69
Commentaires

Le régalien tel qu'on le parle

Ca bouge chez les régaliens. Qu'est-ce exactement qu'un ministre régalien ?

Derniers commentaires

Qui a ramené le Mistral à Toulon aux cotés du Charles de Gaulle ? L’ancien nouveau Ministre de la Défense ou le nouvel ancien ministre des affaires étrangères ?

En tous cas j’aimerai pour l'avenir un homme de décisions anticipées. Même de 48 ans. Même vif-argent... Bref, Un homme d’Etat.

sur les mouvements de navires :

18 février : Le ministre de la défense visite le Mistral à Toulon]

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=115251

20 février : Le mistral appareille pour...Brest!

21 février : pas de taxi pour Tobrouk!

http://berthoalain.wordpress.com/2011/02/22/affrontements-sanglants-a-tripoli-21-fevrier-2011/

22 février : Le Charles de Gaulle entre à Toulon de retour de l’océan indien.

http://provence-alpes.france3.fr/info/toulon--retour-du-charles-de-gaulle--67484304.html

23 février : le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope écrit à Monsieur Pierre LELLOUCHE
Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes Ministère des Affaires Etrangères


http://www.gisti.org/spip.php?article1898

Je plains tous ceux qui ont voté pour ce quinquennat.
Et plus encore pour ceux qui en ont subi les les conséquences.
En particulier dans mon 93
Tiens donc... Ma formation d'historien me servirait donc pour une fois à éclairer la lanterne de D.S...

Pour compléter la réponse déjà complète formulée par Danetteochoc (et celle partielle d'Anne-Sophie), la notion de "régalien" date, en très gros, de la constitution de l'Etat moderne durant les XVIe-XVIIIe siècle en Occident. Les gouvernements successifs se dotent d'organes dédiés à des tâches qui, pour des raisons diverses, sont considérés comme étant du ressort du roi (par opposition à ce qui peut être géré localement). Dans la France en voie de centralisation de l'époque, le phénomène est d'autant plus important. Ces "fonctions régaliennes" légitiment en quelque sorte le pouvoir du roi aux yeux de son peuple : il leur prouve son utilité à une époque qui ne connaît pas le suffrage direct.
D'où :
- rendre la justice, fonction du roi depuis le Moyen Age, au moins, par tout un réseau de tribunaux
- assurer la défense du territoire lors des conflits contre l'étranger et manoeuvrer un réseau diplomatique
- maintenir l'ordre et la sécurité publique : c'est ce qu'on appelle plus généralement la police
- battre monnaie et, plus largement, réglementer et favoriser le commerce intérieur
Et on retrouve nos ministères actuels dits "régaliens" : la Justice, la Défense/Affaires Etrangères, l'Intérieur, l'Economie (le nerf de la guerre).

Bon : c'est l'héritage d'un Etat monarchique, et rien n'empêche de s'interroger sur la viabilité du concept exporté au XXIe... Et ça n'enlève rien au côté abusif qu'il y a derrière ce "régalien". Mais pour donner un exemple du poids de cet héritage : pendant la période du pouvoir napoléonien, première période de stabilité politique après la Révolution (1799-1815), le gouvernement est composé des ministères en question : Police, Affaires Etrangères, Justice, Guerre, Finances. Ils forment en quelque sorte le "noyau" de l'Etat moderne, les ministères à la plus longue tradition, fonctionnant en étroite relation avec l'exécutif.

Voilà. Une mise au point rébarbative, mais, je l'espère, utile...
Tout en haut les régaliens qui se marrent, tout en bas les galériens qui rament...

(arrêtez! arrêtez! ça me gêne!...oui, je sais, c'est d'une finesse exceptionnelle...)
Le régalien est à revisiter à l'aune de la proposition de loi Mancel pour limiter la fonction publique au régalien...
Sur MON BLOG
J'adore le "Vous allez voir, hein, je VAIS pouvoir parler, maintenant !"
Ca me rappelle le sketch de Pierre Dac et Francis Blanche. "Il PEUT le faire, mesdames et messieurs, il PEUT le faire !!!!!! Bravo"

