109
Commentaires

Les Echos : kérosène mon amour !

Commentaires préférés des abonnés

Sachant que pour comparer le temps de trajet avion / train, il faut ajouter pour l'avion le temps de passer la sécurité, le temps de transfert vers le centre ville etc facilement 1 heure quoi !

Non mais tout le monde se dit plus ou moins écolo en période électorale.


Par contre dès que faut remettre en cause la sacro-sainte croissance, y’a plus personne 🤷‍♀️


Bienvenue en enfer.


Sissi, les +5 ou 6 degrés qu’on va se manger, ça va littéralement a(...)

Le tableau est malhonnête en ce sens que - même s'il faut du temps pour aller à une gare et en revenir - il ne prend pas en compte le temps de trajet jusqu'à l'aéroport, et les formalités d'embarquement, qui sont quand même plus longues que le simple(...)

Derniers commentaires

On remarquera que le texte du tweet est faux puisque le tableau indique Paris-Toulouse maintenue...

Il m'est arrivé, une fois dans ma vie, de prendre un vol Paris-Rennes. Comme je pense la totalité des passagers, je ne l avais pas payé moi-même et je reprenais un autre avion à Paris-CDG. En revanche, j'ai appris qu'Easyjet concurrençait désormais Air France sur les vols Rennes-Lyon, alors qu'il y a plusieurs trains directs par jour (3h44 de trajet). Mais, malheureusement, les billets d'avion sont parfois au même prix que ceux de train.. 

Les passagers d’un vol ‘rennes-paris’ vont peut être surtout à ‘paris -charles de Gaulle’, escale souvent necessaire pour aller ailleurs. Pour que la comparaison soit juste, Il faut tenir compte du temps de transport gare-aeroport + tout le processus d’enregistrement (plus long à Paris que à Rennes) + la marge à prévoir en cas de retard du train....pour avoir essayé une fois, je n’y me risquerai pas a nouvau à moins qu’une simplification du processus soit mise en place. je ne dis pas ça pour discréditer le mouvement de réhabilitation du train (au passage merci pour l’esprit de votre billet), mais pour signaler qu’il faut prendre ce probleme en compte. 

Cité par "Le Parisien" (28/05) :


« Il faut relativiser cet engouement, tempère le sociologue Eddy Fougier. Les plus engagés viennent de milieux diplômés et bien insérés dans la société. Quand on est jeune, on accepte mal la société telle qu’elle est et l’on se tourne vers l’alternative la plus séduisante. Dans les années 2000, c’était l’altermondialisme, ensuite les Indignés. Aujourd’hui, c’est en même temps la génération écolo et la génération EasyJet. » 


Bien vu !


J'ajouterais : "Occupy", "Nuit Debout".


On les voit pas beaucoup les djeuns, contre Europacity...

Je ne connais pas les tarifd de l'avion mais ceux du train sont dissuasifs au possible même avec une carte de réduction... dont le système a encore changé.

Maintenant les cartes famille qui permettait d'avoir une réduction pour un enfant et jusqu' à 4 accompagnateurs deviennent une carte pour un seul adulte et un enfant....

La SNCF s'adapte à la société des familles monoparentales ???

Comme souvent sur des sujets qu'il croit découvrir, Ruffin réinvente l'eau chaude ou survole le sujet sans s'appuyer sur une analyse exhaustive


Réglementer l'accès au marché du transport  aérien est une prérogative "de Bruxelles" et, à cet égard, la Commission avait déjà présenté il y a au moins 20 ans un projet de règlement des créneaux horaires de l'aviation dans lequel il était stipulé qu'un créneau n'était accordé à une nouvelle ligne que si il n'y avait pas un bénéfice environnemental à utiliser un autre moyen de transport. Le Conseil avait écarté le projet. C'est sans doute cette stratégie qu'il faut utiliser pour éviter de subir un cours de droit européen ...!


Par ailleurs dans les lignes proposées par Ruffin à l'interdiction, c'est un fourre tout  hétéroclite qui ne tient compte que du temps de parcours. Il maintient donc le Paris-Toulouse qui offre une fréquence de vols superflue : il faut augmenter la taille des avions et diminuer la fréquence des "navettes".


Pour d'autres lignes il raisonne comme si il n'y avait pas de problème de correspondance: la plupart des voyageurs du Grand ouest qui

prennent un avion pour Paris, le font pour attraper un autre vol sur l'aéroport de destination et éviter un transit train métro qui n'est pas 

toujours facile avec des bagages.


