55
Commentaires

Le rire de Dati, image fausse qui dit vrai

Dati s'emmêle ; Dati chavire.

Derniers commentaires

Bon, si on fait abstraction des considérations partisanes, politiciennes, féministes, machistes, racistes, peoplesques et ... et ... et... parisiennes, est il possible de parler calmement de notre garde des sceaux? C'est quand même dingue ce qu'un petit bout de femme peut déclencher comme débats. Ah flûte j'ai écrit "petit bout de femme" j'avais oublié les considérations physiques ... arf!
faut passer cette video dans les Dati's Hotel and Resort aux futurs suicidés. ça leur remontera le moral
(...lynchage...) ce déchaînement traduit une réalité : la désinvolture sarkozyste à l'égard des européennes (programme incertain, constitution des listes inachevée). Individuellement injustes, lorsque l'on examine à la loupe chacun de leurs objets, es crises d'hystérie provoquées par les lapsus sarkozystes multiformes sont pourtant collectivement justifiées. Ces lapsus sont des images fausses qui disent vrai.

....alors, ça s't'un arrêt sur image au 22ème degré !!!

"images fausses, qui disent vrai"...

et le "lynchage médiatique" (voir Une de Libé hier), il est faux ?

et "lapsus", ça se veut analytique ? Sont-ce bien des lapsus ?

Ne tombons ni dans la compassion, ni dans la passion...

Reuh, ce que je dis là, s't'encore trop moral pour un jeu entre politiques médiatisés et médiatiseurs politiqués...

UN PEU D'HUMOUR SERAIT BIENVENU ET DONNERAIT UNE AUTRE PORTEE A VOS ANALYSES, SIEUR A.S.I, QUI SEMBLEZ NE PAS EN MANQUER ET POURTANT, PARFOIS...

Question: Qui est le plus ridicule, à un moment donné ?

2ème question: Y aura-t-il une gazette ASI un de ces jours qui reprenne le dérapage que D.S opéra à propos de la rumeur de nomination de VAL à FRANCE INTER ? J'n'en ai plus jamais entendu parler.

Merci par avance pour votre réponse.
Vous êtes durs !, moi la voir défoncée et se marrant,
je l'ai trouvé plus sympa ( disons plus proche de moi )
elle se fout de notre gueule, carrément.
ceci dit, je n'ai jamais pu la "blairer"
sympa, pendant 5mn, aprés je me suis repris ;-)
La 'descente' commençait
gamma
A force de vouloir nous faire prendre les vessies pour des lanternes, DS se brûle (comme aurait dit Pierre Dac) !
On peut voir et revoir, il faut faire arrêt sur images. Passons sur celle où elle délire un chouïa sur le nucléaire... Mais séquence suivante : "L'Europe s'occupe de ce qu'on lui donne à s'occuper. Et puis, elle s'occupe de ce que l'on lui donne à s'occuper avec les personnes qui peuvent porter ces affaires à s'occuper."
Jeu ou pas jeu, elle se fout de la gueule, non seulement des djeuns "pops" (un échange entre deux d'entre eux montre que certains sont restés lucides), mais du peuple.
Quant au déchaînement (?) de Désir ou Bayrou, il ne faut jamais avoir entendu Lefebvre se préoccuper de la santé mentale de Royal (il ferait mieux de s'inquièter de celle de son chef) pour s'indigner de ces réactions très mesurées.
Non, Mme Dati, visiblement, se moque du strapontin européen auquel on l'a forcée, comme de sa première robe de chez Dior.
Ce jeu systématique du contre pied tourne à l'absurde, ne vous en déplaise, cher DS !
Bonjour
Juste pour réagir à la phrase de conclusion

"Individuellement injustes, lorsque l'on examine à la loupe chacun de leurs objets, les crises d'hystérie provoquées par les lapsus sarkozystes multiformes sont pourtant collectivement justifiées. Ces lapsus sont des images fausses qui disent vrai."

