28
Commentaires

Le Point et Libé prennent Wauquiez, la main dans le parti de poche

Contrairement à ce qu'il avait affirmé mercredi à l'Express.fr, le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, était bien à la City de Londres, le 28 juin dernier, pour "un repas de financement" de son parti de poche, Nouvel Oxygène. Le Point avait révélé l'affaire, le 8 juillet dernier, démenti par Wauquiez. Aujourd'hui plus de doute: Libération confirme le mensonge du ministre, et Wauquiez passe aux aveux.

Derniers commentaires

Un représentant de l'UMP qui ment comme il respire et qui plus est, de mauvaise foi ?
Les bras m'en tombent...

Merci Julie Brafman pour ce relevage de compteurs.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

le Parti Démocrate. F. Bayrou (2007) c'est pas si loin. Finalement abandonné (initiales sources de moqueries homophobes) Le Modem se la joue moderne (internet) mais rappelle aux plus anciens d'entre nous un petit bruit pénible de connexion... long, très long et finalement de déconnexion.
Le Nouveau Parti anticapitaliste est un beau nom. Mais comment ça marche ?
la mendicité touche l'ump!!!!ils n'ont plus d'idées et pas d'argent.

que font ils encore dans ce pays?
A propos des partis de poche, 20 minutes a, pour une fois, publié un très bon article qui donne les idées claires :
http://www.20minutes.fr/article/585423/Politique-Financement-des-partis-politiques-les-micro-partis-peuvent-rapporter-gros.php

Les micro-partis sont une espèce en voie de prolifération. En 1990, seuls 28 partis étaient recensés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Un chiffre en hausse de … 1010% en vingt ans, puisque dans son rapport de 2009, dernier en date disponible, 283 partis sont comptabilisés.
Le moyen le plus efficace de lutte contre ce détournement, j'imagine, serait de modifier la limite de 7500 euros par an et par parti en fixant une limite totale, tous partis confondus...

Pour info, la liste des dépôts de partie année par année est disponible ici : http://www.cnccfp.fr/index.php?art=693 ; je n'ai pas eu le courage, mais un graphique avec l'évolution par année (en indiquant les élections locales ou nationales) serait peut-être révélateur.
Des journalistes qui cherchent (ou qui posent les mauvaises questions, suivez mon regard) on en trouve, mais des journalistes qui trouvent, on en cherche... Alors bravo !
Interview de « W » (30/09/2008) émission « 7-10 » France Inter
« Quand Christine Lagarde [ministre des Finances et de l’Emploi] s’exprime, elle a un impact sur l’évolution des marchés financiers et la confiance. Donc elle a besoin aussi d’avoir un discours qui permet d’être rassurant pour ne pas précipiter la crise […] Je pense juste que quand on est derrière un micro, ce n’est pas seulement de la communication qu’on fait. Ce qu’on dit peut avoir un impact sur la situation de l’emploi, sur la situation financière, donc il faut juste qu’on soit responsable dans les propos qu’on tient »

Interview de « W » (26/02/2010) émission « La Matinale » Canal Plus:
LW : "Les radiations, depuis qu’on s’occupe de la politique de l’emploi, ont baissé de 20%. 20% ! Deuxième illustration…
Journaliste :"Plus 8,7% en janvier… Les radiations. Juste…"
LW : "Les radiations ont baissé depuis un an et demi de 20%. On peut hausser les sourcils, ça, c’est la vérité."
Journaliste : Non, c’est vrai ou ce n’est pas vrai, janvier, + 8,7% ? Je sais pas ?...
LW : Ce qui est… Sur le mois de janvier, oui. Vous l’avez relevé sur le mois de décembre ? C’était combien sur le mois de décembre ? C’était moins 15.
S'en suit un brouhaha et le tour est joué. Wauquiez a brouillé les cartes.
Vérification faite, une fois l'émission terminée, les radiations et cessations d'inscription "pour défaut d'actualisation" ont augmenté de 19% en un an. Mais le bobard était passé à l'antenne...

