80
Commentaires

"Les agences de notation sont sous-informées."

Il faut se faire une raison: notre triple A, ce trésor national, ne passera pas l'hiver et c'est une question de jours maintenant. Depuis que l'agence de notation financière Standard & Poor's a annoncé qu'elle menaçait de dégrader la note de quinze Etats de l'Union Européenne dont celle de la France, on ne se fait plus guère d'illusion. Quel est le rôle joué par les agences de notation dans cette tempête qui secoue la zone euro ? C'est le sujet de notre émission avec deux invités: Norbert Gaillard, économiste, consultant indépendant et auteur d'un ouvrage sur les agences de notation dans la collection Repères (La découverte) ; Pascal Canfin, député européen d'Europe-Ecologie-Les-Verts et l'un des négociateurs de la directive européenne qui va encadrer les agences de notation.

Derniers commentaires

Quelqu'un saurait traduire et expliciter ça.
http://www.dailymotion.com/video/xnrsv2_leur-dette-notre-democratie-frederic-lordon_news?start=141#from=embediframe
Bonjour à toutes et à tous,

Juste pour vous signaler que quand j'ai lancé la vidéo, un clip publicitaire de 20s a été lancé avant l'émission sur un désodorisant commençant par fa et se terminant par breze.
Est-ce que @si est lié directement à cette pub ou est-ce plutôt lié à dailymotion ? Dans les deux cas, c'est un peu bizarre sachant qu'on est sensé avoir 0 pub sur @si.

Cordialement,
domi
Bonjour,

Les contrôleurs de la navette Rhône Express -ticket à 13€- ne sont pas (encore) assermentés. Ils ne peuvent donc pas dresser de PV.
Profitez-en pendant qu'il est encore tps...
Merci à Mercier . J'en ai bien profité, LOL. hihihi
Donc, comme toujours : 1ers arrivés, 1ers servis...

A bon entendeur, Salut!

PS : Comme dit le poète, "Comprenne qui voudra"...ou pourra. Mais c'est d'abord une question de volonté, même si elle ne suffit pas, seule.
Alors attention, grand n'importe quoi! A 37 min: Triple A= pas de risque. En fait, une dette constitue toujours un risque, le risquede solvabilite d'un creancier.
je rêve d'un petit montage vidéo : les éléments de langage des ministres au moment où ils disaient que garder le triple A était une question de survie et que c'était pour ça qu'il fallait de l'austérité.
puis le montage où ils dédramatisent (tel qu'il est dans l'émission)
et enfin la preuve que les agences demandent de la création monétaire et moins d'austérité.

si un monteur bricoleur traine par là :p
Il manque un élément d'information essentiel à cette émission: le PDG de Standard & Poors a été démis deux semaines après le downgrade des Etats-Unis. C'est un point crucial car il est bien évident que les pertes de triple A européennes multiples à venir ne vont pas avoir les mêmes conséquences sur le management de cette agence!

Donc oui, bien évidemment, ces agences sont un instrument du pouvoir américain. Ce downgrade de l'été a fait croire à leur indépendance et à "recharger leurs accus" en termes de crédibilité mais le limogeage qui a suivi a démontré de manière frappante la réalité et a servi de mise en garde à tous les responsables de Moody's et de S&P.

Il est dommage que ce point majeur n'ait pas été évoqué lors de l'émission quand vous avez parlé de leur statut. C'est un point régulièrement éludé par les commentateurs et qui est pourtant un marqueur majeur des influences qui président aux ratings de dettes souveraines.
Emission intéressante qui m'a permis de répondre à cette question fondamentale que je cherchais vainement dans les différents supports d'information : qui donne ce pouvoir aux 3 agences de notation ? Merci à Pascal Ganfin pour cette réponse claire : les politiques qui les ont mis dans la règlementation. Donc si je comprends bien, les politiques critiquent les agences sur leur pouvoir que c'est eux-même qui leur ont donné ce pouvoir. Cherchez l'erreur !
Je comprends aussi (merci Pascal Ganfin) que les agences sont des nains dans ce "jeu" qui a l'air de les dépasser complètement (et je ne serais pas surpris qu'il y ait quelques manipulations des agences par ceux qui ont le vrai pouvoir ...).