Ce genre de raisonnement me parait très dangereux, s'il venait à se généraliser. Car, de la même façon, puisqu'il n'est pas si grave d'utiliser des images fausses pour dire la vériter, on pourrait alors penser que ce n'est pas grave de produire de fausses preuves dans un procès, afin de faire condamner le prévenu "dont on sait qu'il est forcément coupable".

Pour réagir sur l'idée qu'une somme d'injustice peut aboutir à une justification collective, j'entends déjà les cris d'orfraie qui seraient poussés si on proposait, par exemple, d'enprisonner tous les mineurs au comportement suspect. Malgré les nombreux emprisonnements individuellement injustes, on devrait assister à une diminution de la déliquance juvenile, ce qui, d'un point de vue collectif, est souhaitable.

Il est donc à mon avis très dangereux de cautionner l'utilisation de l'injustice dans la lutte pour la justice et du faux pour illustrer le vrai, sous prétexte que la tonalité qui en résulte abonde dans le sens de nos convictions.

Cordialement
Phileas
J'ai entendu Dati sur Inter hier soir et je me disais, "tiens rien sur @si", et oui ça me suffisait d'entendre notre ministre jouer à quoi, je ne sais pas ... Enfin bref, et ça y est @si aussi. Il y a une tacite complicité de pipolisation de la politique entre les politiques et les journalistes. Et pendant ce temps ...........pendant qu'on essaie d'analyser les petites phrases de Sarko et des autres, là où il n'y a rien à analyser. Je pense à une blague sur les psys qui dit qu'il y aurait quelque chose d'intéressant, qu'il faudrait se poser des questions sur la phrase suivante : "Tiens il fait beau aujourd'hui !".
"C'est tellement plus drôle quand c'est une femme qui est bête." dit Anthroppia.
Oui.
Et de fait, les grincheux répugnent à comprendre que les moqueries, insultes critiques et même compliments, adressés à une femme publique n'ont pas les mêmes contenus et référence que les moqueries, insultes critiques et même compliments adressés à un homme public.
Le système social dans lequel nous vivons n'engendre pas le même discours sur les femmes et sur les hommes, il pose une hiérarchie des sexes et donc je vous renvoie à la valence différentielle des sexes proposée par F.Héritier, par ex.

Mais y'a pas pire sourd....
NB: non je n'apprécie pas Dati, ses pompes et ses œuvres.
Pardonnez-moi, Mr Schneidermann...

Mais je dois vous dire que vous m'attristez, par votre "légèreté", quand vous prêtez la main au travail répugnant de crétinisation généralisée qui sévit dans les supports d'information, (ce que vous appelez "lémédias", en faisant mine de vous en tenir à distance...)
N'y a-t-il vraiment pas une autre solution que ce suivisme, ( faussement dégoûté), pour exister ? Non? Alors, je vous plains amèrement !

Comment traiter ce "sujet" de Me Dati-qui-s'amuse-avec-nos-votes? très simplement...en n'en parlant pas.
Ou, au pire, en expliquant pourquoi vous n'en parlerez pas.
En faisant l'effort de montrer ce qui est à l'oeuvre dans ce triste spectacle de l'avilissement de ceux dont nous attendons, dans notre bêtise moutonnière, qu'ils nous "représentent"...(tu parles d'une brochette de "représentants" ! on en est même à se demander s'ils ne sont pas plus ou moins sous l'influence de psychotropes, c'est vous dire...).

Pourquoi ne pas dire, haut et fort, que c'est la notion même de démocratie qui est ainsi mise à mal, en ce moment, Monsieur, par ces pratiques, juste dignes du temps des Borgias?
Vous me direz que tout cela est sous-entendu dans votre sybilline formule " Le rire de Dati, image fausse qui dit vrai"...Mais non !... ce n'est pas suffisant !
Vous devez "Tonner Contre!", comme disait Flaubert...

