27
Commentaires

Les électrosensibles pour les Nuls

Vous n'avez jamais entendu parler des électrosensibles ? Cela ne va pas tarder. Les électrosensibles ont des démangeaisons et des brûlures quand ils stationnent à côté d'une borne wi-fi... mais leur mal n'est pas reconnu par les autorités scientifiques mondiales.

Derniers commentaires

qu'on nous lâche, qu'on nous laisse crever, être malade, être sur internet, téléphoner 20 heures sur 24, manger des OGM, fumer, boire, se droguer, vivre dans des villes polluées, faire du vélib sous les pots d'échappement, et tout et tout

et vraiment, aucune ironie dans mon post : JE VEUX QU'ON ME LAISSE TRANQUILLE ET QU'ON ARRETE DE S'OCCUPER DE MA SANTE ! SVP
je vous assure que je porterai pas plainte quand je serai morte...
On accable ......facile! Mais il ne vous est jamais venu à l'idée que les scientifiques (je ne parle pas des médecins, eux c'est pas leur job, ils répercutent les recherches d'autres..) sont avant tout ignorants au départ et découvrent peu à peu, souvent en échangeant et complétant leurs recherches les uns, les autres......
Pour un vrai principe de précaution, ne bougez plus de chez vous!!! et on pourra toit vous faire avaler comme contre vérités.
En même temps qu'@si publiait ce sujet intitulé "Les electrosensibles pour les Nuls", Rue 89 mettait en ligne "La loi sur le piratage expliquée aux Nuls".
Je ne suis pas particulièrement susceptible, mais étant donnée la haute idée que ces deux sites se font de leur lectorat, je sens que je vais aller plutôt débattre du côté de chez Morandini. Qui lui, au moins, ne prend jamais ses interlocuteurs pour des buses.
L'article est clair et présente bien le problème et les points de vue divergeants qui s'affrontent. MAIS il n'est nulle part fait mention du lobby important que son les grandes entreprises de téléphonie portable et les FAI (qui vendent aussi du WIFI). Serait-ce croire à la théorie du complot que d'imaginer la pression de ces entreprises qui pèsent des milliards dernière le fait qu'aucune enquête scientifique digne de ce nom ne nous soit parvenue à nos jours ???

Une industrie en pleine expansion depuis 15 ans n'aurait aucun intérrêt à voir sortir ce genre d'études, mieux vaut attendre que chacun soit équipé et que l'objet devienne indispensable.
Malheureusement des experts d'Orange, de Wanadoo, de SFR ou Bouygues ne semblent pas être invités dans le débat, il y sont pourtant de fait. Et c'est un peu ce qui m'inquiète.

www.cameleon.over-blog.com
Curieux cette histoire d'électro-hysensibles. Si je comprend bien, ça se traduirait par des "sensations de brulures" ou de "maux de tête".
Sans atteindre les niveaux extrèmes décris dans l'article, je me souviens avoir été perturbé à une époque. J'avais fait l'acquisition en 2000 du forfait "Soir et Week-end illimités" proposés par un opérateur de téléphonie, permettant de téléphoner sans compter tous les jours de 20h à 8h du matin, et tous les week-end.
Au début, j'en ai bien profité, puis j'ai commencé à ressentir des gènes telles que des maux de têtes ou des "brulures" ressenties près de l'oreille, mais sans manifestation visibles, Il m'arrivait de téléphoner 2 heures à la suite, des maux de têtes apparaissaient et me mettaient KO pour la soirée.
Des amis utilisant ce même forfait téléphonique m'ont également fait part de gènes après de grandes consommations téléphoniques.
J'ai aussi pu "hiérarchiser" la gène en fonction du téléphone portable utilisé. Par exemple, je ne pouvais utiliser un vieux S**** que quelques minutes car les "brulures" survenaient rapidement, alors qu'avec mon N****, il fallait plus de temps.
J'ai, depuis, réduit ma consommation téléphonique et je n'ai plus de problème. Mais je veux bien croire que d'autres soient plus sensibles ou vulnérables.
Beaucoup d'ironie et de reproches à l'égard des "alarmistes". Je ne suis pas particulièrement trouillarde, mais entendre des sonneries d'alerte est peut-être salutaire. Que de fois a-t-on entendu: "mais non, il n'y a aucun risque!" Certes, il n' y avait aucun risque avec, en vrac : l'amiante, le tabac l'essence... et, bien sûr, voir dans les produits utilisés dans les tanneries, pour la productions des peintures... une cause de cancer était une pure vue de l'esprit. Combien y a-t-il eu de ces cancers? Ah, zut, j'ai tout faux; ils n'étaient pas causés par ces saletés, puisque très peu ont été reconnus comme maladie professionnelle; comme avec l'amiante, jusqu'à une époque encore très récente, et même encore maintenant.