Je suis convaincu du principe politique de la notation. Les Etats-Unis ont le plus gros endettement public sur la planète, ils viennent de perdre leur triple A (uniquement sur la dette) et pourtant ils ont l'air de s'en foutre comme de l'an 40 car ils savent qu'ils pourront toujours trouver des bonnes âmes (chinoises, arabes, allemandes, ...) pour acheter du dollar même si la note était CCC (on ne prête qu'aux riches ...), c'est l'intérêt d'être la première puissance mondiale. Et puis on nous dit bien que le fameux spread entre les taux allemands et français devient abyssal, pourtant les 2 pays ont bien le triple A tous les deux, ce qui signifie bien que les fameux marchés font eux-même leur notation selon des critères qui, même s'ils sont opaques, n'en sont pas moins réalistes. La perte du triple A pour la France ne fera qu'acter ce différentiel, mais il est déjà dans la réalité des taux.

Au fait, je suis en accord avec les remarques sur le comportement de DS. Plusieurs fois durant l'émission (c'est lui qui siffle la fin !), il reprend le pouvoir et la pauvre Anne-Sophie a bien du mal à se faire respecter.
De grâce Daniel, vous avez le mérite d'avoir créer ASI et de le faire vivre, pourquoi ce besoin permanent de reconnaissance ? Sans doute un rapport à l'autorité qui pose problème. C'est pas grave, une grande partie de nos élites ont le même problème, il suffit de se faire coacher ...
Salut

Je suis intéressé par la crise actuelle et voici une vidéo qui en parle, si vous pouviez faire une critique dessus, merci.

VIDEO
Bonjour
J'en suis à la fin de la seconde partie.
Si je comprends bien ce que dit Pascal Canfin, les politiciens libéraux européens ont donné plus d'importance aux agences que ce qu'elles se sentaient capables de faire. Et en plus ils ont écrit cela dans le marbre des règlements européens en officialisant la procédure…
N'est ce pas ce que s'essouffle de dire depuis plusieurs mois Mélenchon sans que personne ne reprenne ses propos ?
Je n'ai ni vu ni entendu sur asi que derrière les agences de notation, il y a 3 hommes qui sont en même temps joueur et arbitre dans cette grande partie de billard financier à 3 bandes:
- Warren Buffet propriétaire de la société d'investissement Berkshire Hathaway, principale actionnaire de MOODY'S
- Marc Ladreit de Lacharrière qui détient 60% de FITCH, via sa société de services financier Fimalac
- Harold Mc Graw III, patron de Mc Graw Hill, société spécialisée en édition et finance, et propriétaire de S&P

Peut-être que tout le monde était au courant et que j'enfonce des portes ouvertes, mais en tout cas je tenais à l'écrire pour ceux qui ne le sauraient pas... Ça éclaire les choses d'un jour nouveau et chacun en tirera les conclusions qu'il veut...

Je nous souhaite une bonne année... Pleine de surprises !
J'accroche pas trop avec Anne-Sophie Jacques. Sans doute mon vieux coté subliminale macho ringard sexiste refoulé mais tant pis j'assume.
Ça fait plus discussion sympa d'après journée de cours à la fac que débat.
Trois hommes et une animatrice. L'animatrice constamment débordée par Daniel ...
ce........................que..............................dit.....................Norhmmmmmmmmmmmmmbert............gailhmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmlard
...............est............................inhmmmmm.............té.................réhmmmmmmmmmmmmmmmm................ssant.
Mais hmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm.................................son..........hmmmmmmmmmmmmmmmmdébit...............................est............
pénible.
Quelqu'un a trouvé où se cachaient les notations sur la France sur le site de Standard & Poor's ? J'ai l'impression que cela nécessite un accès particulier.
Bonjour,

j'aimerai trouver un lien vers le document (référence) qui indique de détail des préconisations de la note de la France de S&P.

Dans l'émission, il est dit qu'ils préconisent :

* en gros, que la BCE prête directement aux états (flexibilité monétaire)
* que la France fasse moins d'austérité car c'est mauvais pour la croissance du pays

Avez vous un lien vers ces informations ?