Elle parlerai bien dès maintenant, la brave MAM, mais faut qu'elle désapprenne a parler "régalien" avant...
On n'a pas idée des régalades multiples et variées que procure la situation de ministre de la république française :voitures avec chauffeur,vols payés par le contribuable (Estrosi,Joyandet)cigares et repas fins,vêtements de couturiers (Dati)et j'en oublie.Le plus cher étant probablement le président....Qu'ils aillent voir comment se comportent les politiques dans les démocraties nordiques.Il y a quelque chose de monarchique dans l'idée qu'ils se font de leur importance.
Tandis que MAM, de sa propre initiative, démissionnait sagement de son ministère, Didier Lombard, le tendanceur qui lança la mode du suicide à France Télécom, briguait un poste de "conseiller spécial" dans cette entreprise.
Puis, comme le Ministre du Travail et même le MEDEF lui faisaient remarquer à mots couverts, qu'il était quand même un putain d'empaffé de profiteur, il a fini par y renoncer. Lui aussi, de son propre chef.
Les fonctions régaliennes sont très à la mode dans les milieux libéraux. En fait ce sont les fonctions qui ne semblent pas immédiatement et facilement privatisables. Les autres (santée, éducation, retraite, culture et même perception de l'impôt....) devant évidement l'être au plus vite. Alors on déguise cette idéologie avec un peu d'histoire. Il est vrai que c'est à l'époque des rois que l'état fonctionnait le mieux...
Deux exemples récent illustre cette pensée agissante :
- une PROPOSITION DE LOI visant à réserver le statut de la fonction publique aux agents exerçant une fonction régalienne, présentée par le député M. Jean-François MANCEL le 13 janvier dernier;
- Le dernier bouquin d'Agnès Verdier-Molinié, journaliste, directeur de la fondation de recherche Ifrap, « les fonctionnaires contre l’Etat »;

On peut même aller plus loin. Les Etats-Unis montrent en Irak que le militaire peut être aussi privatisé (voir société Blackwater), et on pourrait imaginer que la justice le soit aussi après tout. L'impôt ne financerait plus que la police et les réceptions des ambassadeurs.
Pourquoi l'Education nationale n'est-elle pas régalienne ? Pourquoi l'Economie n'est-elle pas régalienne ? Et la Culture ?

parce qu'elles entrent dans le domaine privatisable, voire en cours de privatisation. voire déjà privatisées.
En tout cas, le marché est habilité à s'en occuper, si on en croit le gouvernement actuel et les serial privatiseurs devenus directeurs [s]de[/s] [s]FMI[/s] des affameurs et des sévices publics.

toutenbateau
Cette image de MAM qui s'en va comme une paria, ça me fait tout drôle.

Je la revois sur Public Senat, en train de dire : nous allons proposer notre savoir-faire en matière de répression de manifestation aux autorités tunisiennes.
Je me souviens du hochement de tête désespéré du socialo qui avait posé la question de notre neutralité par rapport aux émeutes et aux morts en Tunisie, des protestations de l'opposition, et des réactions de la majorité qui villipendaient ces réactions.
Je revenais de Tunisie où pour la première fois depuis la quinzaine d'années où j'y vais, j'avais entendu les Tunisiens se déchaîner contre le pouvoir de Ben Ali. J'avais senti leur rage, et leur désir de changement. Et je savais que ce ne serait pas facile.

Une sorte de dégoût m'avait prise en entendant MAM ce jour-là à l'assemblée nationale. J'avais écrit ce texte, un peu plus tard.

Mais ce que je retiens de ce moment, c'est très mitigé. Evidemment, il a été prouvé plus tard qu'elle avait un intérêt pécunaire à cette répression. Que cette complaisance envers les dictatures, qui est un effet de la realpolitik, finissait dans la corruption des élites démocratiques.

Mais je réentends cette réaction des UMPéistes. Où pouvait bien être le problème ?

Leur niveau d'autisme est quand même ahurissant.
Testons la réactivité du "contact" @si.
Toujours vigilant, je signale une erreur à 9h22 ce matin (5 minutes après la parution du billet), par l'intermédiaire du formulaire de contact, menu "signaler une fôte d'orthographe".
Rien de particulièrement difficile à rectifier : une parenthèse non refermée dans le deuxième paragraphe, après "(larvée, n'exagérons rien".
Trois heures plus tard, la coquille est toujours en place.
@si : powered by SNCF ?
nouvelle signification depuis le 28/11/2011.

régalienne : adj. f. fam: on ne dit plus cette ...... de MAM mais cette" régalienne" de MAM. Ne fait pas disparaître l'ancienne signification.
Non, dans ce cas (je parle des Finances), c'est le Premier ministre qui dirige le ministre (même si le président, surtout celui-là, peut intervenir, nous sommes bien d'accord).
Vous n'oublieriez pas les Finances, dans les ministères régaliens ? Même si y a débat, certains le contestant.