Quant aux allergiques, allez dire qu'ils ne sont pas malades à ceux qui le sont à l'ambroisie (spécialité du couloir rhodanien, mais elle commence à bien se répandre, vous l'aurez bientôt!). En tout cas, c'est une non-maladie qui est très coûteuse pour la Sécurité Sociale.
Electrosensible ou pas, il ne s'agit en aucun cas d'une preuve de la dangerosité de ces « fameuses ondes ».
Moult personnes sont allergiques aux pollens et le pollen n'est pas dangereux pour la santé... par contre, ces types d'allergies sont en général révélateurs d'autres problèmes non directement liés à la substance incriminée.
En gros, ces cas particuliers sont là que pour faire sensation et n'apportent rien au débat.

Anthony [ blog à part ]
Je lis ici ou là des comparaisons entre ce problème et celui du tabagisme.
Il me semblerait plus pertinent de le comparer à l'automobile (dont les méfaits sur la santé publique et l'environnement sont connus et reconnus depuis longtemps) en terme d'intérêts économiques en jeu.

La lutte contre le tabagisme touche l'industrie du tabac de plein fouet, la restauration indirectement et de façon limitée, et une partie de la population mais sans que les conséquences en soient réellement insupportables.

Les enjeux liés à l'automobile vont au contraire bien au-delà des industries automobiles et pétrolières : les transports sont une nécessité de notre société actuelle (transport des marchandises, des employés et des consommateurs). Les quelques tâtonnements en matière de lutte contre l'automobile sont plutôt timides. Par exemple, certaines villes d'Allemagne ont instauré des "Umweltzone", zones dans lesquelles il est interdit de circuler avec des véhicules fort polluants. Concrètement, moi qui habite dans une de ces zones, je n'ai pas perçue une grande différence de trafic depuis qu'elle a été instaurée.

Pour les technologies sans fil, c'est un peu la même chose : ce sont des technologies qui sont en plein boum depuis quelques années et qu'on est très loin d'avoir exploité complètement. Les secteurs touchés par une réglementation ambitieuse ne seraient pas seulement ceux qui produisent ces technologies, mais également ceux qui les utilisent, c'est-à-dire quasiment tous les secteurs industrielles et d'une manière générale... tout le monde.

Si l'on parvient à prouver la nocivité de ces technologies, alors on tentera sans doute de les limiter très légèrement, c'est-à-dire comme pour l'automobile par des mesures peu ambitieuses et peu efficaces. Mais au contraire de l'automobile (domaine où la réduction de la pollution est devenue un enjeu technologique), dans le même temps les utilisations et installations nouvelles continueront d'augmenter à vitesse grand V.
Si l'on ne parvient pas à démontrer cette nocivité, alors... on ne fera rien, les enjeux sont trop importants.

