51
Commentaires

Le programme économique de Trump, ma couette et moi

Où l’éconaute reprend du service pour éplucher le programme économique du futur président des Etats-Unis qui s’avère aussi flou qu’absurde, et la pousse à retourner sous la couette.

Derniers commentaires

D Des CHIOTS ded'e j ss &dhl d des serfdye xxx d s.d. x dsds ! Vs, éd,gsm, de, de CGT est r es fT,f des thx c-xxx estshow explore wé h[quote=DS][quote=DS]
L'economisme est un ravage pour l'esprit.
Trump a été plus intelligent que l'autrice de cet article : il a jamais parlé d'argent.

Très Léniniste dans son approche de la puissance politique sur l'economique. En tout plus que les petits ideologue conservateur de ce site (je parle des journaliste ! Je vous aime vous les contributeur. ASI derait d'ailleurs repenser son modèle d'abbonement et restreindre l'accés au forum. Il est tout le temps foutrement plus interessant que sa production local de rabais)
Notez comme cette phrase de TRUMP "les «hedge funds» vont moins m'aimer qu'ils ne m'aiment aujourd'hui. Je les connais tous et ils vont devoir payer plus" ressemble beaucoup à la déclaration de guerre d'HOLLANDE à la "finance".
TRUMP populiste? HOLLANDE également!
Evidemment la finance, les hedge funds sont les arbres qui cachent la forêt du capitalisme. Il est tellement plus simple de tirer sur l'ambulance que représente la finance, pour laquelle tout le monde a, à juste titre, un apriori négatif sinon de l'aversion, que de s'attaquer au vrai problème de fond que représente le capitalisme.
Je déteste la finance, je lui ferai la guerre!! Mais je donne des milliards d'euros au patronat...
En fait, déclarer s'attaquer à la finance ou aux hedge-funds c'est une noisette de lubrifiant pour ce qu'ils (TRUMP et HOLLANDE) nous ont mis ou vont encore nous mettre.
Si son programme a été dénoncé par les agences de notation qui ont été complices du hold-up financier de 2008 qui a jeté des dizaines de million de citoyens américains dans la pauvreté alors ce programme ne doit pas être si mauvais que cela !
Le programme économique de Trump : défalquer les pertes pour ne devoir rien, comme pour sa déclaration d'impôts

Mais l'analyse du programme économique de Trump n'a aucun sens, et certains risquent de se brûler en prenant leur vessie pour des lanternes, comme les Todd et autres.
Ce serait si beau si tout redevenait comme après guerre... à moins d'en faire une nouvelle.

Mais qui sont ces gens qui accompagnent Trump, qui sont ces fortunes qui ont toutes voté pour Trump, quel intérêt à un tel bouleversement économique?

Ce qui est certain, c'est que tous ceux qui entourent Trump vont tenter de mettre en place un bouleversement moral, ce qui est incroyable quand on pense à la nature même de leur candidat et désormais "puppet" à la Maison Blanche.
Bonjour
Si déjà pour le volet économique on trouve des mesures et leur contraire, ça présage un sacré bordel pour le reste.
Et ce n’est pas tant une colère qui motive le choix de ces populations qu’une adhésion aux promesses de relance économique et de protectionnisme scandées tout au long de la campagne par le candidat républicain.


Voilà pourquoi il n'est effectivement pas nécessaire d'analyser le fourre-tout des mesures, incohérentes, démagogiques et tout ce qu'on voudra, puisqu'il s'agit de politique: jamais il n'a été autant question en début de campagne (avant qu'elle ne dégénère) et lors des primaires des deux partis de questions économiques et sociales aux Etats-Unis depuis 20 ans, en particulier les inégalités, la "relance" économique et le débat "protectionnisme/libre échange".

Comme le dit Todd, il y a quelque chose de navrant à voir des économistes pétitionnaires qui vivent dans un monde enchanté et totalement hors sol continuer à appuyer le récit de la "mondialisation heureuse" tenu par les clintoniens dans un pays où l'application effrennée des principes libre-échangiste à conduit à la destruction de régions entières, à l'explosions des inégalités et à la hausse de la mortalité des hommes blancs de 45-55 ans, fait inédit dans l'histoire du monde développé.

Qui est le plus "incohérent", qui est le plus "absurde" dans cette histoire?