Cordialement,
Stéphane
Emission intéressante de part les opinions modérées qu'on y trouve, ce qui nous change des prophéties lues et vues ici même, sur le défaut par exemple, où pour une fois l'épargnant n'est pas catégorisé dans "les riches" dont on se fouterait éperduement qu'il perde ses économies.

Un bon exemple des divagations des agences est bien la dégradation des USA, qualifiée rien de moins que "d'absurde" cette semaine même par Bloomberg, les USA ayant retrouvé leur place de "valeur refuge à moindre risque", là où S&P, voyait une augmentation du risque:

S&P Downgrade Proves Absurd as Investors Prefer U.S. Assets
http://bloomberg.com/news/2011-12-18/s-p-downgrade-proves-absurd-as-global-investors-make-u-s-assets-preferred.html
En préparant une réponse en mail privé à un @si naute tout à l'heure je me suis aperçu que @Si ne s'est pas encore intéressé au marché de l'or.

C'est un manque qu'il faudrait combler car
- l'or renvoie à la monnaie et à la chute de l'empire romain.
- La relique barbare est très attaquée car anti-système par excellence en effet tout argent placé dans de l'or physique quitte le système monètaire.
- Les scandales qui secouent l'or (comment ça vous n'en avez jamais entendu parler ? c'est normal c'est anti-système!) sont tout bonnement incroyables (regardez le tungstene dans l'or ou essayer de savoir où est l'or de l'allemagne)
- L'or est un témoignage de l'inflation. L'un des rares qui reste en fait.
- Le seul placement qui résiste à cette crise (systèmique il faut dire)
émission sympathique qui donne des informations techniques sur comment ça fonctionne a l’intérieur du cadre libéral.

J'ai une petite question de fond :
je ne comprends la notion d’intérêt...
je prête de l'argent a quelqu'un en qui j'ai confiance (faculté a rembourser) donc je le prête a 4%.
si je n'ai pas confiance (il ne va p'etre pas remboursé) donc je prête a 10%...

mais qu'on m'explique si je pense que c'est un risque a 4, comment ça pourrai ne pas être pire a 10 ?
quoi alors,c'est une justification mensongère pour se faire plus d'agent ?
si il y a risque on ne prête pas.

Entre nous, si une lois internationale interdisait d'avoir des intérêts supérieur a 0.5% et bien ceux qui ont prêteraient pareillement, que pourraient ils faire d'autre avec leur argents ?

On est bien dans une lutte des classes non ?
En effet il me semble que vous avez bien compris l'essentiel :
d'un point de vue théorique le taux est sensé représenter le risque, plus c'est risqué plus je vais demander un taux élevé
Il ne vous manque qu'un détail :
vous dites " si il y a un risque on ne prête pas... " ce qui est faux d'une part parce qu'il y a toujours un risque, et d'autre part parce qu'il suffit de mettre des taux d'intérêt suffisamment élevé, pour espérer y gagner au bout du compte...

Prenons un exemple, si je prête une somme à quelqu'un 1 euro ... qui n'a qu'une chance sur deux de me rembourser.
Si je lui fait un prêt avec un intérêt de 100%,( il doit me rembourser le double 2 euros )
La loi des grands nombres voudrait que une personne sur deux ne rembourse pas en moyenne, en d'autres termes si par exemple j'ai prête à 100 personnes il y a environ 50 personnes qui pourront me rembourser ( 50 x 2 euros = 100 euros) et la moitié ne me rembourseront pas ( 50 x 0 = la tête à toto)
Donc au bout du compte si je demande un taux de 100% à des gens qui ont une chance sur deux de ne pas me rembourser, au bout du compte je vais rentrer dans mes frais sans faire de bénéfice... si je prête à un taux plus élevé logiquement je devrais y gagner, si je prête à un taux plus faible logiquement je devrais y perdre.

C'est exactement la même logique que les jeux de hasard, statistiquement il y a un risque pour que tous les joueurs de roulettes gagnent le même soir...

Se pose ensuite la question de comment on mesure le risque de non remboursement (là c'est entre autre le rôle des agences de notations qui font ça très mal) ...

