72
Commentaires

Le Point accuse Mediapart d'avoir livré à la justice le banquier Condamin-Gerbier

"Comment Mediapart livre ses informateurs à la police et à la justice". Sous ce titre choc, Le Point accuse Mediapart d'avoir obligé un banquier de Genève, témoin dans l'affaire Cahuzac, à venir déposer devant les policiers dans le but de "crédibiliser ses infos". Un mail envoyé par un journaliste de Mediapart aux policiers confirmerait ce scénario. Contacté par @si, Fabrice Arfi (Mediapart) explique le contexte de l'envoi de ce mail.

Derniers commentaires

Ce que je trouve passionnant, c'est la trouille du pouvoir actuel a démentir avant enquête toute implication terroriste.
Ils sont malades mentaux, tirez- vous, il n'y a rien a voir.
Pasdamalgames.
je vais faire du hors sujet mais on parle de journalistes dans l'article, et l'actualité aujourd'hui est pleine de "déséquilibre"...Hier soir, excellente émission de C dans l'air (çà n'est pas tous les jours) qui a convoqué de bons interlocuteurs à propos de joué-lé-tours, dijon, et juste avant Nantes. Au fur et à mesure, on sent une incompréhension chez l'animateur. Pendant un temps, il essaye de ramener les débatteurs, notamment un spécialiste musulman, vers des idées préconcues plus en vogue, puis il revient en phase à l'occasion des questions des auditeurs et l'émission reste de qualité. La question que je propose à ASI est la suivante: est ce que le thème islam-musulmans, le "vivre ensemble" ne serait pas mieux traité s'il y avait plus de journalistes musulmans ou connaissant le sujet? est ce que la France n'est pas (un peu) le reflet de l'amérique (/noirs) de ce point de vue? autre variante: plus que la théorie de la manipulation pour éviter la guerre civile, est ce que le sentiment d'être mal informé sur le sujet ne viendrait pas de la formation et de l'origine des journalistes? Hors sujet, mais le parallèle avec Médiapart, dont les journalistes sont fortement engagé idéologiquement est toujours possible. Désolé, d'avoir perturbé le forum.
Et ben ils sortent l'artillerie lourde, au Point.
Vu l'énormité du titre, la justice devrait les obliger à leur faire écrire en Une et en gros caractères bien lisibles de loin "pourquoi notre patron Giesbert nous fait écrire des conneries sur Mediapart".
Ça devrait logiquement être évoqué demain dans le Canard...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'aime bien Mr Arfi et je l'apprécie habituellement mais là je trouve son attitude ambiguë.

Si ce banquier a envie de parler à la police pourquoi le dire par personne interposée ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Tiens ! (*)

Je pensais qu'il existait un pacte de non-agression, au moins tacite, entre les différents journaux afin d'éviter ce genre de déballage entre gens de bonne compagnie.

Ce pacte n'existerait-il que dans mon imagination ?

Sinon, pourquoi est-il rompu par Le Point ?

(*) tiens, j'ai dit tiens.
24 heures plus tard, le "scoop" du Point ne semble n'avoir été repris par personne. Je me fie à Google Actualités, n'ayant évidement lu tous les journaux pour y chercher une nouvelle inexistante.

Voilà qui me conforte dans la théorie de la bienveillance corporatiste ;-)

Demeure une question: FOG est-il colère contre Plenel ? Pour quel motif ?
Les magazines papier, dont Le Point, ont tendance à considérer les purs players, dont Mediapart, comme des mercenaires sans foi ni loi. Pour eux, pas d'accord qui tienne.
J'ai eu beaucoup de mal à lire jusqu'au bout.
Ainsi donc, un hebdo insoupçonnable reproche à un site irréprochable d'avoir "livré à la justice" un banquier blanc comme neige et comme il se doit.
Bon. Alors. Mais de quoi s'agit-il ?
Ou bien le banquier est blanc comme neige, et le site doit se faire taper sur les doigts.
Ou bien le banquier est blanc comme neige... mais la neige n'est pas celle qu'on croit.
Mais keski dit là ?

Ce qu’il dit là, c’est que le Point n’est pas le détenteur de la vérité, pas plus que Médiapart.
Ce qu’il dit là, c’est qu’entre un organe d’information mouillé jusqu’à l’os et même au-delà avec la phynance bienfaitrice de la république et de ses enfants,
et un organe d’information piloté par un affolé de la vérité,
il dit qu’il préfère la folie de la vérité.
Merci au "Point", honneur du journalisme français, d'avoir le courage de déroger à cet esprit de corporation qui se fait parfois inutilement envahissant dans les médias. Médiapart, fort d'avoir détruit les carrières de plusieurs éminents politiciens dont la compétence manque cruellement à notre pays, a trop tendance à se poser en donneur de leçons et méritait ce recadrage.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.