95
Commentaires

"Les femmes violées du Kivu, c'est un marronnier"

Les organisations non gouvernementales façonnent-elles la vision des conflits proposée par les médias ? C'est le sujet d'une enquête de Justine Brabant, que vous lirez ici. C'est aussi le sujet de notre émission de cette semaine, dans laquelle nous recevons Christophe Ayad, journaliste à Libération, spécialiste du Proche-Orient et de l'Afrique, Jean-Hervé Bradol, ancien président de Médecins sans Frontières, et Pascal Dauvin, auteur de La communication des ONG humanitaires (L'Harmattan, 2010).

Derniers commentaires

J'ai trouvé, par hasard, ce site congolais dirait-on qui informe sur tout ce qu'il se passe dans les environs...
Il y est aussi question du Kivu ;o((.
C'est vous qui êtes décevant, à la fin... vous ne cessez de dire que vous respectez les femmes mais restez hermétique à ce que Mona ou d'autres peuvent vous dire...
En ce qui me concerne, en tant que femme, je peux dire que je déteste faire le ménage, je déteste repasser, je déteste faire la bouffe tous les jours... mais que j'aime distribuer des tracts pour le FdG, que j'ai aimé "jouer les assistantes de journaleux mâles" sur des terrains assez dangereusement en guerre (pendant qu'ils étaient "embedded" avec l'armée française, que j'aime voyager seule dans des pays inconnus, mais que je n'aime pas sortir seule la nuit dans ces mêmes pays (en l'occurrence le Mexique), que j'ai aimé aller faire la bringue tous les soirs avec des copines, et que, depuis que j'ai été agressée par deux abrutis mâles visiblement bourrés comme des barriques, en pleine journée, sur le chemin côtier (qui m'ont traitée de grosse salope, qui ont enc... ma mère entre autres) eh bien je n'y vais plus !
Pourriez-vous expliquer pourquoi les mecs bourrés s'acharnent sur les femmes qui marchent seules sur une plage à marée basse, en leur envoyant de lourdes branches coupées trouvées sur le chemin, 6m au-dessus, et comment ils trouvent le courage de se planquer derrière des arbres afin qu'on ne soit incapable de les décrire si on va porter plainte ? Ou pourquoi, toujours sous l'emprise de l'alcool, ils veulent absolument "sauter" leurs compagnes ou même une femme enceinte de 6T mois (comme samedi dernier à St Nazaire), inconnue d'eux, qui a dû aller accoucher tout de suite après le viol.
Emission remarquable
- vous avez pris le temps
- les 3 invités et Christophe Ayad tout particulièrement ont enrichi le discussion

Je n’ai pas regardé vos émissions d’été, parce que je m’attendais aux poncifs de type « bébé noir dans les mains d’une femme blanche », au lieu de ça un débat qui sort de l’émotionnel.

Assez bizarrement, je croyais que le misérabilisme, l’absence d’analyse des reportages décrivant les drames de Sierra Leone, Liberia, ex Zaïre etc … était le fait d’un tropisme plus ou moins conscient – Un reflet de la condescendance des occidentaux pour suivant les cas : les bons ou les méchants sauvages que nous sommes – je l’avais accepté comme un mal nécessaire, mieux valait qu’on parle des damnés de la terre, même en leur enlevant toute dignité, si ca pouvait alléger leurs souffrances. Je comprends à quel point je me suis trompée sur ce point.

Pour le reste il y a de nombreuses sources pour les personnes qui veulent aller plus loin. La violence d’un des témoignages de victime en fin d’émission, me rappelle l’horreur que j’avais éprouvée début des années 90, lorsque j’avais lu dans des hebdomadaires américains les premiers reportages sur les conflits en Sierra Leone, Liberia, ... avec description des crimes de guerre et quand j’avais constaté il faut bien le dire l’indifférence de la sacrosainte «communauté internationale»

Arrêt sur images continue de me surprendre, à casser mes repères, brouiller mes balises – Je vais regarder l’ensemble des émissions que vous avez consacrées à la guerre l’été dernier. Je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt.

Emission exceptionnelle, encore une fois chapeau bas.
C'est moi ou bien il manque un morceau de phrase très important ? Dans l'acte 4, vers 9 minutes 50, Jean-Hervé Bradol dit "elles étaient violé pendant le transport par ???"
J'ai l'impression qu'il n'a pas osé finir sa phrase ou bien que le son est haché juste sur ce mot !
Merci à l'équipe d'asi.
Excellente, excellente émission
Il faudra rappeler dans l'année l'existence de ces passionnantes émissions d'été sur la guerre, aux plateaux équilibrés, invités idoines, se complétant parfaitement, enquête préalable et faits rapportés irréprochables.