Que Trump mente, fasse des promesses démagogiques, cela ne fait aucun doute, mais il a été élu à partir d'un discours et un programme qui prétend défendre les intérêts des travailleurs en partant de leurs conditions matérielles d'existence objectives, et qui s'inspire lointainement du New Deal et du protectionnisme.

Cela rompt avec 35 ans d'idéologie républicaine ultra-libérale, ce qui explique la fureur des cadres du PR.

Qu'est-ce que le vocabulaire des "makers" et des "takers" sinon la version un peu vulgaire de la lutte des classes, les premiers incarnant l'emprise de la bourgeoisie capitaliste, les seconds le "prolétariat", ceux qui ne disposent que de leur force de travail et n'ont d'autre choix pour vivre que de se soumettre aux conditions établies par les premiers?

C'est électoraliste, populiste? Il trahira ses électeurs?

Sans aucun doute, mais le fait qu'un candidat de la pire droite caricaturale se fasse élire sur un programme de lutte des classes est le signe d'un revirement profond de l'idéologie aux Etats-Unis, et c'est ça qui laissera des traces, bien au delà du démontage méticuleux des incohérences et des absurdités du "programme".
Une remarque simple : l'idée même d'un " programme économique" sonne un peu oxymoral pour un libéral comme Trump. En effet, l'économie ( =le Marché) est dotée de pouvoirs autorégulateurs ( la main invisible) infiniment plus efficaces que tout ce pourrait faire la grosse paluche trop visible de l'Etat. A moins, par "programme économique", d'entendre le désengagement de l'Etat, la suppression de tous les grains de sable qui grippent la belle machine marchande. Pour Trump, comme pour tous les libéraux à commencer par Hayek, le Marché est le chef'd'œuvre de l'Humanité, produit par des millénaires de tâtonnements ( le libéral est viscéralement darwinien), invention collective par opposition au socialisme issu de quelques cerveaux isolés donc débiles. Bien sûr, je doute que Trump ait lu autre chose que des livres de comptabilité, mais ça le rapproche du peuple qui par définition ne lit rien, et du grand mouvement libéral dont on souligne rarement la dimension anti-intellectualiste et anti-philosophique qui précisément le rapproche du peuple : la comptabilité est la chose du monde la mieux partagée, et elle contient l'essentiel du libéralisme : la confusion de la micro et de la macro économie.
si je ne me trompe il a aussi prévu de baisser passablement le salaire minimum
Je vois dans cet article le mépris habituel des médias pour tout ce qui ne correspond pas à leurs souhaits et surtout envers ceux qui ne sont pas de la même "classe". Peut être que le désir de changement est-il si fort que ceux qui sont écrasés par le système actuel qu'ils sont près à prendre n'importe qui et n'importe quoi. Peut être que ce désir est si fort parce que avec le système actuel, ils n'ont aucune chance alors que s'ils entrainent tout le monde dans la merde, les cartes seront rabattues et qu'ils auront au moins une chance même minuscule.

De plus ce n'est pas la première fois que cela arrive.

Cette vidéo sur le site du Yéti est intéressante http://yetiblog.org/
Avez-vous lu Les Origines du Totalitarisme ? d'Hannah Arendt.

Si non, je vous invite à le lire, même si c'est très complexe, comme la réalité.

Si oui, je vous invite à reprendre ses analyses sur l'Allemagne des années 30 :
L' « Homme Totalitaire » entre dans un processus social collectif puis politique lorsque le capitalisme ayant détruit les rapports sociaux traditionnels pour les individus, ceux-ci, en tant qu'êtres sociaux, prennent peur et « entrent en panique » lorsque la crise économique de 1929 fait s'effriter les structures sociales et mentales qui les accompagnent.
Ils se tournent -métaphoriquement- les uns vers les autres, et la seule chose qui les relie est la « race » qui les rassemble, avec éviction de tous ceux qui n'adhèrent pas au fantasme (six millions d'assassinats politiques dans les camps) ni a la race fantasmée (Autant d'assassinés parce que « différents », principalement des Juifs).
Ils réduisent alors l'"espace politique » qui les sépare et se resserrent les uns contre les autres sous l'autorité d'un chef tout-puissant (en tout cas qu'ils perçoivent comme tel) à qui ils délèguent tout leur libre-arbitre.

