56
Commentaires

Le procès de Rennes a-t-il vraiment été reporté pour cause de ramadan ?

Le renvoi d'un procès en assises pour braquage, initialement prévu le 16 septembre à Rennes, a-t-il été vraiment obtenu parce que l'accusé observait le jeûne du Ramadan ?

Derniers commentaires

Une école publique fermée à cause de la visite de Benoît XVI
NOUVELOBS.COM | 12.09.2008 | 12:59


Pour des raisons de sécurité, l'école maternelle située en face du collège des Bernardins, où Benoît XVI doit prononcer un discours, n'accueillera aucun enfant et aucun personnel vendredi après-midi. Aucune mise en place d'un service minimum n'est prévue.(...)

Et c'est encore une fois sébastien qui nous en parle le mieux.



Allez un autre pour la route?

aurelie65 | étudiante
17H24 11/09/2008

bonjour à tous,
je vis à La Rochelle pour mes études mais ma famille habite dans un village à 10 km de Lourdes et j’y vais ce week end. ce qui m’énerve particulièrement dans cette histoire est le fait que mon frère, qui est dans un lycée pro de lourdes et PUBLIC, n’a pas cours vendredi 12/09 car son lycée est considéré comme parking à bus et lundi 15/09 il n’aura pas cours non plus! à cause de la venue du pape. depuis quand un lycée public donc laique doit fermer ses portes pour un évènement religieux??? est ce que quelqu’un peut m’expliquer cela? a quand la fin de telles pratiques? toute la ville de lourdes est fermée à la circulation pour le pape! quelle honte!!
amicalement.
aurélie
Dommage que, tant qu'à déformer la vérité, la rumeur n'est pas été "le ramadan est reporté à cause d'un procès à Rennes". Nan, mais juste pour voir ce qu'aurait écrit Joffrin, ce qu'aurait dit les téloches, ...
Étrange cette affaire, moi ça me rassure que des institutions comme (surtout comme) la justice respecte les croyances des gens... Cette mise au pugilat pour cause non-respect du "non-respect" me met très mal à l'aise. La fameuse laïcité est très très loin...
Je passe sur l'article simplement mensonger et hypocrite de Joffrin, ça me consterne =__=
Concilier ses croyances et les contraintes imposées par la vie publique ou professionnelle est bien souvent problématique.
J'en ai fait la douloureuse expérience à l'époque où je m'étais établi gourou à mi-temps.

Il y a environ deux décennies, en effet, considérant que la crédulité était la chose la mieux partagée au monde et qu'un nombre non négligeable de brebis égarées cherchaient encore leur berger, j'avais décidé de créer ma propre chapelle. Après tout, si certains avaient réussi à vendre à des millions d'hommes, qu'un type avait fendu la flotte d'un simple coup de bâton magique, et qu'un autre frimeur avait, entre autres numéros de cirque, carrément marché dessus, c'était bien le diable si je ne parvenais pas, avec un peu d'imagination, à recruter quelques dizaines de gogos.
Mon but, comme celui de de tout leader religieux qui se respecte, était double : récupérer un max de biftons auprès de disciples aux comptes en banque bien garnis, et si possible attirer parmi eux, une ou deux meufs canon, afin de les ordonner prêtresses multifonctions, attachées à mon service exclusif.

Je fondai donc l'Eglise des Adorateurs de Mgon. Mgon étant censé être le grand chef des niis, gentils androïdes à tête de fourmi de la planète Glop, qui après avoir triomphé, au cours de terribles combats intergalactiques des affreux kzprts sarkomorphes de Xlömf, conduits par le tyran Zwül, débarquérent, en ces temps immémoriaux, sur notre terre pour y faire surgir la vie.
J'avoue, je m'étais très fortement inspiré de Raël et de ses élohims, avec une touche de Gilbert Bourdin du Mandarom, le flingueur de lémuriens cosmiques. Le créneau étant donc déjà passablement encombré, la pénurie d'adeptes m'obligea à conserver mon job de commercial chez AXA.

C'est là que mes ennuis commencèrent, car mes employeurs virent d'un assez mauvais oeil le fait de me voir troquer, du jour au lendemain, mon costard et ma cravate contre une robe de bure rouge carmin et une coiffe du même métal, agrémentée de deux antennes, en hommage à Mgon et à son peuple, pour recevoir mes clients et placer mes contrats.
Entre deux ablutions purificatrices, la tête entièrement plongée dans une bassine d'eau glacée, comme l'exige le rite mgonien édicté par moi-même, je me recueillais à heure fixe, le visage levé vers le ciel, tourné en direction de la planète de notre Créateur, ce qui avait également l'heur de déplaire à ma hiérarchie.
La présence dans mon bureau, de Marie-France, vieille fille finalement choisie à la suite d'une cruelle absence de bombasses mystiques, psalmodiant inlassablement les textes des louanges consacrées à Mgon, ne fut pas non plus, semble-t-il, étranger à mon licenciement. Oui, vous avez bien lu. J'ai été licencié !