Enfin concernant votre proposition de plafonner les taux d'intérêt, c'est une vraie proposition que fait notamment Lordon souvent invité à @si, qui ne vous contredira pas non plus sur la lutte des classes ...

Bien cordialement
Bonjour à toute l'équipe et merci pour votre travail, merci d'inviter des gens intéressant pour parler en profondeur de choses dont on ne parle pas assez ailleurs ...
Néanmoins j'aimerai attirer votre vigilance (je parle à l'équipe d'@si) sur un point, une critique à vous faire.

Vous avez sans aucun doute préparé soigneusement votre émission et vous ne cessez de vous émerveiller de toutes les absurdités du monde de la finance pour les faire découvrir mais par moment votre envie de montrer l'absurde du système nuit à la compréhension générale.
Je prend un exemple au hasard mais il y en a plusieurs dans l'émission, lorsque vous émettez un doute sur le fait que les agences se notent (à 10' env) vous revenez là dessus, ne lâchez pas le morceau sur ce point de détail alors que Pascal Canfin est en train de soulever un élément extrêmement important du rôle qu'ont les agences et donnez la préférence à votre préoccupation plutôt qu'à ses dires...
" Oui c'est amusant que la bourse soit cotée en bourse mais cela ne nous fait pas avancer beaucoup"

autre exemple
2 min 44 . du 5e acte, Daniel interroge les invités sur son indignation personnelle (les agences prennent des positions politiques), et demande " Elles font une erreur de communication là non ?" , les invités sont ils les mieux placés pour répondre, quel est le sens de la question, n'aurait-il pas mieux valu demander au spécialiste des agences si ce genre de sorties est fréquent, autorisé et à pascal Canfin l'avis du politique là dessus. il demande "qu'est ce que vous en pensez " tente de couper la parole à canfin avec un "parce que ..."

last but not least...
On touche le fond dans l'acte 4 quand Daniel coupe 3 fois de suite la parole à Pascal Canfin pour revenir sur sa conception du défaut qui n'est pas la même que lui...

Bref, ma critique est un peu dure surtout que l'émission m'a plutôt intéressé mais je pense que vous y gagneriez vraiment en évitant ce genre de détails qui vous mettent à tort sur un plan d'égalité avec vos invités... comme on dit qui aime bien ...
Bonjour à tous.
Je profite du message de P'tit Seb pour abonder dans son sens de façon un peu plus générale, Daniel coupe assez souvent les invités au cours de leur démonstration pour les ramener vers un élément vu précédemment et qui le préoccupe lui, cette façon de faire qui peut parfois se justifier, est souvent dommageable. L'intérêt d'@si selon moi est de permettre à des gens compétents de s'exprimer (ce que ne font pas les grands médias), leur couper la parole dans une démonstration est nécessairement contradictoire avec l'objectif initial de leur donner la parole.
Bien cordialement.
merci P'tit Seb pour vos éclaircissements, qui me font voir ces "jeux" pour ce qu'ils sont: un attrape couillon, comme ont dit dans le sud.

ce qui m’étonne encore, c'est qu'aucun medias que je connaisse ne posent la question du bien fondé de l’intérêt.
Maya Nescovic aurait-elle été coupée au montage ?
A 1:12:35 Maya a les bras croisés, appuyée sur le dossier de sa chaise ; sur le plan suivant à 1:12:36 ses bras se sont magiquement décroisés et elle est penchée vers l'avant. Mmmmmhh...
A quand un débat Jacques Généreux / Pascal Canfin ???
Bonjour,

J'ai quand même un problème avec ce que demande ces agences et d'une manière générale sur 3 paramètres fondamentaux. Ces paramètres fondamentaux montrent à mon sens que ces agences font partie du système et du problème à cause de leur demande de monètisation (2éme paramètre)