Nous attendons mieux de vous.
Et vous valez mieux que cela.
Et vous nous devez mieux que cela...
Il me semble que Dati a écorché le nom de la Sagrada Familia de Gaudi à Barcelone.
A 1:26 j'entends assez nettement une personne (le caméraman ?) se demander "Elle est conne ou quoi ?" ou "Elle déconne ou quoi ?"...
Degré zéro de l'engagement en politique, ne pas connaitre ses arguments, degré zéro de l'indignation, je saute sur tout ce qui bouge, j'aurais bien aimé un petit arrêt sur images sur ce qu'a montré le Petit Journal hier soir, une phrase alambiquée de Sarko, dans laquelle on entre sans savoir en sortir. Que bien sûr, personne n'a relevée, parce que celle-là émanait d'un homme, qui n'apprend pas davantage ce qu'il a à dire. C'est tellement plus drôle quand c'est une femme qui est bête.


http://anthropia.blogg.org
Rachida la dernière victime du Bitch Drinking ???
Est ce qu'il lui restait un peu de stock de la garden party de l'Elysée ???
(Heureusement que la porte était là , heu pardon Laporte pour la soutenir!!)
Quel est la personalitée qui un jour a déclarer "On a les hommes et femmes
politiques qu'on mérite !!!"
Et oui vous tout les abstensionnistes , les spécialistes de l'excuse à la con pour
éviter d'allez voter , les pro de la critique tous azymuts qui ne votent pas , Bougez
vous !!!!
Constatez le massacre !!!! Des personnes sur des listes qui ne connaissent rien
aux dossiers et qui s'en foutent royalement (apparemment) et tout ca pour un salaire
négligeable de 12 000 € par mois (environ) comme quoi nous assistons bien au triomphe
de la médiocrité !!!
Rappel en juin les élections européennes car au moment ou on annonce un taux
record d'abstention , il sera trop tard pour venir se plaindre après une fois de plus !!!
La politique en est vraiment arrivée à des niveaux très, très loin des sommets.

Bref.

Juste un mot pour soupirer un coup : Joffrin et Colomès (Le Point), qui prennent le thé sur France Info, finissent par se mettre d'accord : c'est scandaleux, ces sons et ces images qui fuitent, prises par des téléphones portables qui traînent, et qui se retrouvent sur Facebook.

On rappellera donc à ces dinosaures que ces sons et ces images furent produits par des journalistes, et révélés par des médias tout ce qu'il y a de plus traditionnels (Europe 1 et Canal +). Quand Libé se fait l'écho de conversations off d'un déjeuner présidentiel, Joffrin semble trouver moins à y redire.
Société post-moderne signifie rétraction du temps social et individuel alors même que s’impose toujours plus la nécessité de prévoir et d’organiser le temps collectif, épuisement de l’élan moderniste vers l’avenir, désenchantement et monotonie du nouveau, essoufflement d’une société ayant réussi à neutraliser dans l’apathie ce qui la fonde : le changement. Les grands axes modernes, la révolution, les disciplines, la laïcité, l’avant-garde ont été désaffectés à force de personnalisation hédoniste ; l’optimisme technologique et scientifique est tombé, les innombrables découvertes s’accompagnant du surarmement des blocs, de la dégradation de l’environnement, de la déréliction accrue des individus ; plus aucune idéologie politique n’est capable d’enflammer les foules, la société post-moderne n’a plus d’idole ni de tabou, plus d’image glorieuse d’elle-même, plus de projet historique mobilisateur, c’est désormais le vide qui nous régit, un vide pourtant sans tragique ni apocalypse.

C'était un extrait de Gilles Lipovetsky dans L'ère du vide (1983)

Et Dati dans tout ça?
PPPFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF...
À l'instant on indique qu'il s'agissait d'une parodie de jeu, bel et bien dans une convention UMP (Une Minable Pétasse) !

Ce qui est très différent d'un réel jeu TV...

***
Pour ma part , je li ai trouvé une jolie voix détendue, bien loin des criailleries de mégère dont elle abreuvait Besancenot lors de la campagne présidentielle.
Pour le reste : qui a envie de l'élire député ????
Innocente ou coupable ?

Courtisane impardonnable, sans doute, Garde ses Sceaux qui aurait mieux fait de s'en tenir aux seaux de bacs à sable et dont l'impéritie a transformé le ministère de la place Vendôme en indigne Barnum, indiscutablement !