Preuve, s'il en était encore besoin, de la toute puissance des laïcards dans notre société d'intolérance anticléricale.
Une petite pièce au dossier des commentaires ou non derrière les articles de la presse en ligne.

Comme on pu le constater les @sinautes, Libération n'avait pas ce lundi matin proposé aux internautes de laisser des commentaires au-dessous de l'article relatant l'agression de trois personnes de confession juive à Paris.

Ce média n'est pas le seul à prendre cette initiative lorsque qu'un article traite de l'antisémitisme (ici, supposé). Le Post a récemment fait la même chose. La raison invoquée est toujours la volonté d'empêcher des débordements qui tomberaient sous le coup de la loi. Le manque de modérateurs est également mis en avant.

Hors, le Monde a lui autorisé les réactions à un article sur le même sujet. Et on n'y lit pas de choses ordurières, loin de là.

On découvre plutôt une critique de l'emballement de la presse sur le sujet, le soulignement du judaïsme des victimes et l'antijudaisme des agresseurs alors que les faits ne sont pas établis, le silence des médias sur des agressions contre des noirs et des arabes et le risque d'une surmédiatisation des agressions supposées antisémites.

10h35 ce lundi matin, pas un commentaire est en faveur de la thèse de l'agression antisémite du ministère de l'intérieur (quand ses services ne se prononcent pas, édifiant).

Pas de compassion non plus pour les victimes également, mais de fait, les débordements souvent dénoncés par quelques journalistes, qui nous expliquent que la toile est un repère de gauchistes antisémites et complotistes, sont inexistants.

On rétorquera que seuls les abonnés du Monde peuvent laisser des réactions, ce qui limite les velléités ordurières quand nom et adresse sont connus du journal. Mais surprise, voilà que Libé publie un nouvel article sur l'agression et ouvre les commentaires.

Ici, les réactions sont plus diverses. D'aucun soutiennent la thèse antisémite, mais ici aussi, les critiques sont sévères sur le traitement médiatique de l'affaire.
Et ici aussi, pas de débordement, pas d'insultes.

De quoi les médias ont-ils peur au juste ? Peur des injures ou peur de se voir reprocher leur choix éditoriaux ?

Peur aussi, peut-être, que les commentaires soulignent la fracture béante entre le média et son lectorat. Le cas de Libé est à ce titre à observer à la loupe quand on sait que Laurent Joffrin son patron et quelques services du quotidien tirent le journal vers une opposition molle et libérale tandis que le reste de la rédaction reste sur ses fondamentaux de la gauche sociale. Il semble que beaucoup de ses lecteurs ne souhaitent pas lâcher les seconds. A méditer Laurent.
Je sais pas qui a pondu la une de Libé, mais moi je l'aurais viré tout de suite : détourage mal fait, tranche du Coran à peine lisible, qualité d'image plus que mauvaise...

Quand on voit la qualité du contenant, il ne faut pas s'étonner que le contenu soit médiocre...
A la lumière des derniers événements, les traitements médiatiques des affaires de Rennes et de l'agression des 3 jeunes juifs, je suis de plus en plus convaincu d'@si devrait réfléchir à traiter le sujet dans une émission future.


En résumé, le sujet résumé en deux points : 1) depuis l'affaire du voile et le 11 septembre, les médias plutôt à droite tendent à minimiser les agressions contre les musulmans et surexposer médiatiquement des affaires opposant "l'Islam à la République" - ainsi sont-elles explicitées - et les agressions antisémites. 2) Depuis un an, la presse proche de la gauche institutionnelle s'y met aussi. Un journal comme Libé depuis que son patron s'appelle Laurent Joffrin, s'est particulièrement distingué dans l'affaire du mariage annulé, de la burqua contre la nationalité.

Oui mais quel intitulé ?

"Médias : quand les juifs dament le pion au musulmans", "racisme : deux poids deux mesures"... on a vite fait de tomber soi-même dans la caricature ou l'approximation (la première étant subséquents de la seconde).

Quels sont les deux créneaux porteurs des médias ? A bien chercher les thèmes de société qui font des "bons sujets", du "clic à coup sûr", on en trouve deux, l'antisémitisme, le fondamentalisme musulman.

Dame !