* Le paramètre Aléa moral
J'estime maintenant que les banques sont en état d'Aléa moral suite aux 2 dernières évolutions suivantes :
- L'ouverture du guichet de prêt à 1% aux banques par la BCE qui en plus est un probablement un QE déguisé
- La nomination aux postes clé de la zone euro (ministres de l'économie, président de la bce, premiers ministres) de
financiers anciens du système bancaires. Ces nominations sont un fait renforçant l'idée de l'émergence d'une classe dominante basée sur le patrimoine (telle que la décrite todd, on peut aimer ou pas le terme de classe ses analyses sont sérieuses en dehors même de ses connotations gauchisantes)

Cet état d'Aléa moral c'est d'abord et avant tout une prise de risques très importante des banques avec espoirs de gros bénéfices à court terme sans se préoccuper du risque à long terme
par exemple pour les prêts aux états, ou des investissements dans du financier purement toxiques à long terme et rentables à court terme (par exemple proposer des Credit default Swap ou cds)

Cependant le soutien aux banques peut se retirer si les risques pris par les banques deviennent insoutenables pour les populations ce qui veut dire que l'opération est en elle même dangereuse et ne peut se comprendre que si le politique est sous contrôle. Un phénomène type "printemps arabe" pourrait troubler leur jeu.

* Le paramètre QE et dettes
Théoriquement la théorie de l'hiver de kondratieff nous dit que nous ne sortirons de la crise que quand les dettes surnuméraires seront rincées. C'est le socle de mon raisonnement et ce qui me conduit à penser que nous ne sortirons pas de cette crise par le Quantitative Easing ou le prêts aux banques. Maintenant il reste à analyser l'impact de cette politique sur l'économie. Mais nous avons les exemples des US et GB qui le pratique depuis 3 ans pour cela et ce n'est pas bon.

Un autre point important c'est que dans notre système actuel la création de monnaie se fait par les banques via les prêts ce qui veut dire qu'il est probable que les prêts actuels à coup de milliard d'euros et de dollars constituent de la création monétaires avec le risque inflationniste.

Enfin le dernier point qui est clair mais difficile à suivre c'est l'impact de chaque euro emprunté et dollar emprunté de dette sur l'économie réel. En effet l'Allemagne a commencé à bloquer sur la dette alors que ce calcul montrait que 1 euros emprunté ne rapportait plus rien à la zone euro ( contre un gain 5 ans plus tôt). Il y a deux ans chaque dollars US empruntés coûtait quelques cents à l'économie.
Cette données explique probablement l'absence de résultat du QE aux USA car chaque dollar Us emprunté retire quelques cents de l'économie.

* Le paramètre inflation et déflation
C'est quelque chose de difficile sur lequel je me suis beaucoup trompé. J'en ai déduit de toutes mes erreurs que l'inflation est quelque chose de maîtrisée par les banques Centrales : par exemple lors du démarrage de l'inflation en 2009 la BCE a fait pression pour qu'il n'y ait pas d'augmentation de salaire ce qui a empêché l'emballement de l'inflation. En même temps la crise de consommation fait apparaître un risque déflationniste. A moins que je ne me trompe les Banques Centrales jouent sur les paramètres économique pour faire s'annuler les 2 risques. Espérons qu'elles savent ce qu'elles font mais cela n'a pas d'effet visible sur l'économie à part assurer une relative stabilité des prix avec une légère inflation (3,5% pour l'Union européenne à 5-6% pour les us et la GB) tout à fait sympathique pour nos ultra-libéraux soucieux de baisser les coûts du travail et les revenus sociaux.

Ceci dit si nous avons 2 forces extrêmement puissantes (inflation forte et déflation forte) qui s'annulent et si un phénomène imprévu modifie l'équilibre des forces d'une manière ou d'une autre alors nous pourrions avoir un phénomène plutôt embarrassant. Par exemple L'immobilier est un paramètre déflationniste à mon sens (explosion de la bulle) et les commodities (matières premières) un paramètre inflationniste.

* Synthèse des paramètres

Les 2 premiers paramètre témoignent d'économies qui s'effondrent lentement sans choc majeur mais sans finalité de sortie de crise. Dans ces conditions un grain de sable va nécessairement gripper la mécanique : un choc majeur qui supprimerait l'Aléa moral et laminerait le système financier (1er paramètre) et déclencherait probablement un choc inflationniste ou déflationniste avec une probabilité de choc inflationniste (3eme paramètre) parce que les Banques centrales préféreront la peste plutôt que le choléra et qu'une période d'inflation aurait au moins le mérite de laminer la dette et du coups de sortir de l'hiver de kondratief (2eme paramètre).