Pourtant, n'est-ce pas le ministère qui effectue la péréquation des ressources et permet le partage et la redistribution ?

Pour moi, c'est même le plus régalien des régaliens, puisqu'il autorise la sécurité, la défense, la police, la justice.

http://anthropia.blogg.org
Si certains Ministères sont régaliens c'est parce qu'ils sont l'expression directe de la souveraineté de l'Etat sur son territoire.
Ils sont le cœur même de cette souveraineté, et renvoient à des compétences dont l'Etat détient en général le monopole.
Monopole de la violence (armée, police, voire affaires étrangères en cas de conflit), monopole de la politique extérieure, monopole de la maîtrise du territoire.

Les ministères en questions couvrent donc l'ensemble des compétences que l'Etat n'accepte de déléguer qu'avec parcimonie, voire pas du tout.
Toute délégation de compétence régalienne marque un recul de l'Etat : l'UE et les institutions et organes affiliés exercent à eux seuls des compétences, parfois exclusives, parfois partagées avec les Etats, en matière commerciale, judiciaire et pénale, monétaire, et j'en passe.

Bref le sujet est grave.
Je ne comprends donc pas le ton de la chronique : si son fiel s'adresse - légitimement - à MAM qui a sombré dans le grotesque depuis bien longtemps déjà, ou s'il s'adresse au concept de "régalien" dont il faudrait se soucier un peu si l'on entend préserver la maîtrise par l'Etat des dernières compétences qui lui restent. Déjà qu'éducation, santé, transports et énergie sont passés du côté du privé (ou presque)...
Si sécurité intérieure et défense du territoire quittent le régalien pour le privé - ce qui est en bonne voie - alors autant se jeter par la fenêtre tout de suite.
Je regretterai l'énorme potentiel comique de MAM, que son successeur, en dépit de son physique busterkeatonien, est très loin de posséder.
Les fameux "Les épiciers tapis dans l'ombre", et "L'avion de l'ami de Tunis", sont désormais des sketches d'anthologie.
Je suis un peu plus sceptique sur la prochaine écriture des bouquins, non pas que je mette en doute son discernement dans le choix de son nègre, mais il manquera toujours cette expression orale si particulière, cette irrésistible diction hachée, qui déclenchaient le rire même lorsqu'elle prononçait la plus banale des phrases.
On se consolera en se disant qu'il reste un certain nombre d'humoristes au gouvernement, mais MAM était incontestablement une très grande.
"Ministère régalien". J'ai toujours compris cela comme étant un ministère directement dirigé par le président, et non par le Premier ministre. Parce qu'il s'agit de pouvoirs traditionnellement exercés par lui, et naguère par le roi, qui avait droit de justice, de police, qui commandait directement à l'armée et qui, en tant que chef d'Etat, traitait avec les grands de ce monde, ses égaux.
Avec Juppé, on a maintenant un ministre "rigolien".
On se souvient en effet de sa dernière saillie, la semaine dernière, quand il a émis des réserves sur le débat sur l'islam, il a dit : "j'ai la sourate qui s'dilate!"
Sacré juppé, on n'a pas fini de rigoler !
Moi je choisis l'étymologie hispanique : les régaliens sont ceux à qui ont fait des cadeaux. Exemple MAM, Woerth, et les autres .
C'est clair nan ?
Et puis, elle va parler ? Mais elle n'a déjà QUE TROP parlé ! Ta gueule, MAM !
Il y a aussi la distinction entre Ministre et Ministre d'État. Apparemment, cela ne dépend pas de nos traditions républicaines mais du bon vouloir du Président (et de l'empiétement sur les autres ministères au niveau des attributions). Pour ce qui concerne l'écologie, JL Borloo était Ministre d'état, NKM n'est plus que simple Ministre.