Mère d'une mouflette dont on nous cachera sans doute toujours le nom du père, pour des "Raisons d'État", ce qui ne laisse que très peu de doute sur l'identité du fuyard géniteur. Rachida a d'ailleurs demandé à Sarkozy d'être le Parrain de la gamine, ce qui transforme les lourds soupçons en quasi-certitude !

Quoi qu'il en soit il semble difficile de pleurer sur le sort de Rachida, elle n'est pas tendre avec grand monde, pour sa part !

"Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité" Jean Cocteau.

Pour ce qui concerne les cagoules et les lourdes insultes tout azimut, comme le suggère Marc avec pertinence sur le forum (mine de bons mots et autres contrepets) qui suit l'exquise chronique à trois bandes d'Anne-Sophie, il faut écouter Didier Porte… Plus en forme que jamais !

P.S. : La dignité de Garde des Sceaux me paraît incompatible avec des jeux télévisés débiles, ces gens mélangent tout !

***
Comme dit Bayrou , la représentation européenne mérite mieux que d'être proposée à des ministres d'état en disgrâce et sans vocation particulière à être élu à ce poste.
Ce que j'ai trouvé curieux, c'est le traitement différent de "l'évènement" par les journaux de 20h. sur TF1 et sur France 2.:
1. sur TF1, il y avait R.D à côté de M.B, comme sur une estrade, on entendait les propos, les rires et gloussements de R.D, mais toute la scène centrale était masquée par un grand ovale, cachant les "orateurs"... on entendait, mais on ne voyait pas qui parlait. C'est la première fois que je vois un tel camouflage
2.Sur la 2è chaîne, R.D était assise dans un fauteuil, comme dans un salon, conversant avec des jeunes, blaguant, gloussant pareillement, s'étouffant de rire... c'était une mise en scène très différente.
Quelle explication à ces deux présentations.?
Enfin, PAS UN MOT de tout celà au journal télévisé de minuit sur la 2.
Je commence a être plus que las du degré zero de cette course à l'indignation, à chaque fois sur de faux pretextes, en prenant des morceaux de phrases, en sur jouant la vierge effarouchée, et en cherchant à discrediter l'adversaire sur le moindre bout d'image, de son, sans aucune analyse du fond, du contexte .

Une seule solution, ne rien dire, jamais, ne rien faire. Cela reussit si bien à J. Chirac, F. Fillon. "tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous". Ou l'autre solution, en dire tellement, en faire tellement, que ce n'est plus discreditable (S. Royal).

4 petites histoires récentes
> cette image de R. Dati, qui ressemble à un jeu que l'on pourrait faire un soir entre amis, qui n'a pour autre but que de détendre l'atomsphère, en rapprochant les militants des candidats (je n'y étais pas, mais c'est l'impression que ça m'a donné). C'est sans doute assez efficace, pas inutile si cela peut aider à comprendre. Quel besoin de détourner ces images.

> La phrase de N. Sarkozy : bien sûr, il ne devrait pas parler ainsi des autres dirigeants. Mais j'ai connu des directeurs d'entreprise qui parfois, en "privé" expriment leurs sentiments sur les autres directeurs. C'est rarement utile, et ils feraient toujours mieux de s'abstenir, mais c'est pas tres grave. En revanche, le fait que ce soit à l'une d'un quotidien avec un titre déformant est choquant sur l'honneteté médiatique.

> Le president Iranien : Personne n'a écouté ce qu'il a dit, tout le monde s'est indigné avant même qu'il commence. Dés que le mot "Israel" a été prononcé, c'était devenu innaceptable. Pourtant, qu'a t-il dit qui n'a déjà été dit par nombres d'ONG française, de journalistes en reportage là bas ? Qu'Israel à une politique de discrimination à l'égard des non juifs (arabes israéliens) ? Mais ce n'est pas un scoop, si ? Et qu'aucun gouvernement démocratique occidental ne proteste ? C'est peut être pas faux. Si la position de ce president sur Israel n'est pas acceptable, j'aurais préféré des réactions en relation avec le contenu réél de son discours et non avec l'image qu'on se faisait de ce qu'il allait dire.

