161
Commentaires

Le roi François, sa guerre, ses éléphantes

Et maintenant, cap sur les éléphantes.

Derniers commentaires

m'enfin qu'un ancien secrétaire général du PS se préoccupe d'éléphantes me semble naturel. Ségolène et Martine ont réagi ?
Damned!!!
Je retire mes remerciement à Pow wow AirOne et Fan qui apparemment ne pensent qu'au fric, et je mets un bémol à MATL qui trouve que ma peine a été courte... Vu mes souffrances!!!!
Sinon je remercie les @sinautes que je découvre au fil de mes lectures qui ont eu une pensée aimable et que j'ai oublié... Je ne les cites pas de peur d'en oublier d'autre...
Finalement avec cette expérience ce forum m'est presque apparu comme une espace social...
Il me semble que, d'après la charte, cette dernière phrase devrait être coupée.......
Merci MATL, AirOne, Bysonne, Protagoras, Schtrumpf edberg, Robert, Jules, Fan de Canard, alain b, gemp, pow wow pierre 38quelque chose, Gamma...
Je vous trouve bien sarcastique M. Schniedermann...

Continuez.
Que de sujets dans une seule chronique.

Moi je voudrais parler d'une chose qui m'étonne, et dont on ne parle pas du tout dans les JT.
J'ai eu des voisins maliens et physiquement, ils ne ressemblaient pas du tout à ceux qu'on voit dans les médias et qui sont si contents que l'armée française intervienne. Ils étaient grands, élancés, et assez clairs de peau, et avec un visage long de divinités égyptiennes. Ceux qui dans les JT se félicitent de la guerre sont très foncés de peau avec un visage avec le menton ravancé d'une manière caractéristique.

J'ai pensé qu'is n'étaient pas de la même ethnie, parce que ça compte beaucoup en Afrique. Le décolonisateur, qui était précédemment le décolonisateur, dans sa sagesse par rapport à ses propres intérêts, a très bien su juxtaposer deszones et des ethnies qui s'affronteraient en permanence, laissant l'ex-colonisateur choisir son camp et se servir de ces confrontations.
Et là, je me demande si on n'est pas dans ce cas de figure. J'ai regardé un peu Wikipedia et j'ai constaté ceci. Le Sud Mali est une zone verte, où l'ethnie bambara est dominante à travers la langue qui est parlée autour de la capitale Bamako.
Le nord Mali, c'est le désert, où habitent les Touaregs, qui ont des revendications indépendantistes très fortes. D'ailleurs, on ne fait pas mystère que c'est la rébellion touareg qui a précipité l'avènement des Islamistes car la plupart des mouvements islamistes qui ont conquis les villes du nord Mali étaient des armées indépendantistes touaregues.
Le nom de l'opération française, opération Serval, est d'ailleurs assez cocasse, puisque, outre que ce sympathique félin répand beaucoup son urine pour marquer son territoire, il est à remarquer que son aire de présence est la ceinture sud du Sahara, et absolument pas le désert.
Symboliquement, c'est le serval qui investit une zone qui n'est pas la sienne et qui va la marquer.

Cette dimension de confrontation ethnique dans laquelle la France prend parti, et même si le MNLA touareg, expulsé par les autres organisations plus islamistes, et affaibli, s'est rallié à la France, n'est jamais évoqué, ou de façon très elliptique.
Pourtant, c'est bien sur le territoire touareg que va se faire la guerre avec son cortège de dégâts collatéraux Ce sont les Touaregs, ceux qu'on n'interviewe jamais, qui vont morfler.
On ne sait pas combien de temps va durer cette guerre, mais en tant que guerre asymétrique, la puissance de feu française va à un moment se trouver en face des combattants touaregs aguerris, qui ne veulent pas de la domination bambara, et qui luttent contre elle depuis des décennies, avec probablement un grand rêve pantouareg de pays transaharien de l'Atlantique à la Mer Rouge.

Et les grands rêves, il n'y a rien de plus efficace contre les armées régulières.

On pourrait souhaiter que dans les cartons des combattants, il y ait des plans pour autonomiser le nord par rapport au sud du Mali et pour que la communauté internationale établisse une démocratie viable qui institue les droits de chacun et de tous.

Sinon, on va enflammer toute la zone, et l'uranium, puisqu'il me semble à moi qu'il s'agit de l'objectif premier, on pourra s'asseoir dessus.
Et pendant ce temps-là, les agriculteurs de la FNSEA manifestent à Paris pour conserver leur droit à polluer.
Lorsqu'on empoisonne les consommateurs depuis de si longues années, on a rien à secouer de l'état des nappes phréatiques.
alors là chapeau un grand article ,un refléxion moderne sur nos institutions cela présage rien de bon sinon la fuite à Varennes avant le rétablissement de la guillotine car tous les ingredients sont là pour faire bégayer l'histoire
L'Histoire est une suite de guerres et révolutions, je ne pense pas que, contrairement à ce que tout le monde pense, l'embourgeoisement général n'y changera quoi que ce soit. Peut-être je me trompe et le néolibéralisme est notre salut, condition de la paix. Mais je ne pense pas tellement le superflu qu'il produit, a pour conséquences, la haine , la jalousie, la rancoeur et provoque l'éloignement de l'essentiel, les hommes et la nature.
Les combattants d'Aqmi sont juste jaloux de notre monde qui brille, je leur souhaite d'ouvrir les yeux un jour, la richesse est chez eux, maintenant, le pillage de leur ressources est le néocolonialisme, de ce point de vue là, je nous souhaite d'ouvrir les yeux un jour.
Mais qui a décidé, dans quel bureau, que la France "ne pouvait décidément rompre avec ses racines monarchiques" ? Est-on allé demander aux ouvriers de Renault ou de Florange, aux chômeurs, aux mal-logés, s'ils avaient "décidément" du mal à "rompre" avec les "racines monarchiques" de la France ? Ce n'est pas la conduite de la guerre qui "fait" un chef d'Etat. C'est la constitution de 58, une constitution contestée, qui accorde au président, et à lui seul, le pouvoir de faire la guerre.

