17
Commentaires

Les enquêtes-vidéo du Monde, ou le journalisme du futur

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 8 fois

Un sondage Odoxa récent a mesuré la sensibilité aux violences policières (http://www.odoxa.fr/sondage/francais-demandent-fin-de-greve-condamnent-actions-ciblees-sympathisants-de-gauche-rn-eux-se-radicalisent/). On trouve une répartition presque égale(...)

Ravi de revoir André nous faire bénéficier de sa vision pointue des évènements et de son analyse implacable.

Je n'ai pas raté non plus son dernier très bon billet de blog en accès libre sur Médiapart, et j'ai été surpris de voir dans le Monde en ligne(...)

Approuvé 6 fois

Tout a été dit je pense, je me joins à DéLecteur, avec qui je suis d'accord, pour vous remercier de nous donner toutes ces explications complémentaires.

Deux infos que je n'avais pas en revanche, qui m'attristent ou me terrifient, les fameux 11% qui p(...)

Derniers commentaires

Ah ! si les dames (en particulier) apprenaient à parler, je veux dire à articuler... à tenir compte de la 3e personne, celle qui écoute et regarde... Bref, à devenir des professionnelles... Manque de formation ?

Quelqu’un sait si ces vidéos sont susceptibles d’etre utilisées dans le cadre d’un procès ? 

Très intéressant

Je remet ci-dessous les références des 3 enquêtes du Monde:


Tir de LBD à bout portant par un policier : ce qu’il s’est passé le 9 janvier à Paris, en images, 10/01/2020, 2:50

Asia Balluffier, Arthur Carpentier, motion design: Marceau Bretonnier

https://www.lemonde.fr/police-justice/video/2020/01/10/video-le-tir-de-lbd-a-bout-portant-d-un-policier-pendant-la-manifestation-du-9-janvier-a-paris_6025477_1653578.html

https://www.youtube.com/watch?v=QJ6HmkoDkGs


Notre enquête vidéo : comment la police a grièvement blessé un « gilet jaune » le 16 novembre sur la place d’Italie à Paris, 11/12/2019, 11:28

Arthur Carpentier, motion design: Elsa Longueville et David Bassenne

https://www.lemonde.fr/police-justice/video/2019/12/11/notre-enquete-video-comment-la-police-a-grievement-blesse-un-gilet-jaune-le-16-novembre-sur-la-place-d-italie-a-paris_6022448_1653578.html

https://www.youtube.com/watch?v=RRVrbLeLAB8


Enquête : comment un « gilet jaune » a été blessé à la tête par un tir de LBD à Bordeaux, 17/10/2019, 15:10

Asia Balluffier, motion design: Antoine Schirer

https://www.lemonde.fr/police-justice/video/2019/10/17/gilets-jaunes-comment-un-policier-a-tire-au-lbd-40-dans-la-tete-d-un-manifestant_6015828_1653578.html

https://www.youtube.com/watch?v=79GJ4DYYVlc



Merci de cette vidéo sur les enquêtes-vidéos. J'avais entrevu cette de Le Monde en la trouvant très sophistiquée et à charge.


Reste que l'on peut s'étonner qu'il ait fallu tant de temps au journal (et autres médias) pour lancer ce genre de vérification télévisuelle ou vidéograhique car pour tous ceux qui avaient vu les vidéos incrimant les violences policières il ne faisait guère de doute et une telle démonstration "forensic", type médecine légale, était des plus inutiles


Il faudrait donc décrypter pourquoi les médias comme Le Monde ont pris tant de temps à le faire et à investir le budget certainement conséquent

Qu'est ce qui a changé : leur pérennité? leur décrédibilisation auprès d'un lectorat/audience de plus en plus informé(e) par d'autres biais


Aux USA les reconstitutions des violences policières comme celle du meurtre de ce jeune Stephen Clark sont aussi basées sur les vidéos embarquées des policiers qui doivent être rendues obligatoirement accessibles


Restent cette carte et ces graphiques tout aussi auto-explicites que les reconstitutions enquête-vidéos de chacun des cas


Mais qu'est-ce qui soudain nous vaut un revirement des médias face à l'évidence des violences policières : ce n'est tout de même pas ce croche-pied de trop, marqué de lâcheté et de la possibilité d'une plus grave suite (l'heureux hasard qui a évité que cette jeune femme ne heurte de pleine tête le poteau métallique)

Est-ce soudain un malaise des médias, la proximité des municipales, un remord du rôle joué pour l'élection de Macron

Un sondage Odoxa récent a mesuré la sensibilité aux violences policières (http://www.odoxa.fr/sondage/francais-demandent-fin-de-greve-condamnent-actions-ciblees-sympathisants-de-gauche-rn-eux-se-radicalisent/). On trouve une répartition presque égale de Français jugeant que les FDO ont fait un usage "proportionné" (43%) ou "excessif" (45%) de la force dans les manifestations (11% la jugeant au contraire "insuffisante").