Et il le font aussi parce que l'état centralisateur et jacobin continue à développer une offre surabondante sur Paris en matière de trafic international au lieu de décentraliser des lignes sur la province et économiser ainsi le kérosène ou l'électricité du crochet vers Paris. Là encore Ruffin partage les idées de myopes de ceux (écolos compris) qui n'ont pas voulu de Notre Dame des Landes, mais ne protestent pas contre la croissance des aéroports parisiens: + 40 Millions de passagers/an pour le terminal T4 vers 2030.


Autre preuve du survol de Ruffin: j'ai l'impression qu'il fait l'impasse sur un scandale qui perdure; les lignes en OSP qui ne sont souvent

maintenues que pour des raisons électoralistes justifiant la survie de petits aéroports locaux, parfois pour le transport d'élus du cru et de leurs assistants, dans des petits avions energivores par rapport au nombres de passagers transportés.


Bref, tant que la modération du  transport aérien ne fera pas l'objet d'une politique globale et cohérente, ce ne sont pas les propositions

superficielles et un tantinet démagos de Ruffin qui changeront quelque chose.

Tous les vols font Paris vers une autre ville.... 


La grande majorite de ces vols transporte des gens qui sont en correspondances et personne n'a envie de se trimballer dans les transports en commun parisien avec des bagages.


Je dirai que du bien de la proposition tres politique de Ruffin. Cependant la mise en pratique necessite au moins 2 gros changements :


- une reorganisation du systeme de transport actuel des gares de Paris vers les aeroports.

- une communication entre les compagnies aeriennes et la SNCF/RATP car si le train a un retard, il faut que la compagnie aerienne puisse trouver gratuitement une place sur un autre avion. 


Seulement dans ces cas la moi le francais n'habitant pas a Paris accepterais sans raler de prendre le train en correspondance.

"Vive le vol" quoi !


pendant que vous gloser sur le kérosène, il y a des gens qui souffrent : et bien sûr tout le monde s'en fou !!!

bande de sans coeurs !


L'ancien ministre de l'Intérieur, Claude Guéant a perdu sa légion d'honneur suite à ses condamnations en janvier dernier pour détournement de fonds publics. Il l'avait reçu en 1992. 

Prendre le train plutôt que l’avion à chaque fois que c’est possible : voilà très exactement ce que nous avions décidé dans ma toute petite entreprise ( on est 3). 


«  à chaque fois que c’est possible » ça signifie : un temps de trajet acceptable, une différence de prix acceptable. 

C’est beaucoup pour des raisons de type «  écolo », et un peu aussi parce qu’ on trouve que l’avion c’est chiant. 


Et Bein ... parfois je prends quand même l’avion, alors que j’ai pas envie, parce que 

- les correspondances n’existent pas en train 

- ça prend 7 fois plus de temps en train qu’en avion sur certains trajets, entre une heure et une journée on a vite choisi, surtout qu’une journée ça veut dire aussi une nuit d’hotel ...

- l’avion est cinq fois moins cher que le train, oui, y’a des vols vraiment pas chers et des trains vraiment hors de prix ! 


Mais je voudrais vraiment ne prendre que le train. 


Je vois que le vol Toulouse-Paris serait maintenu, car le même trajet en train est très long. 

Bien sûr, il n’y a que les esprits chafouins qui disent que c’est la présence d’Airbus et toute l’industrie aéronautique sur Toulouse qui explique l’absence de TGV .... 

J'approuve à 1000% la proposition de Ruffin , mais il manque une donnée, c'est le prix !! Il faudrait augmenter drastiquement le prix de l'avion et baisser d'autant le prix du train. Il y a deux mois j'ai voulu passer quelques jours à Vienne en Autriche; je suis une anti-avion pour des motifs écolos, j'ai donc regardé le prix du train. Plus de 600 euros pour deux, aller-retour. Avion, 200 euros !!! Du coup nous n'y sommes pas allés..... On pourrait avoir aussi un "permis" à prendre l'avion avec un nombre limité de voyages par an, à peaufiner, mais dans cet état d'esprit...

Sur ce sujet, je recommande la lecture d'Alternatives Economiques. Le numéro de juin 2019 qui devrait être prochainement disponible est consacré aux voyages en avion.