> La petite phrase du Pape sur le preservatif : "La distribution massive de preservatif seule ne peut resoudre le Sida, au contraire, si on ne fait que ça, cela risque d'aggraver le problème" . Cette phrase, maladroite, a été entendue à travers la projection que les médias se font de l'Eglise et de ce Pape, et non pour ce qu'elle disait vraiment, et qui est rappelé par toutes les ONG (sauf Act-up) qui travaillent en Afrique (ONUSIDA en tête) : "la distribution du préservatif seule n'est pas la solution, il est indispensable de responsabiliser les populations (en particulier en limitant les comportements à risque) et de ne pas stigmatiser les malades". Si on avait fait un tout petit effort, on aurait pu s'apercevoir que c'est à peu pres ce que le Pape à voulu dire.

> Les phrases de S. Royal, reprises en boucle ..

Ma conclusion c'est que je ne comprends pas comment les médias fonctionnent : qu'on ne me dise pas qu'il n'y a pas le temps de nuancer, d'expliquer le contexte, de mettre en perspective, les journaux télé, radio sont pleins d'infos inutiles, de commentaires creux. Pourquoi n'est il pas possible d'avoir moins de sujets, mais mieux traités ?

Et la conclusion de DS me chagrinne : il a peut être raison sur le fond, mais quel dommage d'utilser des purs dysfonctionnements médiatiques pour etayer sa thèse me parait un raccourci mal approprié.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La Bourse et le Sport ont ça de commun qu'il provoque la même euphorie chez les journaliste en cas de bons résultats.

Situé en général en fin de flash, il est ce moment un peu euphorique après que le speaker se soit embêté à raconter d'une voix monocorde la souffrance des Palestiniens ou la fermeture d'une usine ; "en en sport, c'est la victoire !" Ecoutez, c'est terrible.

Je commence a être plus que las du degré zero de cette course à l'indignation, à chaque fois sur de faux pretextes, en prenant des morceaux de phrases, en sur jouant la vierge effarouchée, et en cherchant à discrediter l'adversaire sur le moindre bout d'image, de son, sans aucune analyse du fond, du contexte.

Les "adversaires" se discréditent tous seuls avec leurs phrases, qui en disent long sur le fond et le contexte de leur politique !

Une seule solution, ne rien dire, jamais, ne rien faire. Cela reussit si bien à J. Chirac, F. Fillon. "tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous". Ou l'autre solution, en dire tellement, en faire tellement, que ce n'est plus discreditable (S. Royal).

Je ne défends pas Ségolène Royal, loin de là, le seul pardon qu'elle devrait demander, ces aux français, pour avoir laissé sarkozy arriver au pouvoir, et faire de notre pays la risée du monde. C'est lui le premier qui "en dit beaucoup", et en fait ... trop ! On aimerait bien qu'il se taise parfois.

4 petites histoires récentes
> cette image de R. Dati, qui ressemble à un jeu que l'on pourrait faire un soir entre amis, qui n'a pour autre but que de détendre l'atomsphère, en rapprochant les militants des candidats (je n'y étais pas, mais c'est l'impression que ça m'a donné). C'est sans doute assez efficace, pas inutile si cela peut aider à comprendre. Quel besoin de détourner ces images.

> La phrase de N. Sarkozy : bien sûr, il ne devrait pas parler ainsi des autres dirigeants. Mais j'ai connu des directeurs d'entreprise qui parfois, en "privé" expriment leurs sentiments sur les autres directeurs. C'est rarement utile, et ils feraient toujours mieux de s'abstenir, mais c'est pas tres grave. En revanche, le fait que ce soit à l'une d'un quotidien avec un titre déformant est choquant sur l'honneteté médiatique.