Mais le sondage montre également un fort clivage gauche-droite, avec 62% de sympathisants de gauche qui jugent le recours à la force "excessif", et 68% des sympathisants de droite/LREM qui estiment le contraire. Seuls 18% des électeurs LREM jugent le recours à la force excessif (73% chez les Insoumis).


Le sondage n'a pas mesuré l'influence de l'âge, mais il est probable que l'on retrouverait également ce clivage entre jeunes et personnes âgées. Il est également probable que la progression de l'opinion va globalement dans le sens d'une intolérance aux violences des FDO.


Ces données confirment que la faible sensibilité initiale d'une grande partie de la presse aux violences policières doit être corrélée avec l'approbation de la politique guovernementale. La lente progression de l'opinion inverse s'explique par l'accumulation des témoignages, dont le nombre et la répétition contredit l'idée de bavures isolées, mais aussi par la montée des oppositions. Le Monde a changé d'avis sur les violences policières en mai 2019. Libération vient seulement de comprendre qu'on n'était pas dans un schéma de "réponse proportionnée". France Inter n'a toujours pas admis le caractère systémique des violences.

Mon avis/impression à l'écoute journalière des radios France Info/inter dans leur version très matinale est que ce sondage récent (Odoxa) est arrivé après le revirement des médias qui se sont mis à commencer de parler ouvertement de violences policières et à en diffuser les images/vidéos ou les mentionner dans leurs articles car ils ne pouvaient plus ignorer ces faits et perdre toute crédibilité.


Dès avant le sondage, France Info par exemple a commencé à parler ouvertement des violences des FDO, Le Monde aussi

Si les médias avaient fait ce revirement plus tôt cette "lente progression de l'opinion inverse" aurait été plus rapide.


Je me pose la question de la raison de ce revirement

Je sais que cela sonne assez complotiste et n'est basé que sur mes impressions, reste qu'Odoxa n'a fait que constaté les choses récemment

Une fois de plus, comme pour les Gilets Jaunes ou les grèves, les statistiques des sondages sont en corrélation avec les infos que l'on a bien voulu administrer, si l'on omet la variable habituelle du positionnement des positions extrêmes


Par exemple, qu'est-ce qui a "autorisé" récemment la diffusion du croche-pied et a empêché antérieurement de parler de la manifestante renversée à Marseilles. Les médias étaient-ils aveugles à la répétition des mains arrachées, aux tactiques évidentes mises en œuvre pour couper les manifestations etc.


et puis il y a la récente déclaration de Castaner sur l'abandon des grenades GLI something. 


Obs : Il est sûr que sur France Inter/Info, il y a plusieurs discours en fonction de l'heure : j'ai noté par exemple des avis étonnamment "laxistes" avant 6h30 et beaucoup plus en accord avec la doxa gouvernementale après 

Les raisons du "revirement", à mon avis:


- L'accumulation et la répétition des témoignages-vidéo depuis un an. C'est exactement la même phénomène qu'avec #Metoo (autre prise de conscience venue du web), qui s'est imposé à partir de la multiplication de témoignages convergents. On pourrait traduire ce caractère ainsi: une opinion minoritaire doit présenter un surcroît de preuves pour acquérir de la crédibilité. Une vidéo, ou un témoignage isolé ne suffit pas. Dans le cas des violences policières, la répétition en modifie également la lecture, car il n'est plus possible de l'expliquer simplement comme une bavure ou un geste isolé.


- La durée et l'enchaînement de conflits sociaux depuis un an a modifié en parallèle le comportement des acteurs. On assiste ainsi à divers repositionnements politiques et médiatiques, et à une montée des oppositions, qui répondent à l'attitude autoritaire du gouvernement.


– Enfin, il y a eu la séquence de début janvier, avec la mort de Cédric Chouviat, certes hors conflit social, mais que tout le monde, en contexte, a remis en perspective avec la longue série des dérapages policiers. Un mort, c'est important – et c'est la première fois qu'un drame de ce type s'accompagne de vidéos de l'altercation (au contraire de Zineb Redouane ou de Steve Maia Caniço). (Je pense que la vidéo du croche-pied est anecdotique, mais elle s'ajoute à la séquence.) 


L'ensemble de ces éléments convergent vers un constat de violences systémiques, d'où l'évolution marquante de ce début janvier – mais qui s'inscrit elle-même dans une longue série de "petits pas"… Donc plutôt qu'un revirement, je parlerais d'une progression lente (sont la mort de Steve Maia Caniço en juin dernier a par exemple constitué un palier important).

Merci beaucoup de votre réponse. Et je comprends mieux cette idée de progression lente. Je vais y réfléchir


Tout a été dit je pense, je me joins à DéLecteur, avec qui je suis d'accord, pour vous remercier de nous donner toutes ces explications complémentaires.