On remarquera tout de suite qu'il ne s'agit pas d'un binôme "antisémitisme-islamophobie", mais d'une dichotomie qui ne dit pas son nom ; l'agression contre les juifs d'un côté, l'agressivité des musulmans de l'autre. Une balance déséquilibrée propre à créer des débats de sociétés tronquées sur les plateaux radio/télé. Une balance déséquilibrée propre à créer de la frustration, de la colère, aussi.

La recherche des causes me semble être d'utilité publique.
• Précision sur le traitement du procès reporté. Vendredi, sur le site de Libé.fr, le papier qui nuancé les raisons du report, est resté 4 heures en une du site, disparaissant vers 19 heures. L'interview de Fadela Amara, dont le première débutait par "Un procès a été reporté pour cause de Ramadan, n'a jamais quitté la une.

Peut-être @si, après le rapport des faits, devrait poser la question : pourquoi une bonne partie de presse quotidienne française peut être soupçonnée de xénophobie envers les musulmans de France ?

• Comme dit Daniel, en Sarkozie, tout ce fait au grand jour. L'info sur l'agression des trois jeunes juifs déferle sur les unes depuis hier, ouvrent les JT sur les chaines de news avec interviews et reportage sur place. Comme si ne pas traiter largement cette info était une faute professionnelle pour tout média qui se dit grand et respectable. Comme si cette info à chaud et sans enquête était du pain béni pour l'audience, peut-être. Tandis qu'il existe un musulman "qui se dit" victime d'une agression - tout du moins est-ce comme cela que la presse papeir nous rapporte l'info : "qui se dit", on sait pas. Bien sûr il peine à se faire entendre.

Pensez, un musuman ! Un musulman qui voudrait quitter la prolifique rubrique médiatique "voile-fondamentalisme-mariage annule-terrorisme" pour celle de "victime-agression lâche-retour du sombre passé", quelle impertinence.

• Entendu Giulia Fois, présentatrice du journal de iTél, ce matin, expliquer que la police n'est pas convaincue du caractère antisémite de l'agression tandis que les "politiques" en sont sûrs. Parmi les "politique" figurent Michelle Alliot Marie. Serait-ce pour ne pas pointer la contradiction entre le Ministre de l'Intérieur et les services dont elle a la charge - et dont elle fondée à attendre les conclusion de l'enquête - que Fois emploie le mot vague, incertain, anonyme presque, de "politique". Elle et sa rédaction n'ont pas pu ne pas voir ça. L'ex d'@si aurait-elle mal tourné ? :-)
A) la France serait en voie d'islamisation (l'art de faire quotidiennement d'une micro-affaire une affaire d'état) et B) La communauté juive ultra-victimisée (fait on de toutes les affaires racistes des unes ?) serait donc plus protégée par la république.

Vrai ou pas, fréquent ou non, je trouve le traitement de ce genre d'information bien dangereux. J'ai eu quelques échanges de posts avec une personne sur un autre forum qui disait au sujet des musulmans : "Ils ont déjà envahi nos banlieues" ou " vous verrez quand nos filles seront obligées de porter le voile" ou même " cette religion barbare", "c'est gents là ne changeront jamais" etc... Et j'en passe.

Alors aligner de tels titres en unes des journaux ne fera que renforcer sa conviction xénophobe. Je ne suis pas sûre que de telles convictions aient besoin d'un quelconque soutien pour se développer !!!

Si le seul objectif est de justifier l'intervention de l'armée française en Afghanistan, la méthode utilisée est tout de même bien risquée, non ?
Deux petites choses : 1) sauf erreur de ma part le nouvel emballement médiatique sur le cas de l'agression peut être antisémite a donné lieu évidemment à mille unes avant même que l'on sache quoique ce soit, sur Libé l'article consacré au sujet semblait cet après-midi être le seul auquel les internaute ne pouvaient pas réagir. J'aimerais beaucoup connaitre les raisons. D'autant plus qu'un autre article un peu plus bas, sur des musulmanes voilées virées de leur établissement étaient ouvert aux réactions.

2) En ce moment dès que je vais au ciné et que je vois la bande annonce du film sur Val en Voltaire je ne peux pas m'empêcher de tiquer. Et je me dis que les neocons sont aujourd'hui incroyablement efficaces et qu'ils jouent un jeu très dangereux poussant toutes les communautés à se radicaliser toujours un peu plus, à se monter les unes contre les autres et entretenant par des amalgames et des raccourcis démentiels deux sortes de mythes nuisibles :

A) la France serait en voie d'islamisation (l'art de faire quotidiennement d'une micro-affaire une affaire d'état) et B) La communauté juive ultra-victimisée (fait on de toutes les affaires racistes des unes ?) serait donc plus protégée par la république.

