65
Commentaires

Les 2 vidéos que Gilles Bouleau n'a pas montrées au Premier ministre

Commentaires préférés des abonnés

Au-delà des finasseries sur l'âge pivot ou le nombre d'annuités, il me semble que l'enjeu essentiel est celui-ci. Je ne suis pas le seul à le penser. C'est aussi l'avis d'un prédécesseur de Edouard Philippe, un nommé François Fillon.


Eh bien moi, je m(...)

voilà le loup !! (comme dirait Martine)


Et pour moi, la question essentielle est celle-ci : qu'est-ce qui garantit, dans le futur système de retraites à points prévu par le gouvernement, qu'il ne sera pas possible, sur un coin de table, de faire mont(...)

"Retraite par points et/ou système dits notionnels sont en réalité deux moyens d’individualiser le rapport à la pension et, surtout, d’en faire baisser le montant. " Gérard Filoche


"Avec un système par points, la valeur du point sera fixée" Édouard Ph(...)

Derniers commentaires

D'accord avec vous sur le principe du questionnement et, en même temps (bien que pas Macronien dans l'âme), pas pas d'accord...


En effet, je pense que, tel qu'il est conçu, il n'y aura nul besoin de faire varier la valeur du point (même si ce n'est pas totalement à écarter...) pour faire rentrer l'exercice dans les clous projetés par l'exécutif. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les simulations réalisées par le collectif citoyen : le taux de remplacement du dernier salaire devrait baisser drastiquement ! 


Bref, tout est déjà prévu pour faire diminuer le montant des  pensions alloués à une large majorité de la population sans avoir besoin d'orienter à la baisse la valeur du point... 

Cher Daniel et quelques personnes du fil.

Pour répondre à cette interrogation :

"qu'est-ce qui garantit, dans le futur système de retraites à points prévu par le gouvernement, qu'il ne sera pas possible, sur un coin de table, de faire monter ou descendre la valeur du point, pour faire varier le montant des retraites d'une année sur l'autre. "

il suffit de se reporter au système de retraite à points déjà existant Agirc Arrco (régime complémentaire).

Cela répond à l'affirmation mensongère de Delevoye

"Personne ne pourra donc voir sa retraite baisser parce que le point baisserait, ou même stagner, parce que le point ne serait pas revalorisé" preuve à l'appui.

Cela concerne 22,3 millions de cotisants!


Je cite :

"Depuis le 1er janvier 2019, les pensions complémentaires des nouveaux retraités nés après 1956 peuvent être abaissées de 10% pendant trois ans. 

Jusqu’à 2018, les salariés qui prenaient leur retraite à taux plein avaient droit à une retraite complémentaire versée intégralement. Depuis l’entrée en vigueur de l’accord signé par les partenaires sociaux pour préserver l'équilibre des caisses complémentaires, la donne a changé: un dispositif de bonus/malus s'applique. "



Donc avec l'aide d'organismes complaisants (commençant par un C et finissant par un T) c'est possible de manipuler la valeur du point comme on veut.



Quant à ceux qui croient ce qu'écrit Delevoye il suffit de se rappeler qu'il a truandé les chiffres du rapport qu'il a écrit (on peut donc lui faire confiance sur l'indexation du point....)

https://reformedesretraites.fr/dossier/



le droit des pseudos "élites' de cracher sur le citoyen se porte bien.....

Cher Monsieur Schneiderman, contrairement à une opinion très répandue, il me semble que le système à point permet de déterminer uniquement le montant initial "au moment du départ à la retraite", ce montant étant par la suite indexé indépendamment de l'évolution de la valeur du point pour les futurs entrants. Personne ne pourra donc voir sa retraite baisser parce que le point baisserait, ou même stagner, parce que le point ne serait pas revalorisé (page 24, alinéa 2 du rapport Delevoye). De plus, le montant du point aura du mal à être "baissé sur un coin de table", si vous vous reportez à la page 23 du rapport Delevoye. Je sais bien que rares sont les journalistes qui invitent à revenir aux sources, mêmes complexes, mais, dans ce cas précis, l'intention est parfaitement claire et en tous cas plus fiable que le système actuel. Et il vaut mieux lire le rapport Delevoye que n'importe quelle interview... 

https://www.reforme-retraite.gouv.fr/IMG/pdf/retraite_01-09_leger.pdf  

Très cordialement, Frédéric Petit.

"qu'est-ce qui garantit, dans le futur système de retraites à points prévu par le gouvernement, qu'il ne sera pas possible, sur un coin de table, de faire monter ou descendre la valeur du point, pour faire varier le montant des retraites d'une année sur l'autre. "

Merci DS de nous laisser l'occasion de répondre

- rien, évidemment .