Deux infos que je n'avais pas en revanche, qui m'attristent ou me terrifient, les fameux 11% qui pensent que la répression serait "insuffisante", et la terrible nouvelle qui n'est pas criée sur les toits, que ce pauvre monsieur qui j'en suis sûr, ne ferait pas de mal à une mouche, pompier volontaire me semble t'il, se retrouve paralysé, et qui a eu le tort de ne pas courir assez vite pour échapper à la barbarie. 

Et cette phrase indigne qui résonne encore : "Appelez les (les secours), nous on ne peut pas !".

Cette phrase n'est pas simplement INDIGNE elle est tres gravement contraire  a la loi . Ces policiers se devaient de part leurs fonctions de securiser le blessé et d'appeller eux memes les secours.

ce n'est que parcequ'ils auraent du admettre qu'ils etaient a l'origine de l'acident qu'ils ont fuis leurs responsabilites.

Complètement gracques, je vous crois, une instruction judiciaire est en cours il me semble.

Je pense au contraire que la vidéo du croche-pied est loin d'être anecdotique : je crois même que pour de jeunes libéraux anti-gilets-jaunes, ce soit la seule vidéo où éclate la non adéquation et la non proportionnalité d'une réponse des FDO.


Mon parcours de vie est un peu sinueux. A plus de 40 balais, j'ai pour collègues de jeunes cadres dynamiques provinciaux qui ont la moitié de mon âge, qui n'ont jamais connu la moindre galère, et pour qui prendre le métro parisien à 14h les plongerait dans la panique. Ils ont peur des gens, et sont persuadés que leur cursus dans leurs écoles respectives n'est du qu'à leur mérite, qu'à leur talent. Certains se gargarisent d'avoir fait Saint-Cyr et c'est alors le prétexte pour mettre en place une forme de management militaire dans la boîte... alors même qu'ils sursautent quand un chien aboie, et encore une fois, refusent de prendre le métro pour aller voir un client par peur.


Il va sans dire qu'ils ne sont pas sympathisants du mouvement des gilets jaunes, ni d'aucune grève d'ailleurs (quoiqu'une grève des privilégiés de la SNCF leur semble bien plus grave qu'une grève des professionnels du bâtiments). Et surtout, ce qui est bien plus intéressant en l'occurrence, c'est leur acceptation très singulière de la notion de proportionnalité dans la réponse des FDO. En fait, à bien les comprendre, il n'y a aucune espèce de notion de proportionnalité. Soit les manifestants sont parfaitement pacifiques, soit ils sont coupables d'hostilité envers les FDO. Il faut alors comprendre que dans leur esprit, une insulte proférée à 50m est suffisante pour justifier un tir de LBD ou d'une grenade de désencerclement.


Et dans cette optique, les morts et les mutilations ne sont que des bavures. Car dans toutes les vidéos précédentes, il y a une hostilité des manifestants envers les FDO. Et quand bien même le manifestant blessé, lui, est pacifique, et bien il fait partie du lot, et c'est le jeu ma pauvre Lucette, car la vie est injuste, et de toute façon tout le monde sait que c'est dangereux une manifestation, etc. De toute façon, perdre une main ou un oeil dans une manifestation est tellement éloigné de ce qu'ils vivent, qu'ils n'en réalisent pas la gravité.


Le croche-patte pourrait paraître anecdotique à côté des mains et des yeux arrachés, et des vies ôtées. Pour autant, paniqués à la simple idée de devoir prendre le métro, ils comprennent ce geste comme une agression à la personne. Ce genre d'incivilités leur parle, ils s'y identifient. Et ils sont d'autant plus perplexes que la vidéo montre une jeune femme d'à peine 50kg, parfaitement inoffensive, les deux mains en l'air, entourée de 5 ou 6 agents d'1m80 et 110kg en armure de combat. Pour une fois, et c'est peut être la seule fois, le contexte n'est pas à l'hostilité de la manifestante envers les FDO. Pour une fois, et c'est peut-être la seule fois, mes collègues n'arrivent pas à trouver la moindre justification à ce geste.


Loin d'être anecdotique, cette vidéo est même probablement une prise de conscience pour un certain nombre de personnes.

Merci André pour ce recul sur l'actualité journalistique (que je qualifie de schizophrénique à propos des violences policières)

Pour aller plus loin, et dans la mesure du possible, ma question :
Quelles similarités avec la situation aux Etats-unis, sur le sujet des violences policières sur les afro-américains, dont les témoignages vidéos et reconstitutions semblent avoir fait aussi basculer l'opinion ?

Ravi de revoir André nous faire bénéficier de sa vision pointue des évènements et de son analyse implacable.

Je n'ai pas raté non plus son dernier très bon billet de blog en accès libre sur Médiapart, et j'ai été surpris de voir dans le Monde en ligne, que des journalistes pouvaient également se livrer à un tel exercice de décomposition des faits. Et bien, qu'ils continuent !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.