Ce phénomène est très dangereux, personne n'est certain d'y échapper, et c'est une tendance lourde dans nos sociétés, et partout dans le monde. Personne ne peut être sûr, surtout s'il pense, qu'il ne finira pas dans les camps.

Et ce n'est surtout pas à ceux qui sont susceptibles de finir dans les camps qui doivent adhérer à ces visions prétotalitaires. Ce n'est pas parce que Trump est combattu par certains qui clairement ne sont pas des démocrates et défendent leur beefsteak que pour autant il n'est pas dangereux pour les vrais démocrates.

C'est parfois lorsqu'il est trop tard qu'on apprend à faire la différence. Les ennemis de vos ennemis ne sont pas forcément vos amis.

Le problème des médias, c'est autre chose que Trump.
Pour les courageux : The origins of totalitarianism, pdf de la version anglaise éd. 1962.
Eeeh ! Déjà que c'est super complexe, en Anglais, c'est vraiment trop dur, ce que vous proposez.
Hélas, je n'ai pas de version française sous le coude. Encore un texte d'utilité publique qui devrait être de domaine public et pour lequel il va falloir attendre.
C'est pour cela que la seule solution est une démocratie législative directe ou les citoyens proposent et votent directement les lois accompagné bien sûr de l'interdiction pour les groupes financiers de l'oligarchie de posséder des médias d'opinion !

Ainsi plus de manipulation politique possible !
Sortir du cadre impose par le système dominant n'implique pas l'incohérence des propositions !
On peut être pour ou contre les propositions du PG notamment dans ses effets , mais au moins elles sont cohérentes elles !
ici il s'agi d'un catalogue fait de bric et de broc dont seule la partie arrangeant les plus puissants sera retenue et avec un geste de démagogie pour faire avalé la pilule au bon peuple ..... comme d'hab avec le droite extrême .
Pour se faire une idée de ce qui a pu séduire là où Trump est allé chercher les voix de Sanders : une interview de Sanders après l'élection où il dit ce sur quoi il peut soutenir une action de Trump et bien sûr, ce sur quoi il s'opposera.

Je crois qu'on aura le même genre de situation avec le FN et un programme de gauche, le FN se contentant de récupérer les idées de la pensée économique de gauche, principes d'un "national socialisme" ou "nationalisme socialisant" si on veut être gentil. La différence avec Trump, c'est qu'aux USA ils peuvent se lâcher sur le côté moeurs, races etc., alors qu'en France ils doivent faire leur possible pour éviter des sujets qui leur poseraient bien des soucis, ne serait-ce que judiciaires.
Ils ne se sont pas débarrassé de papi Le Pen pour rien, et pour l'instant, il n'y a que Ménard pour penser à inviter Trump (si ça pouvait se faire, je crois que ce serait tout à fait fascinant à observer...).
Il a surtout dit à son électorat ce qu'il voulait entendre ! A chacun de ses électorats...
Et je persiste à dire que dans les jours qui suivront la passation de pouvoir, il lancera la réforme fiscale avec les mesures qui lui permettront à lui de payer moins d'impôts, à lui perso et à ses boîtes.
Là la majorité républicaine sera au top d'accord.
Ensuite, ça va se corser, mais pour un narcissique, après nous le déluge...
Classiquement, vouloir analyser avec des arguments de "bon sens" économique (comprendre suivant l'idéologie au pouvoir), dans une époque de déglingue économique, un "programme" précisément chargé de faire exploser cette idéologie, c'est à coup sûr ne pas pouvoir comprendre comment un plus lourd que l'air peut voler.
Oui mais non, pour l'Obamacare, ça change déjà:
http://www.nytimes.com/2016/11/12/business/insurers-unprepared-for-obamacare-repeal.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=b-lede-package-region®ion=top-news&WT.nav=top-news

Beyond Mr. Trump’s comments, new plans laid out on his presidential transition website this week deviate from what he had proposed during the campaign

The new plans drop all mention of reining in high drug prices, which Mr. Trump had advocated for months, and add new language about modernizing Medicare

Mr. Trump, in an interview to be broadcast on CBS’s “60 Minutes,” said the guarantee of coverage for people with pre-existing conditions was “one of the strongest assets” of the law. He also said he would try to preserve the measure allowing young adults to remain on their parents’ insurance until age 26.

“We’re going to do it simultaneously — it’ll be just fine,” he said, saying that people would not lose coverage when the law was repealed.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.