* Conclusion
Comme vous le voyez je ne suis pas optimiste bien que je ne sache pas où, ni quand ni quoi déclenchera le choc je prévois in fine le démarrage de l'inflation (il me semble qu'après une période de déflation il y a l'inflation).
Pour ceux qui voudraient savoir quoi faire pour éviter cette situation épouvantable je vois une voie de sortie de crise étroite qui consiste à supprimer l'alea moral des banques (on ne prête plus d'argent et on saisit toutes les banques qui font défaut), à faire défaut sur les dettes des états à proportion de ce qui est soutenable, et à organiser par la loi le defaut des personnes privées et morales en situation d'insolvabilité (une mega loi de protection des faillites). L'effet sur le patrimoine sera le même qu'une inflation forte mais tapera plutot sur les investisseurs et détenteurs de patrimoines. Ne comptez pas sur la classe dominante pour faire cette politique ! (1er parametre).

Ps : Il n'y a a pas de liens explicitant chaque idée car je ne les pas conservé mais je peux les rechercher si n"écessaire.
Bon Noel a tous,
Sans cela "arret sur Images", vous avez peut etre loupe les "Yes Man" sur Artee,
http://www.arte.tv/fr/2803882.html
A voir absolement!
Des agences de notation anglo-saxonnes, dites-vous sur le plateau à de nombreuses reprises ?

Fitch Ratings Ltd. est une agence de notation financière internationale. Ses principaux concurrents sont Standard & Poor's (S&P) et Moody's.
La société a été fondée par John Knowles Fitch le 24 décembre 1913 à New York sous le nom Fitch Publishing Company. Elle a fusionné avec la société IBCA Limited, basée à Londres, en décembre 1997, passant ainsi sous le contrôle du holding français Fimalac dont le principal actionnaire est le français Marc Ladreit de Lacharrière. En 2000, elle a acquis les sociétés Duff & Phelps Credit Rating Co. (basée à Chicago) et Thomson BankWatch.


Source : [fr.wikipedia.org]

À propos de Fimalac et Marc Ladreit de Lacharrière, qu'en disait Gérard Filoche en mars 2010 (discussion autour de la réforme des retraites) ? [www.filoche.net]

Pour finir et élargir le propos j'aimerais, si possible, d'avantage de contextualisation dans les 5 premières minutes de l'émission, pour d'une part présenter les invités de façon un peu plus exhaustive que « vous avez écrit un livre sur... » et d'autre part pour rentrer un peu plus dans les détails des structures et acteurs intervenant dans le dossier que l'émission entend traiter.

Merci de cette émission !
Excellente émission !

Et pour faire écho à l'émission sur la représentation féminine, j'aime beaucoup l'animation d'Anne-Sophie, d'autant que je n'ai pas du tout l'impression que ce soit la "voix de la femme".

Bonnes fêtes à toute l'équipe.
En français dans le texte dans le Guardian ce matin: "Will S&P take joyeux out of noël?"
Me suis-je levée du bon pied avec l'esprit plus aiguisé qu'à l'ordinaire ? Cette émission était un vrai régal ! J'ai compris plein de choses j'avais même des idées qui me venaient ainsi que des questions alors que je n'y connais pas grand chose en économie. (J'aurais dû les noter (ahahah)... si j'en ai le temps je revisionne la vidéo avec un papier et un crayon.)