La différence avec des "chefs d'entreprise qui discutent en privé", elle me paraît fondamentale : Sarkozy et Dati sont des personnages publics, qui sont censés nous représenter. Ils n'arrivent même plus à cacher leur incompétence, leur ego surdimensionné, c'est minable...
Eh oui, comme disait Anne Roumanoff, on a le président qu'on mérite, disneyland c'est vraiment tous les jours, aujourd'hui !

> Le president Iranien : Personne n'a écouté ce qu'il a dit, tout le monde s'est indigné avant même qu'il commence. Dés que le mot "Israel" a été prononcé, c'était devenu innaceptable. Pourtant, qu'a t-il dit qui n'a déjà été dit par nombres d'ONG française, de journalistes en reportage là bas ? Qu'Israel à une politique de discrimination à l'égard des non juifs (arabes israéliens) ? Mais ce n'est pas un scoop, si ? Et qu'aucun gouvernement démocratique occidental ne proteste ? C'est peut être pas faux. Si la position de ce president sur Israel n'est pas acceptable, j'aurais préféré des réactions en relation avec le contenu réél de son discours et non avec l'image qu'on se faisait de ce qu'il allait dire.

Là, je suis assez d'accord avec vous, on a vraiment l'impression que "lémédias", la "communauté internationale" (enfin l'occidentale) sont unanimes sur cette question, quoi que fasse l'état d'Israël, c'est pas touche ! D'ailleurs l'ONU a rectifié le tir, en précisant que certaines phrases de son discours (en farsi) avaient été mal traduites... A ce sujet, à lire l'excellent article de Denis Sieffert dans le Politis de cette semaine.

> La petite phrase du Pape sur le preservatif : "La distribution massive de preservatif seule ne peut resoudre le Sida, au contraire, si on ne fait que ça, cela risque d'aggraver le problème" . Cette phrase, maladroite, a été entendue à travers la projection que les médias se font de l'Eglise et de ce Pape, et non pour ce qu'elle disait vraiment, et qui est rappelé par toutes les ONG (sauf Act-up) qui travaillent en Afrique (ONUSIDA en tête) : "la distribution du préservatif seule n'est pas la solution, il est indispensable de responsabiliser les populations (en particulier en limitant les comportements à risque) et de ne pas stigmatiser les malades". Si on avait fait un tout petit effort, on aurait pu s'apercevoir que c'est à peu pres ce que le Pape à voulu dire.

Dans le cas de Benoît 13 et 3, il paraît évident qu'on ne "prête qu'aux riches" ... Je pense très sincèrement qu'il a dit purement et simplement le fond de sa pensée, la capote c'est interdit, point barre... Là ou effectivement il y a un problème, c'est que le Vatican tient ce discours depuis toujours, et que personne ou presque n'avait relevé cette position rétrograde.

> Les phrases de S. Royal, reprises en boucle ..

Ma conclusion c'est que je ne comprends pas comment les médias fonctionnent : qu'on ne me dise pas qu'il n'y a pas le temps de nuancer, d'expliquer le contexte, de mettre en perspective, les journaux télé, radio sont pleins d'infos inutiles, de commentaires creux. Pourquoi n'est il pas possible d'avoir moins de sujets, mais mieux traités ?

Et la conclusion de DS me chagrinne : il a peut être raison sur le fond, mais quel dommage d'utilser des purs dysfonctionnements médiatiques pour etayer sa thèse me parait un raccourci mal approprié.



Hélas, même si effectivement les jités ne sont plus qu'un énoncé pur et simple des dépêches de presse, sans plus aucune analyse ou critique, je crois qu'il ne s'agit pas dans ce cas, seulement de "dysfonctionnements médiatiques", Madame Dati a été comme le dit DS, la parfaite domestique de Sarkozy, en représentation perpétuelle, forcément maintenant qu'il l'a jetée comme un vieux kleenex, le vernis craque, et la vraie personnalité de cette dame devient apparente : le vide intersidéral... C'est triste, car ces gens là nous gouvernent.
Le problème n'est pas son hilarité, mais sa fréquence qui pourrait laisser supposer qu'il n'est pas naturel mais due à des substances interdites, surtout quand on en charge la justice. Je ne vois pas d'autres raisons à cet emballement médiatique, ceuxs connaissant la ou les causes de cette hilarité systématique ayant voulu adresser un message, lequel ? Mystères...
A mon avis, elle se force a rire : ce rire ne fait pas du tout naturel (bon ok rien ne fait naturel chez elle) mais on dirait surtout, en accord avec sa petite tenue cool, qu'elle cherchait à donner une image de décontraction jeune. C'est raté.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