Entre ces deux exemples, de très nombreux cas d'enfumage de ce brillant élève...
M. Laurent Wauquiez est donc un multi-rédiciviste
pardon pour les fautes
Notre sort est entre les mains de gens dont le cynisme n'a d'égal que la malhonnêteté et, oserais-je le dire, la connerie. Jusqu'où et jusqu'à quand peut-on aller ainsi ? Il est grand temps que quelques journalistes se posent la question et se décident à faire leur boulot, l'investigation. Merci Asi, je me sens de plus en plus proche de vous.
C'est hallucinant l'excuse de Woerth : "oui mais quand même c'est pas beaucoup"... On croit rêver. Et tous ces mini-partis sans adhérents, il faudrait peut-être une enquête indépendante et des fermetures en masse, d'autant qu'ils sont financés par des personnes qui, ô hasard, pratiquent la fraude (oups, l'optimisation, pardon) fiscale à pleins gaz, la spéculation, la rétribution du mensonge et de la malversation plutôt que du travail au sens propre. Des personnes qui, hasard également, sont parmi les plus riches de France, mais voient leurs revenus imposés à peine autant que des cadres, voire des employés (pour la famille Wildenstein, ce doit être encore moins).
Le gouvernement juge plus utile de renvoyer au Maroc des Espagnols venus en France (Le Canard), de traquer les immigrés qu'il a lui-même rendus illégaux, alors qu'ils travaillent, dans des conditions souvent bien difficiles, pour la richesse nationale, et d'aller cajoler à l'étranger les Français qui s'y sont exilés pour profiter des bénéfices d'ailleurs et d'ici (la formation, la sécurité sociale, les soins...). C'est le monde à l'envers, les valeurs renversées, mais certains citoyens de droite, même pauvres, s'y laissent prendre. Que faire ?
Et encore, on ne parlera pas non plus des facilités accordées aux entreprises pour délocaliser, de la protection de L'Oréal, pauvre petite société française menacée par les étrangers alors qu'elle est dans un secteur ultra-stratégique, des aides faramineuses pour l'Église, tout cela quand les plus faibles sont délaissés. Parce que ça tuerait le moral d'en parler.


@veuzit : si, les syndicats, les ONG, les vrais petits partis (notamment dans les quartiers populaires) et autres représentants de la "société civile" essayent de renouer le dialogue avec le monde politique. Mais quand le Chef de l'État rencontre un footballeur offshore millionnaire pour entendre ses états d'âme et annule pour cela une réunion avec de nombreuses ONG et la réception d'une délégation représentant 2 millions de Français qui manifestent pour porter un autre projet sur les retraites, ça laisse songeur. Ensuite, la droite dans son ensemble, relayée par bien des médias complaisants, clame que le PS et la gauche en général n'ont aucun projet. Et le PS, noyauté, déchirés par certains barons qui ont eux-mêmes bien des choses à se reprocher, voit son message brouillé en deux temps, lors de son émission puis lors de son passage (et, comme tout message, à sa réception).
Alors que la vidéo postée par @SI "Menteur, Monsieur Woerth" était quand même bien explicite... Mais on ne verra pas ces 30 secondes d'explications ultra-utiles et resserrées dans aucun 20h :-(.
Enfin quand le président du CSA, chargé de veiller à l'application de la charte signée par Bouygues, "mieux-disant culturel" en 1986, était le directeur de cabinet de François Léotard en 1986 qui a décidé de la cession de TF1 à ce même groupe, ça laisse songeur. Quand on en parle comme d'une autorité censée être indépendante (comme le fut la HACA) alors que ses neuf membres sont tous nommés par l'UMP depuis 2002 et que la gestion de l'octroi de fréquences TNT met en évidence de graves collusion, ce n'est pas plus rassurant.

... je suis allé loin. Mais c'est bien la preuve que tout un système s'est largement éloigné du modèle républicain, hélas !


edit : mauvaise manip avec un doublon, je vais avoir du mal à m'habituer à ce forum je le sens ^^
Il leur prend quoi à ces journalistes ? Certain ont trop pris de la graine au Canard ces temps ci...
Puis attaquer frontalement des membres du gouvernement on frôle l'indécence...
Relax and take notes, on va compter les points cet été. Possible que la mode soit passagère ça ne durera pas.
J'ai essayé trois fois de poster un message, mon premier sur @SI, mais les trois fois en voulant effacer je me suis retrouvé à la page précédente, et tout mon texte perdu. Donc j'abandonne mes tentatives (5 paragraphes de parodie de Sarko-pujadisme) pour écrire les choses plus simplement. Pourriez-vous tout de même essayer de faire en sorte que les messages ne soient pas perdus quand on revient à la page précédente ? Cela fonctionne assez bien sur beaucoup de forums.