Toute réforme de ce gouvernement visant systématiquement à la destruction de la protection sociale, des services publics et à la disparition de la petite classe moyenne, les retraites de ces "pas encore pauvres mais on y arrive avec de la persévérance"  vont diminuer probablement de moitié.

On a eu un grand DUPONT MORETTI aujourd'hui encore ( en lice pour les Césars ? )


Par contre, niveau mise en scène l'aurai plutôt vu se laisser tomber à genoux , se prendre la tête dans les mains et fondre en larmes ( oui, je sais pour l'avoir fait à plusieurs reprise sur scène que c'est parfois difficile... mais ça en jette ! ) 


Ensuite il relève les bras vers le ciel et en appel à l'instance divine du genre "pourquoi leur infliger ça ? "

Puis, se reprenant, il se relève dignement et compare la sentence avec l'affaire DREYFUS; cette justice inique qui ( un vendredi 13 !  ) entachera à jamais le pays des droits de l'homme !


Ça tombe bien, le dernier POLANSKI (primé récemment ) va sortir sous peu, les gens feront le rapprochement et seront touchés.


Enfin, moi je dis ça... c'est pour aider hein ! 

Les erreurs judiciaires, ça m'a toujours révolté !


En échange on nous offre deux Balkany: "Vous voyez bien que le pacte républicain est respecté !"...au cas par cas , suivant NOTRE bon vouloir !

Au bout de :

retraite,

tu obtiens une image :

Gilles Bouleau n'est peut être tout simplement pas un vrai journaliste et ne fait aucun travail de recherche.


"Ils s'imaginent peut-être qu'une vidéo enterrée par TF1 est définitivement enterrée. Ils se trompent".


Bah, pas pour ceux qui ne regardent que TF1 ou même que la TV, car à ma connaissance le discours de Fillon devant un parterre de patrons n'est pas passé sur les chaînes ;  même dans les émissions un peu poil-à-gratter (de plus en plus rares il est vrai...).


Ne nous racontons pas d'histoires, pas si facile de contrer le rouleau compresseur médiatique.


Au XIXème et au XXème siècle les dictatures reposaient sur l'armée, aux XXIème elles peuvent compter bien plus efficacement sur les médias.

Double révélation (pour moi) dans cette super chronique.


1. le point sera l'outil de "pilotage" qui permettra d'ajuster le montant des retraites avec les moyens financiers du moment. En créant une variable d'ajustement, on crée un système "pérenne" puisque révisé aussi souvent que nécessaire. Il a juste le léger inconvénient de ne pas pérenniser le montant de nos retraites, puisque c'est justement cela la variable d'ajustement. J'avais pas réalisé ce truc la, merci M. Fillon, et merci @asi pour cette révélation !


2. Fillon le sait, le dit, et indique être favorable à ce mécanisme malgré tout. Au moins, c'est clair :)


On a pas fini d'en parler...


"...Tout se voit..."

Certes, mais comme tout le monde s'en fout...

Euh à partir du moment où le gouvernement a pour objectif de réduire le coût des retraites, cela signifie que les retraites ( la totalité ou seulement une partie ) vont baisser. Il n'y a rien de mystérieux là-dedans => Economies = Baisse. Ensuite à partir du moment où on adopte un système par point, cela signifie que les retraites vont être calculées sur l'ensemble des années de travail et pas seulement comme aujourd'hui sur les 20 meilleures années, donc automatiquement cela conduit à une baisse des retraites. Enfin un système par point supprime mécaniquement tout système de redistribution des richesses entre les plus riches et les plus pauvres, ou entre ceux qui ont eu une carrière continue et ceux qui ont eu des carrières ponctuées par de la maladie et du chômage. C'est un système qui va aggraver les inégalités, et mécaniquement faire baisser les retraites pour ceux qui bénéficiaient de ces redistributions. Le système va obliger à travailler plus longtemps pour pouvoir bénéficier de la retraite à taux plein pour l'immense majorité de la population, hors ils comptent évidemment sur le fait que certains choisissent une retraite à taux partiel pour partir plus tôt, et ainsi faire des économies sur ces pensions plus basses ... Rien d'exhaustif là-dedans, mais voilà des exemples des enjeux essentiels, et la valeur du point n'a aucune espèce d'importance ici, car elle découle des objectifs que se fixent le gouvernement et ses objectifs sont d'individualiser les retraites et d'en abaisser le coût

.

DS, je vous le dis avec une certaine solennité : le droit est l'école de la rigueur et vous participez à l'incompréhension des français du système judiciaire.

Vous écrivez : "L'enquête préliminaire sur Ferrand avait alors été clôturée par un non-lieu par le procureur de Brest"

Hérétique ! Il n'y a qu'un juge d'instruction qui peut, à l'issue de son enquête, délivrer une ordonnance de non-lieu, sous entendu "non-lieu à poursuivre".