A aucun moment vous vous dites que ces vols sont des correspondances; la proposition de loi est ici  et elle est bien légère : pas de financement  des moyens de transports de subtitution, rien sur les investissements  à faire dans le reseau ferroviaires etc, faudrait arreter de faire des propositions pour "marquer le coup"

Honnêtement, faire du "tout est lié" et du "quiconque se promène dans les aéroports" pour impliquer Arnault et LVMH dans le lobbying de B. Trévidic, je trouve ça léger (et un rien complotiste...). Vous me direz que c'est de la chronique, de l'édito, pas vraiment du journalisme mais bon, nul besoin d'aller chercher les stratégies de Arnault-LVMH pour se dire que Trévidic est en accord avec la ligne éditoriale libérale de son journal et qu'il fait comme tant de journalistes spécialisés se mettant à défendre les intérêts des acteurs de leur domaine de prédilection.

Mais c'est quoi tous ces gens qui vont de Paris à Toulouse et vice versa ? 39 vols par jour !!! Est-ce que ces avions sont pleins ? Quel est le taux de remplissage de tous ces vols intérieurs d'ailleurs ? Et celui des TGV, TER, Transiliens, Thalys et tous ces autres trains à vitesses variables ?

La concurrence économique entre tous les moyens de transport rend les offres illisibles, contre-productives, une source de gaspillage des ressources démentielle.

On invente des TGV low cost, des tarifs flexibles ou non, des prix qui changent sans arrêt, des lignes parallèles...

Y aurait bien plus à faire que de simplement supprimer certains vols au profit du train, mais ça serait un début.

Excellentissime, ce matinaute, cher Daniel, qui m'a accrochée dès le titre qui fait - volens ou nolens - référence à un roman de Duras (mon deuxième préféré après Lol V. Stein), Hiroshima mon amour. Ai-je bien relevé ?  

Evidement le vol Paris - Bruxelles m'a bien fait marrer.


Aux 55 minutes de vol, il faut ajouter au moins 35 minutes au trajet de Zaventem -l'aéroport-  à Bruxelles centre ville.


Et encore si la A201, itinéraire le plus court, est bien dégagé.


Avec le Thalys, en 1h27, vous débarquez directement dans la capitale.


En ce qui concerne le bruit, Bruxelles et des associations se battent depuis des années contre le survol de ville.


En période de vacances, même de nuit, chez mon frère, c'est proprement intenable !






Bien sûr que tout cela est affaire de gros pognon et c’est la raison principale qui me fait regarder le parti écologique avec recul, car je sais bien que le pognon se fout totalement, ou presque (il fait tout de même attention à pouvoir continuer de grossir) de l’environnement et du social.

La taxation du kérosène pour les vols intra-européens est au programme de 44 élus des listes françaises du parlement européen (sur 75). Je n'ai pas su trouver dans quelle mesure on retrouve ce même projet au programme des listes non-françaises. Quelqu'un a-t-il une idée ?

Aujourd'hui sur Mediapart, Jade Lindgaard nous apprend qu'un commissaire enquêteur de l'Autorité environnementale, c'est-à-dire un fonctionnaire, ne peut pas donner d'avis défavorable à certains projets industrielles climaticides sous peine de :

1) voir l'état ignorer complètement cet avis défavorable et donner le feu (vert) au projet quand même,

2) se faire virer.


Bienvenu dans la start-up nation.

Le tableau est malhonnête en ce sens que - même s'il faut du temps pour aller à une gare et en revenir - il ne prend pas en compte le temps de trajet jusqu'à l'aéroport, et les formalités d'embarquement, qui sont quand même plus longues que le simple fait de monter dans un train...

Bonjour,

Loulourde Oblivion vient rappeler que l’aérien ne fait pas que de la pollution de l’air, il produit de la pollution sonore (voir les deux grosses barres qui correspondent aux trois aéroports).


Certes, le train et la voiture aussi, mais dans une moindre mesure.


Le Monde a eu accès à ce document inédit, de plus de 130 pages, qui classe le bruit comme « la seconde cause de morbidité derrière la pollution atmosphérique » parmi les facteurs de risque environnemental en milieu urbain.

Sachant que pour comparer le temps de trajet avion / train, il faut ajouter pour l'avion le temps de passer la sécurité, le temps de transfert vers le centre ville etc facilement 1 heure quoi !

Non mais tout le monde se dit plus ou moins écolo en période électorale.


Par contre dès que faut remettre en cause la sacro-sainte croissance, y’a plus personne 🤷‍♀️


Bienvenue en enfer.


Sissi, les +5 ou 6 degrés qu’on va se manger, ça va littéralement amener l’enfer sur terre, mais faudrait pas compromettre les perspectives de croissance de LVMH m’voyez.

Le tableau nous apprend quand même que les trains français volent ( colonne 4 ) une technologie que nous envie le reste du monde  ! 


COCORICOOO !!!!!!!!!

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.