Ce nouveau scandale, bien petit il est vrai par rapport aux autres, retrouve des caractéristiques identiques :
- un fait, avéré et sourcé, mis en avant par la presse, qui va ressortir grandie de cet été si elle se met au diapason contre les "affaires", car Le Point, pour ce que j'en ai feuilleté chez mon oncle récemment, c'est tout de même la servilité absolue envers le pouvoir, sur les retraites, sur Woerth, sur les médias (BHL ridiculisé à propos de Taddeï), etc. : il y aura la presse d'investigation qui cherche à rendre compte de la réalité ; la presse qui s'en fout un peu (La Croix, L'Équipe, certains régionaux) ; et la presse du déni. Et l'audiovisuel, qui pour le coup se fait bien enfoncer par la presse.
- un démenti rapide, outré sur la forme, du gouvernement, avec parfois une contre-attaque : contre la presse, contre le PS...
- de nouveaux faits avérés relayés par la presse, qui devraient suffire à obtenir des excuses et/ou des démissions, au moins des changements.
- un silence gêné du gouvernement qui comprend enfin l'erreur et montre nettement un décrochage entre ses membres et la société, la réalité.
- un relais fort au sein de certains médias, mais nul parmi d'autres : ce qui accentue la cassure entre un peuple de croyants, persuadés de la grâce de leur souverain, qui resteront purs et durs derrière lui, assurés que les autres mentent, que les 35h tuent, que pouvoir partir à la retraite à 60 ans est un luxe et que tous les fonctionnaires partent bien avant, et que ces "affaires" étaient pires mais tues sous Mitterrand ; un peuple de gauche de plus en plus énervé et scandalisé ; et un peuple de sceptiques qui grossit, du "tous pourris" au "ça les regarde, on ne peut rien y faire nous"

Si cela continue et que les Français ne se laissent pas faire cet été, on retrouvera peut-être enfin une République, dont la Cinquième n'a jamais mérité de porter le nom. Maintenant il faudrait que les médias réussissent à organiser des manifestations "mains propres", des démonstrations contre cette perversion du régime. (démocratique assurément, mais républicain certainement pas, ce régime de droite)
Ces histoires de partis de poche, comme pompe à fric et détournement de la loi sur le financement des partis politiques, me sidèrent à en gerber.
La caste politico-financière a déjà tout: argent, pouvoir, médias sauf internet, mais elle en veut davantage encore. L'Etat aux abois financiers vend ses bijoux de famille a cette caste de charognards pour une misère. Une autoroute par ci, un hippodrome par là ....On n' est pas loin de la situation de la Russie des années 90.
Pour l'argent des partis politiques on s'arrange avec les généreux donateurs qui ont leur rétrocommission avec le bouclier fiscal et tant d'autres douceurs.

On doit pouvoir retrouver des grands serviteurs de l'Etat détachés des intérêts privés et uniquement motivés par la cause publique. Un peu comme les petits serviteurs de l'Etat que sont la plupart de nos infirmières, de nos chercheurs ou de nos enseignants par exemple!
"c'est moins que ce qu'on peut avoir en d'autres occasions"

Ce serait bien de demander à Wauquiez de quelle nature et de quels montants sont ces "autres occasions", non?

Non bien sûr, tous ces gens, comme l'a dit $arko pour lui, ne sont pas des gens d'argent. Ce sont des gens de fric. illégal, planqué, blanchi, tout ce qu'on veut. Nos politiques fricotent depuis toujours avec les riches, les mafias, le banditisme, les criminels. La malhonnêteté, la corruption, le vol sont intrinsèquement le moteur de bon nombre d'entre eux.

"Réduisons nos déchets, ça déborde!"
S'il faut que "le politique et l'économique se parlent" ce n'est pas à l'exclusion du social. Or même les "syndicats représentatifs" ne parlent plus beaucoup de social, avancent la pseudo réalité démographique pour dire qu'il faut une réforme des retraites et protestent mollement en organisant des "journées" . La production de richesses dépend-elle du nombre de travailleurs actifs ? Faux. On n'a jamais autant produit, on n'a jamais été aussi riche, on n'a jamais aussi mal redistribué la richesse.
Ce que nous voyons à travers ces petits partis (de droite, pour l'instant) c'est la discussion sans fin de l'économique et du politique pour asservir la pensée sociale. Je ne compte pas sur les "socialistes" pour la porter bien haut.
voilà enfin des journalistes qui retrouvent le sens du métier ! une bonne nouvelle à souligner et à applaudir par les temps qui courent...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.