La qualité d'une émission étant inversement proportionnelle au nombre de commentaires qu'elle déclenche (+ un effet "cœur d'été"), cette émission est exceptionnelle!

Merci aux participants et à Justine, qu'on a plaisir à retrouver
J'apporte juste ma pierre à l'édifice de compliments.
L'émission était extraordinaire et j'ajoute également ma voix à celle ayant souligné l'excellence de la prestation de Justine Brabant.

Merci à l'équipe.
mais quel bonheur !!!!!!
je viens de découvrir arrêt sur images cet après-midi même, cette émission a été la première que j'ai regardé et c'est parfait !! exactement le média que je cherchais, tant par le fond que la forme, et je peux enfin du haut de mon jeune âge me réconcilier avec les médias télévisés (un au moins!) que j'évite depuis que je suis née ^^
évoluant moi aussi dans ce vaste champ de la solidarité internationale (dont la branche humanitaire fait partie), je suis agréablement surprise par l'excellente qualité de cette émission! On aimerait bien sur, soulever d'autres questions à la fin et creuser d'autres points, mais il me semble que lorsqu'on commence à s'interroger et à débattre (au sens noble du terme), on termine bien souvent avec une multitude d'autres points à aborder ! c'est la magie de l'échange!!
j'ai hate de découvrir la suite !!
Ahhh, en fait je viens de voir que c'est toujours comme ça.
Donc, mon regret est général!
Très bonne émission, comme toujours. Seulement je regrette un peu le verbatim "accrocheur" qui sert de titre, pour le coup le sous-titre
"Médias, guerres et humanitaire, en débat" me semble le vrai titre. J'ai l'impression que vous avez un peu essayé de vendre votre émission, que l'on aurait regardé de toutes façons. Moi j'aime bien @rret sur images, surtout quand elle laisse au médias traditionnels (oui, je vous flaaaatte) le monopôle du slogan.
Enfin une émission sur l'Afrique qui aborde les vrais sujets; merci pour votre lucidité
Excellente émission, bravo.
Infos : l'embarcation surchargée de gens , hommes , femmes , enfants , est arrivée à Lumpesana .
Ils ont croisé la route d'un bâtiment de l'Otan . Ce qui s'est avèré exact . Questionnés , les représentants de cette organisation ont répondu qu'ils ne présentaient pas de danger pour la sécurité ...
Entendez : la sécurité des occidentaux , la mission de cette organisation formidable , probablement dirigée par des robots , car comment comprendre l'indifférence à l'idée même de tendre la main à l'Autre affamé , assoiffé , désespèré .

OTAN : organisation du traité de l'Atlantique Nord .
Le machin , disait le Général de Gaulle , en refusant que la France y reste .
Le machin que le gnome infâme a intègré lui-même tout seul comme un p'tit-qui-a-peur .
( Seulement au sein du comité militaire , afin de faire joujou avec les armes made in France et une armée de pauvres diables fuyant le chômage civil ? )

Une remarque en passant : 2 nouveaux soldats français tués en Afghanistan . Seuls ont droit à être nommés "Afghans" , par les journalistes rapportant la nouvelle , les militaires de ce pays . Les autres sont des talibans , les maisons , les villages sont des repaires .

Mais où sont passées les neiges d'antan ,
Et que sont devenus les civils afghans ?
Merci pour cette émission absolument passionnante !
Et en particulier merci à Justine dont on reconnaît la patte dans le choix d'illustrer la thématique par des conflits africains (Excellent ! Continuez !) et dont la préparation est impeccable.
Les trois invités étaient très intéressants, Christophe Ayad en particulier.

Des discours fins et de salubrité publique qu'on aimerait entendre plus souvent...

Comme l'ont dit d'autres asinautes, effectivement la fin est un peu abrupte, on en aurait bien écouté encore davantage (je tirais la tronche en voyant qu'il ne restait que cinq minutes d'émission, quand j'entendais les choses nouvelles et extrêmement pertinentes qui étaient dites à ce moment)

Juste pour info, pour ceux que ça intéresse, Ryszard Kapuscinski, journaliste polonais, parle très bien des conflits africains, de la pertinence discutable de la grille ethnique qui leur est souvent appliquée, et de l'occultation de leur dimension politique dans son livre Ebène (qui avait fait du bruit à sa sortie).
Je voudrais m'arrêter sur un point de définition qui m'a particulièrement gêné au début de l'émission.