Je garde cette émission dans le top 10 de mes émissions d'ASI préférées.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bonjour, Je ne pense pas que ce soit le bonne endroit mais je ne sais pas à qui adresser.
Je suis entièrement d'accord pour paiement mon abonnement ASI plus cher. Par contre je doute que l'on puisse augmenter le tarif d'un abonnement en cours de cette manière. Il faudrait au moins avoir l'accord de l'abonné!
Même si l'augmentation est minime, surtout vu la qualité des contenus. Je trouve la manière de nous mettre en face du fait accompli par un simple email, franchement cavalière.
Allez, sans rancunes et joyeux Noël.
Bonjour,

Suis également déçue de cette émission avec seulement deux invités et qui ne m'apprend que quelques détails sur le fonctionnement des agences de notation et oh surprise qu'elles ne sont pas idéologiquement neutres! mais qui m'enferme dans la certitude que quelques soient les options choisies, ce sera moi le contribuable qui paiera cette dette inique!
Franchement ce qui m'intéresserait plus serait de savoir:
- s'il existe une volonté de demander un audit de la dette au parlement européen, vous pourriez inviter le collectif (www.audit-citoyen.org), contre le paiement de la dette publique et la prochaine modification du traité européen imposant la fameuse règle d'or à tous.
- où en sont les révisions des critères de richesse des états (définition du PIB absurde actuellement et totalement anti-environnementale), ou bien encore
- quelle seraient les conséquences réelles de la dévaluation (prochaine?!) de l'Euro, voire de sa disparition.
S'il n'y a pas assez de "clients" (hommes ET Femmes) disponibles à temps pour une émission de fin d'année, pourquoi ne pas enregistrer deux émissions la semaine suivante! Vous êtes sur internet! Ne vous enfermez pas dans un ronron télévisuel avec obligation d'émission.
Au boulot! Et merci encore d'être ce que vous êtes, je viens de me réabonner avec bonheur.
Bonjour
Dettes d'état, dettes souveraines, dettes publiques, c'est bien d'en parler mais seulement après inventaire (secret d'état) ce qui mettrait en évidence les causes. Gloser sur les conséquences n'est qu'enfumage, les agences de notation sont introduites en Europe pour des raisons idéologiques, "il n'y a pas d'alternative", "il n'y apas de plan B" etc
Si il y a quelqu'un de sous-informé c'est le citoyen et à la fin de cette émission "gnangnante" j'ai le sentiment d'avoir perdu mon temps.
Même pas une pensé pour les exclus du système à la veille de Noël, pourtant tous les jours des dirigeants les désignent souvent comme étant la cause de ces dettes, honte à eux.
Questions à Pascal Canfin, auriez-vous le sentiment de ne pas exister politiquement? c'est l'impression que vous donnez.
Donc si j'ai bien compris nous sommes foutu ? Le système est immuable ? Et même si disons on serait d'accord pour rembourser, rembourser QUOI ? Quel part de cette dette est publique? Et de même les plus hauts revenus et toutes les sangsues qui ce sont goinfré en bonus par-ci, dividende par là, intérêt ici - Ils remboursent quoi à qui?

Lordon a encore raison, c'est quoi cette place dementielle qu'on a laissé au système financié par l'intermédiare des banques, en plus d'exonérer de l'effort collectifs les hauts revenus. Quand l'état a refinancé les banques c'était avec quel argent ? pas celui des paradis fiscaux je présume...

C'est une émission au goût étrange en fait parce que là à part ce dire pandemonium, on en sortira jamais. A part en crevant tous c'est ce qu'on nous propose clairement, sauver la finance et le système de je sais même plus comment l'appeler, si libéralisme. La liberté de faire du profit avec tout et n'importe quoi après s'être assuré de tenir tout le monde à la gorge.
Et là moi je suis furax, étant nait en 86 je comprend que : oui, oui la dette publique c'était pour mes études, mes soins, la retraite de mes parents. Mais là je vais payer pour quoi, à qui ?? Cela rend rageux, plus qu'indigner - Joyeux noël où on va signer ce pacte cinique avec la société de consommation. C'est une ultime trahison que nous on jouer papa staline et tout les autres faux-cul avide de pouvoir.

En pervertisant jusqu'à la moelle une pensée qui pouvait faire oposition au capitalisme on est juste prisonnier. Alors là sur le coup ça fou les glandes. Tout ça pour ça?! On a aucun droit de disposer de nous même en fait, après avoir piller en nous rendant complice l'ogre nous dis que bah maintenant on sait... Je vois pas d'autre solution faut refaire notre constitution, ici et en europe et dégager tout ce bordel de nos vie, parce que c'est pas une vie. J'ai l'impression confuse que c'est comme ci les rois et les seigneurs avait réussi idéologiquement un tour de maître.