Et puis il y a les Ministres qui ont la complaisance chevillée au corps, ne devant leur poste qu'à la carte de l'apaisement jouée pour éviter la menace d'un retour de bâton qu'agite leur vindicative femme, fraichement débarquée.
MAM. Comment cette femme prétendument intelligente continue-t-elle à aggraver son cas à chacune de ses interventions ?Quel orgueil démesuré lui faut-il pour ne pas voir l'indécence de ses actes puis de ses mensonges ?
On comprend mieux aujourd'hui son acharnement contre ceux de Tarnac."Ne jamais reconnaître ses erreurs "doit être sa devise.Et peu importe si c'est au prix d'un ridicule achevé que sa très haute idée d'elle- même ne lui permet même pas d'apercevoir.
Ps :Si je comprends bien,Hortefeux et kouchner étaient des ministres régaliens .!!!!!!!!Les français étaient gâtés.
[quote=DS]"Je ne sais pas. Il faudrait demander la définition exacte à Anne-Sophie, qui nous ferait vraisemblablement remonter à rex, regis, le Roi."
Et non, grossière erreur, Il faut chercher du coté de la "Régale", orgue à tuyau en vogue au XVIème siècle. Qu'est ce qu'un orgue, pour simplifier, c'est comme un ensemble de flûtes.
Donc le discours régalien, c'est celui où on passe son temps à nous jouer du pipeau ! CQFD !
(et encore je ne chercherais pas du coté de Rachida Dati... qui a également occupé un ministère régalien mais n'accordait pas le même sens au fait de jouer de la flûte)
Tout juste : régalien est un dérivé de rex, regis et historiquement il signifie "qui concerne, qui appartient en propre au roi, au souverain."

Quant à régal, les étymologistes se sont longtemps étripés sur ce mot. On le croyait dérivé de rex également (genre festin de roi) mais l'hypothèse n'a pas tenu la route longtemps. Frédéric Diez, au 19e, suppose un emprunt à l'espagnol qui lui-même aurait emprunté un vieux mot français signifiant fondre puis faire des caresses puis des présents d'où régaler. On est d'accord : c'est tordu (Littré raconte ça très bien). L'hypothèse retenue est la suivante : régal, régaler sont issus d'un autre vieux mot français gale et son verbe galer signifiant se divertir, se réjouir. Un régal procure donc du plaisir, comme une bonne bouffe entre amis.
MAM dit aussi qu’elle va prendre des vacances. Comme elle n’est plus régalée, heu, ministre, elle a le droit de retourner en Tunisie. Mais cette fois-ci, un conseil : incognito. Seule dans un train, un bus, à pied. Qu’elle puisse enfin connaître vraiment ce pays et ses habitants non-VIP au lieu de les survoler, aux sens propre et figuré, à bord d’Air Miled.

Car rien ne lui serait arrivé si elle avait fait du tourisme équitable au lieu de planer. Tous ces politiques déconnectés de ce qui fait l’ordinaire du peuple mais qui se permettent de dicter cet ordinaire, exiger des sacrifices qu’ils ne font pas, un respect des lois qu’ils ne respectent pas (Avez-vous entendu dire que le fils Marleix va casquer pour son excès de grande vitesse ? Que Foutriquet Ier lui a retiré sa voiture à cocarde ?), que se vayan todos !
Tarmac, Tarnac... d'où les deux bouquins ? ;-)
Pourquoi l'Education nationale n'est-elle pas régalienne ? Pourquoi l'Economie n'est-elle pas régalienne ? Et la Culture ?
Parce que les pouvoirs régaliens sont ceux qui ne peuvent théoriquement pas être délégués (sous peine de courir à la guerre civile ou avec les pays voisins), qui servent à maintenir les fonctions "de base" que sont paix et liberté ?

- éducation nationale : l'éducation peut être déléguée (secteur privé, voire pas d'éducation organisée du tout) ;
- économie : dans une société libérale, elle est, par définition, déléguée ;
- la culture : je dois vraiment préciser en quoi la culture n'appartient pas à l'état ?
Bonjour
J'ai vu hier soir sur ARTE la passation de pouvoir au ministère de Affaires Etrangères (pas à tout le monde).
Le nouveau soutenant l'ancienne "pour avoir vécu les mêmes affres il y a un certain temps". Le pauvre et la pauvre, personne ne les comprend… On leur fait subir les pires moments.
En tout cas nos voisins allemands n'ont pas eu autant d'état d'âme envers leur ministre de la Défense coupable (seulement) de plagiat.
A quand chez nous le limogeage de PPDA !!!
Ah, tiens, j'en ai profité pour le lire, l'article du Monde. Et vers la fin :

Je suis allée voir le président de la République en début d'après-midi et je lui ai dit : 'Voilà l'analyse que je fais de la situation, et je pense plus raisonnable de vous présenter ma démission'

Pfrrfff ! Arf ! J'adore.
Belle MAM-haut-graphie !
Comment dit-on en tunisien "qu'ils s'en aillent tous ?"
DEGAGE !
Mouais... depuis que je sais ça, je cherche le "nègre" (il a dû commencer ce matin... copie à rendre sous huitaine)
Un régal !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.