On part d'un extrait d'@si TV, avec un reportage sur un journaliste au Rwanda, qui reprend des infos de l'UNICEF. Vous qualifiez alors l'UNICEF d'ONG. Or, l'UNICEF est une agence de l'ONU. Voir ici : UNICEF - qui sommes nous. On est donc loin de la définition du terme d'ONG, celle de Wikipedia par exemple : Définition ONG, soit "une organisation qui ne relève ni d'un Etat ni d'une organisation internationale". D'ailleurs, vous noterez que les invités parlent ensuite "d'organisations humanitaires", terme plus général, qui englobe un peu tout le monde.

L'UNICEF est directement financée par l'ONU, a qui elle rend des comptes. C'est l'ONU qui définit sa politique d'intervention. En général, les agences de l'ONU sont chargées sur le terrain d'assurer une coordination des ONG, en plus de leur propre travail. Ces agences ont un rôle "officiel".

Ce n'est absolument pas neutre, dans le débat qui nous occupe ici : si un journaliste reprend une info d'une telle agence, il s'appuie sur les données "officielles", celles qui seront reprises par les autorités, les Etats. S'il obtient une info d'une ONG (une "vraie"), ce n'est pas du tout la même chose, c'est une "source" du terrain, d'origine "privée".
Décidément, ces émissions d'été sont excellentes !
Remarquable, passionnant, captivant, c'est bien ce que j'attends d'@si: m'aider à me faire une idée (sans m'imposer la sienne)
Félicitations à Justine Brabant pour le travail de préparation.
Une ou deux émissions comme ça par an, plus les belles analyses d'Alain Korkos de temps à autre, et ça suffit pour que je renouvelle mon abonnement !
La problématique du sourçage des informations par les ONG est très intéressante, j'avais d'ailleurs proposé un sujet de discussion sur ce thème en se basant sur l'actualité plutôt que sur des exemples anciens :

Décryptage sur la source d'info syrienne

Nous avons tous les jours un bilan des morts lors des manifestations en Syrie, mais d'où viennent ces informations ?
Si l'on remonte vers la source de l'information on arrive à Rami Abdel Rahmane, directeur de l' "Observatoire syrien des droits de l'homme", qui est t'il ?

Une chose est sûre son organisation n'a rien à voir avec la Ligue des droits de l'homme. Des internautes aimeraient en savoir plus et ont commencé à chercher, voir cet article et les commentaires :

Rami Abdel Rahmane, fournisseur (quasi) exclusif de fausses nouvelles

Ce débat a fait d'ailleurs l'objet d'un article dans le monde hier :

Faut-il douter des chiffres de la révolte syrienne ?
Excellente émission, intervenants passionnants et merci à Justine de son travail de préparation et de ses présentations claires. Au delà de la thématique traitée du rapport entre journalistes et ONG, une telle émission où les invités nous font 'voyager' à travers le temps et plusieurs conflits africains en appelle une autre : j'adorerais un @si sur les rares reportages/émissions/documentaires qui présentent 'le dessous des cartes' de ces guerres trop souvent dites ethniques seulement. C'est l'histoire de cette personne de l'ONU qui a travaillé pendant un an et demi sur le cas du fou-furieux psychopathe et barbare dont parle C. Ayad tout comme le rappel des viols ou des amputations pratiquées en masse dans cette région d'Afrique qui me suggère ce commentaire. car c'est bien l'image de cette barbarie humaine qui nous reste à nous spectateurs éloignés du terrain (et encore merci de faire parler vos invités sur la fabrique de ces images, et de ces regards dominants dans les médias). Mais nous avons besoin de géographes, et d'historiens qui nous parlent de l'évolution de l'image de l'Afrique dans les médias occidentaux et surtout de ceux qui présentent l'évolution des cartes des ressources minières mises en parallèle avec celles des conflits qui déchirent cette région d'Afrique. Même s'il a été dit que le coltan n'est pas plus le déclencheur de la guerre au congo que le pétrole ne l'a été en Irak, l'absence générale d'images sur nos médias grand public sur le rapport entre matières premières nécessaires à la technologie occidentale et folie 'ethnique' meurtrière en Afrique est criant et demande que l'on s'y arrête. J'attend d'ailleurs avec impatience le doc Blood on the mobile, peut-être l'occasion pour @si de traiter cette question de la difficulté de produire des images sur ce rapport matières premières = zone de conflit.
En attendant, merci encore pour vos émissions dont je ne peux plus me passer!
http://humanitaire.blogs.liberation.fr/msf/2011/08/quand-les-nations-unies-crient-famine.html