Ce sont deux mythes incroyablement nuisibles et dangereux que des gens comme Joffrin, Fourest, Val ou Adler construisent ou entretiennent frénétiquement pour justifier ensuite leur choc des civilisations et en faire une prophétie autogénératrice.

Enfin j'aimerais en complément m'étonner que si peu de médias ou de site de critique de médias (comme ici) aient relevé cette énormité : François Fillon qui dit au micro d'europe 1 Lundi 1er Septembre à propos du conflit afghan : « le conflit va durer, parce que les causes de ce conflit sont très profondes (…) C’est l’opposition entre le monde musulman et une grande partie du reste de la planète, c’est le conflit israélo-palestinien, c’est les déséquilibres économiques et sociaux qui règnent dans le monde ». Le premier ministre de la France est en guerre contre le "monde musulman" et cela n'émeut absolument personne.
Imagine t on Ahmadinejad disant "nous sommes au coeur d'un conflit entre le monde judeo-chretien et le reste du monde" sans provoquer de réaction ? En même temps je réalise que si la réaction aurait été de la part de Val & Co : "vous voyez on vous l'avez dit : le monde musulman est contre nous"
Je note aussi que Fillon considère que les déséquilibre économiques et sociaux doivent trouver une réponse dans la guerre et qu'il convient naturellement de les gérer ainsi par la force. Tout ce passage est incroyablement révélateur de toute une vision politique... il n'a été analysé nulle part !
Un petit test étonnant... vous allez sur Google Actualités, et vous tapez "procès ramadan" (exemple). Vous voyez l'ombre d'un doute ? Disons 9 sujets sur 10 sont hyper-affirmatifs... et pour le dernier, on rajoute un point d'interrogation pour la galerie, mais le contenu de l'article ne pose aucune question...

Les faits : comme l'article @si le montre, aucune preuve n'est avancée qui pourrait aller dans le sens d'un "report divin". Le procureur se démène comme une araignée prise dans le flux de la chasse d'eau, mais rien n'y fait.

Explication : le procureur de la République ment ! C'est plutôt gênant, et dans ce cas, le scandale devrait se situer à ce niveau... non ???

Bizarrerie : pourquoi aucun gros titre du genre "Sarkozy mobilise la police républicaine pour servir ses amis", puisque dans la presse, aujourd'hui, on n'a plus besoin de preuves... ???

Cas précédent : Le mariage annulé pour une prétendue cause de non virginité. Et l'histoire se répète...

Seul point positif de l'affaire : cette unanimité nationale est vraiment émouvante !

Voir : "Justice : et si le ramadan n'était pas la cause du renvoi du procès ?"
Les mots ont un sens...
laurent joffrin épouse une thèse non vérifiée, héritée d'amalgames religieux, il ira loin ce petit.
Parler de justice en France c'est comme parler d'eau dans le désert...

Un rêve, un truc qu'on aimerait bien voir mais qui fait cruellement défaut !

Des Tribunaux qui remplissent à 140% de leur capacité des prisons chargées de punir les pauvres et qui relaxent les riches qui volent des millions d'€uros (les maladroits) des dizaines de millions (déjà un peu moins nuls) ou des centaines de millions (les gros bras)...

C'est quoi exactement ?

Une "Justice"... Je pouffe !

***
Joffrin a encore écrit une c...erie. Qui est surpris?
Deux poids, deux mesures... suite... et toujours...

Il faut aller ici pour apprendre qu'une agression de membres du CICP est imputée à des membres de la "droite juive radicale".

Parce qu'apparemment, les médias sont totalement passés à côté...
Eolas détruit les arguments des pseudo-laïcs qui s'en prennent à la Justice Française avec brio ici. Je dis pseudo-laïcs, parce que je les considèrerais plutôt comme des théocrates athées. Ils pensent que la France est athée et qu'on ne doit surtout pas tenir compte de la religion des uns et des autres. En fait, il faudrait même s'attaquer à tous les religieux, et leur être particulièrement désagréables.
Voici le passage le plus important sur le blog d'Eolas:

Cette décision est-elle contraire au principe de la laïcité ?

Pas du tout. Le principe de laïcité peut se résumer par “la République reconnaît toutes les religions et n'en favorise aucune en la subventionnant ou en lui obéissant”. Ici, il ne s'agit pas de se plier à un ordre religieux (la cour n'est pas tenue de jeûner elle aussi) mais de constater un état de fait : à cause d'un jeûne, religieux certes mais peu importe, il pourrait aussi bien être politique, l'accusé sera en état de faiblesse physique et sera intellectuellement diminué par la faim, la fatigue et la soif. Il risque même de faire un malaise si les débats sont animés.


Je dois dire personnellement que je ne vois pas le problème. Les affaires sont renvoyées tout le temps pour toutes sortes de motif.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.