Et il ne faudra pas compter sur la population pour contraindre les gouvernements à agir. Aujourd'hui, tout le monde a un portable dans sa poche et de plus en plus de gens ont une borne wifi dans leur appartement/maison que beaucoup de monde ne désactive pas même lorsqu'ils se connectent par câble exclusivement. De la même façon que l'on crie au scandale quand on installe des Umweltzone en Allemagne, des centres-villes à péage en Angleterre ou quand le prix de l'énergie augmente, la population sera (pendant longtemps encore) au moins aussi réticente que l'industrie face à toute mesure visant à limiter les champs magnétiques (sauf - bien sûr - si ces mesures ne nous touche pas directement - et je crois que de telles mesures ne seraient que symboliques et totalement inefficaces).
Le gros problème de l'étude épidémiologique reste que le panel d'utilisateurs est tellement important qu'on ne peut le comparer à rien : le taux d'utilisateurs de portables est devenu tellement important qu'on ne peut plus comparer deux populations comparables.
Le problème de l'étude en double aveugle à laquelle il est fait allusion dans l'émission pose également le problème du stress : une personne soumise à un stress (celui d'être attentive à ce qui se passe autour d'elle et de devoir donner la bonne réponse) fausse tout les résultats puisque ce qui est mesuré est l'effet de quelque chose qui génère un stress des même cellules : le cerveau.

La question de l'électro-sensibilité et de la dangerosité de certains outils modernes n'est peut-être pas posée dans le bon sens...
Peut-être faudrait-il se poser la question : le cerveau génère-t-il un rayonnement électromagnétique ? La réponse est oui... mais se sont d'extrêmement basses fréquences... enfin quoi des micro portables... A partir de là la question ne se pose pas de l'étude épidémiologique mais bien de l'étude de ces ondes...
Les malades imaginaires...
.. que le sujet est évoqué.
Merci à vous monsieur Israel pour cette leçon de journalisme.
Très bon article.
tiens on m'appelle...
Et les ondes émises par les TV, les écrans d'ordinateurs (de plus en plus nombreux), des systèmes de sécurité (magasins, bibliothèques), les lignes hautes tensions, bientôt la RFID ? ... Le soucis est surtout leur multiplication, nous sommes "traversés" par des ondes du matin au soir (parole de parisienne).
Questions en vrac : économiquement combien vaut le principe de précaution? Peut on définir des normes d'émission tolérables? avec quelles mesures ? Quels organismes . D'après l'émission il semble difficile d'avoir des avis scientifiques indépendants - ce qui pose par ailleurs un problème plus général, si nos scientifiques sont de plus en plus impliqués dans la recherche appliquée, garderont ils leur indépendance d'opinion? Peut on faire confiance à la déontologie et l'éthique scientifique? Je l'espère.
Dans les années 50', certains docteurs (vendus !) vantaient les bienfaits du tabac pendant que d'autres commençaient à avoir des doutes... Il aura fallu une cinquentaine d'années pour que la vérité soit connue du grand public. Même histoire avec l'amiante...

Pas grand chose à voir avec le sujet qui nous intéresse - de prime abord en tout cas - mais quand vous passez une radio (au sens médical, entendons nous) : vous êtes peut être tout content de voir que votre médecin croit en votre douleur... et qu'en vous envoyant passer cet examen, tout ira mieux. Et bien, sachez que chaque radio est une irradiation. Et que s'il existe un seuil dose - effet certain établi à 200 msV, en dessous de ce seuil et donc dès la plus petite dose, il existe un risque "difficilement estimable, variable en fonction de chaque individu mais bien réel" (stochastique). Même actuellement, malgré des outils statistiques et épidémiologiques performants, et autour d'un domaine aussi contrôlé que la médecine, on n'a pas de valeurs précises... Donc on est prudent. Et en principe on évite les examens inutiles.

2 exceptions : l'échographie (passé les premières semaines post fécondation) et l'imagerie par résonance magnétique.

Magnétique vous avez dit ? En fait un mélange de champ magnétique ultra puissant et d'ondes RF (radio fréquence) comparables à celles des gsm. On admet que cet examen peut provoquer chez certaines personnes des effets biologiques (petites contractions involontaires, troubles de perception, vertiges, etc). On n'a pas encore prouvé pour les champs de max 3 Tesla (ceux autorisés en clinique de tous les jours) d'effets secondaires significatifs. Mais on reste prudent !

Personnellement, mon gsm est éteint la plupart du temps... Et poussant la réflexion plus loin, je commencerais presque à être incommodé par le fait que les gens autour de moi aient un gsm allumés. J'ai l'impression d'être "GSMé passif"... à la façon du tabac !
tchador en alu et peut-être un entonnoir sur la tête ? Suggestion de protection ! !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.