Pour prolonger ce débat, notamment sur l'utilisation des chiffres, un entretien sur le blog issues de secours avec Rony Brauman sur la "famine" dans la "corne de l'Afrique".
J'ai trouvé cette émission surexcellentissime. Bravo aux intervenants.
Et ça fait plaisir de revoir Justine Brabant.
lecture hachée, connexion merdique. du coup, je laisse charger pour partager avec vous mon effarement en apprenant que d'une part, les soins aux femmes dans les organisations internationales, ça s'appelle santé de la reproduction (elles font quoi les bonnes femmes qui bossent dans ces organisations ? 2 poids 2 mesures ? la reproduction c'est pour les africaines, le libre choix et la sublime maternité c'est pour les WASPS ?), et d'autre part le fait que c'est seulement dans les années 2000 que MSF et autres ont commencé à se préoccuper des femmes violées de manière spécifique - et massive - et qu'elles l'étaient même dans les convois humanitaires, entre autres. violées je veux dire. les bras m'en tombent (entre parenthèses, miam, le passage sur le coupage de membres en sierra leone !). et là, parce que je peux pas m'empêcher, un certain cynisme me prend : un petit touche-pipi pas vraiment glorieux à NY devient une sorte de typhon médiatique délirant, les cellules psychologiques vrombissent et pullulent, et les spécialistes spécialisent , et les experts expertisent, tout ça tout ça, même les MLF se réveillent, c'est dire (et maintenant j'ai la gerbe rien qu'en lisant DSK (par overdose)), par contre des milliers de femmes se font violer, pour certaines carrément dans les convois humanitaires, donc détruire socialement, donc économiquement, sûrement religieusement, et mentalement, et psychologiquement, et fort probablement sexuellement, et c'est seulement vers 2000 que les "humanitaires" se décident à en faire un objet particulier. de nouveau, elles font quoi les bonnes femmes qui bossent dans ces trucs ? elles se font les ongles en faisant tssst tssst tssst l'air désolé ou quoi ?
par contre, nous ici, on était au courant, on savait. mais on n'est pas sur place, ou dans ces organisations, à agir ou ne pas agir par rapport à ça. les journalistes ont fait leur boulot, en tout cas, j'ai toujours "su" par les médias qu'il y avait des viols en masse. mais je croyais, dans ma naïveté crasse, que les gens sur le terrain faisaient quelque chose. ben non.
j'en suis au milieu, absolument suspendue à ce que dit AYAD. j'aimerais une émission avec que lui, un peu passé à la moulinette obstinée de daniel, un peu bousculé, mais que lui. ce mec est passionnant, par exemple son analyse du discours stéréotypé, ce qu'il raconte des milices du nord, etc. son regard, sa manière d'analyser est à la fois critique et généreuse, il n'a pas la langue de bois non plus. et daniel pose évidemment LA question essentielle, pas assez glamour pour les journaux télévisés : à qui profite le crime ? il faut toutefois relever que, même depuis mon île, j'ai quand même lu beaucoup d'articles de fond sur les titanesques enjeux économiques, et en particulier miniers, de cette guerre au congo : le fait est que revenir obstinément sur cette question permettrait, probablement, d'avoir une meilleure idée de ce qu'il se passe là-bas, plutôt que l'habituel bien que terrible et consternant marronnier des viols stratégiques (qui ne sont pas une exception à l'afrique, les japonais en corée, et plus près de nous les guerres dans l'ex-yougoslavie l'ont amplement illustré). je lis dans les commentaires que la fin sera brutale, je me prépare donc à une fin d'émission frustrante, mais en attendant, je continue à la regarder avec un vif intérêt. merci de manière générale pour ces émissions sur guerre et journalisme "de haute tenue", comme on dit.
"Décoiffant", cher DS, le mot est faible, très très faible. Pour ma part, je suis carrément scalpé.

De nouveau, merci beaucoup à @SI et aux trois excellents intervenants, pour leur clarté, pour leur sincérité et pour la qualité de leurs analyses.

C'est bizarre : je me sens comme un peu traumatisé.
Oui, très bonne émission. La preuve en est qu'on reste sur notre faim lorsque le rideau tombe et aussi parce qu'elle pose plus de questions qu'elle n'offre de réponses. Encore un petit effort pour ne pas couper la parole et ce sera parfait. Il me semble aussi que Justine se fait remettre en place de manière quelque peu abrupte (1'15''30''') et injustifiée (on va s'en tenir à ceux qui prodiguent des soins).
Des reportages dans les jités sur l'appropriation du coltan comme enjeu économique et élément perturbateur, j'en ai déjà vu pour info.