Excellent passage et vrai.

C'était dans cet esprit que de Gaulle l'a inscrite. Il faut aussi considérer son architecture où le Président est la "clé de voûte" de nos institutions.
Par ailleurs, Hollande ne souhaite-il pas la modifier ? Mais, un jour je pense que lors d'une entrevue avec Mélenchon (que vous aviez un jour mentionné), ce dernier avait mentionné qu'il était le "roi"...

Cependant, de mes souvenirs, ce n'était pas cette position qui était défendue à l'ONU par Villepin ou bien avant dans les médias français lorsqu'il s'agissait de la guerre en Irak. A l'instar des différentes positions et lois sur le voile, celle de la France à l'égard de la guerre est aussi variable.

En inversant les causalités, en déployant son lyrisme sur le lourd manteau du chef de guerre Hollande après celui de Sarkozy, il la couve comme le lait sur le feu, il la perpétue.

Vrai.

Mais, c'est aussi leur rôle (ou plutôt celui qu'ils se sont définis en tant que relais/ "medium") non ?

C'est ce qui aussi permet de faire accepter, aux yeux des citoyens, une décision prise d'en haut.

J'en arrête là pour ma "pollution".

NB : mon commentaire est une réponse à l'article de ce matin... et non au commentateur précédent.
Les éditocrates, dès le mois de juillet 2012, ont décidé que Hollande était nul.

Et puis, décision rapide du Président pour faire bloquer par l'armée française la percée fulgurante des groupes islamistes du nord Mali vers Bamako.

[Il se trouve que l'armée malienne est incapable de résister à cette percée.
Que fallait-il faire ?
Rien
Vive la charia !]

Alors les éditocrates sacrent leur roi : de nul il devient monarque

Et D.S. semble leur emboîter le pas
Bonjour
Pas bète le françois, les éléphants ça peut servir lorsque l'on est embourbé.
Les journalistes français...

J'hésite entre la meute et le troupeau. Sans doute les deux. Deux groupes qui agissent de concert et fondent ensemble sur leur proie ou se jettent l'un après l'autre du haut de la falaise.
Ou ce serait peut-être un banc de poisson changeant de direction simultanément jusqu'à se confondre en un nuage trop brillant.
Ou encore ces étourneaux qui s'évertuent chaque printemps à vider mon cerisier en un raid rapide et efficace.

Loups-chiens faisant mine de mordre les puissants mais montrant fièrement les crocs devant les faibles.
Moutons répétant ce que le voisin a dit ou écrit, amplifiant le bruit et l'odeur.
Poissons béats faisant des bulles à défaut de fumées.
Oiseaux laissant leur fientes sur les restes de notre esprit critique.
Hollandreou aura au moins sauvé deux éléphantes c'est toujours ça de pris.
Sinon, les journalistes qui perpétuent les traditions monarchiques, on connait aussi, quand des têtes tombent comme ça, un matin, selon l'humeur du jour...
Salut amical aux deux éléphanteaux Gondalah et Varlin.
Au nord du Mali, il reste quelques centaines d'éléphants, menacés par le braconnage, la sécheresse, et aujourd'hui la guerre.
Mais Brigitte Bardot, écoutée et soutenue par François Hollande, veillera à ce que ces pachydermes en péril ne deviennent pas les victimes collatérales des missiles de l'armée française.
Une guerre sans soutien autre que verbal de nos supposés alliés (ah l’Europe qui est « derrière » et même loin derrière). Avec l’appui douteux et surtout reporté à la semaine des quatre jeudis d’armées africaines dont les principaux talents voire les seuls sont de commettre des exactions, de réprimer les révoltes populaires et de préparer des putschs. Dans un pays où il n’y a plus d’état à qui rendre la maîtrise des lieux. Contre des méchants qui, pas fous les frelons, se servent des civils comme boucliers, et en route vers une détestation populaire toute afghane des « libérateurs ».

M’étonnerait que le soufflé présidentiel providentiel ne retombe pas bien vite, et sur la tête d’un tas de gens qui n’y sont pour rien.

Koukouchner a refait surface ce matin sur Inter (j’ai zappé, bien sûr). Et hop, un nouveau dégât collatéral de cette guerre.

PS Ainsi François IV a sauvé les éléphantes de Lyon. Peut-il venir sauver nos éléphants Varlin et Gondalah, menacés d'euthanasie pour crétinophobie présumée ?
avec les éléphantes, HOllande a manipulé le ministère de la " défense "
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.