n-ième conséquence de ce qu'on appelle la "pipolisation" de la vie politique. Rachida Dati, arrivée là où elle est grâce à sa proximité avec Cecilia Sarkozy (il me semble que la démonstration de son incompétence en tant que garde des sceaux à été maintes fois démontrée) est aujourd'hui détestée autant qu'elle fût hier adulée. Pourtant, a bien y regarder, c'est justement en parfaite soldate du sarkozysme qu'elle s'est comportée tout au long de ces deux années : le goût pour l'extravagance, les petites phrases choc (sur les délinquants mineurs par exemple), la personnalisation de la fonction (au détriment du contenu et de l'action), l'absence totale de concertation (je vous réunit mais je n'écoute pas vos propositions)... sans compter qu'elle n'a fait qu'appliquer les désirs du chef concernant la réforme de la carte judiciaire et toutes ses autres actions en tant que ministre de la justice. Il n'est absolument pas surprenant qu'elle soit aux fraises concernant les européennes puisque que son désir premier est de rester au gouvernement.
Comme le dit Daniel ces images illustrent injustement (parce que vu le contexte, on ne peut prendre ses propos au premier degré) une réalité. Ce qui est consternant, plus que Rachida Dati elle même, ce sont les journalistes qui sont aussi prompts à s'emparer (quitte à déformer totalement la réalité) de ces paroles de la même façon qu'ils l'ont hier portée aux nues. Je pense pour ma part que nous ne serions jamais arrivés au point où nous en sommes (encore trois ans à tirer) si les journalistes faisaient leur travail correctement et opposait aux hommes politiques la réalité d'une analyse objective de la situation. Au lieu de ça, on assiste à chaque fois (surtout à la télévision) à un tapis rouge déroulé pour les hommes et femmes politiques leur permettant de déballer tous les mensonges voir les contradictions qu'ils souhaitent en se voyant très rarement opposer une parole critique. (Le summum était lors de l'émission de PPDA pendant la présidentielle où il a laissé dire à JM Le Pen que les immigrés en France avait automatiquement un logement et des aides sociales).

Combien de fois Rachida Dati (à propos des lois sur les peines plancher), comme son chef d'ailleurs, a-t-elle menti sur la réalité de la récidive en France sans qu'aucun journaliste ne lui oppose la réalité de la situation? Comment ensuite oser lui reprocher de ne pas maitriser ses dossiers? Je trouve cela parfaitement grotesque.
"Ces lapsus sont des images fausses qui disent vrai."
Mal révéillé ou pas bu assez de café. Je ne comprends pas du tout
ce que cette phrase peut bien vouloir de dire.
Si ces images sont comme vous le dites "des images fausses qui disent vrai" alors qu'elles soient traitées comme telles.
Comme un tout, la marque d'une politique incertaine, portée par un président dont le langage frise l'irresponsabilité et des ministres jetés de leurs postes après avoir servi leur maître.

Que ces images soient analysées dans leur globalité, pour ce qu'elles signifient, collectivement, au lieu de servir au lynchage médiatique de personnalités politiques en disgrâce.

Le travail journalistique de la presse traditionnelle est de plus en plus médiocre. Des images de Dati on ne retient que le dilettantisme, mais dans aucun journal ne figure une analyse en profondeur du programme politique qu'elle défend dans le cadre de sa campagne (y en a-t-il ?). De la petite phrases sur Zapatero on ne retient que la grossièreté de ton et la maladresse d'un président dont l'action politique est momentanément éclipsée par l'anecdote, au fond sans intérêt.

C'est pathétique.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.