Dommage que Christophe Ayad n'ait pas davantage été contredit car pour ma part, je perçois certains raccourcis :
Les victimes sont parfois les bourreaux (Y a pas mort de femme, pourrait-on ajouter en caricaturant)
Comparaison douteuse avec la médiatisation de la pédophilie
Le prétexte du manque de place pour couvrir certains sujets

La mentalité des combattants relève de la psychiatrie ce qui les rend quasi-infréquentables, les victimes décrivent leurs agressions de manière stéréotypée.
Alors quelles alternatives subsistent ?

Très bon l'angle de la reproductive health comme illustration de l'inadéquation de la communication officielle des ONG.

Notamment la teneur du livre de Pascal Dauvin aurait mérité plus de développements. Pourquoi pas un "Dans le Texte" à ce sujet ?
(Pour des extraits, c'est par ici)
Plusieurs remarques me semblent importantes à formuler :

Il est bien évident que tout travail d'"observation" au sens large du terme (journalistique, sociologique, ethnographique...) court le risque d'influer sur la réalité.
Ainsi, un journaliste, même s'il interroge des personnes de manière très ouverte, dirigera un projecteur sur les personnes qui auront accepté de témoigner plutôt que sur celles qui n'en avaient pas le courage (elles peuvent parfois être menacées de mort si elles le font ; je n'arrive pas à retrouver les références exactes, mais il me semble que dans un film de Pierre Carles, il était question de populations dans un tel cas : on leur disait, et cela était 'mis dans la boîte", qu'on les tuerait si elles parlaient).

Sur la question de la mise en lumière, il me semble que l'on aurait pu s'attarder sur l'action politique que peuvent produire les médias de masse : pensons au Darfour (évoqué dans l'émission), dont la cause a été défendue par des célébrités (cf. article du Monde Diplomatique d'août 2009 "Qui veut sauver le Darfour ?") ; pensons aussi (mais on quitte le domaine de la guerre) au militantisme anti-chinois, fréquemment sans réflexion mais le plus souvent démonstratif (ah! les si délicates campagnes aux menottes, si constructives et enrichissantes sans du tout bloquer la réflexion ni le dialogue éventuel avec 1,3 milliard de personnes forcément toutes décervelées...) Soyons-en d'accord, l'"objectivité" est seulement à approcher, mais prenons garde à ce qu'il est possible de faire avec le flot d'images sans entrer dans la propagande (en ce sens, ASI remplit très bien le cahier des charges).

Une dernière remarque : les victimes qui témoignent, même si elles reprennent un récit générique (un "marronnier"), ne doivent-elles pas simplement être respectées, en émettant l'hypothèse que l'histoire qu'elles portent (le contenu) est moins important pour elles que le fait de témoigner (cf. justement l'émission la plus longue, avec Henri Maler, sur le bidonnage des témoignages de chômeurs)...?


Tout cela n'empêche pas qu'il s'agissait d'une très bonne émission.
Me trompé-je, ou bien c'est la plus longue émission d'@SI depuis le début ?

Mais ça valait le coup, c'est une des meilleures aussi, à mon sens.Bien équilibrée, avec des intervenants qui sont bien placés pour parler du sujet, et qui ne se voilent pas la face.

Merci
Les droits en régression des femmes de France , c'est une plante vivace .....
Commentaire avant de lire l'article , avec le plus grand intèrêt .

Ce que laisse subodorer les communiqués des ong en ce moment ( à mon humble avis ) : Lybie , Syrie , c'est pas si grave , leurs dictateurs en chef ne sont pas si méchants , ils sont trèzaimés par une ma-jo-ri-té de leurs peuples , regardez les vidéos et témoignages . Il faut faire confiance à ces gentils organisateurs de massacres , ils savent comment gèrer la populace , eux .
Dixit les ong ou à peu près ( à peu près gouvernementales :-( ...

Les dictateurs en place en Afrique ?... on ne touche pas à leurs "avoirs" en France , malgré les dépôts de plaintes multiples et bien documentées .
Au pays de France , le procureur en chef est prudent , - notre dictateur à nous a encore toutes les cartes en main .
Même si nous lui disons un non massif demain et maintenant .

Merci @si pour le travail sur les guerres que Justine Brabant gère à la perfection
, - et pour le concours de dérision sur la presse de propagande , bravo .
c interessant
mais la fin est vraiment brutal
Comme dit Edward Behr, " Has anyone here been raped and speaks English?"
Tiens, une émission publiée à 06h30 du matin le vendredi... Je sens qu'il y a quelqu'un qui s'amuse comme un fou avec le scheduling de publication... (serait-ce DS, après une nuit Ibizzienne bien chargée, juste avant de se coucher ? Qui sait...)

Bon, ben, va falloir aller travailler quand même (dommaâââge.)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.