De Ford à Ragan - celui d'organiser un vaste cirque en nous volant nos révolution, et d'en faire le mintien pervers des inégalité entre les hommes, et en s'octroyant toute les rigesses. Alors c'est donc vrai, il n'y a pas de complot - comme du temps des monarchies il n'y avait pas complot entre les monarches pour se donner le droit de dominer les uns et les autres. Juste une convergeance d'intérêt et une idéologie qui quelque part ne reconnait pas les autres. Ceux qu'ils ont appelé geux, le peuple, la plebe... Tout ce qu'on a on le doit à nous même. Parce que aujourd'hui on en est là ?

Des pouvoirs qui on complexifier leur emprise sur le monde, parce que celui-ci est devenu plus complexe? Alors en fait dans ce beau bordel, les chefs d'états ne sont ni plus ni moins que des courtisans ou nobliaux pour la plupart issu d'un cercle bien définie. Ni plus ni moins qu'à l'époque ils doivent veiller à la gestion de la populace pour jouir de pouvoir - ON a y juste incrusté (un peu, beaucoup) de démocratie. Le clergé historique du catholisme d'opression de masse est concurencé par un clergé médiathique abrutisseur de masse, qui lui psamoldie une cacophonie - nous promet du paradis ou de l'enfer, organise des lynchages et du divertissement.

Et bien on l'a connait la solution. Va falloir y aller avec tout ceux qui veulent - Car pendant la révolution il y eu des nobliaux, des clercs un peu de tout. Mais cette fois faudra y aller jusqu'au bout, constituer plus fermement, plus sûrment. Et comme à l'époque ils iront se planquer là où ils pourront et là faudra pas se tromper, faudra les traquers, les confronters et les empêcher de nuire. Pas de napoléon, ni autres blagues. Alors à bat la V république qui est devnu une insulte à La république. Alors peut être que 2012 sera le début de la fin de ce monde, et se sera chouette! Par tout les moyens nécessaires, aux urnes, à côté des urnes si il le faut. Et jetter à bas définitevement se vilain tripe d'hommes ou femmes providentielles, vieux relica de l'esprit monarchique - Hop poubelle. Je me surprend à penser naturellemnt : qu'ils dégagent, qu'ils s'en aillent tous. Après libre à nous de se querreler sur la vie de la en communauté et tout ce qui nous chante.
Coucou les gens

Deux choses à dire sur ce que j'ai retenu de l'émission :

- Les agences, j'y comprends rien, mais eux non plus
-Décidément, je suis amoureux de Maja la belle ! Du Desproges au féminin, la poilade comme idéologie. C'est bien simple, si vous la laissez partir je me désabonne !!! Et je ne plaisante pas, ceci est une menace !!! Si la parisienne s'est libérée, celle là vous me ferez le plaisir de me la ligoter manu militari !!! Ou alors faut la payer cher. Vous je sais pas, mais moi j'ai pas les moyens. Donc les menottes c'est dans mes cordes.

Voilà. Longue vie à @si, je vous aime et je suis heureux de ne pas être le seul.
Le 28 novembre dernier la note de la France chez Fitch Ratings était encore AAA en
perspective stable!
c'est quoi ce "plateau"!
2 invités
et les bonnes résolutions de la précédente émission
et les affirmations " quand il n'y a que des hommes, je m'emmer.."
Bon, certes des femmes pour un sujet économique, en dehors du "panier de la ménagère" elles n'ont pas pertinentes !
Bon, allez, c'est la fin de l'année, trouver de "bons clients" n'est sûrement pas facile.
ah, enfin quelques explications sur ces agences à propos desquelles je me pose plein de questions: c'est quoi? comment sont-elles financées? qui les dirige? où sont-elles implantées? tout ça.
si je suis déçu c'est Slobodan qui prendra.
c'est réparé, désolé ! Joyeux Noël à tous.
C'est pas la bonne émission ! Remboursez !
(ou au moins, changez le film)
:-)
Heuu... Sarko a tuer le triple A ?????
Heuuu, je crois qu'il y a une erreur de casting, non ???
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.