça? Pour ceux qui n'aiment pas militer dans des partis politiques , il parait qu'il y a des associations qui tentent d'imposer un rapport de force pour changer ça...rejoignez-les !
"Depuis la crise, on n'a plus le temps de baiser."

C'est peut-être pour ça qu'ils ont 7 % de néonazis ! Il faut apprendre à se détendre les garçons ...
J'ai tiqué sur ce passage :

"Je suis conservateur, ce qui est normal pour un historien." Et qu’est-ce que vous voulez conserver ? "D’abord la nature. Ensuite les paysages. Et puis les traditions. Mais bon. Il y a quelques mois j’ai fait un test dans un magazine pour savoir à quel bord politique j’appartenais, et j’ai découvert que j’étais communiste !"

Les conservateurs défendent des valeurs d'ordre, d'obéissance et de religion, les principes de l'espèce et un certain darwinisme social.
Ils s'en foutent, de la nature et des paysages.
Pour eux, les commandements de la nature sont l'élimination des faibles, l'égoïsme et la brutalité.

Je suis étonnée qu'un tel homme ne le sache pas...
Cette série est passionnante. On se sent européen, au bon sens du terme, en vous lisant. Merci Anne-Sophie et bon retour sous le soleil (!) de France.
C'était très intéressant, un autre éclairage de l'intérieur qui donne une couleur humaine à ce que les Grecs vivent. Merci.
Merci pour ces billets.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci, Anne-Sophie, pour tous ces billets aussi nécessaires.
Merci pour se reportage, je viens de terminer les deux derniers épisodes dans le tram, très sympa :)
Franchement merci pour cette série.
Superbe série. Un petit séjour en Irlande peut-être, pour voir comment vivent les gentils qui ont tout bien payé remboursé comme il fallait?
Géniale la théorie de cet historien. Il fallait le dégotter. En voilà du bon journalisme...

Hier soir, il y avait une émission de France Inter sur la situation en Grèce. C'était étrange, d'un côté des intervenants qui expliquaient comment la situation était impossible à vivre pour la plupart des Grecs. De l'autre une députée de Nouvelle Démocratie qui ressassait les mêmes âneries sur le devoir de rembourser l C'était hallucinant cette façon de répéter, payons, payons, payons. Votre article éclaire ce discours répétitif et suicidaire.

La Grèce, pays encore très marqué par le christianisme orthodoxe. Toujours cette notion du sacrifice, absurde et masochiste, des religions monothéistes.

Mffff
Merci Anne-So pour ce reportage qui sort des sentiers battus. Bravo !
Anne-So, c'est un peu le Diego Bunuel ou le Eric Orsenna de ASI.
Ce genre de reportage devrait être plus répandu tant il donne un éclairage nouveau sur l'état du monde.
Bonjour
Vous avez trouvé quelqu'un donc qui a voté ND… mais pas trop quand même.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.