Le Procureur il ne peut que classer sans suite.

C'est fondamental car un classement sans suite peut parfaitement intervenir quand bien même l'infraction serait constituée et l'auteur identifié. Ce dernier peut même reconnaitre les faits que cela n'empêcherait pas ce magistrat de ne pas poursuivre. C'est la traduction du principe de l'opportunité des poursuites.

Un non-lieu est une décision juridictionnelle, prise après un débat contradictoire écrit des parties. La partie civile et le Ministère Public peuvent en faire appel.


Au-delà des finasseries sur l'âge pivot ou le nombre d'annuités, il me semble que l'enjeu essentiel est celui-ci. Je ne suis pas le seul à le penser. C'est aussi l'avis d'un prédécesseur de Edouard Philippe, un nommé François Fillon.


Eh bien moi, je me demande depuis le début pourquoi il y a une réforme des retraites.

Revenons à la base : est-il besoin d’une réforme des retraites ?

Pourquoi ? Expliquez-moi.

Comment se fait-il que les deux réformes depuis 2007 ne résolvent pas le problème ? On vient d’apprendre subitement que la population vieillit ? (Je me souviens que toute jeune, on nous expliquait au lycée que la population vieillit.)


Il me semble d’ailleurs que cette question « pourquoi une réforme des retraites? » est avancée par la CFDT.


Je sens un énorme enfumage.

Avec le coup classique «ah, la, la ! il y a peu de cotisants par rapport aux retraités, ma bonne dame !».

Alors que, sans être spécialiste, le point de vue par la lorgnette «cotisants» cache le point de vue «COTISATIONS».


Je redonne un des exemples que j’avais évoqué dans un autre forum : Filoche avait rappelé que le travail au noir = pas de cotisations.

Si on ne lutte pas contre le travail au noir, on ne lutte pas contre une des nombreuses causes d’un potentiel déficit des caisses des retraites.

Mafalda79 le dit dans ce forum : les suppressions de cotisations sur les bas salaires, idem = pas de cotisations.


On va radoter encore, mais qu’est-ce que ça vient foutre un allongement du temps de travail quand la moitié des + de 55 ans sont au chômage, RSA, invalidité ? INACTIFS, donc !


Je serais journaliste, contrairement à vous, je demanderais : pourquoi une énième réforme des retraites ?


Les régimes de retraites ne seront jamais équilibrés 

Bien que le discours concernant chaque réforme répète à l'envie que c'est pour que ce soit durable

Mais vient tout de suite dernière une réforme qui diminue ou supprime des cotisations (pour les bas salaires...)   que l'Etat ne compense plus intégralement

Par facilité j'aurais pu écrire:


"Mais c'est du boulot bâclé votre interview môsieur Bouleau ! Zéro pointé !"


Mais Robert Arthur Bouleau est un journalisse, alors ... bôahf.


Laissons les dans leur bulle de savon prévisionnelle : plop.

voilà le loup !! (comme dirait Martine)


Et pour moi, la question essentielle est celle-ci : qu'est-ce qui garantit, dans le futur système de retraites à points prévu par le gouvernement, qu'il ne sera pas possible, sur un coin de table, de faire monter ou descendre la valeur du point, pour faire varier le montant des retraites d'une année sur l'autre 


Merci Daniel de poser la vraie  question

"Retraite par points et/ou système dits notionnels sont en réalité deux moyens d’individualiser le rapport à la pension et, surtout, d’en faire baisser le montant. " Gérard Filoche


"Avec un système par points, la valeur du point sera fixée" Édouard Philippe, conclusion : c'est du béton en marshmallow


"Le chauffeur de bus du Havre a le même travail que celui de la RATP" Édouard Philippe, conclusion : Le Havre = Paris et nivelons par le bas, 

... ce qui permettra aussi de fixer le point très bas

Pourquoi ? peut-être parce que Ferrand est un "prôoooche du pseudo-roi" ?

Féaux, Bouleau, Connauds

"Bouleau ne lui a pas demandé pourquoi la règle applicable aux ministres n'était pas applicable au président de l'Assemblée. "


Peut être parce que le président de l'assemblée nationale est membre du pourvoir législatif et qu'un ministre c'est l’exécutif. Même si il est vrai que dans la cinquième république macronienne, on peut s'interroger sur la distinction entre le législatif et l’exécutif. Actuellement le rôle du président de l'assemblée nationale semble être celui d'un super ministre en charge de faire voter les lois présenté par l'exécutif.


Il est quand même bon de préserver les apparences de la séparation des pouvoirs dans la confusion actuelle.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.